En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© LUDOVIC MARIN / AFP
Nouvelle droite

8% à un premier tour de présidentielles: ce que la droite pourrait proposer pour déjouer les sondages qui tuent

Publié le 08 février 2019
Un sondage IFOP pour Marianne basé sur les intentions de vote au premier tour de l'élection présidentielle de 2022 si elle avait lieu demain prédit un match très serré entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen ainsi qu'une explosion du vote blanc.
Frédéric Mas est secrétaire de rédaction de Contrepoints.org. Après des études de droit et de sciences politiques, il a obtenu un doctorat en philosophie politique (Sorbonne-Universités).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Frédéric Mas
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Frédéric Mas est secrétaire de rédaction de Contrepoints.org. Après des études de droit et de sciences politiques, il a obtenu un doctorat en philosophie politique (Sorbonne-Universités).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Un sondage IFOP pour Marianne basé sur les intentions de vote au premier tour de l'élection présidentielle de 2022 si elle avait lieu demain prédit un match très serré entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen ainsi qu'une explosion du vote blanc.

Atlantico : Selon un sondage IFOP pour Marianne publié ce 7 février, Emmanuel Macron sortirait victorieux (30%) du premier tour d'une d'élection présidentielle anticipée, devant Marine Le Pen (27%), alors que les LR seraient seraient marginalisées (8%). En considérant l'improbabilité d'une victoire de Marine Le Pen au second tour, alors que le "total droite" est bien supérieur au total gauche, comment dresser le portrait politique d'une plateforme - un programme - de droite à même de rassembler cet électorat en vue de remporter la présidentielle ? 

Frederic Mas : L’équation programme est à la fois très simple à exposer et très compliquée à mettre en œuvre : il s’agit de concilier autorité et liberté, l’ordre et la loi, sans se laisser entraîner par le vent dominant du populisme, cette passion démocratique, au sens de Tocqueville, contre les institutions et les élites.

La tension entre autorité et liberté recoupe celle historique entre d’un côté les traditions politiques autoritaires légitimiste et bonapartiste et de l’autre celle libérale, ou « orléaniste » pour reprendre l’expression de René Rémond. Les premières exigent un Etat fort, dont la souveraineté politique doit non seulement gouverner mais aussi imprimer une direction à la société, voire à l’économie. La seconde est plus soucieuse des libertés publiques, de la liberté de commerce et de défendre les principes de la démocratie représentative.

La cinquième république a tranché très nettement en faveur du modèle autoritaire. Le général de Gaulle avait besoin d’une constitution qui l’aide à sortir de la crise algérienne, et pas du parlementarisme libéral qu’il jugeait inefficace et dépassé. C’est ce modèle autoritaire, volontiers dirigiste, dont se réclamait la droite gaulliste à l’origine. Il est aujourd’hui repris par le rassemblement national de Marine Le Pen, qui caracole en tête dans les sondages et taille des croupières aux gaullistes historiques.

La tradition libérale, quant à elle, a pratiquement disparu avec le centre droit lui-même : l’élection d’Emmanuel Macron, grâce au ralliement de François Bayrou, a rassemblé autour de lui les centrismes, faisant place nette à droite comme à gauche et disparaître en même temps le seul espace politique où il se donnait à voir.

Rééquilibrer les programmes à droite en faveur de la liberté, c’est-à-dire pour un Etat de droit fonctionnel, une fiscalité qui ne soit plus confiscatoire et une véritable décentralisation permettrait d’occuper un espace que plus personne ne songe à occuper, à droite comme à gauche. Stratégiquement, le tournant sécuritaire du macronisme pourrait offrir à la droite l’occasion de se positionner comme le principal défenseur des libertés fondamentales et d’un Etat de droit pris en tenaille entre un exécutif sans contrôle et un mouvement des gilets jaunes en voie de récupération par ses éléments les plus radicaux.

Edouard Husson : Le résultat du sondage IFOP daté du 7 février 2019 est intéreressant dans la mesure où son premier enseignement est l’effondrement de LR. La descente en enfer, entamée avec l’auto-destruction du parti adonné à la guerre des chefs en 2017, n’en finit pas: si les chiffres sont pris au sérieux, Laurent Wauquiez est en passe de rejoindre Benoît Hamon, LR de devenir aussi faible que le PS. Il faut même aditionner les scores fictifs de Hamon et Faure, pour constater que Wauquiez est plus faible que la somme des candidats d’un PS divisé. Il faudrait disposer de données plus fines mais on voit bien que l’électorat LR se dirige, dans l’ordre: vers le vote blanc, vers Marine Le Pen, vers Emmanuel Macron, vers Nicolas Dupont-Aignan, vers JC-Lagarde. On regrettera que l’hypothèse d’une nouvelle candidature d’Asselineau n’ait pas été testée mais cela ne change rien pour l’analyse ici. 
L’hypothèse de second tour ici présentée montre à la fois une réduction considérable de l’écart entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen; mais la présidente du Rassemblement National semble toujours incapable de gagner, malgré l’affaibilissement considérable d’Emmanuel Macron. A la fois elle bénéficie de son nouveau pragmatisme concernant l’euro; mais elle ne convainc pas cette frange du parti de l’ordre social qui explique l’actuelle remontée du Président dans les sondages. Marine Le Pen n’en finit pas de payer son double choix erroné: celui de 2013, de ne pas soutenir à fond la Manif pour Tous; et celui de 2017, la tentative d’unir les populismes au lieu de profiter de son enracinement populaire pour essayer de rallier à elle une partie de la droite des épargnants et des rentiers mais aussi les créateurs de richesse et achever la construction d’un grand parti de la droite populaire, entrepreneuriale et conservatrice. 

Une des aspirations fortes de l'électorat de droite est la reprise de contrôle. Est-ce qu'une forme de néo-thatchérisme, ou un "trumpisme" éclairé pourrait rassembler une grande partie de cet électorat ?

Frederic Mas :Il existe une aspiration commune à une frange de la droite, mais aussi à une frange de la gauche, à se réapproprier un pouvoir politique qu’elle estime confisquée par des élites « hors sol ». C’est un thème qui a été abordé magistralement par Samuel Huntington pour les Etats-Unis dans son livre de 2004 sur l’identité américaine. La « dénationalisation » des élites entraînée par la mondialisation rend ses intérêts étrangers, voire concurrents, à ceux des peuples dont les moyens de subsistance restent enracinés et dépendant des territoires nationaux. Le problème, c’est que c’est cette élite dénationalisée qui a l’oreille des gouvernants, et qui tend à se passer du consentement du peuple quand ses intérêts sont en jeu.

Le conservatisme de Margaret Thatcher pourrait offrir un bon exemple de l’alliance possible entre liberté et autorité, le tout porté par une femme politique issue de la classe moyenne ordinaire. Son accession au pouvoir a permis de débloquer une situation politique et économique catastrophique grâce au libre-échange dont elle se fit le héraut infatigable. N’oublions pas qu’en 1976, les Britanniques sont obligés d’appeler à l’aide le FMI ! C’est cependant son autorité, en particulier en politique étrangère, qui la rende populaire à droite. Son intransigeance avec l’Argentine pendant la guerre des Malouines, son soutien inconditionnel à l’allié américain contre le Bloc de l’est ou encore son nationalisme face à ses partenaires européens lui ont sans doute valu beaucoup plus d’admiration que ses réformes fiscales, pourtant nécessaires.

Si le thatchérisme peut être source d’inspiration, la droite française doit pouvoir trouver sa propre voie en puisant dans l’histoire nationale : elle ne pourra se faire aimer si elle est perçue comme un pur produit d’importation.

Le trumpisme est un populisme anti-establishment qui me semble plus difficilement transposable à la situation européenne, tant la figure du gagnant dans le domaine des affaires s’est révélée suffisamment efficace pour « disrupter » l’ensemble de la classe politique traditionnelle.

Edouard Husson : Le thatchérisme relève du passé. Il était de droite dans la mesure où il était d’abord un anti-socialisme; mais le mouvement a affaibli le conservatisme britannique puisqu’il a, par son individualisme économique, ramené la coupure de la société britannique en “deux nations”, pour parler comme Benjamin Disraëli. Trump est certainement plus un point de repère - on n’ose pas dire un modèle, de peur de choquer l’électorat bourgeois qu’il s’agit de séduire. Trump a réussi cette gageure de conquérir le Parti Républicain à partir de ce qu’on pourrait appeler “l’Amérique périphérique”. Pour rester dans les coordonnées de la droite française, on se rappelle comme Nicolas Sarkozy avait aspiré une partie des voix lepenistes en 2007; et son score de premier tour de 2012 reste élevé (26%) alors même qu’une partie de l’électorat lepeniste était reparti vers le Front National, déçu par le décalage entre le discours sarkozyste de contrôle de l’immigration et de rétablissement de la sécurité dans les banlieues et la réalité sur le terrain. Il est intéressant de comparer 2012 et 2017. En 2012, Sarkozy + Marine Le Pen représentent, ensemble 46% des voix au premier tour; alors que le total de 2017, Fillon + Marine Le Pen, au premier tour, est de seulement 40%. 2012 est la grande occasion manquée de consolidation d’une droite française qui aurait fait définitivement de Nicolas Sarkozy le précurseur de Donald Trump. Que l’on aime ou pas, c’était la puissance de la ligne Buisson, en fait imparfaitement assumée par Sarkozy. Le président français de l’époque, en effet, n’a jamais eu le courage d’affronter une traversée du désert, non seulement médiatique mais mondaine, à la façon de Donald Trump. Au contraire, Sarkozy a été obsédé par “l’ouverture à gauche”, à commencer par le choix de ministres type Bernard Kouchner. Ce faisant, il a brouillé son image dans les classes populaires. Son engagement dans la lutte contre la crise et l’indéniable efficacité de son action dans plusieurs domaines n’ont pas été suffisants pour convaincre “les déplorables” français de voter à nouveau pour lui. Il faut cependant retenir de l’expérience sarkozyste qu’il est possible de rallier une partie de la droite “orléaniste” à un grand programme d’alliance des droites populaire, entrepreneuriale et conservatrice. 

Une des faiblesses de la droite semble être d'avoir trop longtemps séparé le monde des idées et le monde de la politique. Plus que d'une figure providentielle, la droite n'a-t-elle pas surtout aujourd'hui besoin d'intellectuels capables de repenser le message traditionnel de la droite au sein même des partis et auprès des hommes politiques ?

Frederic Mas : Si, tout à fait. Comme l’avait déjà bien vu Tocqueville, la centralisation politique du pays attire les professionnels de l’élection et les experts, et éloigne les hommes de lettres qui préfèrent débattre des idées et des systèmes à bonne distance du pouvoir. A droite, on trouve traditionnellement la même séparation entre droite de gestion et droite de conviction. La première se concentre sur la pratique politique, la seconde peuple les cafés et les groupuscules.

Pourtant, pour exister et reconquérir du terrain, elle doit en finir une fois pour toute avec son vieux fond anti-intellectualiste : les enjeux d’aujourd’hui, qu’ils soient liés à la révolution numérique, à l’intelligence artificielle, aux avancées de la génétique ou à l’émergence de la Chine, demandent non pas des professionnels rompus aux pratiques bureaucratiques franco-françaises mais des hommes intelligents, curieux d’esprit, et capables de saisir des problématiques de plus en plus complexes. 

