En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La délinquance de jeunes venus pour la plupart du Maghreb explose à Paris

02.

Absence de mixité, prières… un club sportif aux pratiques troublantes

03.

Alerte au rhume : la maladie la plus répandue avait mystérieusement disparu depuis le confinement. Elle revient et ça va tout compliquer avec le Covid-19

04.

Les écologistes ont oublié qu'il faut du vent pour faire tourner les éoliennes

05.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

06.

Alerte aux grandes oreilles chinoises : voilà pourquoi vous devriez tourner 7 fois votre pouce avant de poster quelque chose sur les réseaux sociaux...

07.

"Olivier véreux de mes c***lles" : Jean-Marie Bigard insulte le ministre de la Santé

01.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

02.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

03.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

04.

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

05.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

06.

Emmanuel Macron s’est souvenu qu’il avait une mère et un père

01.

Eric Zemmour condamné pour injure et provocation à la haine

02.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

03.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

04.

Louis Hausalter : "L'histoire de Marion Maréchal éclaire l’état de décomposition et de recomposition du paysage politique"

05.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

06.

Plongée dans les coulisses de l’organisation de la Convention de la droite : l'engagement de Marion Maréchal et Eric Zemmour en faveur de l’union des droites

ça vient d'être publié
Faune
La ministre de l'Ecologie annonce la fin des animaux sauvages dans les cirques itinérants et dans les parcs aquatiques
il y a 22 min 27 sec
décryptage > Santé
Evolution de la pandémie

COVID-19 : mais pourquoi le gouvernement est-il incapable de communiquer sur le véritable indicateur de gravité de l’épidémie ?

il y a 1 heure 16 min
décryptage > Société
Distanciation sociale

Bulle sociale ou cérémonies restreintes : petits conseils pour bien choisir ses proches sans se fâcher

il y a 1 heure 36 min
pépite vidéo > Economie
Mesures contre le virus
Bruno Le Maire évoque son expérience du Covid-19 : "Une fois qu'on y est passé, on voit les choses différemment"
il y a 1 heure 53 min
pépites > Société
Sécurité
La délinquance de jeunes venus pour la plupart du Maghreb explose à Paris
il y a 2 heures 40 min
Poison
Cueillette de champignons : ne pas faire confiance aux applications de reconnaissance sur téléphone mobile
il y a 3 heures 13 min
décryptage > Environnement
Quel sale temps

Les écologistes ont oublié qu'il faut du vent pour faire tourner les éoliennes

il y a 3 heures 31 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Le risque d’une généralisation de l’épidémie à toute la France est pris très au sérieux par les chefs d’entreprise, mais pas par les Français. Alors pourquoi ?

il y a 3 heures 37 min
pépite vidéo > Insolite
Spectateurs virtuels
Denver Broncos : les personnages de South Park s'invitent au stade pour les matches de NFL
il y a 17 heures 35 min
pépites > Défense
Chemin de la paix...
L'Arménie saisit d'urgence la Cour européenne des droits de l'homme après les tensions militaires avec l'Azerbaïdjan
il y a 19 heures 16 min
light > Science
Loin
Nouvelle découverte d'eau sur Mars : plusieurs lacs sur des milliers de km2
il y a 50 min 21 sec
pépites > Santé
Succès
Coronavirus : plus de 12 millions de téléchargements pour l'application britannique officielle de traçage
il y a 1 heure 22 min
décryptage > Economie
Compétitivité

Veut-on vraiment être compétitifs ?

il y a 1 heure 42 min
décryptage > Politique
Impact sur l'opinion

Des Français déboussolés et désemparés

il y a 2 heures 19 min
décryptage > Consommation
Craintes chez les consommateurs

Reconfinement non exclu : avec le recul, faut-il se jeter sur le papier toilettes au cas où ?

il y a 2 heures 50 min
décryptage > Politique
La France a-t-elle les moyens de ses ambitions (à lui)...?

Emmanuel Macron et les tentations dangereuses

il y a 3 heures 15 min
décryptage > International
Il y a mis du temps

Et Macron osa (enfin) nommer le Hezbollah

il y a 3 heures 32 min
décryptage > International
Grand silence à l’Est

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

il y a 3 heures 41 min
light > Media
"En toute franchise"
Ségolène Royal va intervenir régulièrement sur le plateau de LCI dans le cadre d'un débat
il y a 18 heures 3 min
pépites > Politique
Candidature
Rachida Dati se confie dans la presse britannique sur son souhait de vouloir "gagner l'élection présidentielle de 2022"
il y a 19 heures 44 min
© Reuters
© Reuters
Réforme des retraites

Retraites : ça coince. Santé : ça bloque. Protection sociale : ça n’avance pas. Macron n’aura aucun résultat durable s’il n’a pas le courage d’inviter le privé dans le jeu.

