En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

02.

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

03.

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

04.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

05.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

06.

Décembre social en vue : mais que souhaitent vraiment les Français ?

07.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

02.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

03.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

04.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

05.

The Economist : Emmanuel Macron affirme que l'Otan est en état de "mort cérébrale" et que l'Europe est en danger

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

ça vient d'être publié
pépites > France
Coup de sang
Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"
il y a 15 min 43 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un amour sans résistance" de Gilles Rozier : interroge intelligemment en laissant la place à plusieurs interprétations

il y a 1 heure 38 min
light > High-tech
Mickey détrône Netflix
10 millions de personnes se sont abonnées à Disney + en un seul jour
il y a 2 heures 43 min
décryptage > Politique
Engagement

Combats de gauche : alerte à la supériorité morale

il y a 3 heures 50 min
décryptage > Santé
Manger avec Atlantico

Vous n'aimez pas les épinards ? Cette étude scientifique vous explique pourquoi

il y a 4 heures 23 min
décryptage > Politique
Espèce protégée ?

Esther Benbassa savez-vous qu'il y a des Juifs antisémites ?

il y a 5 heures 22 min
décryptage > International
Crise

Fin de l’histoire : leçons planétaires d’une démission bolivienne

il y a 5 heures 41 min
décryptage > Social
La réforme venait du froid

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

il y a 6 heures 7 min
décryptage > Santé
Journée “hôpital mort”

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

il y a 6 heures 54 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
L'Express voit Macron paralysé; Rachida Dati fait face à ses ennemis; Ségolène Royal veut faire taire les siens, et le PS qu'elle arrête de détourner son temps de parole; Retraite: plus les Français sont âgés, plus ils la souhaitent tardive
il y a 7 heures 31 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 13 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 50 min 36 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Greco" au Grand Palais : Greco, ce génie...

il y a 1 heure 46 min
pépites > International
Bras de fer
Recep Tayyip Erdogan considère que les propos d'Emmanuel Macron sur l’Otan et la Turquie sont "inacceptables"
il y a 3 heures 9 min
décryptage > Europe
Facilité

Souveraineté numérique : attention aux pièges de l’ambition politique européenne

il y a 4 heures 11 min
décryptage > Consommation
Enchères Patek Philippe

Une montre en acier adjugée à 28 millions d’euros, c’est extravagant, mais n’est-ce pas indécent ?

il y a 4 heures 58 min
décryptage > International
Lueur d'espoir

Quand l’Amérique du Sud trahit les espoirs de la gauche radicale … à moins que ce ne soit l’inverse

il y a 5 heures 35 min
rendez-vous > Social
Politico Scanner
Décembre social en vue : mais que souhaitent vraiment les Français ?
il y a 5 heures 49 min
décryptage > Economie
BCE

"En finir avec une politique monétaire insensée ?" Petite démolition argumentée d’un raisonnement 100% faussé

il y a 6 heures 24 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Face à l’offensive de Disney, Amazon, Google et Apple, les chaînes de télé et le cinéma risquent d’être définitivement dépassés

il y a 7 heures 20 min
pépites > France
Hommage
Un jardin du souvenir pour les victimes des attentats du 13 novembre 2015 sera bientôt ouvert à Paris
il y a 19 heures 42 min
© LUDOVIC MARIN / AFP
© LUDOVIC MARIN / AFP
Terrorisme

Pourquoi la France a digéré le terrorisme mais pas les djihadistes

Publié le 01 février 2019
La ministre de la Justice, Nicole Belloubet a confirmé que 130 djihadistes devraient bientôt être rapatriés de Syrie. Selon la ministre, 75% des détenus retenus dans les camps kurdes seraient des mineurs. Les majeurs, eux, feront l'objet d'interpellations à leur arrivée.
Maître Guillaume Jeanson est avocat au Barreau de Paris. Il est également porte-parole de l’Institut pour la Justice.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Guillaume Jeanson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Maître Guillaume Jeanson est avocat au Barreau de Paris. Il est également porte-parole de l’Institut pour la Justice.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La ministre de la Justice, Nicole Belloubet a confirmé que 130 djihadistes devraient bientôt être rapatriés de Syrie. Selon la ministre, 75% des détenus retenus dans les camps kurdes seraient des mineurs. Les majeurs, eux, feront l'objet d'interpellations à leur arrivée.

Atlantico :  Le retour des djihadistes français transférés notamment par les Kurdes sur le territoire français nous pousse à considérer deux options: la première consisterait à aller jusqu'au bout d'une logique de "guerre contre le terrorisme" pour reprendre les mots de François Hollande et à traiter ces prisonniers "spéciaux" avec une particularité (mais comment faire, avec l'aide de quels dispositifs? Un "Guantanamo" français est-il si aberrant ?). La deuxième opterait pour une version plus optimiste, dans une société capable de digérer ces anciens détenus terroristes dangereux et pousserait à considérer des conditions de résidence "normales". Quels seraient les avantages et les inconvénients de ces deux options ?  

Guillaume Jeanson : Dire que l’expérience de Guantanamo n’a pas honoré les autorités américaines est évidemment une litote. Pour mémoire, six personnes de nationalité française y ont été incarcérées. Elles ont été libérées entre juillet 2004 et mars 2005 et ont alors été renvoyées en France ou elles ont été placées en détention provisoire. Une première tentative de procès s’est tenue en 2006. Il a été repoussé pour des problèmes de procédure à 2007. Pour résumer grossièrement, condamnés pour association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste, elles ont alors écopé autours de quatre à cinq années de prison dont les trois quarts assortis d’un sursis. Elles ont interjeté appel de leur condamnation et ont alors tous été relaxées pour vice de procédure devant la cour d’appel. Ce petit rappel illustre assez clairement deux extrêmes. D’une part, des conditions inhumaines et dégradantes qui ont choqué le monde entier et d’autre part un juridisme pointilleux aux conséquences particulièrement généreuses pour des personnes dont la dangerosité mériterait peut-être qu’on y regarde à deux fois. Des conséquences qui, nous le remarquons au quotidien, peinent en outre à être bien comprises, en dehors des rangs des professionnels du droit. 

Non je ne suis pas pour un Guantanamo à la française. Pour autant, je suis pour qu’on améliore au plus vite notre système actuel en nous dotant de moyens conséquents. D’abord construire des places de prison réellement étanches. Faut-il rappeler que le président actuel s’était fait notamment élire sur la promesse de construire 15.000 nouvelles places de prison, et qu’après un premier reniement en mars dernier ramenant ce chiffre à 7.000, le Figaro a révélé à l’automne dernier que seules 3.000 places seraient vraisemblablement construites au cours de ce quinquennat ? Un bilan qui, sur ce point, mériterait pour Nicole Belloubet, actuelle garde des Sceaux d’être rapproché de celui de Christiane Taubira. Arrêtons-nous à cet égard un instant sur les éléments de langage du pouvoir avancés pour tenter de justifier ce reniement. Il a été prétendu honteusement que cette promesse serait quand même tenue, mais sur deux quinquennats au lieu d’un seul… Un tour de passe-passe rhétorique assez grotesque pour qui se souvient que cette promesse portait bien littéralement dans le programme LREM sur 15.000 places en 5 ans et pour qui s’autorise de surcroît à douter de l’évidence d’une telle réélection en 2022 - ce qui aurait alors, pour ces derniers, l’intérêt de pouvoir imputer l’absence de réalisation d’un tel programme de construction à leurs successeurs…

Le problème tient de plus au fait que la plupart de ces nouvelles places de prison seront construites pour des quartiers de préparation à la sortie. C’est à dire des structures très légères. Si nous nous sommes toujours prononcés en faveur d’un parc carcéral diversifié (incluant bien sûr les structures les plus légères et responsabilisantes -sur le modèle notamment de la prison Corse de Casabianda, rebaptisée par certains « prison ouverte » et trop peu développées à ce jour en France), on ne peut pas non plus raisonnablement faire l’économie avec la menace terroriste, à l’inverse, de prisons avec un niveau de sécurité élevé. Il faut absolument des prisons disposant des moyens réels pour qu’une étanchéité réelle y soit assurée. A en croire, les parquetiers de l’anti-terrorisme, elles sont bien trop rares aujourd’hui . Nous pourrions notamment nous inspirer du modèle existant en Italie sous l’expression de « 41bis », ce régime de détention particulièrement strict qui n’a pas son équivalent en France, mais qui a néanmoins toujours été jugé compatible avec les exigences de la cour européenne des droits de l’homme. Un régime développé pour les mafieux et les terroristes qui accroît sur eux la surveillance et l’isolement. 

Pour votre deuxième option, et puisque vous évoquiez Guantanamo, il n’est peut-être pas inutile de se souvenir qu’en janvier 2009, le département de la défense américain avait annoncé que 61 des détenus de Guantanamo avaient repris le combat à leur sortie et que parmi eux, dix-huit s’adonnaient à nouveau à des activités terroristes. Tous les spécialistes du terrorisme le savent, la question du désengagement de ces profils est particulièrement délicate. David Thomson, qu’on ne présente plus, l’a lui-même répété : on n’a aucun moyen d’être sûr de leur repentir, encore moins avec la pratique de la taquiya. Il n’est pas avare en exemples. Citons ici au moins ces personnes montées au pinacle lors des tâtonnements de la « déradicalisation » qui, après avoir été exposées sur les plateaux TV comme modèles de réussite des politiques naïves et couteuses de l’ère Hollande, sont finalement reparties une nouvelle fois rejoindre Daech peu après… Quelles seraient alors ces conditions de résidence « normales » que vous évoquez ? Derrière les murs, au contact des autres détenus qui, séduits par l’aura de ceux qui ont connu la guerre, auront tôt fait d’être embrigadés pour commettre d’autres atrocités ? Ou, à l’extérieur des murs, moyennant des dispositifs de sécurité électronique du même acabit que ceux portés par Adel Kermiche le jour où il a assassiné lâchement le père Hamel à Saint Etienne du Rouvray ? Gardons bien en tête que beaucoup sont rentrés de Syrie déçus mais non repentis. Que beaucoup pensent avoir perdu une bataille et non la guerre. Sans verser dans les excès répugnants des américains, la vigilance doit donc impérativement être de mise. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

02.

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

03.

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

04.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

05.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

06.

Décembre social en vue : mais que souhaitent vraiment les Français ?

07.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

02.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

03.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

04.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

05.

The Economist : Emmanuel Macron affirme que l'Otan est en état de "mort cérébrale" et que l'Europe est en danger

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lémire
- 02/02/2019 - 12:29
Ils oseraient mentir ?
Lors d'entretiens pour la libération conditionnelle, il est bien connu que des gens qui ont volé ou tué n'oseraient pas mentir les yeux dans les yeux, et que leurs familles et amis sont parfaitement dignes de confiance. C'est comme cela que fonctionnent nos magistrats humanistes et nos travailleurs sociaux : le "choix des pauvres" et le besoin de désencombrer les prisons poussent à bien des accommodements. L’œuvre législative des 40 dernières années porte ses fruits
lasenorita
- 01/02/2019 - 17:26
Je n'ai pas ''digéré'' le terrorisme!
Je pense que la majorité des Français en ONT MARRE des islamo-collabos qui nous gouvernent!..20.000 ''fichés S'',pour radicalisation, circulent librement sur notre territoire...Des djihadistes vont être libérés de prison et d'autres, arrivant de Syrie, vont les remplacer...qui seront, à leur tour, libérés bientôt!. .Macron se moque pas mal de la sécurité des ''vrais'' Français: il fait entrer, tous les jours, des terroristes musulmans dans notre pays et il leur donne les sous des ''vrais'' Français qu'il accable d'impôts et de taxes! Il faut STOPPER l'immigration musulmane et RENVOYER dans ''leur'' pays les musulmans islamistes et les musulmans délinquants, qui empoisonnent la vie des Français!...La France n'est pas leur ''patrie'' puisqu'ils ont dit que leur religion passait avant la France! Ils ont ,d'ailleurs, une double nationalité: la nationalité algérienne (ou marocaine ou tunisienne, etc)passe avant la ''française' ....eux, les musulmans n'ont pas eu de scrupule pour chasser TOUS les non-musulmans de leur pays natal et ''nationaliser'' leurs biens!Nous étions, en 1962,1 million de ''Français'' non-musulmans ''nés en Algérie'' et nous n'étions PAS TOUS des terroristes!
Loupdessteppes
- 01/02/2019 - 14:11
Ce sont plutôt les politiques que l'on a du mal à digérer...
Ils sont incompétents, dogmatiques, arrogants, puérils et surtout cupides. En général ils agissent contre les intérêts et souhaits des citoyens qu'ils méprisent ouvertement... Vous direz que le peuple le leur rend bien... Instant Karma comme disait John Lennon...