En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

03.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

04.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

05.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

06.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

04.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

05.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

06.

Orange mécanique, le retour : mais que cachent ces tabassages en série pour des histoires de masques ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Lumière noire" de Lisa Gardner, bel hymne à l'instinct absolu de survie

il y a 4 heures 55 sec
pépites > France
Violents orages
Plusieurs blessés, dont deux graves, dans le funiculaire reliant Lourdes au Pic du Jer après une panne d'électricité
il y a 4 heures 49 min
light > Société
L’Amour aux temps du coronavirus
Les couples binationaux séparés par la pandémie de coronavirus vont pouvoir enfin se retrouver
il y a 5 heures 50 min
pépites > International
Violence de la catastrophe
Les explosions du port de Beyrouth ont formé un cratère de 43 mètres de profondeur
il y a 7 heures 19 min
light > Media
Loi sur la sécurité nationale
Hong Kong : la figure prodémocratique Jimmy Lai a été arrêtée, ses journaux perquisitionnés
il y a 9 heures 54 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

L'État, sauveur du jour, tueur du lendemain. Mr Darmanin est-ce l’image que vous voulez donner de votre mandat ?

il y a 11 heures 11 min
pépite vidéo > International
Liban
De nouveaux incidents à Beyrouth lors de manifestations, trois ministres ont démissionné
il y a 12 heures 21 min
décryptage > Economie
Baisse des prix

Le Covid-19 est déflationniste

il y a 14 heures 17 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Incognito, vraiment ? Pourquoi la navigation en mode privé ne correspond pas vraiment à ce que vous croyez
il y a 15 heures 9 sec
décryptage > High-tech
Fake news

Vidéos trafiquées : les deepfakes deviennent de plus en plus faciles à produire et de plus en plus crédibles

il y a 15 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "La Panthère des neiges" de Sylvain Tesson, le prix Renaudot 2019 vient récompenser ce très beau et rafraîchissant vagabondage philosophique sur le toit du monde

il y a 4 heures 24 min
pépites > International
Renouveau ?
Explosions à Beyrouth : le Premier ministre libanais, Hassan Diab, annonce la démission de son gouvernement
il y a 5 heures 22 min
light > Insolite
"Photo souvenir"
Allemagne : il fait un doigt d’honneur à un radar, son amende est multipliée par 75
il y a 6 heures 26 min
pépites > Santé
Pouvoir d'achat
Covid-19 : le prix des masques devrait fortement baisser à la rentrée
il y a 7 heures 42 min
pépites > Politique
Bras de fer démocratique
Biélorussie : la candidate d'opposition Svetlana Tikhanovskaïa demande à Alexandre Loukachenko de céder le pouvoir
il y a 10 heures 49 min
pépites > Terrorisme
Investigations
Attaque au Niger : le parquet antiterroriste français ouvre une enquête pour "assassinats en relation avec une entreprise terroriste"
il y a 11 heures 53 min
décryptage > Santé
Anticipation

Coronavirus : ces mesures prises ailleurs dont la France aurait grand besoin pour maîtriser une rentrée à risques

il y a 14 heures 2 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

Traité d’antidiplomatie

il y a 14 heures 39 min
décryptage > International
Retour vers le passé

Le Liban sous mandat français ? Peut-être, mais est-on sûr que Macron soit de taille ?

il y a 15 heures 21 min
décryptage > France
La ruée vers l'Ouest

Quel impact des canicules sur l’immobilier ?

il y a 15 heures 36 min
© ERIC PIERMONT / AFP
© ERIC PIERMONT / AFP
Transparence

L’effet Gilets jaunes atteint les conseils d'administration : les actionnaires veulent désormais savoir ce qui s’y passe

Publié le 09 février 2019
Les entreprises du CAC 40 s’attendent à des assemblées générales houleuses. Les gérants de fonds d’investissement ont fait savoir qu‘ils avaient des exigences de transparence.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les entreprises du CAC 40 s’attendent à des assemblées générales houleuses. Les gérants de fonds d’investissement ont fait savoir qu‘ils avaient des exigences de transparence.

Les Gilets jaunes n’y sont sans doute pour rien, mais les actionnaires veulent savoir pourquoi les PDG de grandes entreprises sont payés si chers et ils veulent savoir aussi ce qui se passe dans les cercles de pouvoir des grandes entreprises, c’est à dire les conseils d’administration. Beaucoup de grands fonds d’investissements internationaux sont désormais à la manœuvre pour intervenir dans les assemblées générales d’actionnaires.

La saison des assemblées générales va s’ouvrir avec le printemps et l’époque où ces assemblées générales se déroulaient comme une grand’ messe et les paroissiens, en écoutant religieusement le discours du président,votaient les résolutions comme les pratiquants vont communier, est belle et bien révolue. Les gérants de fonds analysent dans le détail les résultats, les projets et font remonter les revendications de leurs adhérents. Tout cela est communiqué à la présidence de l’entreprise avant l’assemblée générale et si les réponses ne sont pas satisfaisantes, les gérants en profitent pour les rendre publiques, intervenir à l‘assemblée, mettre en cause un choix stratégique et même demander la destitution de tel ou tel gouvernant. Alors qu’auparavant,ça ne se faisait pratiquement jamais.

Faut-il rappeler que les grands fonds travaillent pour leurs adhérents, c’est à dire des épargnants, des retraités ou des futurs retraités qui sont en général regroupés dans des caisses de retraites ou de sociétés d’assurances ?Ce système fonctionne un peu comme une démocratie représentative. Les résolutions stratégiques sont prises à la majorité (relative ou absolue) mais les dirigeants ne peuvent pas non plus se moquer des minoritaires. Ils doivent en tenir compte.

Alors, il existe des grandes entreprises qui sont contrôlées par un groupe d’actionnaires dont les objectifs sont cohérents et qui garantissent une stabilité du pouvoir. Ces groupes d’actionnaires (ou pactes) sont parfois d‘origine familiale, mais pas toujours.

Dans beaucoup de cas, il n’y a pas de pacte d’actionnaires, le capital est très dilué et les plus gros actionnaires ne possèdent que quelques pourcentages de l’entreprise. Cela dit, c’est un peu comme en politique, les minoritaires sont en général d’autant plus violents et visibles qu‘ils sont petits.

Le fait nouveau aujourd’hui, c’est que les gérants sont devenus de plus en plus attentifs à ce qui se passe dans le cœur du réacteur, c’est à dire au conseil d’administration. Les priorités ont d’ailleurs évolué.

1ère priorité, la stratégie de l’entreprise. Pendant les trente dernières années, les gérants de fonds surveillaient avant tout la valeur boursière de l’entreprise. Leur problème était de maximiser leurs actifs. D‘où l’obsession de la rentabilité à court terme de leurs investissements. D‘où la brièveté de leur engagement, (entre 2 et 4 ans), d’où l’obsession des présidents d’entreprises de privilégier la croissance externe, les synergies. Cette évolution a engendré une financiarisation de l‘économie au détriment de l’investissement à long terme.

Les choses sont en train de changer. Les entreprises du digital ont participé à la pédagogie du long terme, mais ce n’est pas tout.Les investisseurs poussés par leurs adhérents ont commencé à demander des comptes sur la gestion sociale de l’entreprise et sur la prise en compte de l’environnement. La RSE, la responsabilité sociale et environnementale, est un critère important dans la décision d’investir dans telle ou telle entreprise.

 

La 2ème priorité touche à l'essence même du vrai pouvoir dans l’entreprise, à savoir le fonctionnement et la composition des conseils d’administration. Cette attention est totalement nouvelle, beaucoup de fonds veulent savoir ce que font les administrateurs, pour quelles raisons ils sont là, quelles sont leurs compétences précises, leur utilité et combien ils ont payé. Question annexe, les membres sont–ils assidus ? Parce que la maladie des CA, c’est l’absentéisme. Cette préoccupation, très « Gilets jaunes », est évidemment normale parce qu’après tout, l’argent est celui des actionnaires. On a déjà vu, dans des entreprises très connues, des administrateurs poussés à la démission parce que leur utilité n’était pas évidente. Le temps des copains (de promo à l‘ENA ou à l’X, le plus souvent) est révolu. Des cumuls multiples aussi,consanguins qui sont quand même plus rares.  On va assister à un turn-over important cette année pour des questions d’âge certes, mais pas seulement. Les gérants de fonds ont établi des listes d‘administrateurs crampons qu’ils ont dans leur collimateur.Intéressants !

3e priorité, la rémunération du président. Trop c’est trop. Que le PDG d’une grande entreprise performante soit très bien payé, c’est normal. Mais quand cette rémunération dépasse le million par mois (plus de 12 millions par an) dans deux ou trois cas en France, c’est plus difficile à accepter. Encore plus difficile, les retraites chapeau, les bonus, les parachutes dorés,etc… Le cas de Carlos Ghosn, qui doit correspondre à ce qui se fait chez les grands constructeurs automobiles du monde, passait très mal dans l’opinion publique et dans l’actionnariat.On se souvient que l‘assemblée générale des actionnaires de Renault n‘avait pas voté la rémunération du président et que  celui-ci était passé outre cette décision. Bercy, actionnaire à 15%, et les dirigeants de Nissan ont assez mal vécu cet épisode.

Tout cela manque de transparence, de pédagogie et de légitimité. Quelle est la légitimité d’un gros salaire de PDG, c’est la question que vont poser cette années les gérants.

C’est intéressant, cette question de la légitimité, parce qu’un PDG peut s’interroger sur les raisons pour lesquelles l’opinion accepte le salaire exorbitant d’une rock star ou d’un footballeur, mais n‘accepte pas le salaire d‘un patron. Mais en s’étonnant de cette question, il apporte la réponse.

Le salaire du footballeur (ou d’une rock star) correspond à trois choses. Il correspond au prix du marché mondial, il correspond aussi à sa performance et à ses résultats, c’est à dire à ce qu’il rapporte à son club mais ce salaire correspond aussi à la qualité du rêve qu'il projette sur le marché et qu’il offre au public.

Quand la rémunération du patron est contestée par le public, les actionnaires ou les salariés, c’est toujours parce qu’il n’est pas au rendez-vous de l'une des trois conditions, le marché, la performance ou le rêve qu'il apporte. Si autant de patrons sont considérés comme étant beaucoup trop payés,c’est parce qu’ils ne font pas rêver.Et surtout pas les salariés.

Jeff Bezos, Elon Musk, Warren Buffet, Bill Gates sont payés dans des proportions qui peuvent paraître exorbitantes, mais ces hommes qui sont parmi les plus riches ne sont jamais remis en cause pour leur fortune. Il doit y avoir de bonnes raisons.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires