En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"

03.

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

04.

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Virginia Raggi, la maire de Rome, révèle être menacée par la mafia

07.

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Vers un nouveau confinement ?
Covid-19 : Emmanuel Macron annoncera de nouvelles restrictions ce mercredi à 20 heures
il y a 8 heures 20 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Chambre des dupes" de Camille Pascal : Louis XV et les soeurs Mailly-Nesle : amours, intrigues, courtisans... Un roman brillant et bien documenté

il y a 9 heures 25 min
pépites > Politique
Campagne sous tension
Virginia Raggi, la maire de Rome, révèle être menacée par la mafia
il y a 10 heures 21 min
pépites > France
Tchétchénie
Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"
il y a 11 heures 17 min
pépites > Justice
Décision
La justice administrative valide la fermeture temporaire de la mosquée de Pantin
il y a 12 heures 58 min
décryptage > Culture
Septième art

Les banalités subversives de Maïwenn

il y a 15 heures 33 min
pépites > Santé
Choix cornélien : épidémie ou économie
Coronavirus : le reconfinement n'est plus tabou, couvre-feu élargi, confinement général ou local ?
il y a 16 heures 17 min
pépites > Politique
Relations humaines
Tensions internes dans la cellule diplomatique de l'Elysée et rapports tendus avec le Quai d'Orsay
il y a 16 heures 54 min
décryptage > Société
Dangers des nouveaux outils

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

il y a 17 heures 29 min
décryptage > Economie
Réindustrialisation

Et pendant ce temps là, sur le front de l’industrie, on continue à faire des âneries

il y a 18 heures 20 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Gaulois réfractaires demandent des comptes au Nouveau Monde" de Philippe de Villiers : La Vendée se prend pour Bibracte. La révolte gronde. Les 2 Villiers sont à la manoeuvre

il y a 9 heures 14 min
light > Media
Bon rétablissement
Michel Drucker ne sera pas de retour sur France 2 avant 2021 après son opération
il y a 9 heures 59 min
Pollution
Réchauffement climatique : des gisements de méthane se décongèlent dans l'océan Arctique relâchant du gaz à effet de serre
il y a 10 heures 42 min
pépites > Education
Education Nationale
Rentrée du 2 novembre : un hommage à Samuel Paty sera organisé dans les écoles
il y a 12 heures 12 min
décryptage > Histoire
Identifier la menace

Guerre des civilisations ou guerre au sein de l’islam ?

il y a 15 heures 25 min
décryptage > France
Vocabulaire

Ensauvagement : une fois encore, Laurent Mucchielli parle trop vite…

il y a 16 heures 7 sec
pépite vidéo > Europe
Paris - Ankara
L'Union européenne apporte son soutien à la France après l'appel au boycott des produits français
il y a 16 heures 21 min
décryptage > Histoire
Origines du mythe

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

il y a 17 heures 15 min
décryptage > Santé
Hiver de la dépression

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

il y a 17 heures 58 min
décryptage > Politique
Sondage pour 2022

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

il y a 18 heures 46 min
© Wikimedia Commons
© Wikimedia Commons
Trop Sages, trop subtils

Pourquoi le conseil constitutionnel ressemble à un bug démocratique

Publié le 15 février 2019
Le conseil constitutionnel a connu de nombreuses réformes depuis sa fondation en 1958 et semble être plus proche d'une cour constitutionnelle aujourd'hui.
Didier Maus
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Didier Maus est Président émérite de l’association française de droit constitutionnel et ancien maire de Samois-sur-Seine (2014-2020).  
Voir la bio
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le conseil constitutionnel a connu de nombreuses réformes depuis sa fondation en 1958 et semble être plus proche d'une cour constitutionnelle aujourd'hui.

Atlantico: Trois nominations au conseil constitutionnel ont été annoncées, dont celles d'Alain Juppé et de Jacques Mézard. L'institution a connu de nombreuses réformes depuis sa fondation en 1958 et semble être plus proche d'une cour constitutionnelle aujourd'hui. Faudrait-il entériner cette évolution ? 

Didier Maus: L’évolution  du Conseil constitutionnel constitue l’un des apports majeurs des soixante années de pratique de la Constitution de 1958. Imaginé à l’origine comme un simple organe destiné à vérifier que le Parlement ne déborderait pas du cadre qui lui était fixé, il est devenu une véritable cour constitutionnelle veillant au respect des droits et libertés garantis par la Constitution. Les étapes de cette transformation sont connues :

- La décision du 16 juillet 1971 sur la liberté d’association a défini de la manière la plus large possible le « bloc de constitutionnalité » et donc permis de vérifier que les lois votées par le Parlement, en général fortement inspirées par le Gouvernement, ne portent pas atteinte aux droits fondamentaux ;

- La révision constitutionnelle de 1974, en élargissant les possibilités de saisine (soixante députés ou sénateurs), a permis que depuis lors toutes les lois, les plus politiques comme les plus techniques, fassent l’objet d’une vérification a priori de leur conformité à la Constitution. L’effet a été décisif : la Constitution est devenue une véritable norme juridique et non plus uniquement une règle de la conquête et de l’exercice du pouvoir politique ;

-Après une longue gestation (sans doute trop longue) la révision de 2008 a crée la question prioritaire de constitutionnalité (QPC) qui permet désormais de vérifier, à l’occasion d’une instance judiciaire, que la loi en vigueur, même très ancienne, ne porte pas atteinte aux droits fondamentaux (en clair aux Droits de l’homme). Les conséquences de cette réforme ont été rapides et positives. Le droit français est progressivement purgé des dispositions contraires aux libertés essentielles.

Cette véritable révolution constitutionnelle, inimaginable en 1958, justifierait que le nom de Conseil constitutionnel soit transformé en Cour constitutionnelle. Un amendement en ce sens avait été proposé au Sénat en 2008. Il n’a pas été retenu d’une part pour éviter une rupture dans la dénomination de l’institution, d’autre part parce que en France un « conseil » peut être une véritable cour de justice, par exemple le Conseil d’État. Le changement d’intitulé reviendra certainement dans le débat. Ce n’est pas l’essentiel.

 

La quantité de travail demandée au Conseil constitutionnel l'oblige à avoir recours à des tiers souvent privés. D'autre part, on sait malgré un certain secret que tous les membres ne participent pas autant à la tâche qui leur était assignée. Ne faudrait-il pas donner les moyens au Conseil constitutionnel d'effectuer pleinement sa tâche ?

Il est exact que l’activité du Conseil constitutionnel est devenue très importante. Cela a déjà entrainé des évolutions dans ses méthodes de travail, notamment par un développement de ses propres services et l’organisation d’un véritable greffe. Il appartient aux membres du Conseil, en premier lieu à son président, de faire en sorte que les moyens humains et techniques permettent de bien travailler et, surtout, de respecter les délais, souvent très courts, qui lui sont assignés.

De par sa nature le Conseil peut faire appel à des concours extérieurs, en particulier du point de vue logistique. Chaque affaire donne lieu à des échanges de mémoires entre les parties et pour les QPC à une audience publique. Les possibilités d’intervention, soit pour mieux faire valoir certains arguments, soit pour être directement partie à l’instance (QPC) sont largement ouvertes. On pourrait imaginer que le Conseil ouvre, pendant un délai assez court, une plate forme participative destinée à recevoir les avis de ceux qui ont envie de transmettre leurs opinions et analyses. Cela se fera.

Quant au rôle personnel de tel ou tel membre du Conseil, les règles du secret, dans l’ensemble très bien respectées, il ne devient connu qu’après l’ouverture des archives (vingt-cinq ans). Les révélations sont alors intéressantes pour l’histoire. Tous les témoignages d’anciens membres ou les confidences de membres en exercice soulignent que la charge de travail est devenue très conséquente. Il s’agit d’une occupation à temps plein. Chaque membre du Conseil y participe pleinement.

 

La nomination des membres est toujours une question épineuse. Si le mode de sélection actuel est pratique, des ajustements seraient-ils souhaitables pour améliorer le processus de nomination ?

