En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
© DANIEL LEAL-OLIVAS / AFP
Be careful what you wish for
Mais que gagnerait l’Europe à un Royaume-Uni qui en reste membre à reculons ?
Publié le 15 mars 2019
A seulement quinze jours de l'échéance, les députés britanniques ont voté pour un report du Brexit fixé au 30 juin.
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A seulement quinze jours de l'échéance, les députés britanniques ont voté pour un report du Brexit fixé au 30 juin.

Atlantico : Dans un contexte marqué par l'imprévisibilité du résultat concernant le Brexit, et en acceptant l'hypothèse d'un Royaume Uni révoquant l'article 50 - c'est à dire renonçant à la sortie de l'UE-, comment évaluer le potentiel de nuisance que pourrait avoir un Royaume Uni toujours plus rétif mais intégré, à l'Union européenne dans le contexte actuel ? 

Edouard Husson : Le Brexit va se faire. Le Parlement britannique est en train de rendre fous les technocrates de l’Union Européenne, qui vont faire une dépression nerveuse et supplier la Chambre des Communes de mettre fin à ces débats qui n’en finissent plus ! C’est l’effet corrosif de la liberté; nous autres Européens continentaux avons, surtout à l’ouest, perdu l’habitude de la démocratie.  
Cependant, acceptons votre fiction. La Grande-Bretagne ne peut pas sortir, elle est prisonnière, elle n’arrive pas à sortir. La Chambre des Communes vote la révocation de l’article 50. Vous avouerez que votre fiction implique que le peuple britannique ne bronche pas; en particulier pas les Anglais. Theresa May démissionne. De nouvelles élections ont lieu car le parti conservateur n’a pas été capable de lui trouver un successeur. Il en est ressorti une majorité Labour. Jeremy Corbyn est aux commandes. Il a une majorité fragile car la somme des conservateurs qui ont survécu, des partis régionalistes et de UKIP, qui a fait irruption au Parlement est supérieur au total du Labour. Corbyn ne s’en est tiré qu’en s’alliant avec les régionalistes écossais. Du coup, pour arriver à s’enraciner, Corbyn met en place une nouvelle social-démocratie protectrice des intérêts nationaux. Il a profité de la baisse de la livre, à l’issue des difficultés politiques, pour donner du corps à sa vision d’une réindustrialisation de la Grande-Bretagne. Les Européens, satisfaits de l’issue des événements, ne se méfient pas et laissent des Britanniques réinvestir en force la Commission et les agences européennes. Leur lobbying si efficace s’en donne à coeur joie: ils sont poussés par une opinion britannique qui a envoyé une majorité d’eurosceptiques au Parlement européen...

Un tel scénario ne serait-il finalement pas plus déstabilisant pour l'avenir de l'Union européenne qu'une sortie pure et simple du Royaume Uni ? 

En fait, l’Union Européenne est d’ores et déjà profondément déstabilisée par ce qui se passe depuis deux ans. Les Britanniques apportent la preuve, positivement, qu’il est possible de mettre en cause l’appartenance à l’UE; et, négativement, qu’il est difficile de se défaire de la technocratie bruxelloise. 
Alors, si l’on imagine que les Britanniques décident de rester, je me demande si cela ne reviendrait pas, en fait, à laisser une torpille creuser la coque du paquebot Union Européenne. L’effet destructeur est garanti, même si le bateau est énorme. Selon quelles conditions les Britanniques resteraient-ils dans l’UE? Peut-on décemment les priver du contrôle de leur immigration? Peut-on ne pas leur donner le droit de limiter l’accès des ressortissants de l’UE arrivant pour s’installer au Royaume-Uni qu’on leur avait promis avant le référendum de 2016? Pourra-t-on leur refuser une renégociation de leur contribution au budget de l’Union? 
Cependant, à partir du moment où vous favorisez la Grande-Bretagne, comment résister aux demandes d’exception pour tous les autres? On irait rapidement vers une Europe à la carte.

Au regard des lignes politiques intérieures actuelles, un tel scénario n'aurait-il pas pour effet de voir naître des alliances inhabituelles, rapprochant de fait le Labour de Jeremy Corbyn des positions d'Emmanuel Macron, sur certaines questions, comme l'élargissement de l'Union? 

Corbyn a bien des défauts. Il est politicien, manoeuvrier au point de devenir prisonnier de ses propres intrigues; il a manqué de fermeté, pour le dire gentiment, face à la tentation antisémite d’une partie de ses cadres. Mais il n’y a aucune chance qu’il puisse s’entendre avec Emmanuel Macron. Ne serait-ce que parce que sa social-démocratie est pensée dans un cadre national alors que le progressisme du président français est fondé sur l’antinationisme. Corbyn sait de quoi il parle quand il imagine sa « politique industrielle ». J’imagine plutôt un rapprochement de la Grande-Bretagne dans un tel cas avec l’Europe du Nord. Ou bien, scénario plausible, un rapprochement entre la Grande-Bretagne et l’Allemagne -dont la France sera le dindon de la farce. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
03.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
04.
La taxe carbone va prendre l’avion, très bonne idée, sauf que ceux qui vont payer ne sont pas ceux que l’on croit
05.
La République des taxeurs fous se porte bien
06.
Faut-il se résoudre à une situation à l’israélienne alors que le Sahel tend à devenir un nouvel Afghanistan ?
07.
Vidéo de Vincent Lambert : son épouse va porter plainte
01.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
02.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
03.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
04.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
05.
Pétition anti-Delon : l’erreur psychologique majeure commise par ceux qui croient que le bonheur serait garanti dans un monde 100% bon sentiment
06.
Le Monde a découvert une nouvelle et grave pathologie : la droitisation des ados !
01.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
02.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
03.
Pétition anti-Delon : l’erreur psychologique majeure commise par ceux qui croient que le bonheur serait garanti dans un monde 100% bon sentiment
04.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
05.
De l'art d'utiliser les morts : et Nathalie Loiseau enrôla Simone Veil dans sa campagne
06.
Emmanuel Macron, l’Europe, le RN et les Gilets jaunes : un cocktail détonnant de vérités et d’erreurs intellectuelles ou politiques majeures
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ExInO-Un
- 17/03/2019 - 18:06
Que gagnerait l'Europe à un Royaume Uni.... M. Husson
L'Union européenne, faute de gouverner réellement, se repose paresseusement sur le déploiement sans condition des principes du libéralisme capitaliste auquel elle rajoute des directives comme celle relative aux travailleurs détachés. Et tout cet ensemble fait office de dogme dont tout écart d'application pratique par les états est surveillé et "puni" par la "cour d'inquisition" ( la cour européenne de justice, et la discipline de marché pour l'économie.
Or le pragmatisme (ici, l'adaptation des principes à la réalité) et en quoi les anglo-saxons ont toujours excellé, aurait peut-être évité le Brexit, si effectivement comme vous le suggérer, les britanniques avaient pu réguler les flux migratoires d'Europe de l'Est. Brexit qui a donné du grain à moudre aux politiques et divisé la population.
L'Union européenne a-t-elle le monopole du bien ou du meilleur en Europe et les états et leurs peuples l'erreur, l'obscurantisme ?
De l'union européenne, il aurait été attendu qu'elle donne des directions ( l'intégration européenne par exemple) et non des directives; de reconnaître aux états la capacité d'user du libéralisme avec discernement.
jurgio
- 15/03/2019 - 19:27
Pourtant le Brexit inquiète peu de personnes
Beaucoup croient toujours que la Grande-Bretagne ne faisait que partiellement partie de l'Europe. Dans un sens, pour la Grande-Bretagne, son Europe c'était d'abord le Commonwealth, sa base de repli. L'accueillir dans l'UE avec sa propre monnaie était une bêtise. Les difficultés des négociations vont raidir l'esprit des vieux Angles. À continuer sans trancher, on y perdra des plumes, des grandes. L'Angleterre n'a-t-elle pas jadis détruit par des coalitions incessantes et des guerres sanglantes l'Europe napoléonienne ? Présentement, c'est un pays qui se targue d'avoir ruiné encore celle des Nazis... On attend patiemment la suite.
AZKA
- 15/03/2019 - 19:23
Camelot: c'est pas faux
Comme dit le Husson, Europe: décomposition avancée et les odeurs sont là.