En direct
Best of
Best Of
En direct
© Eric CABANIS / AFP
Bonnes feuilles
La métamorphose déroutante et préoccupante du paysage médiatique
Publié le 16 février 2019
Guillaume Klossa publie "Media for Good" chez Débats Publics éditions. A l'heure des Fake news et de la désinformation de masse, Guillaume Klossa est convaincu que nous avons besoin de médias exemplaires qui, plutôt que de nourrir les crises, aident les citoyens à comprendre les défis de notre temps. C'est la condition pour construire la démocratie du XXIe siècle. Extrait 1/2.
Guillaume Klossa est président du mouvement Civico Europa et conseiller spécial (pour l’intelligence artificielle et les médias) du vice-president de la Commission européenne en charge du numérique. Dirigeant de l’Union européenne de Radiotélévision ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Guillaume Klossa
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Guillaume Klossa est président du mouvement Civico Europa et conseiller spécial (pour l’intelligence artificielle et les médias) du vice-president de la Commission européenne en charge du numérique. Dirigeant de l’Union européenne de Radiotélévision ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Guillaume Klossa publie "Media for Good" chez Débats Publics éditions. A l'heure des Fake news et de la désinformation de masse, Guillaume Klossa est convaincu que nous avons besoin de médias exemplaires qui, plutôt que de nourrir les crises, aident les citoyens à comprendre les défis de notre temps. C'est la condition pour construire la démocratie du XXIe siècle. Extrait 1/2.

Le paysage médiatique qui évolue sous nos yeux se métamorphose quasiment en temps réel. Il n’a jamais été aussi éruptif, surprenant, parfois déroutant, mais aussi préoccupant. Dans le cadre de mes responsabilités de dirigeant de l’Union européenne de radio-télévision, j’ai vu en moins d’une décennie le vieux monde des médias changer à une vitesse et avec une intensité inédites, jusqu’à questionner en profondeur tout le système occidental sur lequel reposaient nos usages en Europe, mais aussi notre pratique démocratique fondée sur des médias nationaux publics et privés, pluriels et indépendants. C’est dans le cadre d’un comité stratégique de l’UER en présence des dirigeants d’une dizaine de groupes de médias publics européens (dont la BBC, RAI, la RTBF, France Télévisions, SR…), au printemps 2015 à Divonne, que nous avons pris collectivement conscience qu’un tsunami pouvait submerger le vieux monde des médias et que ces fondamentaux aussi bien sociétaux, économiques et démocratiques vacillaient de toutes parts.

Dessinons, comme un tableau pointilliste, le paysage des médias tel qu’il ne cesse de se transformer.

Premier phénomène, le poids considérable pris par les réseaux sociaux comme source d’information majeure voire première. Désormais 39 % des Anglais et 36 % des Français ont prioritairement recours aux réseaux sociaux pour s’informer. Au New York Times, une équipe dédiée de dix collaborateurs travaille uniquement à la présence sur les réseaux sociaux. Et ce poids croissant des médias sociaux a vocation à poursuivre sa croissance rapide. Désormais 3,2 des 7,6 milliards d’habitants de notre planète sont actifs sur des médias sociaux qui commençaient à peine d’exister il y a dix ans. Sur ces 3,2 milliards, 3 milliards sont actifs depuis un mobile ! Deuxième fait majeur : le transfert rapide de la publicité vers le support numérique qui accélère la numérisation des entreprises qui deviennent de plus en plus « digital first » voire « mobile first ». En 2014, le Royaume-Uni est le premier pays où le web a capté plus de la moitié de la valeur publicitaire. La même année, CNN adopte une stratégie digital first. Troisième révolution : la concurrence. De locale et ciblée, elle devient globale et tous azimuts. Des acteurs qui n’avaient rien à voir avec le marché des médias y prennent une part déterminante. Amazon compte pas moins de 100 millions d’utilisateurs de son service de vidéo à la demande, accessible aux abonnés de son service Prime. D’autres étaient des acteurs secondaires nationaux et sont devenus des entreprises globales en moins d’une décennie : ainsi, Netflix pourrait dès cette année avoir deux fois plus d’abonnés dans le monde qu’il y a d’habitants en France. D’autres encore, qui s’interrogeaient sur les synergies entre télécom et média, ont sauté le pas à l’instar d’un Altice qui, en Europe et en Israël, a mené une stratégie d’acquisitions dans les médias et les sociétés de production dont la pertinence reste encore à prouver. Le quatrième phénomène, peut-être majeur, est la place de l’utilisateur : longtemps passif et finalement peu connu des médias, il entre désormais dans une relation directe et intime avec eux grâce à la personnalisation, d’où l’importance pour les médias de disposer de puissants systèmes d’authentification des utilisateurs et de capacités algorithmiques. À titre d’exemple, 80 % des Belges francophones sont désormais inscrits et authentifiés sur la plateforme numérique de la RTBF, l’entreprise publique belge, qui a décidé de démontrer qu’une offre alternative locale francophone peut séduire les citoyens et rivaliser avec l’offre des médias sociaux globaux.

À partir de cette vision des détails, de grandes lignes apparaissent, qui permettent de mieux comprendre le présent et d’imaginer le proche avenir.

Du point de vue de la structure du marché, nous assistons à un grand chamboulement : porosité des frontières entre technologie et contenu, entre métiers (presse écrite, audio, vidéo), concurrence non plus locale et ciblée mais globale et tous azimuts, enjeu concurrentiel majeur de la collecte et de la propriété des data (qui pour certains dirigeants de médias sont « l’or du XXIe siècle »), recomposition rapide du paysage audiovisuel avec à la fois des dynamiques verticales et horizontales de fusions-acquisitions et la disparition d’acteurs historiques, notamment dans la presse écrite et la télé… La concurrence devient de plus en plus intense et les GAFAN qui captent l’essentiel de la recette publicitaire prennent un poids de plus en plus considérable. 

Extrait du livre "Media for Good" de Guillaume Klossa, publié chez Débats Publics éditions.  

Lien direct vers la boutique Amazon : ICI

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
02.
MBS, le prince héritier saoudien dépossédé d’une partie de ses pouvoirs par le Roi Salman
03.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
04.
La France va devenir la première puissance mondiale en moins de 5 ans
05.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
06.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
07.
Les dessous de la superpuissance américaine : les États-Unis, ce pays si familier que nous connaissons pourtant mal
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
03.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
04.
Et Marine Le Pen éclata de rire…
05.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
06.
Le voile est-il vraiment un accoutrement souhaitable pour vendre des petites culottes ?
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
03.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
04.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
05.
Grève mondiale des élèves pour le climat : 5 éléments pour déterminer s’il faut s’en réjouir ou... s’en inquiéter sérieusement
06.
Quand Nathalie Loiseau teste les nouveaux "éléments de langage" du progressisme face à Marine Le Pen sans grand succès
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ph.L.
- 16/02/2019 - 11:40
Pas de blog, pas de Kindle
Il est dommage que sur le sujet traité, fort important, on ne puisse lire que le texte ci-dessus - ou acheter le livre: le blog indiqué n'existe plus semble-t-il; et Amazon ne propose pas de visualiser un extrait gratuit. Deux limites assez décourageantes.