En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

03.

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

04.

La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France

05.

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

06.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

07.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Relations humaines
Tensions internes dans la cellule diplomatique de l'Elysée et rapports tendus avec le Quai d'Orsay
il y a 9 min 17 sec
décryptage > Société
Dangers des nouveaux outils

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

il y a 44 min 58 sec
décryptage > Economie
Réindustrialisation

Et pendant ce temps là, sur le front de l’industrie, on continue à faire des âneries

il y a 1 heure 35 min
pépites > Justice
Terrorisme
Selon Gérald Darmanin, le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) est une officine contre la République
il y a 2 heures 19 min
décryptage > Politique
Cendres et bouillie

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

il y a 2 heures 29 min
décryptage > Economie
Mesures d'urgence

Sommet social : et s’il y avait une seule réforme à faire par ces temps de pandémie, laquelle serait-elle ?

il y a 2 heures 37 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Aiglon - le rêve brisé de Napoléon" de Laetitia de Witt : un portrait du fils de l'Empereur, historiquement fiable et chaleureusement humain

il y a 16 heures 36 min
pépites > France
Appel au calme
Le CFCM considère que les "musulmans ne sont pas persécutés" en France
il y a 17 heures 35 min
pépites > International
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine
La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France
il y a 19 heures 23 min
décryptage > Education
Samuel Paty

Vous avez dit liberté d'expression ?

il y a 22 heures 43 min
décryptage > Histoire
Origines du mythe

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720 ?

il y a 30 min 39 sec
décryptage > Santé
Hiver de la dépression

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

il y a 1 heure 13 min
décryptage > Politique
Sondage pour 2022

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

il y a 2 heures 1 min
décryptage > Politique
Trouvaille linguistique

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

il y a 2 heures 26 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Trump ou Biden : les deux candidats ont un seul et même remède pour sauver l’économie, endetter l’Amérique

il y a 2 heures 32 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suits : Avocats sur mesure" : une série souvent haletante, mais un peu irrégulière, quelques épisodes sont décevants, en particulier la saison 7

il y a 16 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et Maintenant ?" de Eirin Forsberg et Gilles La Carbona : comment devient-on une femme battue alors que tout semblait si parfait ?

il y a 16 heures 47 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les propos de Clémentine Autain contre l'islamophobie ont été récupérés et détournés par un média proche des Frères musulmans
il y a 18 heures 18 min
décryptage > International
Les entrepreneurs parlent aux Français

Covid, Chine, USA et l’absence d’Europe de l’investissement et de l’entrepreneuriat

il y a 22 heures 12 min
pépite vidéo > International
Liberté d'expression
Caricatures de Mahomet : les appels au boycott de produits français se multiplient
il y a 23 heures 16 min
Rupture

Jean-Pierre Gorges: "Il faut remettre les Maires au cœur de notre système"

Publié le 30 janvier 2019
Selon une étude de l'Ifop réalisée pour le groupe LR au Sénat, jamais il n'y a eu si peu de maires qui souhaitent se présenter à leurs successions.
Jean-Pierre Gorges
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ancien cadre dirigeant d'entreprise privée, Jean-Pierre Gorges est maire de Chartres depuis 2001. Il est également député de la première circonscription d'Eure-et- Loir depuis 2002.Son livre La France c'est vous ! vient de paraîtres aux...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon une étude de l'Ifop réalisée pour le groupe LR au Sénat, jamais il n'y a eu si peu de maires qui souhaitent se présenter à leurs successions.

Atlantico: Quels facteurs permettent d'expliquer ce désamour de la fonction, tant au niveau purement matériel qu'en termes de facteurs psychologiques ?

Jean-Pierre Gorges: C’est avec beaucoup de tristesse que j’ai pris connaissance des résultats de ce sondage de l’IFOP. Être Maire est un job passionnant, pour peu que l’on sache s’extraire des pressions du quotidien et réussir ses projets pour sa Ville ou pour son Village. Mais je comprends cette lassitude d’une majorité d’entre nous. Je ne parlerai pas de désamour, car je sais bien qu’au fond, c’est le cœur serré que nombre d’entre eux raccrochent, souvent après des années de mandat.

Je parlerai plutôt de fatigue des élus de proximité. Nous ne sommes pas les plus importantes collectivités locales. Nous ne sommes pas à l’Élysée, à Matignon, à l’Assemblée, ni au Sénat. Nous sommes devenus ceux qui ne sont rien, et qui sont obligés de porter tout l’effort politique sur leurs épaules.

Alors, beaucoup d’entre nous n’en peuvent plus. Il faut assainir les finances publiques ? Ce sont les Maires qui doivent présenter des comptes à l’équilibre. Il faut réduire la dépense publique ? Ce sont les Maires qui voient leur dotation diminuée chaque année, puis mal indexée par rapport à l’inflation. Il faut ajouter de la proximité dans le débat public ? Et nous voilà en charge du Grand Débat. Et en même temps, ces mêmes Maires se voient privés de tout lien fiscal direct avec leurs habitants avec la suppression de la taxe d’habitation. Nous vivons donc sous perfusion de l’État, avec pour mission de réussir au quotidien ce qu’il n’arrive pas à faire.

Mépris de l’État central, qui ne nous croise plus au quotidien, sinon pour profiter d’une standing ovation dans un stade, pression des citoyens, qui sont toujours plus exigeants vis-à-vis du service public que nous tâchons de leur offrir, et en même temps un manque de moyens de plus en plus cruel, voilà qui peut en décourager plus d’un.

Vous savez, 70% des Français ont soutenu leurs gilets jaunes, et plus de 67% d’entre eux apprécient leur Maire. Ces chiffres ont un sens : comme ces Gilets Jaunes, les Maires sont un produit de la démocratie directe. Et comme eux, ils se sentent mis à l’écart de cet État Central dont chacun voit qu’il part à la dérive. Comme eux, ces femmes et ces hommes engagés et besogneux ont été humiliés, et ils quittent le système. La seule différence, c’est qu’ils ne mettront pas tous un gilet : ils raccrocheront l’écharpe.

 

Pour autant, on remarque que le phénomène, bien qu'équitablement réparti sur le territoire a plutôt tendance à concerner les maires des petites communes, pourquoi ?

Je vous parle d’un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître : l’âge d’or des villages et l’âge d’or des artisans. On achetait son pain sur la place de l’église. On recevait son lait sur le pas de sa porte. On allait chez l’épicier rechercher son morceau de pain de sucre… Cette douceur de vivre s’est évaporée, et nos villages ont peu à peu été désertés... Comme Stéphane BERN, je trouve cela d’une tristesse absolue. Nos villages sont des mines d’or, il ne faut pas que cela disparaisse.

Mais de nombreux Maires des petites communes ont assisté, impuissants, à cette désertification. Plus de commerces, plus d’artisans, plus d’écoles, plus de familles et donc plus de joie. Et en même temps, pour réaliser quelques projets sur leurs territoires, ils ont progressivement cessé d’être soutenus. Cela est malheureux à dire, mais pour beaucoup de nos contemporains, la joie des villages et leur ambiance très familiale est quelque chose dont ils se sont détournés.

À Chartres, il s’agit au contraire d’un modèle que nous tentons de restaurer. Et de ce que nous faisons ici, et qui fonctionne réellement, je retiens deux choses. Pour que la lassitude cesse de gangrener les Maires ruraux, je pense d’abord qu’il ne faut pas hésiter à leur accorder davantage de soutien sur les plans opérationnels. Un EPCI bien organisé peut le faire. Et ensuite, je pense que nous devrions valoriser de nouveau cette richesse sociale que sont nos petits villages dans l’esprit de nos concitoyens, dans une ambiance de services rendus les uns aux autres, entre familles, autour des clochers et vivant surtout de circuits courts.

 

De fait et malgré la reconnaissance symbolique des maires entreprise par Emmanuel Macron, notamment lors des deux séances de débat avec ces derniers peut-on vraiment dire que la situation s'est arrangée depuis le début de son quinquennat ? Pensez-vous qu'elle s'arrangera par la suite ?

La situation se dégrade depuis le début du quinquennat. Notre situation budgétaire est désormais pire que celle de l’Italie, que voulait pourtant condamner un potentiel futur président de la Cour des Comptes, un socialiste nommé Moscovici. Contrairement à notre actuel Ministre de l’Économie, j’ai une réelle culture scientifique : la dette de l’Italie baisse, la nôtre augmente. Leur déficit est inférieur à 3% du PIB, le nôtre est à 3,5%. Nous ne tenons que par des promesses budgétaires pluriannuelles qui ne sont jamais réalisées. Et en parallèle, le dialogue des élus avec les citoyens s’est rompu.

Pour que la situation s’arrange, je crois que nous avons besoin d’un changement du politique qui aille au-delà de simples meetings. Il faut remettre les Maires au cœur de notre système. S’ils se sentent intégrés et respectés, ils emmèneront avec eux le reste de nos concitoyens. Et ils apporteront des solutions du terrain.

Pour commencer, on ne devrait pas, aujourd’hui, pouvoir prétendre aux plus hautes fonctions de Gouvernement et même de l’Élysée sans jamais avoir été Maire, et même un bon Maire, avec des résultats tangibles. Car avant cette expérience, on n’a jamais connu ce qu’est un peuple, ni comment en être un leader. En démocratie, méconnaître le peuple qu’on dirige, ou ne le connaître que via les filtres statistiques proposés par l’administration, je crois que cela est une dangereuse dérive. Il faut remettre un peu d’humain au cœur de la politique.

Et au contraire, les Maires ont été éloignés de l’Assemblée Nationale, en raison d’une loi sur le cumul qui est bien hypocrite. Pire, désormais, il se murmure que le dernier bastion de défense des collectivités locales, le Sénat, devrait être supprimé. Mais 70% des élus locaux ont confiance dans le Sénat, qui les représente pleinement. La voix du Sénat est la dernière voix des territoires. Ce qu’il s’y dit est peut-être aujourd’hui plus en phase avec les attentes de nos concitoyens.

Il est temps que les Maires, qui sont respectés par les citoyens parce qu’ils sont proches d’eux, soient respectés et intégrés pleinement par le pouvoir en place. Ils sont autonomes et surtout au courant des besoins de leurs habitants. Le péché originel d’Emmanuel MACRON, c’est d’avoir oublié qu’il n’avait pas été élu pour son programme, mais contre François FILLON et Marine LE PEN. Il a ensuite pris le Maire d’une des Villes les moins bien gérées de France comme Premier Ministre. Continuer sur cette voie, et qui plus est à 80 km/h, c’est risquer l’accident fatal.

Avoir créé une nouvelle caste d’élus hors-sol nous nuit collectivement, à la France comme à ses habitants. Qui désormais pour adapter nos lois aux besoins réels des femmes et des hommes de notre pays ? Et qui pour en supprimer, surtout ? Beaucoup de Maires peuvent ouvrir des pistes : ils savent ces histoires humaines que la loi est impuissante à régler…

Sans cette réforme des institutions, je vois mal comment la situation pourrait s’améliorer.

Cela renvoie aux débats sur la métropolisation. Selon vous se dirige-t-on inéluctablement vers un appauvrissement des moyens alloués aux petites communes pour un renforcement des métropoles mondialisées ?

C’est effectivement la tendance. Et bientôt les grandes métropoles incluront ces petites communes dans un anneau pour les gouverner toutes.

