En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 1 semaine 3 jours
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 1 semaine 3 jours
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 1 semaine 3 jours
© Reuters
© Reuters
Dans la tête des Français

Ce gouffre spectaculaire qui sépare le vocabulaire de la France du front anti-Macron de celle qui le soutient

Publié le 26 mars 2019
La dernière vague du Baromètre politique réalisée en mars par BVA pour Orange-RTL-La Tribune montre l’ampleur gigantesque du clivage d’opinions qui coupe les Français en deux.
Bruno Cautrès
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Cautrès est chercheur CNRS et a rejoint le CEVIPOF en janvier 2006. Ses recherches portent sur l’analyse des comportements et des attitudes politiques. Au cours des années récentes, il a participé à différentes recherches françaises ou européennes...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La dernière vague du Baromètre politique réalisée en mars par BVA pour Orange-RTL-La Tribune montre l’ampleur gigantesque du clivage d’opinions qui coupe les Français en deux.

La dernière vague du Baromètre politique réalisée en mars par BVA pour Orange-RTL-La Tribune montre que la partie est très loin d’être gagnée par Emmanuel Macron. La popularité du Président se stabilise depuis le mois dernier à un niveau toujours très bas : 29% (baisse de 1 point pour le deuxième mois consécutif) des personnes interrogées déclarent avoir un « bonne opinion » d’Emmanuel Macron dont seulement 5% déclarent une « très bonne opinion ». Sa popularité est quasiment revenue au niveau le plus bas qu’elle enregistrait au plus fort de la crise des Gilets jaunes (26% en novembre dernier).

L’analyse de la question ouverte qui permet aux personnes interrogées de dire les raisons pour lesquelles elles ont un bonne ou mauvaise opinion d’Emmanuel Macron, continue de révéler l’ampleur gigantesque du clivage d’opinions qui coupe les Français en deux à propos du chef de l’Etat. En analysant les verbatims de ces réponses par les techniques statistiques de l’analyse des données textuelles, on prend la mesure du gouffre spectaculaire et même sidérant qui sépare les Français à propos d’Emmanuel Macron. Ces techniques permettent également de ranger ces verbatims en catégories, en « classes », dont on peut obtenir le poids statistique.

En résumant au plus bref ces groupes de verbatims, on peut distinguer deux catégories. Le groupe le plus nombreux (74%) utilise, pour parler d’Emmanuel Macron, des mots et des expressions qui proviennent d’un univers sémantique négatif et même particulièrement négatif. La sociologie de ce groupe est composée de tous les électorats (ou presque) du premier tour de la présidentielle à l’exception de celui d’Emmanuel Macron ; si les sympathisants du Rassemblement national et de La France insoumise ont les mots les plus durs, les autres électeurs ne sont pas en reste. Ce large front « anti-Macron » est celui des classes populaires et des classes moyennes, des travailleurs indépendants et de beaucoup d’actifs. Le « fan club » d’Emmanuel Macron emploie, au contraire, un vocabulaire issu d’un univers sémantique de mots élogieux ; il est de loin le plus réduit des deux groupes (26%). Il se compose de larges segments de son électorat du premier tour et dans une moindre mesure de celui de François Fillon ou de sympathisants Modem. Il s’agit principalement de cadres supérieurs et de professions intellectuelles, de 35-49 ans et de retraités.

On peut identifier les mots les plus représentatifs de ces deux groupes, les dix « parangons » des opinions relatives à Emmanuel Macron : du côté des opinions positives ce sont les mots « réformes », « faire », « pays », « fait », « bien », « France », « dit », « programme », « choses », « avait » ; du côté négatif ce sont les mots « français », « président », « jaunes », « trop », « gilets », « riches », « lui », «n’écoute », « rien », « nous ». Les deux trames narratives que l’on peut reconstruire à l’aide de ces « parangons » sont les mêmes que celles que nous observons depuis des mois : d’un côté, le jeune président modernisateur et réformateur qui « fait des réformes » et « fait ce qu’il avait dit dans son programme » ; de l’autre côté le « président des riches qui n’écoute rien » et surtout pas les Français. A cette narration négative s’ajoute dans l’enquête du mois de mars de nombreuses références aux Gilets jaunes. En revanche, les deux narrations par lesquelles Emmanuel Macron a tenté de sortir par le haut de la crise ne sont presque pas citées : parmi les opinions positives, le thème du Grand débat national n’est cité que 4 fois, le mot « Europe » également 4 fois et l’adjectif « européen » 3 fois seulement. Le Grand débat national (de « l’enfumage ») et la gestion de la crise des Gilets jaunes sont en revanche beaucoup plus cités parmi les opinions négatives.

Deux derniers éléments méritent tout notre attention. D’une part, l’univers sémantique des opinions positives à l’égard d’Emmanuel Macron est toujours moins riche et diversifié en contenu que l’univers sémantique des opinions négatives. Comme si le rejet d’Emmanuel Macron était beaucoup dense et puissant que le soutien. D’autre part, les structures narratives que nous avons mises à jour dans les données de l’enquête du mois de mars montrent une forte stabilité par rapport à celle des mois précédents.

Aucun élément d’actualité, aucune innovation dans la communication présidentielle, ne vient donc combler la profondeur du sillon d’incompréhensions qui sépare en deux la France à propos d’Emmanuel Macron. Le Président de la République a parlé des heures, il a occupé nos écrans des jours et des nuits, il a traversé la France et enchainé les débats.  Il a tombé la veste de manière ostentatoire, repassé cent fois avec brio l’oral d’entrée à l’ENA. Rien n’y fait ! Son image semble congelée à des températures polaires et rien ne dit qu’elle bénéficiera d’un dégel printanier, d’une éclaircie ou d’un coin de ciel bleu éloignant la noirceur des mois de novembre et décembre. Un grand débat ne fait pas le printemps politique !

Cet article a été initialement publié sur le site d'Atlantico en mars 2019.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
TPV
- 29/12/2019 - 20:59
@Forbane
Et je plussois quand les mêmes qui protestaient à juste titre contre le mariage homo avalent la PMA et sont prêts pour la GPA, ....des putains de pharisiens préoccupés par leur ordre social de leurs hyper centre et de la sécurité de leurs avoirs. O convictions que de l'indifférence égoïste.
Forbane
- 29/12/2019 - 11:53
Masochistes
J’ai du mal à comprendre les cadres et autres CSP+ non retraités et à la tête d’une famille, qui soutiennent Macron qui n’a cessé depuis qu’il était conseiller de Hollande de leur prendre dans leur poche pour donner aux autres, très riches ou modestes?
Pharamond
- 27/03/2019 - 09:57
Quand on veut tuer son chien...
Ainsi,E.Macron n'aurait rien fait,sinon "des annonces". Plutôt que de lister celles déjà réalisée,je suggère une recherche élémentaire sur internet "réformes Macron". Quand on veut tuer son chien....".