En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 1 semaine 2 jours
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 1 semaine 3 jours
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 1 semaine 3 jours
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 1 semaine 2 jours
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 1 semaine 3 jours
© NICOLAS ASFOURI / AFP
© NICOLAS ASFOURI / AFP
Match retour

Tempête sur Huawei : pourquoi l’Occident pourrait perdre la nouvelle guerre froide avec la Chine

Publié le 30 janvier 2019
L'affaire Huawei cristallise les tensions entre les Etats-Unis et la Chine. Derrière le risque d'escalade entre les deux superpuissances, le spectre de la guerre froide.
Franck DeCloquement
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Franck DeCloquement est praticien et expert en intelligence économique et stratégique (IES). Membre du CEPS (Centre d'Etude et Prospective Stratégique), de la CyberTaskForce et membre fondateur du Cercle K2, il est en outre professeur à l'IRIS (Institut...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'affaire Huawei cristallise les tensions entre les Etats-Unis et la Chine. Derrière le risque d'escalade entre les deux superpuissances, le spectre de la guerre froide.

Atlantico: Alors que le cas de Huawei révèle en creux toute l'intensité de la guerre technologique qui fait rage entre les USA et la Chine, dans quelle mesure faudrait-il s'inspirer des exemples passés de la guerre froide, pour sortir victorieux de cette nouvelle confrontation ?

Franck DeCloquement : Tout dépend du point de vue que l’on adopte. Soyons très clair à ce sujet : face à Trump, la Chine se prépare activement à la guerre froide. Et cette confrontation stratégique Chine-Amérique demeure un risque majeur pour le monde occidental, et l’équilibre actuel de nos alliances, de nos échanges internationaux, et commerciaux. La référence au « doux commerce » n’est plus de mise. Long Guoqiang, l'un des principaux conseillés économiques du très influent « Conseil d'Etat » Chinois s’était exprimé à ce propos dans une tribune très remarquée dans l'organe de presse officiel du Parti communiste chinois, « Le Quotidien du Peuple ». Voyant dans les dernières manœuvres en date des Etats-Unis, la même stratégie américaine appliquée jadis contre l’union soviétique pour maintenir son hégémonie stratégique et brider l'ex-URSS. Dès lors, le conflit commercial ouvert par les Etats-Unis n'est qu'un prétexte fallacieux selon lui, confinant aux prémices d'une nouvelle guerre froide contre le modèle politique et économique fondamental de la Chine.

En conséquence, c'en est fini de la sempiternelle discrétion chinoise à l'international. Jetant aux oubliettes la devise de Deng Xiaoping, l'artisan de l'ouverture économique du pays il y a plus de quarante ans, selon laquelle la Chine devait « attendre son heure et dissimuler sa force ». Bien au contraire : les nouvelles « routes de la soie » du président Xi Jinping répondent autant à des considérations économiques et politiques, que stratégiques. Et cela, au moment même où le mastodonte asiatique souhaite dans le même temps bouleverser les équilibres de la gouvernance mondiale par ailleurs. Car la Chine veut tous les attributs de la superpuissance et multiplie à ce stade les initiatives économiques, diplomatiques, politiques, militaires mais aussi idéologiques en ce sens. Elle fait feu de tout bois pour y parvenir et modernise à grands pas son armée dans cet unique objectif. Elle fait voguer une armada de plus en plus impressionnante sur les océans, investit des milliards dans l'intelligence artificielle (IA), rêve de passer du statut de plus grand pollueur de la planète à celui de « puissance verte » exemplaire, tout en se lançant en parallèle dans la course vers les étoiles et la domination extra-atmosphérique… Les pions sont posés sur l’échiquier mondial. D’aucuns parlent ici d’une «  volonté de puissance à 360° » que viserait le Parti communiste, à travers son « grand renouveau de la nation chinoise ».

A ce titre, les intentions de la Chine de gravir tous les échelons technologiques se sont manifestée très tôt à travers ses initiatives, telles que le « Made in China 2025 ». Mais aussi dans de vastes projets visant à développer la région de la grande baie. Celle-ci comprenant Macao, Hong Kong, et neuf autres villes en un très important secteur d'innovation pouvant rivaliser avec l’excellence de la Silicon Valley californienne… Dès lors, et contrairement aux premiers temps de ce conflit larvé qui ne concernant que la progressivité des tarifs douaniers de taxations, la guerre commerciale qui s’intensifie aujourd’hui est bien le prélude manifeste à un affrontement stratégique plus global qui s’annonce violent. Dans ce nouveau contexte géopolitique délétère, gros de moult affrontements fratricides, Washington cherche tout naturellement à contenir et entraver sur l’échiquier mondial l'émergence de la Chine s’envisageant comme prochaine superpuissance du XXIe siècle. Déroulant sans ambages sur la scène diplomatique internationale une doxa bien rôdée, et un discours empruntant – c’est un fait – aux accents connus de la guerre froide. Ceci est patent pour de nombreux observateurs.

