En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Santé
Lutte contre le virus
Olivier Véran dévoile de nouvelles mesures dans le cadre de la lutte contre la Covid-19 et précise que "la situation continue globalement de se dégrader"
il y a 4 heures 25 min
light > France
Monument de la gastronomie
Mort de Pierre Troisgros, le légendaire chef trois étoiles
il y a 7 heures 48 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’Ours et Une demande en mariage" de Anton Tchekhov : de biens étranges déclarations d’amour

il y a 10 heures 12 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Blackbird" de Roger Michell : par le réalisateur de "Coup de foudre à Notting Hill", un drame bouleversant sur les adieux d’une mère à sa famille… Avec une Susan Sarandon au sommet…

il y a 10 heures 51 min
décryptage > Terrorisme
Menace terroriste

Daech au grand Sahel : l’assassinat des Français au Niger, une preuve de plus de sa résistance

il y a 13 heures 3 min
décryptage > Economie
Projet de fusion

Suez – Veolia : le mythe toxique du "champion national"

il y a 13 heures 13 min
décryptage > France
"Le Livre noir de l'autisme"

Autisme : les cobayes de la honte

il y a 13 heures 31 min
pépite vidéo > Politique
LREM
Aurore Bergé révèle qu'il existe un "malaise profond" au sein de La République en marche
il y a 14 heures 6 min
décryptage > Science
Univers

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

il y a 14 heures 46 min
décryptage > Finance
Impact de la crise du Covid-19

Retour à la réalité sanitaire sur les marchés financiers : attention aux secousses sur les marchés

il y a 15 heures 10 min
light > Culture
Icône de la chanson française
La chanteuse Juliette Gréco est morte à l'âge de 93 ans
il y a 5 heures 37 min
pépites > Société
Evolution
Emmanuel Macron annonce "7 jours obligatoires" dans le cadre du congé paternité d'un mois
il y a 8 heures 13 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les pôles, une aventure française" de Dominique Le Brun : "il y a trois sortes d’hommes : les vivants, les morts et ceux qui vont sur la mer". Aristote

il y a 10 heures 24 min
décryptage > International
Espoir

Un processus de paix en Afghanistan, quelle issue et à quel prix ?

il y a 12 heures 46 min
Futur
Elon Musk espère produire une voiture électrique coûtant 25.000 dollars d'ici trois ans
il y a 13 heures 9 min
décryptage > Europe
Union européenne

La force : question de taille ou d’agilité ?

il y a 13 heures 20 min
light > People
People
Le prince Harry et Meghan Markle critiqués pour avoir donné leur avis sur la prochaine élection présidentielle américaine
il y a 13 heures 54 min
décryptage > France
Un pluriel apaisant

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

il y a 14 heures 39 min
pépites > Justice
Enquête
Une dizaine d’ADN inconnus trouvés sur un matelas de Michel Fourniret
il y a 14 heures 48 min
pépites > International
Russie
Alexei Navalny, opposant politique russe, a quitté l'hôpital allemand où il était soigné
il y a 15 heures 18 min
© GEORGES GOBET / AFP
© GEORGES GOBET / AFP
Cercle de la raison

“Il n’y a pas d’alternative” : Alain Juppé se rend-il compte que ses vœux 2019 sont une dangereuse publicité pour renverser l’ordre établi ?

Publié le 10 janvier 2019
Lors de ses traditionnels "vœux à la presse", le maire de Bordeaux a aussi dénoncé "la dérive" des Républicains.
Paul-François Paoli
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Paul-François Paoli est l'auteur de nombreux essais, dont Malaise de l'Occident : vers une révolution conservatrice ? (Pierre-Guillaume de Roux, 2014), Pour en finir avec l'idéologie antiraciste (2012) et Quand la gauche agonise (2016). En 2018, il...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lors de ses traditionnels "vœux à la presse", le maire de Bordeaux a aussi dénoncé "la dérive" des Républicains.

Atlantico : En déclarant "qu'il n'y a pas d'autres alternatives" aux réformes, Alain Juppé n'incarne-t-il pas une incapacité à changer de logiciel de pensée face à un contexte inédit ?

Paul-François Paoli : Nul n'a jamais contesté qu'Alain Juppé est un homme de grande valeur et d'une grande intelligence. Ce qui est déplaisant dans ce type de déclaration est l'espèce d'OPA qu'il fait, lui avec d'autres, sur la rationalité en politique. Macron a entrepris des réformes justifiées, notamment celle de la SNCF. Il faudrait être démagogue jusqu'au dernier degré pour considérer comme normal que rien ne bouge dans ce pays. Oui, celui-ci a besoin d'être réformé, et oui le système de solidarité qui permet à des gens de vivre sans presque travailler est abusif.  "Qui ne travaille pas ne mange pas" proclamait Saint Paul dans un de ses épîtres. Un principe qui était même inscrit dans la constitution soviétique.

En France, le principe de solidarité a été détourné par une mentalité d'assisté qui prolifère un peu partout en particulier dans des régions comme la Réunion qui vient de soutenir massivement les Gilets Jaunes. Je pense aussi aux intermittents du spectacle dont certains bénéficient d'un système scandaleux de protection que Macron ne touchera pas car ils font partie de son électorat potentiel et sont les vaches sacrées du milieu bobo. Donc oui, ce pays est malade. Nonobstant, il y a réforme et réforme. Les réformes sociétales avalisées par Macron et prétendument non-négociables comme le mariage pour tous n'ont rien à voir avec les questions économiques et sociales. Elles relèvent de l'anthropologie et de la civilisation. Dire qu'une question est non négociable avant même d'entamer un débat, c'est intenter à la démocratie où tout doit être discutable.

Paradoxalement ce type de posture ne risque-t-il pas d'être introductif et d'embraser la situation.   

Oui, c'est une posture dangereuse. Un monde où il n'y a pas d'alternative : voilà qui est curieux pour un défenseur intraitable de la société ouverte. Juppé est un spécialiste de ce genre de chantages. Il y avait eu recours lors du référendum de Maastricht où il avait combattu à la suite de Chirac les options de Séguin et Chevènement. Comment affirmer que la France se porte mieux aujourd'hui que dans les années 80 ? Qu'a à dire Alain Juppé sur la désindustrialisation de la France ? Celle-ci est-elle sans rapport avec la politique néo-libérale de l'Europe où les économies ont été mises en concurrence avec un voisin, l'Allemagne, avec lequel elle n'était pas en mesure de lutter. Les souverainistes ont tort de prétendre qu'il suffit de revenir au franc pour sauver l'économie. Chacun sa démagogie. Mais il y a aussi une démagogie européiste. Il est dommage de voir un gaulliste s'y prêter. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
hoche38
- 12/01/2019 - 09:45
Juppé
Un zombie dans un cimetière.
JG
- 11/01/2019 - 14:43
@Ganesha
Juppé n'a pas inventé le numerus clausus qui est apparu en 1977. En revanche il est responsable d'une des plus grandes crétineries politiques au sujet de la médecine de ces 40 dernières années. A l'époque de son gouvernement, en 1995 pour faire court, le nombre de médecins en exercice augmentait encore car il étaient issus des classes nombreuses formées AVANT l'application sévère du numerus clausus qui date de la fin des années 80. Comme les dépenses de santé augmentaient (et continuent d'augmenter, influencées par l'augmentation et le vieillissement de la population, l'augmentation du coût de certains médicaments et techniques médicales, et sous l'effet de certaines politiques laxistes - AME = 1 milliard d'euros par an...) il a cru, en mauvais statisticien qu'il était que les courbes d'augmentation du nombre de médecins et des dépenses de santé étaient corrélées car parallèles.
Et il ne s'est trouvé personne parmi les conseillers dont la moitié sont polytechniciens pour lui expliquer , à ce gros nul, que ce n'était pas forcément le cas. Du coup, il a serré le numérus clausus et a même introduit un mécanisme de départ en retraite anticipé...bonjour le résultat 20 ans après !!
spiritucorsu
- 10/01/2019 - 19:52
Consanguinité intellectuelle.
Un monsieur arrogant,suffisant,imbu de sa petite personne sans jamais d'empathie à l'égard d'autrui,aux résultats tellement brillants que même Chirac n'a pas voulu le garder.Le meilleur d'entre nous est ce qu'on appelle une réussite.Personnage de la même caste que l'actuel monarque que la consanguinité intellectuelle à fini par dégénérer,comme ces antiques dynasties aux mariages interdits dont le sang s'est affaibli qui finissent dans la folie et l'oubli