En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

02.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

03.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

04.

Tenue libre exigée : les dangereuses impasses du néo-féminisme

05.

Brexit : ces 50 milliards de frais de divorce que Boris Johnson est tenté de ne pas payer à l’UE

06.

L’Allemagne mobilise 1300 milliards d’euros pour se sortir de la crise... La France 3 fois moins, cherchez l’erreur

07.

Les troubles obsessionnels compulsifs d’Erdogan : Le panislamisme, la résurgence de la grandeur ottomane… et incidemment attaquer la France

01.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

02.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

03.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

04.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

05.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

06.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

04.

"Le plaisir sexuel est simplement divin" a déclaré le pape François. Il nous étonnera toujours…

05.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

06.

Emmanuel Macron, le président sans parti : pas (nécessairement) de quoi perdre 2022 mais mauvais coup garanti pour la démocratie

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Comédies françaises" de Eric Reinhardt : un magnifique roman d’initiation, itinéraire d’un millénial gâté

il y a 40 min 6 sec
light > Culture
Ministère de la Culture
Gabriel Matzneff est définitivement privé d'aide publique
il y a 2 heures 28 min
pépites > Europe
Vers de nouvelles sanctions de l'UE ?
Biélorussie : l'Union européenne refuse de reconnaître Alexandre Loukachenko comme président malgré sa "prestation de serment"
il y a 4 heures 14 min
pépites > Justice
Justice
Financement libyen : la cour d'appel de Paris rejette les recours de Nicolas Sarkozy et de ses proches
il y a 4 heures 50 min
décryptage > International
Influence de la Turquie

Les troubles obsessionnels compulsifs d’Erdogan : Le panislamisme, la résurgence de la grandeur ottomane… et incidemment attaquer la France

il y a 6 heures 37 min
décryptage > France
Il m’a démasqué

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

il y a 7 heures 9 min
décryptage > Environnement
Transition écologique

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

il y a 7 heures 52 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’Allemagne mobilise 1300 milliards d’euros pour se sortir de la crise... La France 3 fois moins, cherchez l’erreur

il y a 8 heures 37 min
décryptage > Politique
Candidat idéal ?

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

il y a 9 heures 17 min
light > Culture
Icône de la chanson française
La chanteuse Juliette Gréco est morte à l'âge de 93 ans
il y a 22 heures 8 min
pépites > Santé
Désengorger les SERVICES
Covid-19 : les Hôpitaux de Paris vont reporter 20% des opérations chirurgicales dès ce week-end
il y a 1 heure 56 min
pépites > Santé
Health Data Hub
Santé : l’Assurance maladie met son avis en suspens sur le mégafichier de données individuelles
il y a 2 heures 54 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
Covid : les épargnants devront payer la facture; Bayrou trouble la coordination gouvernementale; Les bonnes affaires d’Édouard Philippe : payé 50 000€ pour se former au numérique...; La fraude sociale sert (aussi) à financer le terrorisme islamiste
il y a 4 heures 37 min
décryptage > France
Loi

La France, paradis des squatteurs et qui entend bien le rester

il y a 5 heures 54 min
décryptage > France
Drame humain

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

il y a 6 heures 52 min
pépite vidéo > Société
Fermeture des bars et des restaurants
Covid-19 : l'incompréhension de la maire de Marseille, Michèle Rubirola, suite aux annonces d'Olivier Véran
il y a 7 heures 20 min
décryptage > Economie
Industrie

Sauver Bridgestone à tout prix ? Et si on parlait de ces emplois industriels qui ne trouvent pas preneurs...

il y a 8 heures 8 min
décryptage > Santé
Lutte contre le virus

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

il y a 8 heures 54 min
pépites > Santé
Lutte contre le virus
Olivier Véran dévoile de nouvelles mesures dans le cadre de la lutte contre la Covid-19 et précise que "la situation continue globalement de se dégrader"
il y a 20 heures 56 min
light > France
Monument de la gastronomie
Mort de Pierre Troisgros, le légendaire chef trois étoiles
il y a 1 jour 20 min
© ERIC PIERMONT / AFP
© ERIC PIERMONT / AFP
Et les Gilets jaunes alors ?

