En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© LUDOVIC MARIN / AFP
La crème de la crème
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
Publié le 18 mars 2019
Ce lundi 18 mars à 18h00, Emmanuel Macron reçoit une soixantaine d'intellectuels à l'Elysée dans le cadre du grand débat national, dans l'objectif d'adresser une réponse à la crise des Gilets jaunes.
Jean-Philippe Vincent, ancien élève de l’ENA, est professeur d’économie à Sciences-Po Paris. Il est l’auteur de Qu’est-ce que le conservatisme (Les Belles Lettres, 2016). 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Philippe Vincent
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Philippe Vincent, ancien élève de l’ENA, est professeur d’économie à Sciences-Po Paris. Il est l’auteur de Qu’est-ce que le conservatisme (Les Belles Lettres, 2016). 
Voir la bio
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ce lundi 18 mars à 18h00, Emmanuel Macron reçoit une soixantaine d'intellectuels à l'Elysée dans le cadre du grand débat national, dans l'objectif d'adresser une réponse à la crise des Gilets jaunes.

Atlantico: De manière plus générale, et au delà de la liste des invités couvrant un spectre assez large, les intellectuels français sont-ils représentatifs des différents courants qui traversent la société française ? Ne pourrait-on pas considérer qu'il existe un ou plusieurs "angles morts" ? 

Jean-Philippe Vincent : L’idée de consulter un certain nombre de penseurs sur la crise des gilets jaunes me semble bonne. Naturellement, la sélection des « intellectuels » est légèrement biaisée. Si l’on avait consulté l’Institut, et notamment l’Académie des Sciences Morales et Politiques, ce biais aurait pu être évité. Ce qui est frappant, c’est l’absence de représentation des libéraux et conservateurs. Où sont Pierre Manent, Alain Besançon, Philippe Raynaud, Rémi Brague, autant de penseurs libéraux et/ou conservateurs de grande envergure ? Il est également frappant que le plus grand économiste français, Jean Tirole, ne fait pas partie des heureux élus.

Au fond, la sélection qui a été faite est révélatrice de ce que le sociologue français François Bourricaud appelait « le bricolage idéologique ». On met en avant un « parti intellectuel » unifié alors que celui-ci est très composite : il y a les vrais savants ; il y a les idéologues ; et il y a les « bricoleurs », c’est-à-dire les vulgarisateurs souvent issus de l’enseignement ou du journalisme. A côté de quelques vrais savants (Marcel Gauchet, par exemple), les intellectuels qu’Emmanuel Macron va rencontrer sont surtout des « idéologues » et des « bricoleurs ». Je crains beaucoup que cette rencontre, faute d’une préparation adéquate, se révèle improductive et serve de caution. Au fond, cette opération obéit malheureusement au bricolage idéologique qui est la marque distinctive du débat des idées en France.

 

Edouard Husson: Soixante intellectuels d’un coup ! Nicolas Sarkozy ou François Hollande les recevait à une tablée, par petits groupes. Mais là, soixante ! C’est une idée saugrenue. Ce qui fait la grandeur d’un intellectuel, c’est son caractère solitaire, l’unicité de sa pensée. En fait, si l’on en croit les quelques noms distillés par l’Elysée dans les médias, on a des experts, des représentants de think tanks, des universitaires. Cette dernière catégorie peut donner des intellectuels. Mais ce qui distingue l’intellectuel, c’est son indépendance, sa pensée critique. L’intellectuel est, le plus souvent, un opposant; il combat pour la vérité et la justice. L’intellectuel, c’est Zola publiant « J’accuse », Péguy pourfendant les conformismes de la République radicale et de la Sorbonne, Benda dénonçant « la trahison des clercs », Aron dégonflant les baudruches marxistes ou se moquant du carnaval de 1968. C’est Soljenitsyne ou Sakharov. C’est Chomsky ou Havel. C’est Umberto Eco. Je ne crois pas, donc, que l’on puisse faire de la représentativité un critère d’évaluation de l’intellectuel. Il est comme le prophète dans la Bible: il va contre l’opinion et les exactions des puissants; il avance contre le conformisme et les peurs de la majorité; il prend la défense des faibles, des opprimés, des minorités. Et comme dans la Bible les « faux prophètes », les « prophètes courtisans », nous avons nos intellectuels officiels, que pourfendra un intellectuel authentique. 

Emmanuel Macron est-il prêt à entendre lundi soir une parole authentique? Supporterait-il que l’un des soixante se lève pour lui demander des comptes après les violences policières contre les Gilets Jaunes? Qu’on lui demande comment il a fait pour ne jamais utiliser les mots « Gilets Jaunes » dans ses interventions publiques? Que l’on mette en cause l’euro? Qu’on lui demande pourquoi il a pris position comme il l’a fait dans la polémique ETAM? Si c’est le cas, la réunion de lundi est utile, sinon mieux vaudrait annuler.    

Dans quelle mesure pourrait-on considérer que les intellectuels français ont su diagnostiquer la situation que connaît le pays  ? 

Jean-Philippe Vincent : La situation du pays est insaisissable et il n’est pas étonnant que très peu d’intellectuels l’aient correctement appréhendée. Le meilleur analyste de la crise du pays est sans conteste Pierre Manent. Philippe Raynaud en a fait également une excellente analyse, tout en se trompant lui aussi assez souvent. Dans le contexte actuel, personne ne saurait le lui reprocher.

Cette inadéquation entre le malaise social et l’interprétation qu’en font les intellectuels français vient selon moi de ce que l’on a dramatiquement sous-estimé ce que Pareto appelle « la persistance des agrégats », c’est-à-dire le souhait profond d’ordre et d’autorité au sein de la société française. Si l’on avait satisfait la demande régalienne de la société française, il aurait été possible de faire quelques réformes profondes et utiles, c’est-à-dire aller dans le sens de « l’autonomie des résidus » pour reprendre l’expression de Pareto. Mais on n’a hélas pas fait droit à cette demande régalienne et conservatrice. L’offre intellectuelle française est presque totalement déconnectée de la demande d’idées de la population. C’est un très sérieux problème.

 

Edouard Husson: Notre époque, notre pays ne manquent pas d’intellectuels authentiques, d’individus qui ne sacrifient pas aux modes. Nous aurions pu croire, après la Chute du Mur de Berlin, que la liberté de l’esprit l’emporterait partout. Mais l’anticommunisme et le libéralisme, qui avaient été le fait d’esprits libres, sont soudain devenus des idées à la mode et même de puissants conformismes. 

Rappelons-nous la Guerre du Kosovo. Régis Debray avait fait un courageux reportage, refusant d’accepter la thèse dominante, celle de l’unique culpabilité des Serbes et de l’innocence des Albanophones du Kosovo. Il eut droit au déchaînement du plus célèbre de nos intellectuels officiels, Bernard Henri Lévy, qui chercha à déclencher un procès en sorcellerie avec un article dans Le Monde intitulé « Adieu Régis ». La manoeuvre échoua mais il y eut peu de voix courageuses, à l’époque, pour aller dans le même sens que Debray et dire que la guerre menée par l’OTAN contre la Serbie n’avait aucune légitimité dans le droit international. De même peu nombreux sont ceux qui ont entrepris de dénoncer les inégalités croissantes qui affectent la société française depuis trois décennies. Lorsque Mitterrand, homme de droite singeant la gauche, puis Chirac, homme de gauche contrefaisant la droite, se sont ralliés avec armes et bagages au mondialisme ambiant, dans sa version européenne, il n’y a pas eu beaucoup d’intellectuels, ni à gauche ni à droite, pour parler au nom du peuple, sacrifié dans cette affaire. 
 

Dans "Un personnage de roman" paru en 2017, Philippe Besson relatait les propos d'Emmanuel Macron, évoquant des intellectuels comme Emmanuel Todd, Michel Onfray, ou Régis Debray, Alain Badiou ou encore Alain Finkielkraut "ils regardent avec les yeux d'hier, le monde d'hier" (...)"ils sont devenus des éditorialistes" "des esprits tristes englués dans l'invective permanente" "Je leur préfère de vrais penseurs. Jürgen Habermas, par exemple".  Comment comprendre "le grand débat des intellectuels" au travers de cette déclaration ? 

Jean-Philippe Vincent : Emmanuel Macron est très sévère et assez injuste. A-t-il jamais rencontré et discuté avec Pierre Manent et Rémi Brague? Quant à Habermas, il s’est trompé plus qu’à son tour. Au surplus, presque personne ne le lit, ce qui permet de le citer ou de l’interpréter sans risquer d’être contredit. Mais il est vrai que la tentation de l’éditorialisme est très forte.

Raymond Aron se reprochait souvent d’y céder. Et c’était Raymond Aron ! Donc, soyons indulgent, y compris avec ces demi-intellectuels (comme il y avait des demi-mondaines) qui font des conférences sur des paquebots à l’occasion de croisières de luxe. Il faut bien vivre.

 

Edouard Husson: Avec Emmanuel Macron, nous avons un problème assez facile à identifier. De même que Giscard n’a jamais accepté de ne pas être né romancier et s’est ridiculisé par quelques fictions mal ficelées, Emmanuel Macron voudrait être un intellectuel. A vrai dire, ce n’est pas bien grave qu’il ne le soit pas; ce qu’on attend de lui, c’est qu’il gouverne bien le pays. Mais il s’obstine à vouloir être un intellectuel, de l’espèce philosophe. Il avait laissé écrire, avant son élection, qu’il était entré à la rue d’Ulm, ce qui n’est pas le cas; il se laisse présenter comme un ancien assistant de Paul Ricoeur octogénaire, sans que l’on voie bien ce qu’il a gardé, intellectuellement, de l’illustre universitaire. Alors non seulement Macron prononce des discours interminables mais il se permet de dire qui a grâce à ses yeux dans le monde des idées. En fait, la formule rapportée par Philippe Besson est profondément comique, aux dépens de son auteur. « Le monde d’hier » est le titre d’un magnifique livre de Stefan Zweig, un hymne à la civilisation européenne d’avant la barbarie, celle des guerres mondiales. 

