En direct
Best of
Best Of
En direct
© JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP
Clash sur commande
Quel potentiel pour la stratégie de la rupture initiée par Nicolas Dupont-Aignan ?
Publié le 10 mars 2019
Nicolas Dupont-Aignan était l'invité de l'émission C à Vous sur France 5. Pendant l'émission, il s'en est pris violemment à Patrick Cohen, le qualifiant de "serviteur du pouvoir". Ne voulant pas s'excuser, il a été prié de quitter le plateau. Derrière cette stratégie du coup d'éclat permanent, le président de DLF mise probablement sur autre chose pour attirer l’attention de la part non négligeable de Français qui ne vote plus et rejette violemment médias comme représentants politiques
David Nguyen est directeur conseil en communication au Département Opinion et Stratégies d'Entreprise de l'Ifop depuis 2017. Il a été conseiller en cabinet ministériel "discours et prospective" au ministère du Travail (2016-2017) et au ministère de l...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
David Nguyen
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
David Nguyen est directeur conseil en communication au Département Opinion et Stratégies d'Entreprise de l'Ifop depuis 2017. Il a été conseiller en cabinet ministériel "discours et prospective" au ministère du Travail (2016-2017) et au ministère de l...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Dupont-Aignan était l'invité de l'émission C à Vous sur France 5. Pendant l'émission, il s'en est pris violemment à Patrick Cohen, le qualifiant de "serviteur du pouvoir". Ne voulant pas s'excuser, il a été prié de quitter le plateau. Derrière cette stratégie du coup d'éclat permanent, le président de DLF mise probablement sur autre chose pour attirer l’attention de la part non négligeable de Français qui ne vote plus et rejette violemment médias comme représentants politiques

Atlantico : Lors de l'émission C à Vous, sur France 5, Nicolas Dupont-Aignan a été prié de quitter le plateau après avoir accusé un journaliste d'être "le serviteur du pouvoir" et de "cirer les pompes"d'Emmanuel Macron. Comment expliquer cette stratégie de la "rupture" de Nicolas Dupont-Aignan dans le contexte actuel ? Celle-ci peut-elle lui profiter ? 

David Nguyen : Selon un sondage réalisé par l’Ifop en 2017, 67% des Français estiment que la liberté d’expression est menacée dans les médias traditionnels. Ce sentiment est d’autant plus partagé lorsqu’on se sent proche de formations frontalement opposées au pouvoir actuel : 86% chez les Insoumis, 76% chez les sympathisants du Rassemblement national et 82% chez ceux de Debout la France (contre 44% chez les sympathisants LREM). Pour Nicolas Dupont-Aignan, dénoncer des journalistes qui seraient aux ordres du pouvoir macroniste, c’est donc entrer en résonnance avec un discours largement partagé au sein de l’opinion, en particulier parmi ses électeurs. En faisant cela, l’objectif est de s’affirmer dans la course au titre de principal opposant du « système médiatico-politique », tout en s’offrant de nombreuses reprises dans ces mêmes médias. C’est une méthode qui a fait ses preuves. Sans même citer Donald Trump qui en a fait une obsession, on peut penser à François Bayrou qui avait débuté sa campagne en 2006 en dénonçant en direct, face à Claire Chazal, les liens entre Nicolas Sarkozy et de grands patrons de presse. Cette sortie avait contribué à installer l’image d’un homme libre et à faire de lui le troisième homme du scrutin présidentiel. Reste à savoir si cette technique désormais généralisée bénéficiera directement à Nicolas Dupont-Aignan ou si elle a perdu son caractère transgressif et donc son efficacité électorale.

Alors que les intentions de vote pour Nicolas Dupont-Aignan avaient été mesurées à la hausse lors de ces derniers mois, les derniers chiffres présentés montrent un tassement. Comment expliquer ces variations ? 

Debout la France a profité des difficultés post-présidentielles des Républicains et du Rassemblement national. En démarrant sa campagne plus tôt, Nicolas Dupont-Aignan a réussi à attirer des électeurs qui avaient été déboussolés d’un côté par le catastrophique débat d’entre-deux tours de Marine le Pen, de l’autre par l’affaire des enregistrements de Laurent Wauquiez devant les étudiants de l’Ecole de management de Lyon. Dans ce contexte de double crise de crédibilité des leaders de droite, Debout la France est apparu comme un pôle de stabilité et a réussi à tirer son épingle du jeu pendant quelques mois. C’est désormais plus difficile : les têtes de liste LR et RN ont été désignées et la campagne commence vraiment. La concurrence est plus rude et cela se traduit dans les intentions de vote : en décembre 2018, la liste de Nicolas Dupont-Aignan captait 10% des électeurs de François Fillon et 9% de ceux de Marine Le Pen 2017. Selon les derniers chiffres de l’Ifop, ces taux tombent à 4% aujourd’hui au sein de ces deux électorats (pour une intention de vote auprès de l’ensemble des Français à 5,5%). https://www.ifop.com/elections-europeennes-2019/

Une telle stratégie de la rupture n'est-elle pas "bloquante" au regard des différents modes de scrutin en France ? 

S’ériger en champion antisystème n’est pas nécessairement bloquant, même pour un scrutin qui impose une logique de rassemblement comme l’élection présidentielle. Emmanuel Macron, lorsqu’il rejetait en bloc en 2017 l’ «ancien monde », les « élites qui ont échoué », les « vieux clivages » était un candidat antisystème et une partie des Français a adhéré à cette promesse de renouvellement. Le risque en revanche c’est peut-être de proposer une double rupture, sur la forme comme sur le fond. Emmanuel Macron promettait certes de faire de la politique autrement, mais défendait un programme centriste, si ce n’est consensuel, empruntant à gauche et à droite et permettant à tous les électeurs effrayés par le Front national de se déporter sur En Marche. Nicolas Dupont-Aignan propose lui une rupture plus globale et plus radicale.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
02.
MBS, le prince héritier saoudien dépossédé d’une partie de ses pouvoirs par le Roi Salman
03.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
04.
La France va devenir la première puissance mondiale en moins de 5 ans
05.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
06.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
07.
Les dessous de la superpuissance américaine : les États-Unis, ce pays si familier que nous connaissons pourtant mal
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
03.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
04.
Et Marine Le Pen éclata de rire…
05.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
06.
Le voile est-il vraiment un accoutrement souhaitable pour vendre des petites culottes ?
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
03.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
04.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
05.
Grève mondiale des élèves pour le climat : 5 éléments pour déterminer s’il faut s’en réjouir ou... s’en inquiéter sérieusement
06.
Quand Nathalie Loiseau teste les nouveaux "éléments de langage" du progressisme face à Marine Le Pen sans grand succès
Commentaires (20)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cloette
- 11/03/2019 - 17:31
mais....
Comme je sais qui était visé, je ne puis qu'approuver DSA, et admirer son langage châtié !
jurgio
- 11/03/2019 - 16:41
J'ai voulu être ironique
car couramment, comme je le suggère en fin de post, on est plutôt d'un langage cru.
cloette
- 11/03/2019 - 14:35
à Jurgio
Dire à un journaliste qu'il est un" serviteur du pouvoir", et courtois certes, mais pas vraiment flatteur ! infamant ? pas vraiment infamant, mais à la limite, car très péjoratif surtout pour un journaliste .