En direct
Best of
Best of du 24 au 30 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête ses 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof

02.

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

03.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

04.

Menace terroriste : "On affronte des masses qui veulent nous détruire", alertent les services de renseignement

05.

On est chez nous ? Non, ils sont chez nous !

06.

Caricatures : Justin Trudeau veut un débat sur des "exceptions" à la liberté d'expression

07.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

01.

Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête ses 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof

02.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

06.

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

03.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

04.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

05.

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

06.

Attaque à l'arme blanche à Nice, l'auteur a été interpellé

ça vient d'être publié
pépites > France
Attaque
Lyon : un prêtre orthodoxe blessé par balle ; l'assaillant en fuite
il y a 8 heures 9 min
pépite vidéo > Culture
Disparition
15 des meilleures scènes de Sean Connery en Bond, James Bond
il y a 11 heures 58 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Menhir d'or" : Du pur Goscinny et Uderzo, en images et en sons

il y a 13 heures 54 min
pépite vidéo > Religion
Religions
L'archevêque de Toulouse, Robert Le Gall, se dit contre le droit au blasphème
il y a 14 heures 55 min
pépites > Terrorisme
Débandade
Seuls 26% des Français font confiance au gouvernement pour lutter contre le terrorisme
il y a 15 heures 57 min
décryptage > France
Justice

Le fondement juridique des amendes liées aux violations bénignes du reconfinement est-il solide ?

il y a 16 heures 49 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’économique française a rebondi de 18 % au 3ème trimestre, preuve que le système de production peut tenir, à condition qu’on lui fiche la paix...

il y a 17 heures 19 min
décryptage > Justice
Bonnes feuilles

Pierre Gide : le quotidien difficile d’un avocat sous l’Occupation

il y a 17 heures 29 min
décryptage > International
J-4

Bidenomics : quel impact pour l’économie d’un (éventuel) président démocrate ?

il y a 17 heures 30 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête ses 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof
il y a 17 heures 31 min
pépites > France
On en a gros
Reconfinement : des maires refusent la fermeture des commerces non-alimentaires
il y a 10 heures 36 min
light > Culture
Disparition
L'acteur Sean Connery est décédé à l'âge de 90 ans
il y a 12 heures 23 min
pépites > Terrorisme
Danger
Menace terroriste : "On affronte des masses qui veulent nous détruire", alertent les services de renseignement
il y a 14 heures 34 min
pépites > International
Soumission
Caricatures : Justin Trudeau veut un débat sur des "exceptions" à la liberté d'expression
il y a 15 heures 15 min
décryptage > France
Pour nous sonne le glas

On est chez nous ? Non, ils sont chez nous !

il y a 16 heures 42 min
décryptage > Santé
Apéros vidéo

Comment gérer la consommation d’alcool pendant le confinement ?

il y a 17 heures 18 sec
décryptage > France
Bonnes feuilles

GIGN - RAID : aux origines de la création des unités d’élite

il y a 17 heures 28 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Savoir repérer les manipulateurs : comment dire non à une personne malveillante et manipulatrice ?

il y a 17 heures 29 min
décryptage > International
Exemple

Petites leçons venues des Etats-Unis pour les conservateurs français

il y a 17 heures 31 min
décryptage > Société
Changement de visage

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

il y a 17 heures 33 min
© YASIN AKGUL / AFP
© YASIN AKGUL / AFP
Bonnes feuilles

"Capital international" : les voyages forment la jeunesse... et les inégalités

Publié le 10 mars 2019
Jérôme Fourquet publie "L’Archipel français" aux éditions du Seuil. En quelques décennies, tout a changé. La France, à l'heure des Gilets jaunes, n'a plus rien à voir avec cette nation soudée par l'attachement de tous aux valeurs d'une république une et indivisible. La France connaît un effet d'" archipelisation" de la société tout entière. Extrait 2/2.
Jérôme Fourquet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Fourquet publie "L’Archipel français" aux éditions du Seuil. En quelques décennies, tout a changé. La France, à l'heure des Gilets jaunes, n'a plus rien à voir avec cette nation soudée par l'attachement de tous aux valeurs d'une république une et indivisible. La France connaît un effet d'" archipelisation" de la société tout entière. Extrait 2/2.

Par‑delà la question de l’exil fiscal, le développement continu du processus de l’expatriation, inhérent à l’entrée dans une ère d’économie globalisée, met à un jour une autre fracture au sein de la société française : celle qui oppose la frange de la population disposant du capital culturel et psychologique nécessaire pour se projeter à l’étranger et la grande majorité, qui continue de vivre et de raisonner dans un cadre national. Nous retrouvons là le clivage entre les people of anywhere et les people from somewhere mis en avant par l’essayiste britannique David Goodhart. 

Certes, un dispositif comme Erasmus permet depuis plus de trente ans à de nombreux jeunes de partir à l’étranger dans le cadre de leurs études. Parallèlement, les échanges scolaires et les occasions de séjours à l’étranger se sont puissamment développés. Mais l’expérience internationale demeure toujours fortement tributaire des origines sociales. Ainsi, selon l’observatoire Erasmus +, si, sur la cohorte des étudiants sortis du système scolaire en 2010, 45 % des enfants de cadres étaient partis à l’étranger en cours d’étude, ce n’était le cas que de 25 % des enfants d’employés et de 21 % des enfants d’ouvriers. De la même façon, à niveau universitaire identique, le taux d’ouverture sur l’international varie fortement selon les filières. Ainsi, parmi les étudiants ayant un bac + 5, 81 % de ceux qui ont été formés dans une école de management ou d’ingénieurs ont passé un séjour à l’étranger durant leur cursus contre seulement 44 % de ceux qui ont effectué leur formation à l’université.

Comme le note la sociologue Magali Ballatore, bon nombre des étudiants ayant bénéficié du programme Erasmus disposaient déjà préalablement d’une « compétence migratoire », forgée par des voyages ou des séjours linguistiques effectués auparavant et au cours desquels ils avaient déjà acquis une propension à la mobilité dans un univers étranger. Cette « compétence migratoire » est cultivée assez précocement dans les milieux favorisés, qui accordent une grande importance à l’apprentissage des langues (déploiement de stratégies dans le choix des langues vivantes) et à l’ouverture sur l’international de leurs enfants. L’enquête Ifop pour No Com précédemment citée indique, par exemple, que 86 % des « hauts revenus » pensent que le retour des classes européennes et des classes bilangues « va transformer le système éducatif dans le bon sens », contre 66 % dans le reste de la population. Très tôt, les enfants de ces familles baignent dans un environnement international, leurs parents ou des membres de leur famille ayant souvent eux‑mêmes séjourné à l’étranger, à l’occasion de leurs études ou dans le cadre de leur travail. 

L’utilité de la mobilité par‑delà les frontières et les bienfaits de la culture internationale font partie intégrante des valeurs familiales et des repères identitaires qui sont transmis. Ainsi, comme le note Magali Ballatore, « le choix de partir dans le cadre du programme Erasmus  permet de se distinguer dans une université massifiée. Cela conduit à une certaine séparation sociale et scolaire au sein des institutions, comme on peut le constater pour les options de langues choisies dans les collèges et lycées. Le “local” ou voisin devient de plus en plus déprécié et populaire, alors que le “global” ou lointain est recherché pour sa “profitabilité” ». À titre illustratif, on notera, par exemple, que, dans les Yvelines, les quartiers de Fourqueux et de Saint‑Germain‑en‑Laye, situés près du très prestigieux lycée international, sont particulièrement prisés et que la proximité de cet établissement d’enseignement est systématiquement mise en avant dans les annonces immobilières. 

Un haut degré d’ouverture sur l’international permet aux jeunes issus des milieux favorisés, d’une part de se distinguer dans un environnement où la course au diplôme est féroce et où la compétition scolaire fait rage et, d’autre part, d’être mieux armés et plus à l’aise pour entreprendre une carrière dotée d’une dimension internationale (expatriation provisoire ou de longue durée, missions à l’étranger, contacts fréquents avec des clients/fournisseurs ou des collègues étrangers). Mais l’acquisition de ce « capital international » a aussi souvent pour effet de modifier la vision du monde et le rapport de ces jeunes à leur propre pays. De par leur parcours et leurs expériences à l’étranger, ils sont enclins à développer une grille de lecture moins « nationalo‑centrée » que les jeunes de leur génération demeurés à l’intérieur des frontières nationales. 

Avec le développement des cursus internationaux et des années de césures dans certaines filières sélectives, et du fait du fort investissement des familles des CSP + pour que leurs enfants acquièrent un « capital international », se dessine ainsi, progressivement, au sein des jeunes générations, un fossé entre une frange très ouverte sur l’international et ayant développé un « habitus postnational » et la masse évoluant culturellement dans un cadre resté national. Cet « habitus postnational » est d’autant plus développé que les jeunes en question vivront en couple avec un(e) concubin(e) étranger(e). Or ces « couples Erasmus » ne sont plus des cas statistiquement isolés. Une étude de la Commission européenne, menée en 2014 auprès d’un échantillon de 15 000 jeunes ayant bénéficié du fameux programme depuis sa création, indiquait qu’un tiers d’entre eux partageaient leur vie avec une personne d’une autre nationalité, soit un ratio trois fois supérieur à celui qui caractérise ceux qui n’ont pas quitté leur pays natal. De manière archétypale, la fille du très européen Alain Lamassoure a rencontré son conjoint espagnol en faisant ses études à l’université de Saint‑Andrews en Écosse. De cette union sont nés deux enfants, qui ont pour grand‑père un ardent fédéraliste européen. Ce dernier, fortement sensibilisé aux difficultés juridiques rencontrées par ce type de familles binationales, a plaidé pour la création d’un contrat de mariage européen.

Extrait de "L’Archipel français", de Jérôme Fourquet, publié aux éditions du Seuil. 

Lien direct vers la boutique Amazon : ICI

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires