En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

03.

Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse

04.

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

05.

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

06.

Ultra Covid Solitude : à la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

07.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

01.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > France
Manifestations
Loi "sécurité globale" : très forte mobilisation à Paris et dans toute la France
il y a 6 heures 46 min
pépites > Economie
Covid-19
Le plafond d'indemnisation pour les entreprises fermées sera doublé, à 200.000 euros par mois
il y a 7 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Histoires du Vendée Globe 2" : L’Everest de la voile vu de l’intérieur !

il y a 10 heures 23 min
light > Insolite
Ah
Lille : la Grande roue sera installée, mais restera fermée au public
il y a 10 heures 35 min
pépites > Politique
Le confinement leur réussit
Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse
il y a 11 heures 35 min
pépites > France
Libérés, délivrés
Déconfinement : retrouvez la nouvelle attestation et le résumé des changements du jour
il y a 12 heures 41 min
décryptage > Santé
Ils en ont vu d'autres

Ultra Covid Solitude : à la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

il y a 14 heures 2 min
décryptage > Société
Visitez avec nous le XVIIIème arrondissement de Paris

A cause de l’insécurité la bibliothèque de la Goutte d’Or a fermé ses portes. Tiens, il y avait une bibliothèque à la Goutte d’Or ?

il y a 14 heures 24 min
décryptage > Culture
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

il y a 14 heures 27 min
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

Monde de demain : la vague de l'intelligence artificielle en action

il y a 14 heures 27 min
light > Media
C'est d'actualité
France Télévisions prépare une adaptation en série TV de "La peste" d'Albert Camus
il y a 7 heures 18 min
pépites > Justice
Justice
Nice : un homme écope de 18 mois de prison ferme pour avoir menacé de mort un professeur
il y a 8 heures 12 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La voyageuse de nuit" : une enquête magistrale où se côtoient révolte et tendresse

il y a 10 heures 27 min
pépites > France
Juste une mise au point
Violences : le préfet de police de Paris Didier Lallement rappelle à l'ordre les policiers
il y a 11 heures 4 min
pépite vidéo > Sport
Rugby
Avant d'affronter l'Argentine, les All Blacks rendent hommage à Maradona
il y a 12 heures 17 min
pépite vidéo > Politique
Déplorable
Manon Aubry (LFI) choque en déclarant que l'insulte "sale macaroni" n'est pas raciste envers les immigrés italiens
il y a 13 heures 31 min
décryptage > International
Chasse ouverte

Iran : assassinat d’un haut scientifique iranien spécialiste du nucléaire

il y a 14 heures 9 min
décryptage > Environnement
Bas-carbone

Énergie nucléaire : l’Union européenne au risque de l’incohérence ?

il y a 14 heures 24 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

il y a 14 heures 27 min
décryptage > Société
Pas de bébés confinement

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

il y a 14 heures 27 min
© LUDOVIC MARIN / AFP
© LUDOVIC MARIN / AFP
Justice

Barème d’indemnité prud'homales : pourquoi Nicole Belloubet a raison de rappeler aux juges l’importance du respect des lois votées

Publié le 07 mars 2019
Face à la multiplication des jugements prud'homaux refusant d'appliquer le plafonnement des indemnités qui a été institué par les ordonnances Macron, Nicole Belloubet a adressé une circulaire aux procureurs généraux auprès des cours d'appel.
François Taquet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Taquet est professeur en droit du travail, formateur auprès des avocats du barreau de Paris et membre du comité social du Conseil supérieur des experts-comptables. Il est également avocat à Cambrai et auteur de nombreux ouvrages sur le droit...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Face à la multiplication des jugements prud'homaux refusant d'appliquer le plafonnement des indemnités qui a été institué par les ordonnances Macron, Nicole Belloubet a adressé une circulaire aux procureurs généraux auprès des cours d'appel.

Atlantico : Alors que de plus en plus de jugements refusent d'appliquer les ordonnances Macron, et le plafonnement des indemnités prud’homales, la Garde des Sceaux Nicole Belloubet réplique en demandant l'appel au Parquet Général. S'agit-il d'une réaction compréhensible en ce que l'Etat doit faire appliquer la loi, ou au contraire d'une intrusion abusive du pouvoir exécutif dans le domaine judiciaire ?

François Taquet : Le plafonnement des dommages intérêts en cas de licenciement sans cause réelle ni sérieuse a été prévu par une des ordonnances dites « Macron » du 22 septembre 2017. Ce système a été essentiellement mis en œuvre pour sécuriser les chefs d’entreprise en chiffrant le risque maximum pour l’employeur. Dès lors que certains conseils de prud’hommes estiment que ce barème n’est pas conforme à certains textes internationaux, il paraît cohérent que les Cours d’appel, puis la Cour de cassation donnent clairement leur point de vue afin de mettre fin à une incertitude…Tel est le sens de l’intervention de la Ministre de la Justice qui a demandé au Parquet Général de se porter partie intervenante afin de rappeler aux juges du siège comment la loi doit être appliquée. Certes la procédure est exceptionnelle s’agissant  de dispositions du droit du travail. Mais l’article 424 du Code de procédure civile prévoit bien que « le ministère public est partie jointe lorsqu'il intervient pour faire connaître son avis sur l'application de la loi dans une affaire dont il a communication ». Cela montre à quel point  le sujet est sensible et l’intervention du Parquet général donne du poids dans cette intervention !

Les "récalcitrants" invoquent l’article 10 de la convention 158 de l’Organisation internationale du travail (OIT) et l’article 24 de la charte sociale européenne. Cette lecture de la loi est-elle valable ?

D’abord et à titre liminaire, il est pour le moins étrange que ce barème maximum prévu en cas de licenciement sans cause réelle ni sérieuse fasse autant parler de lui alors les autres pays européens disposent d’un tel outil depuis bien longtemps.

Notons également que le Conseil constitutionnel (arrêt du 21 mars 2018) et le Conseil d’Etat (7 décembre 2017) ont validé le système.

Malgré cela plusieurs Conseils de prud’hommes (Troyes, Lyon, Agen, Amiens, Grenoble…) ont estimé que ce barème n’était pas conforme à l’article 10 de la convention n° 158 de l’Organisation Internationale du Travail (OIT) et à l’article 24 de la Charte sociale européenne ! De quoi s’agit-il ? Pour faire simple, l’article 10 de la Convention de l’OIT, prévoit en cas de licenciement abusif « le versement d'une indemnité adéquate ou toute autre forme de réparation considérée comme appropriée  » ; quant à l’article 24 de la Charte, il renvoie également à une « indemnité adéquate ou à une autre réparation appropriée » (on notera que les termes sont très vagues et ne mentionnent pas une réparation « intégrale »).

La référence à la Convention 158 ne semble pas devoir prospérer. En effet, si le barème prévu par la France est condamné, il en sera de même, par effet de domino, de tous les autres pays qui ont prévu dans leur législation des plafonnements de dommages intérêts pour rupture abusive (souvent beaucoup plus contraignants pour les salariés que le système français).

En revanche, le renvoi à la Charte sociale européenne est plus sérieux. En effet, par une décision du 8 septembre 2016 le Comité européen des droits sociaux a rendu une décision estimant que  la Finlande qui limite à 24 mois les indemnités susceptibles d’être allouées en cas de licenciement injustifié ne respectait pas les dispositions de l’article 24 susvisé….Et, bien évidemment, on pense à la France qui plafonne les indemnités à 20 mois…Toutefois,  les apparences sont trompeuses pour plusieurs raisons : d’abord, en Finlande, ce plafonnement est applicable dans toutes les hypothèses, même en cas de nullité de la rupture (ce qui n’est pas le cas dans le système français) ;  en outre, dans le système finnois, les indemnités allouées par le juge sont soumises à impôt et déduites les sommes que le salarié a touché depuis son licenciement…ce qui n’est pas non plus le cas en France. Les systèmes ne sont donc pas comparables.  Et les chances de succès de ces « récalcitrants » sont loin d’être évidentes !

Après un tel rappel à l'ordre lancé par Mme Belloubet, quelles peuvent être les réponses apportées par le Parquet Général ?

Il est à parier que beaucoup d’employeurs condamnés en première instance ont déjà exercé un recours à l’encontre des décisions qui leur sont défavorables ! En tout cas, s’ils ne l’ont fait, la Garde des Sceaux par cette circulaire du 26 février 2019 adressée à l’ensemble des procureurs généraux auprès des cours d’appel entend signifier la fin de la récréation et rappeler les juges à la stricte observation de la loi ! Car ce qui est clair, c’est que nul ne peut se contenter des flottements actuels !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
COUKOUCéMOI
- 07/03/2019 - 19:14
Juge et surtout INTERPRETE !
Bin oui, certains (nombreux) de ces fonctionnaires (rappelons leur statut !) sortent de plus en plus fréquemment de leur rôle et ne sont plus dans leur registre; c'est une des principales causes du déclin sociétal auquel nous assistons depuis plusieurs décennies ! Et dés que l'on pointe les dérives de l'institution il y a... outrage à magistrat ! Ceux-ci, cependant, peuvent outrager comme bon leur semble. "L'interprêtation" est à l'infini, par définition et par nature ! Chaque strate du parcours judiciaire le démontre de l'instance à la cassation en passant par l'appel, et maintenant la Cour européenne ! Il y aurait quelque chose de pas très au point dans "le système"... ! Mais... ça ne nous regarde pas !!!! Belloubet, qui n'est pas ma copine, a raison de recadrer ce petit monde qui est censé rendre la justice "au nom du peuple", ce qui n'est pas démontré, mais le reste !!!
lilasbleu
- 07/03/2019 - 15:56
Mort des entreprises
Les juges payés sans contrôle aucun ou presque et surtout avec de rares sanctions de leurs pairs, se croient au dessus des lois
Il est temps de revoir la formation des magistrats ( école de la magistrature) et leur statut et si les magistrats , veulent être politisés , pourquoi pas , dans ce cas doivent être élus... tout cela n’est pas pour demain
lilasbleu
- 07/03/2019 - 15:55
Mort des entreprises
Les juges payés sans contrôle aucun ou presque et surtout avec de rares sanctions de leurs pairs, se croient au dessus des lois
Il est temps de revoir la formation des magistrats ( école de la magistrature) et leur statut et si les magistrats , veulent être politisés , pourquoi pas , dans ce cas doivent être élus... tout cela n’est pas pour demain