En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© JEAN-PIERRE CLATOT / AFP
Les entrepreneurs parlent aux français
François Berléand dit que les Gilets Jaunes « font chier ». Il a certainement raison.
Publié le 11 février 2019
Même s'il est politiquement incorrect de ne pas soutenir les Gilets Jaunes, ils nous font passer à côté des sujets fondamentaux
Denis Jacquet est entrepreneur (Edufactory), investisseur (Entreprise et conquête) et président de Parrainer la croissance, une association d'aide aux PME pour rechercher la croissance, et cofondateur de l'observatoire de l'Uberisation. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Denis Jacquet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Denis Jacquet est entrepreneur (Edufactory), investisseur (Entreprise et conquête) et président de Parrainer la croissance, une association d'aide aux PME pour rechercher la croissance, et cofondateur de l'observatoire de l'Uberisation. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Même s'il est politiquement incorrect de ne pas soutenir les Gilets Jaunes, ils nous font passer à côté des sujets fondamentaux

Il serait indécent de ne pas trouver de légitimité aux Gilets Jaunes. C’est politiquement incorrect. Il faut être « mainstream », dans le courant lénifiant de la pensée unique, qui doit penser comme penche la balance du nombre et non là où penche la logique. Le rationnel et la lumière n’ont pas de place au royaume de la pensée unique, qui tient lieu d’écrin au pseudo débat démocratique. Il faut les trouver légitimes, attendrissants, leur trouver des excuses, même quand ils cassent tout sur leur passage.  Eh bien non. Pas d’accord. Et pas peur de le dire non plus.

Il faut plaindre leurs yeux, atteints par les flash-ball de ces méchants policiers, qui osent défendre le plus grand nombre de casseurs patentés et de pauvres Gilets Jaunes désespérés, entraînés bien malgré eux, par désespoir, dans une spirale dont ils seraient plus victimes, qu’acteurs. Il faut les plaindre à tout moment, quand ils sont blessés, agressés par une police débordée, qui fait ce qu’elle peut et qui finalement, cause bien peu de dégâts, comparé au challenge qui est le sien après plus de 2 mois de samedis en feu.

Un week-end de plus, dont les conséquences sont inversement proportionnelles à la participation. La place est laissée aux ultras, aux revendications incohérentes, dénuées de sens, réclamant la démission d’un Président qui n’est responsable que de 1% de leurs assourdissantes revendications. Nos amis entrepreneurs, ceux présents sur les Champs, et dans tous les centres villes en feu, notamment, on perdu plus de 30% de leur chiffre d’affaire en décembre. Sans aucun chance de les rattraper. Des emplois en moins, de la croissance en moins, de l’espoir en moins, une image détestable de la France à l’étranger, une couleur jaune horripilante dont nous devons nous débarrasser. Il faut interdire ces gens de nos rues, interdire leur manifestation, elles ont assez duré et n’ont plus aucun sens.

Comme Berléand, oui je pense que les GJ « nous font chier ». La misère excuserait beaucoup. Mais ils ne sont pas miséreux, sauf les ruraux, abandonnés lâchement par la grande distribution qui a causé leur perte et les politiques qui n’ont su leur donner ce que l’on donne aux fonctionnaires, aux salariés. Les autres n’ont aucune raison de se plaindre. La France est riche et partage largement cette richesse. 10% de la population paie 70% des impôts sur le revenu. Les allocations, aides, subventions, réduction d’impôt, niches fiscales, aides scolaires, pleuvent sur le citoyen français. La santé est gratuite, l’éducation aussi. Des prix bas à tous les étages. Internet et Amazon, qui se substituent à la grande distribution, dans la tuerie organisée des prix. Et des emplois qui vont avec.

En dépensant mieux, en cessant de consacrer un budget certes serré, pour nombre de français, à des dépenses insensées, les GJ qui crient leur misère, retrouveraient certainement plus de pouvoir d’achat, sans tuer notre image, notre économie et les milliers de commerçants et artisans qu’ils ruinent avec certitude depuis 2 mois. Combien de GJ à crier leur détresse quand ils continuent à payer 10eur chaque jour, un paquet de cigarette, à ne pas partager leur voiture pour aller au bureau, à acheter des Nike à 120euros à leurs enfants, et consacrer plus de 50eur par mois en moyenne à la téléphonie et aux abonnements TV.