Publié le 26 mars 2019
Le sujet n’est pas de privatiser le système social, le sujet est de rendre la dépense sociale efficace...
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le sujet n’est pas de privatiser le système social, le sujet est de rendre la dépense sociale efficace...

Le président français et son gouvernement sont tellement embourbés dans la crise des Gilets jaunes qu’ils vont écraser dans l’œuf la mère de toutes les réformes dont la France a besoin : celle du système social, à commencer par la réforme des retraites.

Le problème n’est pas de diminuer ou d’anéantir le modèle social français, le problème est de retrouver sa qualité. Le sujet n’est donc pas de supprimer une grande partie des dépenses publiques et sociales, mais de les rendre efficaces durablement et le seul moyen est de redonner aux « clients », la liberté de choisir son système, ses prestataires et la performance globale. Mais pour que le citoyen puisse recouvrer cette liberté individuelle, il faut lui donner le choix dans le cadre d’une offre concurrentielle. Il ne s’agit pas de privatiser le système comme le prétendent beaucoup d’opposants, il s’agit simplement de l’ouvrir à la concurrence qui est forcément un facteur de progrès et d’efficacité.

Quand les gilets jaunes soutenus sur ces points par une majorité de l’opinion réclament de payer moins d’impôts pour des services publics et sociaux plus efficaces, ça n’est contradictoire que si et seulement si on raisonne dans le cadre d’un système public enfermé dans son archaïsme.

Si le système public reste réservé à la logique du service public, on ne réussira jamais à sortir de cette obsession du toujours plus.Toujours plus de services donc de moyens et par conséquent, toujours plus d’impôts.

Le modèle social est dominé par deux systèmes qui sont très budgétivores et sur lesquels les gouvernements (tous les gouvernements) n‘osent pas réformer : le système de retraite et le système de santé.

1° Sur le système de retraite, l’ensemble de la réforme en projet se prépare dans le cadre unique du système actuel de la répartition. Comme si ce système était sanctuarisé. Jean-Paul Delevoye, le haut commissaire à la réforme des retraites, est sans doute habile, mais il a aussi pour mission d’éviter tout ce qui pourrait bousculer les parties prenantes. Par conséquent, il reste dans le cadre du système de la répartition, et par conséquent se retrouve obligé à bricoler un équilibrage en touchant soit au montant de la cotisation retraite, soit en minorant les pensions, soit en reculant l’âge de départ à la retraite.Le système est complètement figé entre les intérêts corporatistes de ceux qui se cramponnent aux régimes spéciaux, et ceux qui tiennent aux idéologies. La mise en place de la retraite par points a pu faire croire qu’on introduisait un levier de liberté puisqu’en théorie, l'accumulation de points donnait à l’assuré la possibilité de choisir la date de départ à la retraite et son montant. En théorie, parce qu‘en pratique, tout dépendra certes du nombre de points, mais surtout de la valeur du point et la valeur du point sera fixée par le système public et servira à trouver l'équilibre du ou des régimes.

Dans la pratique, l’assuré social n’aura pas retrouvé un pouvoir de choisir les conditions de date et de modalité de sa future retraite.

Le seul moyen serait, à partir d’un socle de prévoyance retraite de base, que l'assuré ait la possibilité de contracter des compléments de retraites qui seraient offerts et gérés par des acteurs privés du secteur de l’assurance. Ils savent faire. L’assurance-vie connaît un énorme succès au profit malheureusement de l’Etat qui trouve là les ressources pour financer ses déficits. On passerait alors à un modèle de retraite partiellement géré sous le régime de la capitalisation, ce qui permettrait d’ailleurs de drainer des fonds pour l‘entreprise.

Ces régimes de retraites complémentaires pourraient être encouragés par des avantages fiscaux (l’Etat sait faire), ils seraient gérés par des sociétés publiques ou privées en situation de concurrence. L’assuré retrouverait alors une part de liberté et de responsabilité sur le montant de sa future retraite. L’Etat se garde bien d’aborder ces rivages.

 

2°  Sur le système de santé, on peut évidemment faire le même raisonnement. A partir d’une couverture de base obligatoire (gérée par l’assurance maladie et les mutuelles), on pourrait très bien imaginer un élargissement de la part tenue par les mutuelles et les sociétés d’assurances privées.

Le secteurprivé ou plutôt la logique de concurrence entre différents acteurs est entré dans l’industrie de la santé. Les mutuelles complémentaires négocient avec leurs assurés, soit au niveau de l’entreprise, des syndicats ou des assurés individuels, le montant de la cotisation d’assurance santé et le montant de la couverture. Parallèlement, ces mêmes mutuelles ont leur mot à dire sur le travail et le prix des prestataires santé en les obligeant à toujours optimiser le rapport qualité-prix. On peut même ajouter que le système de bonus/malus pourrait très bien s’appliquer aux domaines de la santé pour tenir compte des efforts personnel de l’assuré qui peut adopter un comportement (activité physique et alimentation) qui aura un impact direct sur les risques santé.

On connaît l’effet du tabac ou de l’alcool sur le développement des maladies cardio vasculaires ou des cancers.La maladie est injuste, mais les assureurs sont capables de calculer les taux de risque en fonction des antécédents santé de l’assuré. Ils savent très bien le faire quand il s’agit d’assurer un individu qui fait un emprunt immobilier.

L’Etat se garde bien de rentrer dans ces logiques « de marché » pour obtenir une optimisation des dépenses de santé.

Et pourtant, sans permuter le modèle social français avec la violence du système américain, le jeu du marché revient à donner de la liberté aux individus. A partir du moment où les risques de base sont obligatoirement couverts, l’individu peut très bien choisir son régime et faire ses arbitrages entre le présent et l’avenir quand il s’agit de sa retraite, et entre le cout de la prévention du risque et le prix du traitement du risque quand il s’agit de la santé.
La jurisprudence de l’assurance automobile est très éclairante. L’assurance automobile est obligatoire certes, mais les assureurs ont mis en place des offres qui tiennent compte du comportement de l‘assuré avec un système de bonus/malus. Les offres offrent en plus quantité d‘options volontaires. L’assuré peut très facilement faire jouer la concurrence en cherchant le contrat qui correspond le mieux à son intérêt et à celui de sa famille.

Alors, les opposants à cette mise en liberté de l'assuré social viendront nous expliquer que si on fait soi-même sa retraite en toute responsabilité, beaucoup termineront leur vie dans la misère. Si on décide soi-même de sa couverture santé, ils nous expliquent que beaucoup n’auront même pas les moyens d’aller à l’hôpital.

Peut être, et c’est vrai, qu’environ un million d’automobilistes roulent sans assurance et sont à ce moment là des dangers en puissance pour les autres.

Cela dit, les pays européens ont une tradition sociale et des modèles qui empêchent les dérives que l'on connaît aux Etats-Unis ou en Grande Bretagne. D’autre part, les Etats auront encore les moyens de dresser des garde-fous, même si le privé entre dans le jeu.

Le gros intérêt des acteurs privés, c’est qu’ils offrent le choix au consommateur. Qui oserait, par exemple, aujourd’hui revenir à un système public et monopolistique de service de télécommunications ?

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Jardinier
- 27/03/2019 - 11:53
Je me demande combien JM Sylvestre a touché
Pour écrire cet article.
cloette
- 27/03/2019 - 08:03
La solution n'est pas dans cet article .
le commentaire d'ajm est très juste , et la vigilance ne s'est jamais autant imposée qu'aujourd'hui .
ajm
- 26/03/2019 - 21:56
Écran de fumée .
Le sujet de la retraite est un sujet éminemment sérieux et complexe qui mériterait autre chose que deux ou trois idées jetées en quelques lignes à la cantonade. En tout cas, il faut avoir conscience que la réforme en cours sous l'égide du gouvernement n'est qu'un exercice visant à réduire le niveau des pensions qui deviendront des variables d'ajustement à l'intérieur d'une grande usine à gaz pilotée par Bercy dans une opacité absolue et qui en profitera pour siphonner au passage dans les tuyaux de l'usine ce qui lui conviendra pour respecter les critères de Maastricht. Seuls des crétins peuvent imaginer que cette réforme constitue le socle d'un système équitable et viable pour tous les Français dans les années à venir.