Très honnêtement l’essentiel est que les nominations soient effectuées au bénéfice de personnes (hommes ou femmes) d’une grande qualité intellectuelle, ayant le sens de la mesure et la volonté de travailler au sein d’une instance plurielle dans le respect d’une indépendance individuelle et collective. L’expérience montre que la qualité juridique des décisions rendues par le Conseil résulte d’un dialogue entre les uns et les autres. Le sens de l’intérêt général et la capacité à dépasser ses propres réactions constituent des qualités qu’aucune procédure de sélection ne permet de vérifier parfaitement. Faisons donc confiance à ce qui fonctionne.

Dans le contexte de la crise des Gilets jaunes, un sentiment de blocage du champ politique s'est fait entendre. L'idée qu'on aurait sorti du champ politique trop de sujets ne devrait-elle pas pousser à envisager une réelle transformation du Conseil constitutionnel, afin d'en faire une véritable Cour constitutionnelle ?

Edouard Husson: Il y a deux façons d’envisager la question. On peut soit invoquer l’esprit de l’institution tel que l’avait voulu le Général de Gaulle: veiller au bon fonctionnement du parlementarisme dans le cadre de notre régime semi-parlementaire et semi-présidentiel. Ety dans ce cas, on jugera qu’il y a une dérive de l’institution. Ou bien on prend acte de l’évolution de l’institution, qui s’est émancipée dès 1971, en se posant en gardienne de « l’esprit des lois »; depuis lors, le droit de saisine par 60 députés en 1974 et l’introduction de la QPC en 2008 ont fait évoluer l’institution vers un rôle de « cour constitutionnelle ». Il me semble difficile de remettre cela en cause. C’est sans doute l’une des seules séries d’innovations qui aient mérité que l’on révisât la Constitution de 1958. 

En revanche, on est en droit de critiquer le mélange des genres en matière de nominations. Je suis pour ma part convaincu qu’il faut nommer quasi-exclusivement des juristes. Il ne devrait pas y avoir d’autres personnalités politiques que les anciens présidents de la République. Contrairement à ce qui est dit habituellement, c’est une très bonne chose que les anciens présidents puissent y siéger. C’est dommage, par exemple, que Nicolas Sarkozy ou François Hollande n’aient pas pris cette possibilité au sérieux. Je pense même que le fait d’y siéger assidument devrait être obligatoire pour un ancien président. On affirmerait, en ayant plusieurs anciens présidents qui y siègent, le caractère incomparable de la fonction présidentielle et le sens de la continuité de l’Etat. En revanche, il ne faut ni anciens présidents de l’Assemblée, ni anciens ministres ni premiers ministres. Ce n’est pas du niveau du Conseil. 

Dernier point, il serait essentiel de donner au Conseil une injonction de contrôle sans complaisance des textes réglementaires européens. Avec le Parlement mais sur un mode plus fondamental encore, il s’agirait de faire réaffirmer par le Conseil la primauté de la loi française sur les textes communautaires ! On en est loin avec la nomination d’Alain Juppé. 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lémire
- 15/02/2019 - 12:47
Bug démocratique, ô combien...
... mais pour d'autres raisons :
- Primauté de la loi française sur les règlements européens : c'est le Conseil qui a pris la décision contraire (via la prééminence des traités), ce dont s'est bien gardée la Cour Suprême US
- La définition des droits fondamentaux est très floue : c'est en pratique ce que le Conseil décide, comme en 71, ou selon la mode du moment. Le "bloc de constitutionnalité" est une imposture depuis l'ajout de l'interdiction de voter la peine de mort, du principe de précaution, etc. S'y ajoute la convention de Marrakech, au titre des engagements internationaux
- Une cour constitutionnelle digne de ce nom n'entretient pas de secret sur ses travaux et ses délibérations. Les personnes qui y sont nommées font l'objet d'un contrôle et d'un interrogatoire très poussé par une commission parlementaire. Faute de cela, la légitimité est des plus contestables.
- C'est quoi cette définition archéo-gaulliste (ou jupitérienne ?) du caractère "incomparable" (à quoi ?) de la fonction présidentielle ?
Sert à ligoter les députés et le peuple (en interdisant tout référendum sur un sujet qui fâche, les Suisses rigolent bien) et à alimenter les avocats de la défense
Gpo
- 15/02/2019 - 09:44
Des énarques vieillissant sans compétence juridique
pour faire du pantouflage et percevoir des émoluments scandaleux...Bravo la république exemplaire qu'on nous a vendue