En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
ça vient d'être publié
light > Insolite
Aux décibels
Si le comptoir vous manque, vous pouvez toujours écouter le brouhaha des cafés en streaming
il y a 8 heures 1 min
pépites > Justice
Bavure
Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus
il y a 9 heures 9 min
pépites > France
Justice
Quatre adolescents placés en garde à vue dans le cadre de l'enquête de l'assassinat de Samuel Paty
il y a 10 heures 8 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Macron : tout faire pour éviter une contamination de la grogne sociale et surtout une résurgence poujadiste.

il y a 12 heures 41 min
décryptage > France
Derrière les annonces

Ce qui se cache vraiment derrière "l'inégal sens des responsabilités" évoqué par Emmanuel Macron à propos des failles françaises face au Covid

il y a 13 heures 20 min
pépites > Style de vie
Cash
70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine
il y a 14 heures 30 min
décryptage > Religion
Enfin Allah devient sélectif

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

il y a 14 heures 49 min
pépites > Politique
Communication
Voici ce qu'il faut retenir du discours de Jean Castex sur l'allègement du confinement
il y a 15 heures 8 min
décryptage > Environnement
Coeur de l'atome

Haro sur le nucléaire et l'hydraulique: l’Europe frappée d’imbécillité énergétique ?

il y a 15 heures 15 min
décryptage > France
Première vague

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

il y a 15 heures 34 min
pépites > Politique
Bien installé
Selon un sondage, Laurent Wauquiez remporterait largement les régionales en Auvergne-Rhône-Alpes
il y a 8 heures 49 min
pépites > International
Problème Européen
À la veille du Black Friday, des employés d'Amazon Allemagne se mettent en grève
il y a 9 heures 49 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
L’actualité grise Macron dans « sa vision romanesque de la vie »; Le PS clarifie sa ligne sur la laïcité, EELV s’embrouille sur la sienne; Hidalgo s’inquiète de l’impact du gauchisme des Verts (sur son image); Mélenchon peu présidentiable aux yeux des Fra
il y a 10 heures 29 min
décryptage > Environnement
Ecologie

Ecocide : entre impensés, mal-pensé et arrières pensées, un nouveau délit à l’application piégée

il y a 12 heures 52 min
pépite vidéo > Sport
R.I.P
Maradona s'en va, les Argentins célèbrent leur héros national
il y a 14 heures 7 min
décryptage > International
Les yeux ouverts

Le grand défi d’Aliyev

il y a 14 heures 41 min
décryptage > Politique
Fluctuat et mergitur

Et le navire de la gauche vint se briser sur l’écueil de l’Islam…

il y a 14 heures 57 min
décryptage > Sport
Dieu du football

Maradona, l’immortalité haut le pied

il y a 15 heures 9 min
décryptage > France
Aimons nous les uns les autres

Après la résilience, la bienveillance : peut-on gouverner efficacement un pays avec des objectifs de développement personnel ?

il y a 15 heures 24 min
décryptage > France
Génie

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'inspirer

il y a 15 heures 45 min
© Laurène Becquart / AFP
© Laurène Becquart / AFP
Sous influence

Chine : la bataille pour le contrôle de la réincarnation de l’âme du Dalaï lama approche

Publié le 27 janvier 2019
Dans une logique de soft power au-delà de ses frontières, la Chine tente de promouvoir le bouddhisme et chercherait à prendre la main sur le choix de la prochaine incarnation du Dalaï-Lama.
Emmanuel Lincot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Professeur à l’Institut Catholique de Paris, sinologue, Emmanuel Lincot est Chercheur-associé à l’Iris. Son dernier ouvrage, « Chine, une nouvelle puissance culturelle », a été publié chez MkF.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans une logique de soft power au-delà de ses frontières, la Chine tente de promouvoir le bouddhisme et chercherait à prendre la main sur le choix de la prochaine incarnation du Dalaï-Lama.

Atlantico : Comment la Chine, régime officiellement athée, peut-elle vouloir décider de la prochaine incarnation du Dalaï-lama ? Quels sont les enjeux de cette potentielle réincarnation pour la Chine ?

