En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
© LUDOVIC MARIN / AFP
Fâcherie
Grand coup de froid entre Paris et Berlin : ces dossiers qui plombent la relation franco-allemande
Publié le 09 février 2019
Les motifs de désaccord se sont multipliés en quelques semaines entre la France et l'Allemagne, signe d'une crise profonde entre les deux pays.
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les motifs de désaccord se sont multipliés en quelques semaines entre la France et l'Allemagne, signe d'une crise profonde entre les deux pays.

Atlantico : Opposition de la France au gazoduc Nord Stream2, annulation de la participation d'Emmanuel Macron à la Conférence de Munich sur la sécurité (en présence d'Angela Merkel), différences stratégiques concernant le Brexit, la politique commerciale européenne etc. Comment en sommes nous arrivés, en quelques semaines, à une telle situation entre Paris et Berlin ?

Edouard Husson : De soudaines inversions de polarité sont l’un des symptômes d’une crise profonde. Paris et Berlin viennent de signer un nouveau “traité de l’Elysée”, affirmait-on encore il y a quelques jours; or, voici que les sujets de discordes se multiplient. Les discours ne peuvent plus dissimuler une mésentente qui n’est pas seulement conjoncturelle. Rappelons-nous, Emmanuel Macron est arrivé au pouvoir avec une demande de relance de la coopération franco-allemande, d’approfondissement de la zone euro. Et pendant dix-huit mois Angela Merkel n’a rien proposé en retour au président français. N’obtenant rien dans le domaine économique et monétaire, le Président a proposé de donner encore plus: mise à disposition de la dissuasion nucléaire, soutien français à un siège permanent pour l’Allemagne au Conseil de Sécurité; sans rien obtenir en retour. Eh bien tout cela ne résiste pas plus de quelques semaines. Emmanuel Macron est de plus en plus absorbé par une crise politique interne à multiples facettes. Le refus français de soutenir le gazoduc Nordstream 2 est bien entendu renforcé par l’enquête qui démarre sur de possibles liens entre Benalla et des affairistes russes. Emmanuel Macron ne doit en aucun cas apparaître comme ayant un biais pro-russe dans sa politique. Mais le mal est beaucoup plus profond: la classe politique allemande considère que le Traité d’Aix-La-Chapelle n’est guère plus qu’un empilement de mots. Quant aux Français, ils sont vicitimes d’une méconnaissance croissante de la la langue et de la culture allemande. 

Quelles sont les véritables fractures qui se sont révélées entre les deux pays au cours de ces dernières semaines, et quelles peuvent en être les conséquences à court-moyen ou long terme ? 

Ce que nous voyons n’est que la révélation d’une réalité trop longtemps dissimulée. Cela fait longtemps que les relations entre la France et l’Allemagne sont mauvaises. Je pense de plus en plus, pour ma part, que les successeurs du Général de Gaulle n’ont pas tiré les conséquences de l’échec de la tentative gaullienne de faire de l’entente entre la France et l’Allemagne (de l’Ouest) le coeur de la construction européenne. En fait, Schuman et de Gaulle ont réussi la réconciliation mais pas la mise en place d’une coopération. Dès le printemps 1963, le Bundestag ajoutait un préambule atlantiste au Traité de l’Elysée. Fin 1968, le “gaulliste allemand” Franz-Josef Strauss affirme bruyamment la supériorité monétaire allemande. Malheureusement, les successeurs du Général de Gaulle n’ont pas compris que la France avait intérêt à adopter une politique monétaire à l’anglo-saxonne, de change flexible. Pompidou s’appuie sur le Rapport Werner pour imaginer une union monétaire européenne, le projet que Giscard puis Mitterrand mettent au centre de leur engagement respectif . Or, en fait, cette politique monétaire a enlevé toute flexibilité  à l’économie française, au dur et à mesure des années. A partir de la réunification, les malentendus se sont multipliés: cavalier seul d’Helmut Kohl sur la réunification elle-même; élargissement de l’UE sous impulsion allemande, sans tenir compte des voisins; sortie du nucléaire décidé sous Madame Merkel - tout comme sa politique d’immigration incontrôlée. En fait, il faudrait avoir le courage de le dire publiquement et de tenir, pour la première fois depuis longtemps, un discours de vérité entre les deux pays. 

Dans le contexte du Brexit, de la tension existante entre Rome et Paris, comment analyser la situation actuelle en Europe, au regard de ce refroidissement franco-allemand ? 

Les relations avec la Grande-Bretagne sont un excellent exemple. La France et l’Allemagne ont largement profité de relations qui permettaient de constituer un triangle Londres-Paris- Bonn/Berlin. Les Allemands ont toujours considéré, à tort ou à raison, que les Britanniques étaient des partenaires économiques plus sérieux que les Français. Ces derniers ont toujours envisagé l’Allemagne comme un partenaire de moindre calibre que la Grande-Bretagne en matière de défense. France et Allemagne ont aujourd’hui d’importants excédents commerciaux vis-à-vis de la Grande-Bretagne. Du point de vue de l’Union Européenne, le Brexit est une catastrophe. Et pourtant, Madame Merkel n’a pas voulu voir le lien entre sa politique d’immigration et le vote britannique. De même, la France est actuellement dans une attitude de « punition » de la Grande-Bretagne, dont une majorité de citoyens ont souhaité le Brexit. Mais cette attitude dilettante ou rigide, au choix, ne peut pas tenir dans la durée. Des dissensions fortes apparaissent entre pays européens sur le sujet du Brexit - ou sur d’autres sujets. La rigidité envers la Grande-Bretagne se retrouve désormais au sein de l’UE, maintenant que la Grande-Bretagne est presque partie: après avoir essayé en vain de punir la Grande-Bretagne, on va punir en interne un pays, un gouvernement, qui ne sont pas dans la ligne générale. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Pourquoi l’Afghanistan n’a toujours pas été pacifié ?
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
03.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
04.
Dents de la mer : les grands requins blancs remontent vers le Nord aux Etats-Unis, faut il redouter la même chose en Europe ?
05.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
06.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
01.
PMA et filiation : ces difficultés humaines prévisibles que le gouvernement écarte bien rapidement
02.
Mieux que Jeanne d'Arc : Greta Thunberg voit le CO² à l'œil nu !
03.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
04.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
05.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
06.
Et la banque centrale américaine publia une bombe sur les "méfaits" du capitalisme financier
Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Winter
- 09/02/2019 - 23:08
Quel article exemplaire
Précis, original et réaliste. C’est un remarquable texte sur l’Etat de l’Union. Pour le futur il faudrait peut-être s’inspirer du jeune chancelier autrichien qui a une approche très intéressante et pragmatique de l’UE pour éviter les conflits de souveraineté entre les états nationaux et Bruxelles. Pourvu que le carnaval Macron prenne fin rapidement car on est immergés dans l’illusionisme, les bravades et les fadaises d’un gamin agité. On a besoin d’articles comme le vôtre pour survivre.
Winter
- 09/02/2019 - 23:08
Quel article exemplaire
Précis, original et réaliste. C’est un remarquable texte sur l’Etat de l’Union. Pour le futur il faudrait peut-être s’inspirer du jeune chancelier autrichien qui a une approche très intéressante et pragmatique de l’UE pour éviter les conflits de souveraineté entre les états nationaux et Bruxelles. Pourvu que le carnaval Macron prenne fin rapidement car on est immergés dans l’illusionisme, les bravades et les fadaises d’un gamin agité. On a besoin d’articles comme le vôtre pour survivre.
BADIN
- 09/02/2019 - 22:50
Realpolitik
L'Allemagne fait la politique qui lui permet de faire fonctionner son économie. Elle entretient des rapports privilégiés avec la Russie qui a besoin de son industrie et de son savoir-faire et elle lui achète le gaz et les matières premières dont elle a besoin. En deux mots, elle pratique ce qu'on appelle la Realpolitik. Malgré la pression US qui a toujours redouté une entente Russie-Allemagne préjudiciable à leur leadership mondial. La France est maintenant la vassale des États-Unis. Ses dirigeants sont incapables de savoir ce qui est bon pour son économie ou non. Les fonctionnaires que nous avons au pouvoir sont nuls en économie. (Il n'y a qu'à voir où ils nous ont amenés depuis 40 ans qu'ils sont au pouvoir!) Ils prennent les ordres à Washington, c'est tout. Les US sont opposés au North Stream II; ils refusent que l'Europe puisse dépendre pour son énergie de la Russie qui est le mal absolu. Ils veulent nous vendre leur gaz (de schiste) que nous pourrions avoir directement par ce gazoduc. Macron applique les ordres du deep state US un point c'est tout. Il est donc bien évident que l'entente franco-allemande est une illusion dans ces conditions.