En direct
Best of
Best of du 4 au 10 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Comment la politique iranienne de Trump a jeté Téhéran dans les bras de Pékin

02.

L’Europe paralysée face au péril turc : cette question brûlante à poser à Emmanuel Macron

03.

Le chauffeur de Bayonne a été lynché à mort : le ministre des transports a osé parler « d’incivilités » !

04.

Monsieur, madame, le, la maire de Lyon…

05.

Le nombre de cas de Covid-19 double tous les deux jours à Marseille

06.

Le Ségur de la Santé, ou la victoire de la bureaucratie sur l'intérêt général

07.

Quand le budget européen prévu pour gérer les crises agricoles est affecté au maintien des migrants syriens en Turquie

01.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

02.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

03.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

04.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

05.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

06.

HATVP : Pénélope Komitès, adjointe d'Anne Hidalgo, aurait oublié de déclarer 250.000 euros et évoque une "erreur"

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Ces dénis grandissants de réalité qui asphyxient nos libertés

03.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

04.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

05.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

06.

La droite, seule menace aux yeux d’Emmanuel Macron

ça vient d'être publié
pépites > Economie
EMPLOI
Macron annonce une exonération de cotisations et 300.000 contrats d'insertion pour les jeunes
il y a 15 heures 8 min
pépites > Santé
SANTÉ
Macron souhaite le masque obligatoire dans tous les lieux publics clos
il y a 16 heures 27 min
light > France
FÊTE PERCHÉE
Un DJ va mixer en haut de la grande échelle des pompiers
il y a 16 heures 59 min
pépites > France
CORONAVIRUS
Le nombre de cas de Covid-19 double tous les deux jours à Marseille
il y a 17 heures 41 min
pépite vidéo > France
DÉFILÉ
14 juillet : Trois miraculés d’une intervention au Mali vont défiler
il y a 18 heures 29 min
décryptage > Société
Des mots pour mentir

Le chauffeur de Bayonne a été lynché à mort : le ministre des transports a osé parler « d’incivilités » !

il y a 20 heures 4 min
décryptage > France
BACCALAURÉAT 2020

Baccalauréat 2020 : la cuvée coronavirus a été livrée

il y a 20 heures 29 min
décryptage > Economie
WIKI AGRI

Quand le budget européen prévu pour gérer les crises agricoles est affecté au maintien des migrants syriens en Turquie

il y a 20 heures 56 min
décryptage > Europe
UNION EUROPÉENNE

Union européenne : la réglementation sur les travailleurs routiers déchirent les Européens

il y a 21 heures 42 min
décryptage > Politique
POLITIQUE

L’Europe paralysée face au péril turc : cette question brûlante à poser à Emmanuel Macron

il y a 22 heures 46 min
pépite vidéo > Santé
FÊTE NATIONALE
Emmanuel Macron souhaite rendre le masque obligatoire dans les lieux publics clos
il y a 15 heures 19 min
light > Insolite
BON APPÉTIT
Une cliente trouve une tête de lézard dans sa bolognaise, l'enseigne s'excuse
il y a 16 heures 34 min
pépites > France
COMMÉMORATION
Nice commémore les quatre ans de l'attentat de Nice
il y a 17 heures 13 min
pépites > France
FRANCE
"MACRON ASPHYXIE L'HÔPITAL" une banderole déployée durant la cérémonie
il y a 18 heures 11 min
décryptage > Media
L'ART DE LA PUNCHLINE

Un 14 juillet en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 19 heures 32 min
décryptage > Société
Inclusivement vôtre

Monsieur, madame, le, la maire de Lyon…

il y a 20 heures 20 min
décryptage > International
INTERNATIONAL

Que fait la France - trop souvent et encore seule - au Sahel ?

il y a 20 heures 39 min
décryptage > Politique
POLITIQUE

Le Ségur de la Santé, ou la victoire de la bureaucratie sur l'intérêt général

il y a 21 heures 18 min
décryptage > Science
SCIENCE

Coronavirus, 2eme vague et crise économique : 2020, l’été de la grande dissonance cognitive

il y a 22 heures 22 min
pépite vidéo > Loisirs
Ouverture du Royaume
Après 4 mois de fermeture, Disneyland Paris réouvre ses portes ce mercredi
il y a 1 jour 12 heures
© Xavier Agon / AFP
© Xavier Agon / AFP
Bonnes Feuilles

La femme est invisible ; l’homme aussi : la question du pluriel et de l’impersonnel

Publié le 13 janvier 2019
Jean Szlamowicz dans "Le sexe et la langue" publié aux éditions Intervalles propose de faire un état des lieux des manipulations militantes prenant la langue en otage et le féminisme pour prétexte d'une manœuvre d'intimidation idéologique. Extrait 2/2.
Jean Szlamowicz
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean Szlamowicz est maître de conférences à Paris IV-Sorbonne. Linguiste, traducteur et critique de jazz (Jazz Hot), il est aussi producteur et président de Spirit of Jazz (www.spiritofjazz.fr).Il est l'auteur de Détrompez-vous ! Les étranges...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean Szlamowicz dans "Le sexe et la langue" publié aux éditions Intervalles propose de faire un état des lieux des manipulations militantes prenant la langue en otage et le féminisme pour prétexte d'une manœuvre d'intimidation idéologique. Extrait 2/2.

Cédant à la propagation d’un vocabulaire dont l’arrogance littéraire débile intimide les moutons, les néo-féministes ne cessent de trouver que la femme est « invisibilisée » : « Ainsi, une langue qui rend les femmes invisibles est la marque d’une société où elles joueraient un rôle secondaire ».69 J’ai essayé de me représenter ce tour de passe-passe où des coups de langue font disparaître les femmes de la société, mais nonobstant la puissance évocatrice de cette image, j’ai bien du mal à comprendre cette métaphore pour le moins hétérogène où l’on perdrait la vision à cause d’une chose aussi abstraite que des marques grammaticales… La langue ne repose pas sur la « visibilisation » de quoi que ce soit. La langue n’est pas un objet manufacturé dont on pourrait choisir les options et fonctionnalités avec un interrupteur institutionnel pour visibiliser les femmes, les hommes, les grands-mères ou les ragondins. Grande découverte qu’il nous faut absolument annoncer aux populations ébahies : le pluriel permet de regrouper tout le monde ! Les formes impersonnelles de ne faire remarquer personne ! Les mots abstraits effacent les gens ! Tiens, d’ailleurs, les gens. Comment va-t-on le « genrer » ?

Scandale : il n’existe pas de forme féminine. À ce genre de détail, les militants de l’inclusion s’arrêtent, stoppés nets dans leur élan face à la force de l’usage : un –e n’y ferait rien et créerait une forme imprononçable puisqu’il s’agit d’un e muet! Écrira-t-on les gen.s.es ? Cette question du caractère globalisant de certains mots comme gens débouche sur celle du pluriel, pour lequel les « inclusivistes » veulent imposer la présence d’un accord féminin quand il est générique. C’est négliger que la contrepartie des signes linguistique dans le réel ne répond pas à une logique descriptive littérale. Le pluriel ne sert pas forcément à désigner une accumulation d’objets. Quand on dit les cieux, c’est pour conférer à ciel une dimension symbolique évoquant le destin, l’au-delà, le divin et non à en envisager une multitude quantifiable : même au pluriel, le ciel ne saurait être « plusieurs » ! Il n’y a pas de contrepartie « réaliste » à ce genre de pluriel. Qu’on songe à pantalon ou pyjama : en anglais, ce sont des pluriels (trousers et pyjamas). Tentez de mettre un pluriel à eau : ce n’est plus de l’eau buvable, cela devient des eaux usées, des eaux tumultueuses — quand on ne perd pas les eaux… Bref, le pluriel transforme la notion qui n’est plus une entité discrète que l’on aurait multipliée mais, en quelque sorte, « autre chose ». Dans le cas de noms dénombrables, le pluriel sert bien sûr à évoquer un groupe, ce qui ne va pas sans une diversité de configurations : Bienheureux les simples d’esprit : les portes du paradis leur sont ouvertes. Je ne supporte par les simples d’esprit qui occupent les bancs de l’Assemblée Nationale. Dans le premier cas, simples d’esprit renvoie à une généralité abstraite, dans le second à un cas concret désignant des personnes précises. Dans les deux cas, la question du sexe est « invisibilisée ». Telle est la fonction du pluriel : regrouper sans distinguer. Le pluriel est justement une marque servant à « inclure » une multitude hétérogène. C’est par exemple le cas du pronom personnel nous qui inclut le locuteur et un assortiment varié de possibilités : moi et toi, moi et elle, moi et vous, moi et le groupe auquel je me réfère, moi et le genre humain, etc. Le pluriel a pour vocation de rassembler sans discriminer.

En revendiquant de le scinder, les partisans de l’inclusion prétendent « rendre visible le féminin ». Mais quel égalitarisme y aurait-il à remplacer « Les Français sont cons » par « Les Français.es sont con.ne.s »? Le contexte générique est suffisant pour savoir que la marque plurielle inclue les femmes, et personne n’a jamais compris que la généricité ne concernerait que les hommes. En quoi le marquage de la féminité dans un discours générique aide-t-il la condition féminine ? La question n’est pas du simple persiflage, elle constitue le socle de la revendication du féminisme orthographique : ce n’est pas la femme qui est plus « visible » mais son marquage. L’argumentation militante raisonne par métonymie et confond le signe de la femme et la femme elle-même. Elle confond aussi la « visibilité » et le statut social : on pourrait décider de mettre tous les mots de la langue française au féminin que cela ne changerait rien à l’organisation de la société… Confondre les mots et le réel qu’ils décrivent est d’une naïveté étonnante : à la faveur d’un délire poétique comptable, il faudrait croire que promouvoir une plus grande fréquence des accords avec la lettre e va changer la condition féminine… C’est un raisonnement absurde, même emballé par les grandiloquences du marketing politique.

Extrait de "Le sexe et la langue" de Jean Szlamowicz publié aux éditions Intervalles

Lien direct vers la boutique : ICI

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires