En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 1 semaine 2 jours
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 1 semaine 2 jours
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 1 semaine 2 jours
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 1 semaine 2 jours
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 1 semaine 2 jours
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 1 semaine 2 jours
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 1 semaine 2 jours
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 1 semaine 2 jours
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 1 semaine 2 jours
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 1 semaine 2 jours
© DR
© DR
Décision de justice

Mur des Cons : la dérive militante du syndicat de la magistrature condamnée par la justice

Publié le 01 février 2019
Dans l'affaire du "Mur des Cons" révélée par Atlantico en avril 2013, les juges de la 17e chambre ont condamné l'ex-présidente du Syndicat de la magistrature pour injures à l'encontre du père d'une jeune fille tuée. Le tribunal n'a donc pas suivi le parquet qui avait requis la relaxe de la prévenue.
Clément Weill-Raynal
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Clément Weill-Raynal  est un journaliste de France 3. Il est l'auteur de la vidéo du "mur des cons" filmée au siège du Syndicat de la magistrature.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans l'affaire du "Mur des Cons" révélée par Atlantico en avril 2013, les juges de la 17e chambre ont condamné l'ex-présidente du Syndicat de la magistrature pour injures à l'encontre du père d'une jeune fille tuée. Le tribunal n'a donc pas suivi le parquet qui avait requis la relaxe de la prévenue.

Atlantico : Dans l'affaire dite du "Mur des Cons" révélée par Atlantico en avril 2013, la 17e chambre a condamné l'ex-présidente du Syndicat de la magistrature pour injures faites au père d'une jeune fille tuée. Les politiques, eux, ont été déboutés de leurs demandes. Ce jugement vous parait-il satisfaisant?

Clément Weill-Raynal : Je tiens d'abord à rappeler que dans cette affaire, je n'étais pas partie civile mais juste témoin. Maintenant, si vous me demandez mon avis, je considère que l'on peut saluer l'indépendance des juges qui ont rendu ce jugement. Contrairement a ce qui a été avancé insidieusement et de manière inexacte par certains journaux, ce n'est pas une relaxe, mais bien un jugement de condamnation!  Le tribunal a considéré que le Mur des Cons constituait  une injure publique à l'encontre de tous ceux qui y étaient épinglés et il a motivé son jugement de manière très sévère à l'égard du Syndicat de la Magistrature. Les juges de la 17e chambre correctionnelle ont rejeté l'argument  selon lequel il ne s'agirait que d'une "blague de potache" ou encore d'une réaction de légitime défense de la part de magistrats agressés par le pouvoir politique… Mais surtout, le tribunal a souligné que ce Mur des Cons était une oeuvre "collective"  et que la faute morale retombe non seulement sur la présidente du Syndicat mais sur tous ceux qui ont participé à l'édification de ce pilori politico-judiciaire. A mon sens, ce jugement est bien la condamnation d'une dérive militante dans laquelle se sont laissé entraîner des magistrats qui avaient pourtant fait le serment de rendre une justice impartiale. 

Beaucoup de plaignants ont été déboutés, pour quelles raisons? 

Certes, tous les politiques ont été déboutés, mais pour des raisons de pure forme. Le tribunal a néanmoins reconnu qu'ils avaient été, eux-aussi, injuriés. L'affaire du Mur des Cons relève du droit de la presse qui est un droit très complexe, plein de chausse-trappes procédurales…Il restait le cas du Général Schmitt, le père d'une jeune fille assassinée par un multirécidiviste. Les "magistrats-potaches" avaient considéré qu'il méritait d'être épinglé sur ce mur de l'injure car il avait eu le grand tort de critiquer le laxisme de la justice. Là, les juges de la 17e chambre correctionnelle ont considéré qu'on ne pouvait pas jeter un pudique manteau de Noé sur cette ignominie. Le cas du Général Schmitt est le plus emblématique. Il résume à lui seul le scandale du Mur des Cons.

L'affaire du Mur des Cons a suscité une vive polémique et a eu un retentissement considérable. En quoi, cela a été bénéfique?

Les images du Mur des Cons ont provoqué un choc dans l'opinion parce que les images vidéos étaient édifiantes. Ces images étalaient sur la place publique une réalité que certains dénonçaient depuis des lustres mais qu'il n'était toujours aisé à démontrer: au nom d'une conception très militante de la justice, des magistrats - heureusement minoritaires au sein de l'institution - se sont laissés entrainer dans une dérive idéologique inquiétante. S'ils épinglent en ricanant des justiciables en fonction de critères politiques, sont-ils en mesure de rendre la justice de manière équitable? C'est la question que l'opinion s'est légitimement posée. L'affaire a jeté une lumière très crue sur le Syndicat de la Magistrature qui bénéficiait d'une image positive, entretenue complaisamment par une parte de la presse. Je pense que le jugement du 31 janvier 2019 est une sorte de carton rouge, de rappel à l'ordre. Et c'est une bonne chose. On se souviendra longtemps du Mur des Cons. 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Sidewinder
- 02/02/2019 - 06:41
Justice Française
Que peut-on attendre de notre système judiciaire ? Simplement le pire. D'une part il dépend de l'exécutif (le ministère de la Justice fait partie de l'exécutif) d'où une séparation des pouvoirs clownesque, d'autre part ces gens-là se jugent entre eux…ce qui garantit les "retours d'ascenseur". Mais bon, ne regardons pas ce qui se fait ailleurs ou parlons-en en mal, comme ça nous pouvons nous acheter une bonne conscience à pas cher.
Anouman
- 01/02/2019 - 20:07
Mur
Condamnée à quoi exactement?
TPV
- 01/02/2019 - 14:45
C'est clair que pour ces raclures
De gauche, la fille assassinée d'un général est une contingence surtout que des jeunes de banlieue, sainte minorité sociétale, en étaient les auteurs.
Syndicat National de Merde.