En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 2 jours 10 heures
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 2 jours 15 heures
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 2 jours 16 heures
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 2 jours 16 heures
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 2 jours 17 heures
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 2 jours 17 heures
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 2 jours 18 heures
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 2 jours 19 heures
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 2 jours 19 heures
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 2 jours 19 heures
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 2 jours 13 heures
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 2 jours 15 heures
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 2 jours 16 heures
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 2 jours 17 heures
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 2 jours 17 heures
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 2 jours 18 heures
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 2 jours 18 heures
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 2 jours 19 heures
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 2 jours 19 heures
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 2 jours 19 heures
© Paul J. RICHARDS / AFP
© Paul J. RICHARDS / AFP
SF dans le poulailler

Des scientifiques britanniques créent des poules génétiquement modifiées dont les oeufs permettent de lutter contre l’arthrite ou contre certains cancers

Publié le 02 février 2019
Les molécules présentes dans ces oeufs sont 100 fois moins chères à produire que celles produites en laboratoire.
Hervé Seitz
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hervé Seitz est un chercheur spécialiste en biologie moléculaire. Il est rattaché à l'Institut de génétique humaine (IGH) de Montpellier.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les molécules présentes dans ces oeufs sont 100 fois moins chères à produire que celles produites en laboratoire.

Atlantico : Des scientifiques de la société Roslin Technologies, à Edinbourg, ont créé des poules génétiquement modifiées dont les oeufs permettent de lutter contre l’arthrite ou contre certains cancers. Selon les chercheurs responsables de ce projet, les médicaments produits seraient 100 fois plus économiques que ceux créés en laboratoire. En quoi consiste ce projet d'élevage d'animaux génétiquement modifiés ?

Hervé Seitz : Les médicaments sont des protéines qu'on peut synthétiser chimiquement dans des cuves à essai. C'est très coûteux. Depuis longtemps, la méthode la plus simple, économique, c'est d'utiliser des êtres vivants en leur fournissant l'ADN qui contient la séquence qui code pour la protéine, on le rentre dans une cellule végétale, animale,et la cellule se met à fabriquer cette protéine au même titre qu'elle fabrique ses propres protéines. Cela donne des protéines de très bonnes qualités et ça ne coûte rien. Il faut juste fabriquer l'ADN. Depuis longtemps on sait que la production de protéines est beaucoup plus économique avec des systèmes vivants. Il existe aussi la culture cellulaire avec des cellules humaines mais le coût est prohibitif. Avec des animaux de ferme, des poulets ici, c'est beaucoup plus économique à mettre en oeuvre. Il n'y a pas besoin de laboratoire stérile, etc. 

Peut-on envisager une généralisation de ces médicaments made in OGM ?

Tous les médicaments de protéines sur le marché sont déjà faits dans des OGM, bactéries ou cellules à culture, pas des bestioles sur pattes. D'après les chercheurs, la technique va pouvoir se généraliser à beaucoup de protéines, je ne vois pas de réserves. Je pense que la technique va se généraliser. 

A-t-on actuellement le recul nécessaire pour juger les risques potentiels sur la santé ?  

Du point de vue des patients traités avec ce médicament-là, j'ai du mal à imaginer comment ça pourrait être plus dangereux que ce qu'on fait déjà. Evidemment, comme toujours, les cellules ou les œufs qui produisent la protéine produisent leur protéine. Il s'agit de purifier la protéine de l’œuf, pour ne pas avoir des bactéries qui pourraient provoquer des réponses chez le malade. Mais ce sont des techniques qu'on utilise déjà. Le risque serait donc dû à une impureté. Pour l'environnement, honnêtement il y a peu de chances. Les risques liés aux OGM sont des risques de propagation d'OGM dans la nature, notamment les plantes résistantes aux herbicides. S'il y a hybridation elles vont pousser dans des champs. Ici si des poules OGM qui s'échappaient dans la nature elles n'auraient aucun avantage spécifique par rapport aux autres poulaillers. Le fait de produire des œufs protéinés ne les rend pas plus résistantes. 

Les animaux génétiquement modifiés sont soumis à des normes sévères, notamment en ce qui concerne leur consommation. A quelles restrictions seraient confrontés les traitements issus de ce procédé ?

Pour qu'un médicament ait l'autorisation de mise sur le marché il doit passer des tests pendant des années. Il faut montrer son effet sur un patient malade un non malade, ce qui implique de recruter des cohortes de volontaires. Il peut se passer dix ou vingt ans avant la commercialisation d'un tel médicament. C'est un passage obligé. Une fois que le législateur aura approuvé le premier médicament, peut-être les méthodes de purification seront bien établies, elles seront généralisées à d'autres et les autorisations seront plus faciles.  Cette compagnie vient de faire une publication sur des œufs de poules. Il l'avait déjà fait avec du lait de vache, de brebis, de chèvre, avec un profil similaire: des animaux transgéniques, avec du lait qui produisait des protéines. Cela posait quelques problèmes puisque ce lait était très riche en lipides et qu'une étable, une écurie sont plus coûteux à entretenir qu'un poulailler. Les œufs de poule sont plus pratiques à travailler, il y a moins de lipides, et l'entretien est plus économique. A partir du moment où il y a une grande quantité dans un poulailler, ils sont sensibles aux infections. Dans l'élevage pour alimentation, ils sont shootés aux antibiotiques. Dans ce cas-là, les échelles sont plus petites et on peut s'abstenir de faire ça. Il y a des vétérinaires en permanence. Si ça se généralise, il y aura peut-être des gens pour baisser les coûts, en mettant 50 000 poulets dans un hangar. Se posera alors le problème des épidémies et ils seront peut-être tentés de les traiter avec des antibiotiques.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Mots-clés :
poule, oeuf, OGM, cancer, arthrite
Thématiques :
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires