En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 1 semaine 5 jours
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 1 semaine 5 jours
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 1 semaine 5 jours
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 1 semaine 5 jours
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 1 semaine 5 jours
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 1 semaine 5 jours
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 1 semaine 5 jours
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 1 semaine 5 jours
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 1 semaine 5 jours
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 1 semaine 5 jours
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 1 semaine 5 jours
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 1 semaine 5 jours
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 1 semaine 5 jours
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 1 semaine 5 jours
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 1 semaine 5 jours
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 1 semaine 5 jours
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 1 semaine 5 jours
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 1 semaine 5 jours
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 1 semaine 5 jours
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 1 semaine 5 jours
© Thomas SAMSON / AFP
© Thomas SAMSON / AFP
Syndrome de Frankenstein

De Siemens-Alstom à Air France-KLM : la gouvernance publique à deux têtes, recette pour l’échec de nos “champions européens”

Publié le 06 mars 2019
Les gouvernements européens défendent la création de géants bicéphales contre la concurrence extra-européenne, mais est-ce bien efficace ?
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les gouvernements européens défendent la création de géants bicéphales contre la concurrence extra-européenne, mais est-ce bien efficace ?

Atlantico : Le contrôle direct des entreprises par les Etats semble devenu de plus en plus courant : les Pays-Bas sont ainsi entrés au capital d'Air France-KLM la semaine passée. Les conflits interétatiques inévitables dans ce genre de situation ne grèvent-ils pas les entreprises concernées ? Cette méthode n'est-elle pas contre-productive pour les entreprises européennes ?

Jean-Paul Betbeze : Les états veulent reprendre la main, dans la mondialisation en cours qui érode leur souveraineté, et ceci se voit d’autant plus que ces états sont relativement petits ! Ce qui se passe entre Chine et États-Unis, avec les guerres douanières, mais aussi politiques et juridiques avec Huawei et la 5G montre, auplus haut niveau, comment se déroule la bataille technologique mondiale, maintenant que la Chine se rapproche des États-Unis dans de nombreux domaines (électronique, calcul, fusées, cyberguerre…). Avec Air France-KLM, entre France et Pays-Bas, c’est une tension semblable qui se joue, toutes proportions gardées, autrement dit : c’est pire.

Nous assistons en effet à des combats catastrophiques quand on voit ce qui se passe au niveau mondial : il s’agit ici de la cinquième compagnie mondiale par le chiffre d’affaires (29 milliards de dollars), mais pas aussi bien classée par les clients, ni par les marchés. L’enjeu est donc existentiel en termes de rentabilité et de positionnement : taille du réseau, positionnement en gamme (qualité, lowcost, image…). Que donc choisir en termes de modernisation de flotte, d’offre business ou non, de qualité de prestations. Le positionnement intermédiaire est le plus complexe : pour une offre business, il faut un réseau mondial ;pour du lowcost, il faut un personnel (pilotes notamment) qui en accepte les conditions, et il faut enfin des actionnaires étatiques qui acceptent les choix : moyenhaut de gamme et lowcost, avec ses conséquences sociales. Les entreprises ne peuvent réussir qu’en choisissant : pas facile pour les états, surtout quand ils sont deux.

L'Union Européenne a longtemps fait de la libre concurrence son cheval de bataille, mais les gouvernements de l'Union semblent de plus en plus favorables à la création de champions européens, comme l'a montré la vaine initiative Altmeier-Le Maire sur le cas Alstom-Siemens. La création de ces géants garantit-elle l'efficacité économique dans la lutte contre la concurrence étrangère, notamment chinoise et américaine ?   

La libre concurrence (régulée) est la base du marché commun, à la fois pour des raisons économiques : permettre la naissance en Europe d’unités  de plus grande taille, réalisant des produits de qualité à un prix correct, mais sans donner naissance auxKonzerns, base politique du Troisième Reich : l’économie sociale de marché définit ainsi une « workablecompetition », prohibant les abus de position dominante. Mais cette économie politique de la concurrence du  Marché unique ne marche plus pour trois raisons :

  • la mondialisation a fait augmenter les tailles des unités, sans faire apparaître de déséconomies d’échelles grâce au fractionnement des supplychains, exploitant au mieux les différences de coûts et de compétences ;
  • les nouvelles technologies, liées à la révolution technologique en cours mettent en avant les plateformes qui drainent et traitent l’information, avec des rendements croissants  en fonction de la taille des réseaux, ce qui fait naître de grandes unités,
  • mais ces grandes unités, nombreuses, cherchent et obtiennent des situations de monopole.

Nous sommes ainsi, dans le monde, face à des situations de concurrence monopolistique. Il faut donc soutenir, au niveau européen, la naissance de champions, dont on sait qu’ils seront temporaires, sauf à développer ici un vaste marché homogène qui sera la piste d’atterrissages des grands groupes mondiaux, et non européens. La garantie de l’efficacité économique n’est jamais acquise, mais ce qui se joue aujourd’hui est la place des grandes unités européennes à la frontière technologique mondiale : c’est la seule frontière qui compte. Elle pilote toutes les autres.

La vente du constructeur de navires français STX à Fincantieri SpA a été néanmoins mollement défendue par Bruno Le Maire. N'est-ce pas le signe que le patriotisme économique consiste moins à s'intéresser aux entreprises européennes et à leur réussite, qu'à défendre son pré carré ?

Attention, nous sommes dans des domaines où intervient aussi le militaire, comme pour Airbus. Toute l’information n’est donc pas connue. En ce domaine le lien est de plus en plus serré entre les innovations technologiques et la défense nationale. On voit les limites du « patriotisme » quand, par exemple, l’Allemagne empêche des ventes d’avions français de combat à certains pays, sous prétexte qu’ils comportent des pièces « sensibles » allemandes. Ce cas est très fréquent avec les États-Unis. Il ne pourra y avoir de solution qu’à quelques pays : France, Allemagne, Italie… Dans un monde de plus en plus tendu, le concept de souveraineté doit donc être repensé : champions oui, concurrence monopolistique oui, mais dans les domaines où se jouent les principaux championnats : ceux de la défense du territoire.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Atlante13
- 07/03/2019 - 11:16
Bof,
salmigondis incohérent. Le titre est déplacé.