Pendant ce temps, pendant que l’on se noie dans les détails, on passe à côté des grands sujets. Ceux qui comptent vraiment :

  • La montée en puissance de la Chine et notre incapacité à y résister
  • La descente aux enfers de l’Europe, notre dernière chance de nous en sortir (à condition de la changer bien entendu, pour faire de cette nasse technocratique obsédée par la norme et la régulation, un paradis de la réflexion et de la vision au service du peuple).
  • La monté des populismes, qui ne refoulera que par la force d’une vision revenue au pouvoir.
  • L’impérieuse nécessité de savoir comment faire de la data un territoire de conquête économique et nous doter de champions capables de nous offrir le rebond dont nous avons tellement besoin.
  • L’urgence de régler nos tensions sociales et religieuses, qui étouffent nos nations et les offrent en pâture aux populistes de toute nature
  • L’urgence de réformer l’Etat, dans son fonctionnement, dans sa mission, dans ses structures
  • L’urgence de réformer l’éducation et la formation professionnelle afin qu’elle puisse s’adapter à un monde de l’emploi qui va connaître un bouleversement colossal dans les prochaines années.
  • L’urgence de faire de la responsabilité sociétale le terreau d’un nouveau capitalisme avant que celui-ci ne nous explose à la figure.
  • Et tant d’autres urgences encore.

Donc oui cela « fait chier », de passer à côté des fondamentaux, pour se concentrer sur l’accessoire, aussi douloureux  et arrogant que le terme d’accessoire puisse résonner aux oreilles de ceux qui se sentent les perdants de la mondialisation et de la lâcheté politique de ces 30 dernières années peu « glorieuses ». A force de regarder les détails de trop près on lâche le principal pour le laisser trop loin. Reprenons du recul, on ne construit pas de monuments pour l’éternité avec des barricades calcinées.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
02.
Emmanuel et Brigitte Macron profitent d'un bain de foule au Touquet
03.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
04.
Les effroyables supplices infligés à Ravaillac, l’assassin du "bon roi" Henri IV
05.
1er Mai : les Gilets jaunes se préparent pour l'"acte ultime"
06.
Sri Lanka : une opération de Daesh dans le cadre de son plan de "vengeance pour le Levant"?
07.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
04.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
05.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
06.
Faut-il craindre l'opération "Revanche pour le Sham" de l'EI
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Pourquoi les erreurs européennes dans le traitement de la crise financière de 2008 sont les racines de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et l’UE
Commentaires (17)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
alam
- 12/02/2019 - 21:33
Indignation mal plaçée
En France on attend tout de l'Etat surtout s 'il est financé par les impôts des autres. Avec des prélèvements sociaux records, un impôt progressif spoliateur et une politique de gauche depuis plus de 50 ans, la France est un pays communiste. Une bonne cure de libéralisme voila ce qui serait salutaire.
vieux croco
- 12/02/2019 - 14:39
pas de gauche-pas de droite
les GJ ne sont pas estampillés de gauche donc infréquentables pour la nomenklatura des professions artistiques droguée aux subventions . Sans parler des spécialistes des Lois Malraux , Robien et autres niches plus profitables aux assistés de droite .Les GJ sont ceux qui n'ont pas de privilège et dont on demande d'être de bons consommateurs mais qui ne peuvent plus l'être faute de surplus financier . C'était la minorité silencieuse des abstentionnistes qui se fait connaitre en minorité bruyante pour redevenir de bons consommateurs .On leur demande de rentrer à la niche pour que les autres continuent à se gaver de niches mais ils veulent plus pour rentrer les crocs .Encore un effort Monsieur Macron , dégager les niches et les GJ y retourneront .
2bout
- 12/02/2019 - 12:59
Les gilets jaunes font chier … C'est vrai !
Mais combien de 400 millions d'Euros par an de subventions versées au titre de soutien à l'exception culturelle française au profit des gilets jaunes ? Pourtant les gilets jaunes mériteraient bien une niche fiscale, non ?