En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'inspirer

02.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

03.

Haro sur le nucléaire et l'hydraulique: l’Europe frappée d’imbécillité énergétique ?

04.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

05.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

06.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

07.

À la veille du Black Friday, des employés d'Amazon Allemagne se mettent en grève

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

05.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Stratégie de lutte contre le virus

Pour protéger mamie du Covid, le gouvernement veut la pousser dans les orties

il y a 30 min 40 sec
pépites > Politique
Couac
Article 24 : le ministre des Relations avec le Parlement déclare que les députés auront le dernier mot
il y a 1 heure 9 min
décryptage > France
Appel aux autorités

Dans la peau d’un autiste

il y a 1 heure 34 min
pépites > Politique
Police
Emmanuel Macron aurait été choqué par la vidéo montrant un producteur de musique frappé, et aurait recadré Gérald Darmanin
il y a 2 heures 7 min
décryptage > International
Opérations américaines en Afrique

Un Officier de la CIA mort au combat en Somalie

il y a 2 heures 33 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?
il y a 2 heures 50 min
pépites > Société
Couac
A peine voté, l'article 24 de la loi sécurité globale va être réécrit par une commission indépendante : la majorité est énervée
il y a 3 heures 37 min
décryptage > France
Forces de l'ordre

Violences contre un producteur : ce problème d’encadrement de la police nationale auquel doit absolument s’attaquer le gouvernement

il y a 4 heures 4 min
décryptage > International
Attractivité

Shanghai remplace Londres comme ville la plus connectée au reste du monde : l’Asie a-t-elle définitivement supplanté l’Occident avec le Covid ?

il y a 4 heures 47 min
pépites > Politique
Bien installé
Selon un sondage, Laurent Wauquiez remporterait largement les régionales en Auvergne-Rhône-Alpes
il y a 21 heures 18 min
pépite vidéo > Politique
"Images insoutenables"
Producteur tabassé : Agnès Pannier-Runacher estime que les policiers "ont franchi la ligne rouge"
il y a 56 min 7 sec
décryptage > Justice
Législation

Haine en ligne : à Bruxelles comme à Paris, une réponse législative pas à la hauteur du défi sociétal

il y a 1 heure 10 min
light > Culture
Star
Isabelle Huppert meilleure actrice du monde au XXIe siècle selon le New York Times
il y a 1 heure 42 min
décryptage > Terrorisme
Justice

Procès de l’attentat de Villepinte : l’Iran en ligne de mire

il y a 2 heures 18 min
pépites > International
Petit pas
Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"
il y a 2 heures 38 min
décryptage > Europe
Wirecard, Volkswagen...

Peut-on encore avoir confiance dans le capitalisme allemand ? Une série de scandales laissent planer le doute

il y a 3 heures 13 min
décryptage > Economie
Solutions pour sauver les emplois

Voilà comment le Covid-19 a exacerbé la fracture entre travailleurs qualifiés et non qualifiés malgré les dispositifs de chômage partiel

il y a 3 heures 39 min
décryptage > Santé
Lutte contre la pandémie

Recul du Covid : ces (mauvais) chiffres qui relativisent le satisfecit que décerne Olivier Véran à la France

il y a 4 heures 22 min
light > Insolite
Aux décibels
Si le comptoir vous manque, vous pouvez toujours écouter le brouhaha des cafés en streaming
il y a 20 heures 29 min
pépites > Justice
Bavure
Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus
il y a 21 heures 38 min
Atlanti-culture

Théâtre : "Qui a tué mon père", des faiblesses mais, pour l'essentiel, rageur et poignant !

Publié le 26 mars 2019
Ce spectacle, écrit par Édouard Louis, revient sur ses relations intenses et difficiles avec son père, dans un environnement social délétère. Malgré des longueurs et des passages trop intellos, on est sous le choc.
Dominique Poncet pour Culture-Tops
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dominique Poncet est chroniqueuse pour Culture-Tops. Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ce spectacle, écrit par Édouard Louis, revient sur ses relations intenses et difficiles avec son père, dans un environnement social délétère. Malgré des longueurs et des passages trop intellos, on est sous le choc.

THEATRE

Qui a tué mon père 

texte d'Edouard Louis

Mise en scène et interprétation: Stanislas Nordey.

 

INFORMATIONS

Théâtre National de la Colline

15 rue Malte Brun

75020- Paris

Réservations : 0144625252/www.colline.fr

Jusqu’au 3 avril. Puis, du 2 au 12 mai, au Théâtre National de  Strasbourg.

RECOMMANDATION : BON

THEME

D’inspiration autobiographique, Qui a tué mon père relate, de façon non chronologique, différentes  anecdotes sur les relations d'Edouard Louis et de son père, ce dernier étant évoqué ici sous ses différentes facettes, des plus violentes aux plus touchantes.

Parce que ce texte est parallèlement truffé de réflexions politiques et sociales, on peut le « comprendre »,  à la fois comme une émouvante tentative de réconciliation d’un fils avec son père – un père qu’Edouard Louis, né Eddy Bellegueule, maltraita beaucoup dans son premier roman, intitulé  En finir avec Eddy Bellegueule –, et aussi, comme un manifeste de citoyen engagé, tant y est dénoncée, avec une implacable virulence,  la violence sociale qui se serait  installée insidieusement  en France.  Une violence qui, par retombées successives, serait la cause de l’état de délabrement  physique et moral  du père de l’auteur.

POINTS FORTS

- Le texte, d’abord, qui suscite une émotion forte.

Edouard Louis en raconte la genèse… Il a 21 ans lorsqu’ après quatre années d’absence, il revient dans la maison de son enfance. La porte s’ouvre, il a un choc : à cinquante ans et quelques poussières, son père, paraît déjà au bout de sa vie. Non seulement il souffre d’un diabète grave, mais, parce qu’il manque de souffle, il doit respirer à l’aide d’une machine. « J’ai voulu raconter l’histoire de cet homme dit-il, de mes premiers souvenirs d’enfance avec lui jusqu’à sa mort sociale ». Le résultat est ce récit bouleversant, à la fois rageur et poignant, au carrefour de l’intime et du politique, du romanesque et du sociologique, du pamphlet et de l’autofiction.

-  Un texte écrit pour être dit, et qui plus est, écrit à la première personne… Pas étonnant que Stanislas Nordey, dont on connaît l’habileté et le plaisir à se glisser dans la peau des auteurs (Fassbinder, Pascal Rambert, etc..) ait voulu le porter lui même sur la scène. Ici, incarnant un fils qui s’adresse à son père absent, il est seul en scène. Sa maîtrise dans l'art de faire entendre les mots, passer d’un état à un autre, impressionne.

- Impressionne aussi la sobriété du dispositif scénique. Un immense plateau vide, ou presque, cerné par trois panneaux d’une même photo, en noir et blanc, d’une zone pavillonnaire. Quand le spectacle commence, ce plateau est simplement meublé, en son centre, d’une petite table devant laquelle est assis un mannequin qui figure celui qui a inspiré ce monologue : le père de l’auteur. Au cours de la représentation, on apportera quatre autres mannequins, dans des postures différentes, allongée, debout, etc… Et à la fin, sur ce plateau qui symbolise la dévastation, une neige, va tomber, qui va  tout recouvrir, au fil d’un texte qui va se faire de plus en plus politique, de plus en plus dénonciateur. La neige, comme  métaphore de  l’ensevelissement social du personnage absent: visuellement, c’est  très beau.

POINTS FAIBLES

On aurait aimé ne rien avoir à reprocher à cette belle entreprise d’un fils écrivain qui, par le truchement d’un texte très personnel, cherche à se réconcilier avec son père, à expliquer aussi, et excuser, son naufrage social. Mais, il faut quand même dire qu’on finit par s’ennuyer à cette représentation. Peut-être  parce qu’elle paraît trop longue (d’une durée annoncée d’une heure quarante, elle en fait deux au final !). Peut-être aussi parce que, trop cramponé au sens des mots et à leur rythmique,  Stanislas Nordey, oublie  par moments d’en libérer la charge émotionnelle.   Par pudeur ?  Par peur d’un dévoilement qu’il jugerait indécent, lui le fils de Jean-Pierre Mocky, l’ascète du théâtre public ? L’analyse est difficile…On aimerait être touché aux larmes. On devrait l’être. On se fige. C’est dommage. Quand on connaît la sensibilité de l’interprète, qui est, par ailleurs, un citoyen averti et un grand metteur en scène, c’est assez  incompréhensible.

EN DEUX MOTS

Un texte d’un fils à son père, magnifique de sensibilité, sous-tendu par un message politique très fort, mis en espace et dit avec une intelligence et une clarté rares… Il faudrait n’avoir été l’enfant de personne pour ne pas recommander, malgré ses défauts, ce Qui a tué mon père. Ce n’est pas tous les jours qu’on peut entendre, sur un plateau de théâtre,  un «fils » d’opprimé rendre ainsi un hommage à son père. Sans aucun artifice.

UN EXTRAIT

« Qui a tué mon père est d’une part un magnifique chant d’amour et de réconciliation, une plongée dans la mémoire, un retour à l’enfance, et d’autre part, un J’Accuse d’aujourd’hui écrit, comme le dit Edouard Louis, dans l’urgence, le feu et la nécessité » (Stanislas Nordey, comédien-metteur en scène).

L’AUTEUR

Né Eddy Bellegueule, le 30 octobre 1992 à Hallencourt, dans la Somme,  Edouard Louis commence par passer son bac au lycée d’Amiens -où il s’initie au théâtre-, puis il étudie l’histoire à l’Université de Picardie, avant d’intégrer, en 2011, l’Ecole Normale Supérieure de Paris dont il sort diplômé trois ans plus tard, ayant, entre-temps, obtenu l’autorisation de changer de patronyme. En 2013, celui qui s’appelle désormais Edouard Louis dirige aux P.U.F. un ouvrage collectif, Pierre Bourdieu. L’insoumission en héritage.  Début  2014, il se lance, en solo, dans le romanesque. C’est En finir avec Eddy Bellegueule. Ce livre à forte dimension autobiographique lui vaut, d’emblée, la notoriété. A vingt et un ans, le voilà traduit dans une vingtaine de langues !

En 2016, ce « surdoué des lettres françaises »-comme certains l’ont qualifié- publie Histoire de la violence, qui relate le viol dont il aurait été victime un soir de Noël. Les retombées médiatiques sont fracassantes.  En 2017,  le patron du T.N.S., Stanislas Nordey, suggère au jeune auteur qui s’affiche comme un « intellectuel homosexuel de gauche » d’écrire pour le théâtre.  Ce sera  Qui a tué mon père. En mai 2018, ce  texte  écrit, donc,  pour être proféré » est publié  par les Editions du Seuil.  Aujourd’hui, Stanislas Nordey le  met en scène et le joue lui même.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires