En direct
Best of
Best Of
En direct
© Ilmars ZNOTINS / afp
Edito
Pourquoi la nouvelle détente sur les taux d’intérêt va favoriser l’immobilier
Publié le 15 mars 2019
Le nouveau virage de la politique monétaire de la banque centrale européenne va avoir un impact sur le marché immobilier en rendant plus attractives les conditions d’emprunts.
Michel Garibal , journaliste, a fait une grande partie de sa carrière à la radio, sur France Inter, et dans la presse écrite, aux Échos et au Figaro Magazine.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Garibal
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Garibal , journaliste, a fait une grande partie de sa carrière à la radio, sur France Inter, et dans la presse écrite, aux Échos et au Figaro Magazine.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le nouveau virage de la politique monétaire de la banque centrale européenne va avoir un impact sur le marché immobilier en rendant plus attractives les conditions d’emprunts.

Mario Draghi s’est décidé à faciliter à nouveau le recours au crédit, alors que les signes d’un ralentissement de la croissance se multipliaient en Europe. La situation est même devenue préoccupante en Allemagne qui pourrait se faire doubler par la France cette année pour la performance économique, puisque son PIB croîtrait d’un pour cent seulement, alors que le nôtre est désormais crédité par la Banque de France de 1,3%, même s’il est en retrait par rapport aux prévisions faites à la fin 2018.

Le loyer de l’argent a aussitôt connu un nouveau fléchissement. Désormais, tout espoir de resserrement monétaire est abandonné avant 2020, alors qu’il devait entrer progressivement en vigueur dès cette année. La conséquence se fait déjà sentir sur le marché immobilier. Alors que les professionnels redoutaient un tassement du marché, en raison des performances exceptionnelles obtenues au cours des deux dernières années et que l’on commençait à observer une diminution des mises en chantier depuis quelques mois, ils se jettent aujourd’hui dans la brèche ouverte pour tenter de ranimer le marché, d’autant que , en dehors de Paris et de quelques grandes métropoles, l’évolution des prix parait plus raisonnable. Il est vrai que l’ensemble des charges et des taxes subies par l’immobilier avec même la perspective d’une majoration prochaine de l’IFI jouent un rôle de frein.

  Depuis quelques jours, on a observé une baisse entre cinq et quinze centimes sur les barèmes du crédit, qui a retrouvé son niveau le plus bas depuis 2016. Une compétition féroce se joue au demeurant entre les banques qui tentent d’attirer de nouveaux clients, quand elles ne s’efforcent pas de conserver ceux qui sont tentés de les quitter pour les établissements en ligne. Etant donné le niveau déjà très bas des prêts, les apporteurs de fonds jouent de plus en plus sur la durée. Vingt ans parait aujourd’hui la règle, mais certaines banques viennent de franchir un pas de plus en proposant vingt-cinq ans, et l’on envisage même d’atteindre le cap des trente ans, avec un taux à peine supérieur à 1,5%. Il est évident qu’à ce stade, on bafoue totalement les règles de la rentabilité, puisqu’on se fixe la conquête du client à n’importe quel prix, sans compter que sur une période aussi longue les aléas de la carrière peuvent comporter des menaces sur les capacités d’honorer ses engagements. Mais la lutte est devenue si féroce entre les banques que l’on en oublie les précautions élémentaires, sans parler des écarts qui se creusent entre les tarifs officiels et ceux qui sont proposés dans certaines agences, au point que certains observateurs n’hésitent pas à parler de braderie.

A l’inverse, les autres formes de placements font grise mine. L’assurance-vie va encore voire ses rendements diminuer, alors que la rémunération accordée aux épargnants est désormais inférieure à l’inflation après impôts. Les Français continuent de rester à l’écart de la Bourse qui a pourtant corrigé la baisse excessive enregistrée à la fin de l’an dernier. Plus que jamais, l’immobilier, malgré ses handicaps, demeure la valeur refuge par excellence.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
02.
MBS, le prince héritier saoudien dépossédé d’une partie de ses pouvoirs par le Roi Salman
03.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
04.
La France va devenir la première puissance mondiale en moins de 5 ans
05.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
06.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
07.
Les dessous de la superpuissance américaine : les États-Unis, ce pays si familier que nous connaissons pourtant mal
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
03.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
04.
Et Marine Le Pen éclata de rire…
05.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
06.
Le voile est-il vraiment un accoutrement souhaitable pour vendre des petites culottes ?
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
03.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
04.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
05.
Grève mondiale des élèves pour le climat : 5 éléments pour déterminer s’il faut s’en réjouir ou... s’en inquiéter sérieusement
06.
Quand Nathalie Loiseau teste les nouveaux "éléments de langage" du progressisme face à Marine Le Pen sans grand succès
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ajm
- 15/03/2019 - 17:00
Immobilier et taux.
Monsieur Olivier 62 , faites un tour dans les banlieues des grandes agglomérations, pas seulement Paris, vous pourrez voir en ce moment une quantité impressionnante de nouveaux programmes immobiliers qui participent, dans ces zones, à reduire la bulle immobilière en augmentant l'offre. Dans les centre-villes où les règles d'urbanisme et l'absence de réserve foncière empêchent la construction , on observe du coup une forte poussée des prix. On voit aussi beaucoup de rénovations de logements anciens. En même temps, l'immobiler dans la France profonde ou périphérique continue à baisser, voir à s'effrondrer. S'agissant des HLM, certains sont de bonne qualité à l"origine, meilleure que celle de pseudo immeubles de standing, le problème étant l'entretien et la délinquance, avec une population habituée à la vie désorganisée du tiers monde.
Olivier62
- 15/03/2019 - 15:56
La grande arnaque
On rebat les oreilles du con moyen avec ces histoires de baisse des taux d'intérêts, où il va grappiller quelques miettes pour faire passer la pilule du doublement ou plus des prix réels de l'immobilier depuis une quinzaine d'années. Les économies obtenues par une baisse des taux sont très faibles comparées au surcoût des prix de bulle immobilière, et ce d'autant plus que le marché immobilier en France n'offre généralement que des produits médiocres (appartements dans des HLM à racaille, pavillons moches et minables, baraques rafistolées n'importe comment, ...)
ajm
- 15/03/2019 - 15:11
Paradoxe.
Le paradoxe c'est que c'est l'immobilier , que toute la Macronie déteste, qui soutient encore un peu la conjoncture . Macron peut dire merci à Draghi au lieu de faire la cour à la teutonne Berlinoise qui lui crache à la figure par l'intermédiaire de sa plus jeune remplaçante à la tête de la CDU.