Pourquoi un taux de croissance à 1,5% ne bénéficie mécaniquement qu’à la France qui va déjà bien

Publié le 31 janvier 2019
Suite à la publication par l’INSEE d’un chiffre de croissance de 1,5% pour l'année 2018, Bruno Le Maire a déclaré y voir une preuve que la politique économique mise en place « fonctionne » alors même que le chiffre de l’année précédente était de 2,3%.
Michel Ruimy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Ruimy est professeur affilié à l’ESCP, où il enseigne les principes de l’économie monétaire et les caractéristiques fondamentales des marchés de capitaux.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Suite à la publication par l’INSEE d’un chiffre de croissance de 1,5% pour l'année 2018, Bruno Le Maire a déclaré y voir une preuve que la politique économique mise en place « fonctionne » alors même que le chiffre de l’année précédente était de 2,3%.

Atlantico: Dans quelle mesure peut-on estimer comment une croissance de 1,5% se répartit dans la population en fonction des déciles de niveau de vie ? Une telle croissance est-elle suffisante pour qu’elle soit partagée par tous ?

Michel Ruimy : La croissance du Produit intérieur brut (PIB) est traditionnellement présentée par les décideurs économiques et politiques comme la condition du progrès social. Il existerait une corrélation entre la croissance et le bien-être.

Or, le calcul du PIB repose sur l’enregistrement comptable des transactions économiques matérialisées par une facture ou un ticket de caisse. Il est un indicateur aveugle car l’enregistrement des factures ne permet pas, de manière générale, de connaître précisément les bénéficiaires de la croissance, quelle que soit la zone géographique.

En revanche, l’INSEE répartit les individus selon leur niveau de vie en les classant par décile - des 10 % les plus pauvres aux 10 % les plus riches - et calcule la composition moyenne du revenu de chaque tranche.

Les individus à revenus modestes, en gros 30% de la population, ont un niveau de vie mensuel inférieur à 1 450 euros environ et un revenu disponible c’est-à-dire comprenant des revenus de transferts comme certaines aides ou allocations, aux alentours de 1 750 euros.

La « classe moyenne », environ 50% de la population, a un revenu disponible moyen de 2 775 euros par mois. Les revenus d’activité représentent, entre les deux tiers et 80% du revenu disponible, les prestations sociales un peu moins de 10% et les impôts directs représentent environ 15%.

Les individus aisés, près de 10 % de la population, ont un revenu disponible moyen de plus de 4 600 euros mensuels. La part des revenus d’activité dans le revenu disponible est de plus de 80%, celle des prestations sociales est faible et les impôts directs pèsent pour près de 20%.

Enfin, pour les hauts revenus, ils ont un revenu disponible moyen supérieur à 63 500 euros. La part des revenus du patrimoine est la plus importante pour cette catégorie (25 % environ contre 10 % en moyenne pour l’ensemble des ménages). C’est sur cette catégorie que l’effort lié à la redistribution au profit des plus modestes est le plus fort, les impôts directs payés par ces hauts revenus absorbant près de 30% de leur revenu disponible, alors que les prestations sociales perçues n’en représentent que 0,5 %.

En croisant ces deux critères, nous décelons une France qui fait un grand écart au plan économique : une France qui représente la croissance, généralement autour des grandes villes, une France qui fait référence à la crise, dans les campagnes, et une France du milieu, très réduite.

Concernant la croissance économique française 2018, elle a nettement ralenti en raison de l’essoufflement de l’activité mondiale, de la faible consommation domestique mais aussi au calendrier fiscal du gouvernement, qui a fait passer les hausses d’impôts avant les allègements fiscaux. La France est une économie ouverte sur le reste du monde comme tout pays développé moderne mais dans l’analyse de la conjoncture, la consommation est toujours le facteur déterminant de la trajectoire. Au dernier trimestre 2018, les dépenses de consommation des ménages ont fortement ralenti, affichant une croissance nulle contre 0,4% au trimestre précédent.

Sur l’année, le ralentissement de l’activité est très marqué si on compare cette situation à celle de 2017. C’est une source d'inquiétude pour 2019 car le pays n’est toujours pas sorti de la crise des « gilets jaunes » d’autant que le chiffre de 1,5% s’explique, pour une grande part, par l’acquis de croissance hérité de 2017. Sur la seule année 2018, la croissance n’a pas dépassé 1%. C’est une dynamique vraiment faible qui fait planer un doute sur la capacité de rebond de l’économie française, dans le contexte actuel.

À partir de quel niveau de croissance se mettrait en place une irrigation plus « équitable » des richesses produites ?

Nous sommes à un seuil « particulier ». Ce taux de 1,5% est le seuil minimum à partir duquel la croissance peut faire baisser le chômage. Il dépend de la productivité de l’économie : plus les salariés sont efficaces, plus la croissance doit être forte pour créer des emplois. Une productivité en hausse de 1% sur un an nécessite une croissance du PIB au moins égale à 1% pour que l’économie crée des emplois.

Toutefois, il n’y a pas de consensus total sur ce chiffre parce que la croissance de la productivité est difficile à mesurer. En effet, d’autres facteurs contribuent à relativiser ce seuil fatidique. L’emploi à temps partiel, en ce qu’il est une façon de partager le travail, contribue à réduire le nombre de chômeurs pour un taux de croissance donné, mais au détriment de la qualité de l’emploi. Créés sur deniers publics, les emplois aidés peuvent, par exemple, faire baisser le chômage sans croissance. De même, l’Allemagne, en créant des « mini-jobs » peu rémunérés a, par exemple, remis sur le marché du travail des personnes, moins qualifiés, qui en étaient, jusque-là, exclues. Ses gains de productivité ont, de fait, diminué. Ainsi, en encourageant l’emploi des personnes les moins qualifiés aux dépens des plus qualifiées, ces politiques contribuent à diminuer les gains de productivité, et donc le seuil à partir duquel l’économie crée des emplois.

Même si comparé à la croissance de l’Allemagne, la France enregistre une évolution tout à fait parallèle, ce taux de croissance est insuffisant pour relancer vigoureusement l’activité d’autant qu’il s’est infléchi. Quant à l’Espagne, elle fait beaucoup mieux que nous avec 2,5%. Il est vrai qu’elle avait connu une dépression beaucoup plus profonde que la France et, donc, elle rebondit davantage. En Italie, en revanche, il est tout à fait possible que ce pays soit en récession les deux derniers trimestres de 2018. Au total, ce ralentissement se produit dans un contexte international qui n’est pas bon : nous sommes dans un ralentissement mondial. La vraie anomalie reste que l’Europe n’a pas réussi à avoir de franche reprise, notamment la zone euro.

Peut-on estimer que nos dirigeants sont conscients de cette discrimination « sourde » de la croissance en fonction des niveaux de vie ?

En fait, le chiffre de la croissance traduit une cassure : une consommation qui patine - elle a augmenté, sur l’année 2018, de 0,8% seulement, niveau proche de celui observé en période d'austérité -, un chômage qui peine à refluer, un investissement global qui ralentit en raison de la baisse de l’investissement des ménages... En douze mois, le climat a clairement changé. Il y a un an, personne n'imaginait une telle cassure.

Les dernières mesures en faveur du pouvoir d’achat devraient être un relais de croissance et donc une possibilité de rebond. Mais, le climat social n’est toujours pas revenu à la normale et il y a toujours un point d’interrogation. Il faut donc appeler à la prudence concernant 2019. On pourrait s’attendre à un effet de rattrapage mais tout va dépendre de ce qui va se passer dans les prochains mois car, jusqu'à présent, les gains de pouvoir d'achat se sont traduits par une hausse de l’épargne et non de la consommation

Si on fait le bilan des années 2018-2019 des mesures d’Emmanuel Macron, il y a des gagnants et des perdants même parmi les personnes les plus pauvres. Un tiers des 5% les plus pauvres sont les perdants en 2018. Ce n’est pas surprenant car les « mesures Macron » sont destinées aux actifs. Or, il y a beaucoup d’inactifs dans cette catégorie et aussi peu de bénéficiaires de la prime d’activité.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Sidewinder
- 01/02/2019 - 01:00
Auto satisfaction
Bruno Lemaire est toujours content de lui-même. Comment peut-on prétendre que 1.5 % de croissance est un succès ? Cet individu est tout à fait capable de crier victoire même avec une récession. Du genre " c'est mieux que si c'était pire". La France ne peut pas survivre avec des guignols pareils.