Edouard Husson : Ce que vous décrivez, c’est le choix fait par Marion Maréchal, qui a choisi, en 2017, de ne pas se représenter à l’Assemblée Nationale et d’aller vers ce qu’elle appelle la “métapolitique”. L’ancien député est en train de proposer, à petites touches, en particulier par des conférences à l’étranger, les contours d’un conservatisme français - au sens que conservatisme peut avoir dans le monde anglophone, c’est-à-dire beaucoup plus large que la seule question de l’ordre moral et social. C’est dans ce but qu’elle a créé une école de sciences politiques. L’ambition est à la fois de donner une plateforme à des conférenciers, de disposer d’outils de diffusion des idées mais aussi de former de nouvelles générations de responsables politiques, d’entrepreneurs, de responsables associatifs qui soient dotés d’outils d’analyse et de principes d’action solides. C’est d’ailleurs plus large, sans doute, que répondre au besoin d’intellectuels. Il est bon qu’il y ait des universitaires, des écrivains, des intellectuels mais l’Intellectuel, c’est comme la figure providentielle: le risque est de tout soumettre à des questions d’ego. 
La gauche aussi est confrontée à ce défi: elle a moins besoin de chefs et d’intellectuels au sens classique que de lieux où soient formés les députés, les maires, les entrepreneurs, les citoyens engagés de demain. L’effondrement du PS et celui de LR sont exactement parallèles, par manque de débats d’idées, de connaissance du monde et de ses transformations. Nous avons besoin d’un grand parti progressiste comme d’un grand parti conservateur. C’est profondément nécessaire à la vie démocratique. Et le grand ratage d’Emmanuel Macron, de ce point de vue, c’est de ne pas avoir su donner une autonomie, un espace de maturation à La République en Marche pour en faire une véritable force politique, capable de l’aider à se renouveler et, aussi, ce qui n’est pas moins important, de durer au-delà de sa présidence. 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Laeticia Hallyday boit dans la mer (mais pas la tasse) ; Voici trouve Macron très beau en maillot, Point de Vue trouve Brigitte mirifique ; Tout sur le mariage de Jenifer sauf des photos ; Crise de libido royale pour William et Kate

02.

Seniors : cette méthode qui vous permet de profiter pleinement de votre retraite

03.

Arrêt de l’enquête dans les maternités de Fukushima : un non-lieu sanitaire pour le nucléaire ?

04.

Tempête dans les bénitiers : qui de Salvini ou du pape est le plus catholique ?

05.

Le G7 du blabla politico-diplomatique qui ne sert à rien, sauf à permettre aux dirigeants de se parler et ça, c’est primordial

06.

Incendie en Amazonie : on vient d’inventer la politique magique !

07.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

04.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

G7 à Biarritz : ces inégalités croissantes dans les pays occidentaux dont les progressistes ne veulent pas entendre parler

05.

Rencontres diplomatiques : Boris Johnson pourrait-il profiter du désaccord entre Paris et Berlin sur le Brexit ?

06.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

Commentaires (18)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
gerint
- 08/02/2019 - 22:55
Lal
J’aimerais bien que Wauquiez soit ce que vous dites. Mais il louvoie et s’il choisit Bellamy il lui adjoint la bobo Pécresse et un Juppé bis. Aussi je crois qu’avec une droite comme cela on n’a pas besoin de gauche
pierre de robion
- 08/02/2019 - 22:10
Réponse à ajm!
"et l'électeur de droite traditionnelle style Fillon ne voudra pas mêler sa voie aux milliers de Ganesha dont on a un brillant exemplaire ici qui constituent une bonne part de L'électorat RN. "
Hélas, et comme ces derniers sont comme des berniques accrochés à leur rocher, Micron est président pour 20 ans minimum!
cloette
- 08/02/2019 - 19:40
On recommence avec les sondages
Comme avec Hollande, c'est mauvais signe . Quand tout va bien dans un pays nul besoin de sondages .