Ce mouvement doit être réorienté en faveur des petites communes, et cela est de la responsabilité de chaque Maire de Métropole. Soit ils choisiront de siphonner leurs moyens pour faire fonctionner la Ville-Centre, soit ils se mettront au service des petites communes.

C’est ce que je dis fréquemment aux 65 Maires autour de moi qui se sont regroupés au sein de l’Agglomération : vous avez 2000 personnes, chacun d’entre vous, au service de vos communes. C’est cette mentalité qui change tout. Pour renverser la vapeur, il appartient aux grandes Villes d’être au service et d’irriguer les petites communes. C’est ce qui redonnera de l’envie et de la confiance aux futurs Maires qui auront la vocation de reprendre, à partir de 2020, les affaires de leur Village en main.

Je reste un partisan du développement endogène des territoires, pour rééquilibrer un phénomène de mondialisation dont nous n’allons pas nous retrancher. C’est ainsi, en faisant grandir progressivement les entreprises du territoire, que nous sommes arrivés, à Chartres métropole, en-dessous des 8% de chômage. Nous allons continuer. L’équilibre de nos territoires nous permettra de profiter de la mondialisation sans en subir toutes les externalités négatives.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
COUKOUCéMOI
- 30/01/2019 - 18:33
"Remettre les maires au coeur du S Y S T E M E "
Le "SYSTEME" ! Le coeur du problème, c'est précisément LE SYSTEME ! Alors "remettre les maires au coeur" de celui-ci, c'est juste stupide ! J'explique: Démocratie = système politique, forme de gouvernement dans lequel la souveraineté émane du peuple. (Larousse). Voter (dans le système en vigueur) = acte nourricier commis par le citoyen, par lequel il permet au système qui l'aliène, de perdurer. La légitimité d'un élu est sans consistante et procède d'une manipulation intello-comptable.
Le système du suffrage universel direct et le mode d'élection sont des placebos de démocratie. En clair, la Démocratie n'existe pas et n'a jamais existé, pas plus chez les Grecs que dans nos Républiques. Les peuples sont depuis des siècles, abusés, sans modération, par ceux qui les soumettent. Il y a tromperie. Pour que les peuples exercent réellement un pouvoir, SEULE l'application du concept de la CME le permettra, dans le cadre d'une absolue légitimité. Il implique la responsabilité réciproque élus/électeurs et l'équilibre entre Droits et Devoirs de chacun. Le concept de la CME est pacifiquement révolutionnaire, aux antipodes du gadget démago-anarcho-populiste qu'est le RIC.
DESVESSIESPOURDESLANTERNES
- 30/01/2019 - 17:39
35000 maires
N’est pas un chiffre qui semble effrayer l’Elu ,et alors même qu’il sait que beaucoup d’entre- eux ont participé a la devitalisation des territoires parfois peu et mal gérés par leur petite ou nombreuse administration.On est au bout de ce système .Il monte donc au créneau ! Via les ronds-points ça le dérangerai pas !
assougoudrel
- 30/01/2019 - 10:37
C'est de la faute à beaucoup de maires
des grandes et moyennes ville, voir de petites qui ont marché dans le pas des différents gouvernement. Ils ont fait chier leurs citoyens en arrosant comme il le faut leur électorat composé de cas sociaux, d'immigrés; augmenté les amendes en même temps que les parcmètres; supprimé les parkings pour des terre-pleins ou des fontaines (celle de Lorient a coûté 600 000€); multiplié les fonctionnaires (on voit 6 jardiniers sur 10 m2) et le contribuable doit payer tout ça. A présent, c'est de la faute des GLJ si les commerces des centre villes coulent. Les gens achètent en ligne et le président des maires, maire de Cannes veut une taxe de 1 euro par colis. Ils étaient assis sur une branche et ils l'ont coupée et ce n'est pas en applaudissant Macron qui fait sa Com qu'ils vont amélioré leur cas.