Et puis Macron, en reprochant à tel ou tel de regarder le monde avec « les yeux d’hier » ne semble pas se rendre compte que le passé est un point d’observation fréquent des intellectuels pour critiquer le monde dans lequel ils vivent. Tout simplement parce que les intellectuels cherchent la permanence de l’humain contre les modes et les tyrannies modernes, qui se drapent souvent dans les habits du progressisme. Enfin, et ce n’est pas le moindre paradoxe, Emmanuel Macron s’est montré, depuis deux ans, profondément incapable de quitter un monde qui est celui de son enfance et de son adolescence, le « patriotisme constitutionnel » d’Habermas, la république centriste de Giscard, l’européisme de Mitterrand, le mondialisme néo-libéral, . Alors que Todd, Debray ou Finkielkraut, bien que plus âgés que lui, ont, chacun à leur manière, compris quelque chose du monde conservateur, épris de frontières, de cohésion sociale, de réenracinement, qui est en train d’advenir. Quant à Onfray ou Badiou, ils ont chacun à sa manière, le goût du défi aux puissants. 

Disons que le président n’aborde pas vraiment le débat de lundi soir dans une bonne disposition d’esprit. Tout se passe comme s’il avait fait venir 60 personnes pour qu’aucune ne puisse vraiment s’exprimer. Les invite-t-il pour subir un de ses discours où il se fait l’émule de Fidel Castro, non seulement par la longueur mais aussi par l’ennui qu’il sécrète? 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Public voit un nouvel homme dans la vie de Laeticia Hallyday; Angelina Jolie veut récupérer le sien; Brigitte Macron au chevet de l’AVC de Line Renaud; Ségolène Royal & François Hollande bientôt mamie-papy; Louis Sarkozy accouche d’une ligne de mocassins
02.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
03.
Le paradoxe des sacs plastiques ou quand le remède (de leur suppression) est pire que le mal
04.
De mystérieux investissements immobiliers de Qatar Charity en France
05.
Pourquoi la fonte du permafrost pourrait avoir des conséquences encore pires que prévues
06.
Notre-Dame : quand du recueillement on passe au cirque !
07.
Les vrais objectifs de la sulfureuse ONG Qatar Charity
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
04.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
05.
Faut-il craindre l'opération "Revanche pour le Sham" de l'EI
06.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Névroses nationales : et la France de demain, vous la voulez à l’identique ou conscientisée ?
Commentaires (23)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
spiritucorsu
- 19/03/2019 - 16:53
Brochette d'idéologues(suite et fin)
Il ne manquerait plus en effet que les gueux et les serfs de la macronie croient pouvoir modifier le système "pseudocratique"actuel pour une société plus juste;plus solidaire,plus participative,qui soit l'avènement d'une démocratie rénovée.Un comble pour le monarque jupitérien,une véritable histoire à lui donner des cauchemars.
spiritucorsu
- 19/03/2019 - 16:45
Brochettes d'idéologues.
Sans résultat probant,après deux ans d'un règne qui relève de l'absolutisme,avec une influence de la France dans le monde et en Europe affaiblie ,voire inaudible et alors que le pays s'enfonce dans une crise sociale de plus en plus explosive,le monarque consulte une brochette d'idéologues triés sur le volet et dont il est sûr qu'ils n'auront pas l'indélicatesse entre deux toasts de foie gras et une bouchée de caviar de remettre en cause le prodige intellectuel jupitérien dont la flamboyante pensée illumine aujourd'hui le pays et au delà.Cette notion de club privé réservé aux dignitaires du régimes et à ses affidés est symptomatique de tout ce qui touche le gourou et sa secte et augure mal de la conclusion de ce grand débat tant vanté à la gloire du prince mais combien confisqué et recyclé.En effet, on peut se commettre le temps d'une réunion avec la populace pour amuser la galerie et surtout faire croire à ceux qui ne sont rien que leur avis compte pour quelque chose,jusqu'au moment où il faut bien siffler la fin de la partie,et alors,le masque tombe,l'empathie n'était que duplicité et l'écoute et la considération affichées,une sinistre farce,un artifice trompeur de plus.
Winter
- 19/03/2019 - 12:20
Génial !
Cet article est à la fois très pointu et vraiment agréable à lire. J’ai regardé la rencontre avec les intellectuels de régime pendant une trentaine de minutes. Ce qui était clair c’était la connivence et l’entre-soi. De plus il fallait connaître l’épisode précédant pour suivre. Donc rien de nouveau. C’était la mise en scène d’un pseudo intellectuel-président, alors que j’avais bien compris qu’il a fait du rangement chez Ricoeur. Macron me fait penser aux Ceaucescu.