En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© CHRIS J RATCLIFFE / AFP
Taux bas

Dette : surprise, surprise, les taux français à 10 ans ont été divisé par deux depuis un an

Publié le 11 février 2019
Dans un contexte de tensions économiques mondiale et de ralentissement de la croissance, les taux de la dette française à 10 ans viennent d’atteindre 0,54%
Michel Ruimy est professeur affilié à l’ESCP, où il enseigne les principes de l’économie monétaire et les caractéristiques fondamentales des marchés de capitaux.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Ruimy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Ruimy est professeur affilié à l’ESCP, où il enseigne les principes de l’économie monétaire et les caractéristiques fondamentales des marchés de capitaux.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans un contexte de tensions économiques mondiale et de ralentissement de la croissance, les taux de la dette française à 10 ans viennent d’atteindre 0,54%

Atlantico : Dans un contexte de tensions économiques mondiale et de ralentissement de la croissance, les taux de la dette française à 10 ans viennent d’atteindre 0,54%, un plus bas de près de 3 ans, et une baisse de près de 50% depuis son plus haut de l’année passée à 1,04%. Comment expliquer cette situation ? La baisse de la croissance est-elle un facteur ?

Michel Ruimy : Comme pour tous les actifs financiers, plus le risque est grand, plus le rendement doit être élevé. Si vous prêtez de l’argent à l’Etat pour 10 ans, vous avez davantage de risques que si vous lui prêtez pour seulement une année. Vous allez donc demander des intérêts annuels plus élevés car il y a, en général, plus d’incertitudes à long terme.

Quels sont ces risques ? Il y a, bien sûr, le risque de non remboursement, qui augmente avec la maturité c’est à dire le temps qui passe, mais aussi le fait de ne pas pouvoir anticiper l’inflation à long terme. Car l’objectif premier de tout investisseur est de retrouver, en premier lieu, son capital en termes de pouvoir d’achat et non en termes nominaux. Tout investisseur devra donc arbitrer entre son aversion au risque et sa préférence pour la liquidité.

Par ailleurs, il faut savoir qu’il y a une relation inverse entre le prix d’une obligation et son rendement. Ce qui signifie que si son prix s’élève, le taux d’intérêt baisse alors. Ce sont donc l’offre et la demande qui font varier les taux.

La situation de la France nous interpelle aujourd’hui : au regard de ses indicateurs économiques (croissance, chômage, solde commercial…) et malgré une notation dégradée (perte de son triple A), ses obligations souveraines restent un actif très prisé !En effet, comme les taux montent aux Etats-Unis, plus personne ne veut d’obligations qui ne rapportent pas « grand-chose ». Du coup,les investisseurs vendent leurs titres et achètent des obligations européennes, zone dans laquelle les taux ne montent pas. Le prix des obligations reste donc stable. Or, excepté l’Allemagne, la France est le seul pays qui, par rapport à des nations comparables comme l’Italie ou l’Espagne, présente des perspectives rassurantes. Ceci ne signifie pas, pour autant, que la situation économique est bonne. Elle est simplement moins mauvaise que celle d’autres pays.

Comment anticiper l’évolution à court moyen terme des taux d’intérêt français alors que la situation du déficit et de la dette sont pourtant pointées du doigt ?

En s’appuyant sur la différence entre les taux longs et les taux courts, certains intervenants de marché considèrent, pour des motifs opérationnels, la courbe des taux comme un indicateur avancé, prédictif de l’activité car elle intègre les anticipations des investisseurs quant à l’évolution des taux d’intérêt et de l’inflation sur la période future.

De même, les banques centrales tendent à se doter de cet outil à des fins d’analyse économique, à la fois, pour rechercher des indicateurs d’inflation future et pour apprécier, au vu de l’évolution future des taux d’intérêt, la réaction des agents économiques à la politique monétaire menée et donc le degré de crédibilité de celle-ci.

Ainsi, par exemple, quand elle s’inverse, c’est-à-dire quand il coûte moins cher d’emprunter sur dix ans que sur deux ans par exemple, une récession devrait intervenir dans les deux ans. Mais rien n’est moins sûr car, aujourd’hui, en raison des politiques monétaires ultra-accommodantes de la Federal Reserve et le la Banque centrale européenne, la courbe des taux a été déformée.

Toutefois, l’idée d’une récession pointe malgré tout le bout de son nez chez les plus pessimistes. Dans un univers de liquidité moindre, toutes les stratégies gagnantes sur les dix dernières années vont être soumises à une remise en question avec le dégonflement de l’inflation des actifs et une prise de conscience par les gouvernements de l’échec de la transmission de cette inflation des actifs à celle du pouvoir d’achat du plus grand nombre.

Ainsi, en 2019, l’économie mondiale est confrontée à une combinaison croissance / inflation moins favorable. Un resserrement de la politique monétaire et un ralentissement du rythme de la croissance n’impliquent pas qu’une récession menace. En fait, il convient d’être plus préoccupé par une croissance positive mais décevante que par une récession, qui n’est pas d’actualité au regard des fondamentaux de la croissance mondiale actuelle. Il conviendrait d’être particulièrement attentif aux développements des prochaines négociations politiques en cours (tensions sino-américaines, Brexit…).

Pour l’instant, alors que l’endettement public de la France devrait atteindre 100% du produit intérieur brut cette année, les incertitudes géopolitiques et économiques ainsi que la décrépitude de certaines économies nous font profiter d’un bas niveau de taux d’intérêt, qui serait judicieux d’utiliser pour engager des réformes structurelles.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Laeticia Hallyday boit dans la mer (mais pas la tasse) ; Voici trouve Macron très beau en maillot, Point de Vue trouve Brigitte mirifique ; Tout sur le mariage de Jenifer sauf des photos ; Crise de libido royale pour William et Kate

02.

Seniors : cette méthode qui vous permet de profiter pleinement de votre retraite

03.

Arrêt de l’enquête dans les maternités de Fukushima : un non-lieu sanitaire pour le nucléaire ?

04.

Tempête dans les bénitiers : qui de Salvini ou du pape est le plus catholique ?

05.

Incendie en Amazonie : on vient d’inventer la politique magique !

06.

Le G7 du blabla politico-diplomatique qui ne sert à rien, sauf à permettre aux dirigeants de se parler et ça, c’est primordial

07.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

04.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

G7 à Biarritz : ces inégalités croissantes dans les pays occidentaux dont les progressistes ne veulent pas entendre parler

05.

Rencontres diplomatiques : Boris Johnson pourrait-il profiter du désaccord entre Paris et Berlin sur le Brexit ?

06.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ajm
- 11/02/2019 - 17:56
Interprétation évolution des taux.
La phrase un peu énigmatique telle quelle devrait être interprétée de la façon suivante. Certains investisseurs pensent que le risque de hausse des taux sur la dette US est plus fort que sur la dette en euro, donc le risque de décote à court terme sur le marché plus fort en USD ( si votre actif vous rapporte du 2% fixe , il se depreciera fortement si les taux montent à 3% brutalement). Du coup, ils se rabattent sur la dette en euro, la forte demande de dettes en euros par rapport à l'offre ( contribution de la réduction de la dette Allemande chaque année ... on se rabat sur la dette Française. ) conduisant à une baisse des taux.
eazyebzh
- 11/02/2019 - 14:31
En effet, comme les taux
En effet, comme les taux montent aux Etats-Unis, plus personne ne veut d’obligations D'ENTREPRISES qui ne rapportent pas « grand-chose COMPTE TENU DU RISQUE DE SOLVABILITE LIE A LA HAUSSE DES TAUX.
Voila ce qu'il faut lire sinon on ne comprend pas cette transition