Emmanuel Lincot : L'Etat-parti, dut-il être athée, est avant tout laïc. Aucune obédience religieuse n'échappe à son contrôle. La rivalité qui l'oppose au gouvernement tibétain en exil est un héritage de l'histoire, une question d'image et un enjeu stratégique. Pourquoi ? Le Tibet, dans le prolongement du Xinjiang voisin, est l'axe-pivot de la stratégie mise en œuvre par Pékin autour de ce que l'on appelle les Nouvelles Routes de la soie. Ces régions donnent accès non seulement à l'Asie centrale que la Chine convoite mais aussi à l'Inde avec laquelle les relations sont rendues complexes par un très grand nombre de différends frontaliers. En d'autres mots, le dalaï lama et le problème de sa succession est bien sûr un symbole mais aussi une échéance des plus sensibles autour de laquelle se cristallisent à la fois des tensions nationales et des intérêts divergents. Il y a fort à parier que les autorités indiennes se rangeront aux vues de l'actuel dalaï lama - accueilli sur leur territoire depuis 1959 - dans le choix de son propre successeur tandis que le gouvernement chinois soutiendra un candidat à la réincarnation correspondant à ses propres critères. La visite en juin 2015 de Gyaltsen Norbu auprès de Xi Jinping dans la capitale chinoise va naturellement dans ce sens. Mais loin d'être une question de politique intérieure, de facto la question tibétaine sera un sujet de friction majeur entre Pékin et New Dehli pour les années à venir.

Pour quelles raisons la Chine promeut-elle la culture bouddhiste en dehors de ses frontières, investissant par exemple 3 milliards de dollars dans la ville natale du Bouddha (Lumbini) ? Est-ce une forme de "soft power"?

Absolument. Par exemple, l'évocation par Xi Jinping du bouddhisme comme lien mémoriel unissant la Chine à l'Inde avait eu lieu en mai 2015 lors de la visite du premier ministre Narendra Modi à Xi'an et ce, d'une manière très significative, au pied de la pagode de l'Oie sauvage . Rétrospectivement, c'était, je crois, le prélude à un déploiement des intérêts chinois pour le bouddhisme à l'étranger plus ambitieux encore. C'est une façon de poser aussi des jalons pour préparer in fine des visites de pèlerins chinois et ainsi pour mieux les contrôler. La culture comme la religion, dans cette configuration, sont subordonnées à une stratégie politique globale. Pékin encourage par ailleurs la "nationalisation" des courants religieux d'origine étrangère c'est à dire leur appropriation. L'universitaire Ji Zhe a publié un ouvrage convaincant à ce sujet: "Religion, modernité et temporalité. Une sociologie du bouddhisme Chan contemporain" (CNRS, 2016).

Quelle est sa politique vis-à-vis des bouddhistes résidant en Chine ? Pourquoi souhaite-t-elle "siniser" le bouddhisme chinois ?

Les approches sont parfois très différentes d'une région à l'autre, d'une obédience à l'autre. De toute évidence, le clergé lamaïque est de tous le plus contrôlé. Les autorités ne peuvent qu'encourager cette sinisation mais je dirais que celle-ci est un fait constant dans l'histoire chinoise. Des religions s'en trouvent transformées. Le Chan - mieux connu sous son nom japonais de Zen - est la première amorce d'un phénomène d'acculturation observable par ailleurs. Ainsi, existe-t-il un christianisme chinois et des pratiques proprement chinoises quant à leur compréhension des Évangiles. La Chine est un laboratoire des religions. Et pour cause: elles posent la question des valeurs, du sens donné à la vie; question cruciale pour cette société qui depuis plus d'un siècle n'a jamais cessé d'être brutalisée. Le bouddhisme, sinisé ou pas, peut apporter dans ce contexte de crise à la fois réponses et réconfort.  

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Mots-clés :
Chine, Dalaï Lama, bouddhisme
Thématiques :
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires