En direct
Best of
Best of du 28 novembre au 4 décembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

02.

Macron skie français

03.

Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable

04.

L'Union européenne envisage d'exclure la Hongrie et la Pologne du fonds européen de relance

05.

Trois étranges monolithes métalliques de 3 m de haut sont apparus aux Etats-Unis et en Roumanie

06.

Loi de Dieu ou loi de la République ? Ce que Jean-Luc Mélenchon feint de ne pas comprendre sur la différence entre l’islam politique et les autres religions

07.

Crise économique : l'OCDE prévoit que la planète va se redresser en 2021... sauf l'Europe qui restera à la traîne. Mais pas par hasard

01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

06.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

01.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

04.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

05.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

06.

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Qui veut risquer sa vie la sauvera (Mémoires)" de Jean-Pierre Chevènement : heureux qui comme Chevènement a eu plusieurs vies dans sa vie en maintenant la même trajectoire. Un panorama exhaustif de l’histoire de notre pays de 1962 à 2019

il y a 11 min 14 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Rachel et les siens" de Metin Arditi : un roman superbe et, évidemment, bouleversant, La Palestine, Israël, le XXe siècle...

il y a 1 heure 2 min
pépites > Politique
Brut.
Emmanuel Macron : « Je n'ai pas de problème à répéter le terme de violences policières mais je le déconstruis »
il y a 5 heures 28 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les bracelets se noient dans le marc de raisin et quand les tortues ont l’accent italien : c’est l’actualité décembriste des montres
il y a 6 heures 57 min
light > Loisirs
Bingo
La popularité croissante de “All I Want for Christmas is You” montre que l'industrie de la musique valorise les vieilles chansons
il y a 9 heures 29 min
light > Insolite
Bizarre
Trois étranges monolithes métalliques de 3 m de haut sont apparus aux Etats-Unis et en Roumanie
il y a 11 heures 32 min
light > Social
Convivial et efficace
Une recherche en psychologie montre l'intérêt des discussions devant la machine à café
il y a 12 heures 37 sec
pépites > Economie
Coronavirus
Le Fonds de solidarité universel s'arrêtera le 31 décembre annonce Bruno Le Maire
il y a 12 heures 43 min
décryptage > France
Vive nous

Macron skie français

il y a 13 heures 1 min
décryptage > Société
Placements privilégiés

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

il y a 13 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Femmes puissantes" de Léa Salamé : curiosité et plaisir à la lecture des aveux (en toute honnêteté…) de 12 personnalités féminines, découvrir leur force intérieure, leur parcours, leur influence

il y a 31 min 56 sec
pépite vidéo > Politique
Interview
Retrouvez l’intégralité de l’entretien d’Emmanuel Macron accordé à Brut
il y a 2 heures 2 min
pépites > International
Rebondissement
Ziad Takieddine a été arrêté au Liban
il y a 6 heures 36 min
décryptage > Europe
Négociations

Brexit : qui de Londres ou de Bruxelles (et de Paris...) prend le plus grand risque dans le bras de fer ?

il y a 8 heures 25 min
décryptage > France
Article 24

Police, manifestants et libertés publiques : les images de violence servent-elles la Vérité... ou de munitions aux combattants de nos guerres idéologiques ?

il y a 11 heures 24 min
pépite vidéo > Economie
Commerçants face à la crise
Nouveau calendrier : Bruno Le Maire confirme le report des soldes d'hiver au 20 janvier prochain
il y a 11 heures 52 min
rendez-vous > Religion
Géopolitico-scanner
Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable
il y a 12 heures 37 min
pépites > Economie
Voyage moins cher
La SNCF envisage de plafonner le prix des billets de TGV en seconde classe
il y a 12 heures 56 min
pépites > Politique
Scandale
Dominique Strauss-Kahn annonce la sortie d'un documentaire sur sa vie à l'automne 2021
il y a 13 heures 10 min
décryptage > Science
Espace

ClearSpace-1 : l’opération anti-débris spatiaux qui sauvera nos satellites (et nos GPS)

il y a 13 heures 28 min
© Reuters
© Reuters
Plafond de verre

Et si les taux d’intérêt ne remontaient plus ?

Publié le 04 février 2019
Contrairement à ce que les prévisionnistes avaient annoncé, les taux d'intérêt ne remontent pas.
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Contrairement à ce que les prévisionnistes avaient annoncé, les taux d'intérêt ne remontent pas.

C’est à n’y rien comprendre : les États-Unis viennent de créer 304 000 emplois en janvier, le chiffre le plus élevé depuis 11 mois, alors qu’on en attendait 165 000, et les taux courts ne monteront pas ! La croissance reste solide, le taux de chômage à 4% et la récession menacerait ! De fait, la Fed rétropédale comme jamais, pour dire qu’elle ne montera ses taux courts que si c’est absolument nécessaire, par exemple si l’inflation va vers 3% ! Oubliées les prévisions de hausses de taux à deux ans des membres du comité de politique monétaire ? Oui. Oubliées les prévisions officielles des « économistes maison » de la Fed ? Oui.

Donc, aux États-Unis, il n’y aura pas trois hausses de taux d’intérêt, comme prévu depuis deux ans ? Non. Pas deux, comme annoncé pourtant il y a deux mois ? Non. Peut-être une, voire zéro ! Lors de sa pathétique conférence de presse du mercredi 29 janvier, Jerome Powell, le patron de la Fed, a tellement répété qu’il regardait tout ce qui se passait dans ce monde plein de courants contraires, plus toutes les données disponibles aux États-Unis, plus qu’il fallait être patient (dit 10 fois au moins, copié de Draghi) qu’on a compris qu’il ne savait pas où il était. Surtout, il a très peur de faire des bêtises en continuant ce qu’il avait annoncé. On a même compris qu’il était même prêt à baisser les taux, en cas de troubles internationaux ou de « deuxième shutdown » (Trump a dû apprécier) !

Pas de hausse des taux non plus en zone euro, mais là c’est compréhensible. Les marchés attendaient une hausse cette année, même minuscule, pour fêter le départ de Mario Draghi : ce serait la preuve du fait qu’il avait sorti la zone de l’ornière. Mais rien. Mario Draghi revoit à la baisse ses prévisions de croissance « en raison de la persistance des incertitudes liées aux facteurs géopolitiques, de la menace protectionniste, des vulnérabilités sur les marchés émergents et de la volatilité des marchés financiers ». Il revoit aussi à la baisse ses prévisions d’inflation, à 1,6% en décembre contre 1,9% en novembre. Une inflation vue à 1,8% dans cinq ans, par les prévisionnistes professionnels. Et l’inflation vient de passer à 1,2% sur un an en janvier en France, contre 1,6% en décembre ! Donc les taux ne monteront pas cette année, et le Maestro partira.

Mieux encore : non seulement les taux d’intérêt à court terme ne vont pas monter aux États-Unis et en zone euro, mais tout se prépare pour y tasser les taux à long terme ! Ainsi, la Fed ne vendra bientôt plus, régulièrement, les bons du trésor qu’elle détient, pour ne pas risquer de tendre les liquidités. Elle va attendre pour voir ce qui se passe, tellement inquiète des plaintes de certains financiers ! Et la BCE lancera bientôt un autre programme de financement à moyen terme et à taux très bas (ou nul) pour alimenter les banques et leur permettre de faire plus de crédits à taux bas pour relancer la machine. Un autre LTRO (Long Term Refinancing Operation) ou TLTRO (T pour Targeted) est sur les rails. Au total, pour un an au moins, les taux courts du G3 (États-Unis, zone euro et Japon) vont rester à 1,3% et les taux longs à 1,5% (en prenant les pays AAA de la zone euro) : nous aurons une courbe des taux plate !

Mais alors, avec une inflation à 1,9% aux États-Unis, 1,6% en zone euro et 0,3% au Japon, donc une inflation pondérée à 1,6% dans le G3, les taux réels mondiaux seront négatifs – et pendant longtemps. Donc la dette publique ne serait plus aussi catastrophique qu’annoncé, si elle est bien utilisée pour des investissements qui soutiennent la croissance : infrastructure, modernisation des services publics, formation à tous les âges de la vie, modernisation des systèmes de soin… Et tout est fait aussi pour que les ménages et les entreprises s’endettent plus ! C’est le souhait explicite de Mario Draghi : la baisse des conditions bancaires renforce les banques tout en permettant des crédits moins chers. Ils donneront plus de croissance, de profit (donc les crédits seront remboursés), plus d’emploi, de salaires, et donc plus d’inflation, bien après.

En zone euro, ces baisses de taux pour renforcer les banques sont une nécessité, compte tenu de leurs problèmes de rentabilité. Lors de la dernière conférence de presse de la BCE le 24 janvier, un journaliste (travaillant pour la presse allemande) cite une critique contre cette politique, disant qu’elle aide les banques espagnoles et italiennes. Ce n’est pas faux, mais partiel. Mario Draghi lui répond qu’il s’agit en fait d’un outil de politique monétaire, donc global, non d’une aide à telles banques ou à tel ou tel pays. S’il n’avait pas été aussi malin, autrement dit s’il avait cédé à la provocation de cette question, il aurait pu dire que les banques allemandes allaient aussi en profiter, et non des  moindres (Deutsche Bank, Commerzbank, nombreuses Landesbanken) ! Bref, pause des ventes de bons du trésor à la Fed, LTRO ou TLTRO à la BCE !

Aujourd’hui donc, plus de dette ne fait pas plus d’inflation, même en plein emploi, donc n’implique pas de hausse des taux ni ne suscite de montée visible des risques ! Plus de dette fait aujourd’hui à peine un peu plus de croissance sans faire exploser l’inflation, ni les risques des emprunteurs. Mieux même, avec un taux d’intérêt nominal à long terme inférieur à celui de la croissance et avec de bons choix d’investissement, le ratio dette publique/Pib pourrait baisser dans le temps!

Jerome Powell et Mario Draghis ont assez perdus devant ces nouveaux phénomènes, et nombre d’économistes. Mais ils en tirent deux conséquences opposées. Le premier a peur. Il arrête la machine à monter les taux et avance dans le noir, en fonction des données économiques qu’il rencontre. Le second avance hardiment, craignant de faire sauter la zone s'il s’arrête, ou même doute. Il bloque la machine à monter les taux pour son successeur et s’engage à éclairer le futur, donc l’engage, ce qui est un lourd héritage.

Moralité, les États-Unis sont au plus haut de la courbe des taux, et la BCE prendra tout  son temps pour les « normaliser ». La crainte de la récession américaine à 12 ou 18 mois va devenir une angoisse, et la BCE va se demander ce qu’elle pourrait alors bien faire. Les taux ne monteront plus parce que le plafond de la croissance potentielle est proche. Il faut prévenir les politiques et les « réseaux sociaux » : ils ne sont pas au courant.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
moneo
- 05/02/2019 - 15:47
ouf
la fête continue le père Noel ne nous quitte pas....
les Etats vont continuer à emprunter pour rembourser avec profits leurs dette plus anciennes,ils vont continuer à dire que les infrastructures et équipements sont nécessaires à a la relance et qu'elles vont permettre de créer des emplois ,ça tombe bien, il va falloir financer dans un premier temps des tas ce choses écolos vu la situation catastrophique de Gaia.enfin la bourse sera soutenue grâce à cette manne divine tenue irriguer la spéculation à très très court terme.
Finalement sauf catastrophes politiques style nationalistes ou gauche prolétarienne tout va très bien madame la Marquise..
patafanari
- 04/02/2019 - 14:03
Comptine
Quand les taux baissent Betbeze bisque.
Quand ils montent, il promet la tonte.