Pris de court par la brutale escalade sémantique lancée à l’initiative de Washington, les autorités de Pékin fourbissent leurs armes et se préparent désormais à un conflit protéiforme avec les Etats-Unis, sur le temps long. La dernière campagne américaine de dénigrement apparemment coordonnée contre Huawei, nous suggère très fortement que les réjouissances d’une lutte géopolitique orchestrée sont ouvertement déclarées pour la domination technologique à l’échelle mondiale. Et ceci, au moment même où la Chine tentait – avec un certain succès jusqu’alors – de passer d'un centre de fabrication à très faible coût, à la stature d’un chef de file respecté d’envergure internationale en matière d'innovation et de fabrication de produits de haute technologie. Si Pékin s’était tout d’abord résolu à répondre du tac au tac aux actions américaines, le coup a tout de même été rude pour le géant asiatique. La Chine est toujours très dépendante de ses exportations et a beaucoup à perdre dans ce conflit. La raison en est simple : ses importations de produits américains sont quatre fois moindres que les 506 milliards de dollars de marchandises chinoises exportées chaque année à destination des Etats-Unis. Pékin qui avait d'abord relativisé l'impact du conflit, a rapidement changé de ton durant l'été, sur fonds d'inquiétudes des marchés financiers internationaux et de chute du yuan…

Pour le régime communiste, comme jadis avec les dirigeants de l'ex-URSS, l'objectif final recherché des Etats-Unis est bien de maintenir à tout prix son leadership mondial, et sa suprématie technologique totale. IA en tête. En contenant drastiquement la montée en puissance du géant asiatique sur de nombreux marchés et terrains d’actions internationaux. L’affaire Huawei n’étant en définitive que l’un des préludes à ce très long conflit dont l’intensité s’annonce d’ores et déjà croissante et brutale. Ceci devrait encore s'intensifier à l’échelle des décennies à venir. A cet effet, un nouveau terrain d‘affrontements ce fait jour : celui de la lutte pour la domination mondiale du commerce d'articles de haute technologie. Et dans ce contexte délétère, les États-Unis semblent avoir d’ores et déjà pris une longueur d’avance en matière de légitimité, en réussissant à convaincre – peu ou prou – plusieurs de leurs alliés occidentaux de poids à interdire formellement à la firme Huawei de leur fournir des équipements de dernière génération, en matière de télécommunication… Stratégie d’endiguement oblige !

 

Le ciblage judicaire des entreprises chinoises utilisant des technologies volées, un renforcement drastique de la protection de celles-ci contre les risques d’espionnages dans le cadre des enjeux de sécurité nationale, ne sont-ils pas plus efficaces qu'une guerre technologique basée sur un blocus plus large, et qui pourrait produire de douloureux effets boomerang corrélatifs, ou non maitrisés ?

L’arrestation au Canada du directeur financier de Huawei qui a été interpelé en novembre dernier à la demande expresse des États-Unis ; dans le cadre d’une violation des sanctions américaines unilatérales qui ont été imposées à l'Iran ; est en effet une réponse judiciaire claire de Washington. L’arme juridique et celle de la projection du droit à l’international à travers l’usage des lois anticorruption FCPA, fait partie intégrante d’un arsenal de protection et de maintien de l’avantage stratégique américain. « Guerre de réputation » versus « guerre de l’information » : l’antienne est bien connue. Un dispositif très au point de guerre économique, et un mixte d’actions judiciaires que l’on a vues mis en œuvre en outre, à travers le cas concret qui a visé la firme Française Alstom. Sur ce point, les Chinois savent à quoi s’en tenir concernant les stratégies de la subversion et les mécanismes d’entrave de l’arme psychologique au demeurant très usitée pendant les années de guerre froide. La politique américaine du « pivot vers l'Asie » sous la présidence de Barak Obama avait très tôt démontré la constance et la posture manifeste des États-Unis en la matière, désignant la Chine comme son principal rival géopolitique pour les cinquante prochaines années à venir. Avec la politique actuelle du « tranchons en premier » de Donald Trump, la perception de la menace chinoise n'a peut-être augmenté dans les faits qu’en proportion des actions sur les perceptions, à destination de l'imaginaire populaire américain. Les Etats-Unis ne s’engageant dans un conflit de longue haleine, qu’avec le soutien et l’assentiment de leur population. Lire à ce titre l’excellent ouvrage de Thomas Rabino, disponible au format poche chez Tempus : « De la Guerre en Amérique »

Par ailleurs, l’analyse des données issues de la dernière Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (CNUCED) montre bien que la Chine menace maintenant la prééminence américaine dans les technologies émergentes. Bien qu’une partie des exportations chinoises de haute technologie soit attribuée au commerce de transformation, dans lequel la Chine sert de point de ralliement pour de nombreux articles fabriqués par des sociétés multinationales, à la différence d’autres économies asiatiques, la Chine se différencie en substance par sa taille et l'ampleur de ses ambitions sur le plan international. Une posture stratégique de conquête tous azimuts qui ne manque pas d’inquiète de longue date les États-Unis et leurs alliés.

 

Au-delà de l'affrontement qui oppose les deux grandes puissances technologiques, l'enjeu principal n'est-il pas justement de s'engager plus largement dans la recherche, l’innovation et le développement technologique, plutôt que dans une lutte vaine contre l'espionnage chinois ?  

Les actions d’espionnage d’où qu’elles viennent (Chine, Etats-Unis, Russie, Asie, Moyen-Orient, etc.), ne peuvent pas être « compensées » par un surplus de créativité industrielle ou d’innovations technologiques censées nous permettre de l’emporter sur nos compétiteurs, nos adversaires ou nos ennemis. Il s’agit d’actions coercitives et clandestines condamnables, qui spolient les actions de recherche incluses dans les biens que nous confectionnons à grands renforts de financements et de capitaux financiers, et doivent à ce titre être absolument combattues et déjouée sans coup férir par des actions de contre-ingérence.

Pour bien résumer notre affaire, la Chine détient d’ores et déjà une part très importante des plus grands supercalculateurs au monde par rapport aux États-Unis. La Chine était également en passe de rattraper ses exportations de services liés aux télécommunications, à l'informatique et aux technologies de l'information. Et ceci, bien qu'elle soit par ailleurs toujours à la traîne par rapport aux États-Unis pour ce qui concerne les exportations de services. De surcroit, les États-Unis et la Chine sont aux prises avec la quatrième révolution industrielle - un terme censé englober des technologies telles que l'intelligence artificielle (IA), l'informatique quantique, l'impression 3D et l'internet des objets (IoT). Pour contrer les progrès chinois, l'administration Trump a d’ores et déjà concentré les feux nourris de sa guerre commerciale sur les industries chinoises qui sont essentielles à la politique « Made in China 2025 ». La campagne contre Huawei est donc l’une des actions de lutte engagée parmi d’autres pour la domination. La bataille entre les États-Unis et la Chine pour les exportations de haute technologie devrait se jouer à la fois sur les marchés émergents et développés. La Chine a déjà délogé les États-Unis en tant que principal exportateur d’articles de haute technologie en Inde. C'est aussi un grand exportateur vers l'Europe. À ce jour, l’Inde a d’ailleurs pris soin d’évité de bloquer la participation de Huawei au déploiement de services de télécommunications de cinquième génération avec « l’Association des opérateurs cellulaires de l’Inde » (COAI). Défendant à ce titre Huawei, et mettant en garde contre toute action décisionnelle trop précipitée. De fait, on le voit, l'Inde qui est un terrain de bataille importante pour les entreprises basées sur Internet soutenues par les géants américains et chinois, risque fort dans les mois à venir d'être également mêlée aux luttes de prééminences « sino-américaines » sur le terrain des technologies émergentes. Pékin met à disposition de ses ambitions stratégiques, des moyens financiers considérables, ayant déterminé à ce titre une stratégie avec un calendrier très précis. Passé une première étape en 2035, la Chine veut s'imposer comme leader dans tous les domaines fixés à horizon 2049, date du centenaire de la République populaire. A cette échéance, non seulement la Chine aspire à rattraper les Etats-Unis, mais elle projette clairement de les dépasser. Une Chine au « socialisme moderne » qui se « hissera au premier rang du monde » d'ici à 2050, a prévenu Xi Jinping lors du XIXe congrès du Parti communiste chinois il y a un an. Et les relations sino-américaines se placent désormais sous le sceau d’une confrontation durable. Graham Allison, un éminent professeur de de l’université d’Harvard, constatait dans son dernier ouvrage paru courant 2017, et ayant particulièrement retenu l’attention des faucons de la Maison-Blanche, que lorsqu'une puissance émergente est venue contester une puissance établie, cette dernière lui a souvent fait la guerre au regard des faits historiques, sous la contrainte de la peur… Seuls quatre passages d'une puissance à une autre auraient échappé à un conflit armé selon lui. A l'aune de cette observation experte, une guerre économique entre les Etats-Unis et la Chine ne serait peut-être qu'un moindre mal selon certains ? Rêvons… 

.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zelectron
- 29/01/2020 - 08:44
Unzeitgemässige Betrachtung :
Par ailleurs les russes feraient bien de se méfier de ce voisin si entreprenant, peut être à reconsidérer des rapports apaisés avec le Japon (y compris et surtout les 4 Kouriles, 2 chacun ?)
Mais aussi, Putin a raté une offre "humanitaire" d'accueillir les japonais réfugiés de Fukushima.
Sidewinder
- 01/02/2019 - 01:06
Technologie et Chine
zelectron,
J'aime bien votre commentaire ! Je ne la connaissais pas celle-là. En tout cas c'est très très vrai !
zelectron
- 31/01/2019 - 22:22
Technologie et Chine
L'auteur ne se souvient probablement pas de ce que l'on disait dans les années 80' :
Un contrat pour un chinois avec un occidental, c'est un morceau de papier qui une fois signé lui permet d'uriner dessus.