En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"

03.

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

04.

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Virginia Raggi, la maire de Rome, révèle être menacée par la mafia

07.

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Vers un nouveau confinement ?
Covid-19 : Emmanuel Macron annoncera de nouvelles restrictions ce mercredi à 20 heures
il y a 8 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Chambre des dupes" de Camille Pascal : Louis XV et les soeurs Mailly-Nesle : amours, intrigues, courtisans... Un roman brillant et bien documenté

il y a 9 heures 56 min
pépites > Politique
Campagne sous tension
Virginia Raggi, la maire de Rome, révèle être menacée par la mafia
il y a 10 heures 52 min
pépites > France
Tchétchénie
Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"
il y a 11 heures 48 min
pépites > Justice
Décision
La justice administrative valide la fermeture temporaire de la mosquée de Pantin
il y a 13 heures 29 min
décryptage > Culture
Septième art

Les banalités subversives de Maïwenn

il y a 16 heures 4 min
pépites > Santé
Choix cornélien : épidémie ou économie
Coronavirus : le reconfinement n'est plus tabou, couvre-feu élargi, confinement général ou local ?
il y a 16 heures 48 min
pépites > Politique
Relations humaines
Tensions internes dans la cellule diplomatique de l'Elysée et rapports tendus avec le Quai d'Orsay
il y a 17 heures 25 min
décryptage > Société
Dangers des nouveaux outils

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

il y a 18 heures 52 sec
décryptage > Economie
Réindustrialisation

Et pendant ce temps là, sur le front de l’industrie, on continue à faire des âneries

il y a 18 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Gaulois réfractaires demandent des comptes au Nouveau Monde" de Philippe de Villiers : La Vendée se prend pour Bibracte. La révolte gronde. Les 2 Villiers sont à la manoeuvre

il y a 9 heures 45 min
light > Media
Bon rétablissement
Michel Drucker ne sera pas de retour sur France 2 avant 2021 après son opération
il y a 10 heures 30 min
Pollution
Réchauffement climatique : des gisements de méthane se décongèlent dans l'océan Arctique relâchant du gaz à effet de serre
il y a 11 heures 13 min
pépites > Education
Education Nationale
Rentrée du 2 novembre : un hommage à Samuel Paty sera organisé dans les écoles
il y a 12 heures 43 min
décryptage > Histoire
Identifier la menace

Guerre des civilisations ou guerre au sein de l’islam ?

il y a 15 heures 56 min
décryptage > France
Vocabulaire

Ensauvagement : une fois encore, Laurent Mucchielli parle trop vite…

il y a 16 heures 31 min
pépite vidéo > Europe
Paris - Ankara
L'Union européenne apporte son soutien à la France après l'appel au boycott des produits français
il y a 16 heures 52 min
décryptage > Histoire
Origines du mythe

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

il y a 17 heures 46 min
décryptage > Santé
Hiver de la dépression

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

il y a 18 heures 29 min
décryptage > Politique
Sondage pour 2022

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

il y a 19 heures 17 min
© Bryan R. Smith / AFP
© Bryan R. Smith / AFP
Atlantico-Business

Le Cac 40 a versé 57,4 milliards d’euros à ses actionnaires, de quoi encore enflammer certains ronds-points encore occupés par les Gilets jaunes

Publié le 10 janvier 2019
Et si avant de s’enflammer, on s’interrogeait simplement pour savoir qui paie, qui touche et pourquoi faire ... ?
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Et si avant de s’enflammer, on s’interrogeait simplement pour savoir qui paie, qui touche et pourquoi faire ... ?

Tous ceux qui se sont emparés du sujet de l’ISF considérant que  la suppression a été un pur scandale, tous ceux qui réclament la suppression de la taxe d’habitation, sauf pour les plus riches, sans nous dire d’ailleurs à partir de quel montant on est riche dans ce pays - ne parlons pas de ceux qui condamnent les hauts fonctionnaires à 14 000 euros mensuel (plus que les ministres ou même plus que le président de la République), préférant sans doute un pays administré par des médiocres corrompus parce que pas assez payés. Bref, tous ceux qui utilisent la haine du riche (ou du plus riche que soi) pour pimenter leur projet politique vont pouvoir s’en donner à cœur joie en tricotant de belles diatribes sur le montant des dividendes versées aux actionnaires.

Avant d’interférer dans ce débat, il serait intéressant de se poser quelques petites questions sur ceux qui versent des dividendes, à qui on les verse et au final à quoi ils servent dans l’économie. Des faits et des chiffres.

 

1er question, mais qui verse vraiment les dividendes ? Les dividendes sont versés par toutes les sociétés à leurs actionnaires. Pas seulement les sociétés privées et cotées en bourse mais également les sociétés publiques. Les dividendes sont une part du résultat de l’entreprise. Pour distribuer un dividende, il faut au préalable que l’entreprise fasse des bénéfices.

La valeur créée par l’entreprise est partagée entre les salaires (en général plus de 50%), l'entreprise qui en garde une partie en réserve pour financer ses investissements (l’auto financement) et une dernière partie qui est distribuée aux actionnaires (en moyenne 20%).

En 2018, les entreprises du CAC 40 ont donc distribué 53 milliards d’euros à leurs actionnaires, elles n’avaient pas été aussi généreuses depuis 10 ans. Elles ont donc effacé la crise financière qui les avait laminées depuis 11 ans.

Alors ces résultats sont confortables parce que les performances économiques de ces grandes entreprises françaises ont été exceptionnelles. Ces entreprises qui sont très internationales ont profité du redressement de la conjoncture mondiale à partir de 2015. Puis de l’amélioration plus tardive de la situation de l’Union européenne et enfin en 2016-17 de la reprise encore plus tardive de la dynamique française.

Maintenant, la distribution de dividendes ne dépend pas que de l’ampleur des résultats, elle dépend aussi de la volonté politique des directions d’entreprise et de la pression des investisseurs

Maintenant, il s’agit-là des entreprises du Cac 40, les plus grosses. Les bénéfices ont augmenté de 18%, mais le montant des dividendes versé n’a progressé lui que de 4%.

A noter aussi que six entreprises, dont Total et Danone, ont versé une grande partie de leur dividende, non pas en cash (elles l’ont gardé pour investir) mais en actions.

Enfin, si le Cac 40 apparaît aussi généreux, il le doit à trois entreprises qui, à elles seules, représentent 33% de la distribution globale : Total, Sanofi, et BNP Paribas. Si, à ce tiercé de tête, on ajoute Axa, LVMH, l’Oréal, et Schneider, on a finalement moins de 10 entreprises françaises qui versent plus de la moitié des dividendes. A la fin de ce palmarès des plus grosses, la moitié du Cac distribue moins de 18% des dividendes.

 

Alors ce qui vrai pour le Cac 40, à savoir que l’essentiel de la distribution n’est hélas que le privilège d’une poignée de très grosses entreprises, est encore plus vrai pour le reste des entreprises françaises.

 

2e question : mais à qui sont versé les dividendes ? En théorie, les dividendes reviennent aux actionnaires. En général, les actionnaires sont ceux qui ont créé l’entreprise mais ceux-là ne sont pas ceux qui se servent le plus. L’argent de ces entreprises familiales reste le plus souvent dans l’entreprise pour servir d’autofinancement. Les entreprises les plus importantes ont encore parfois des actionnaires fondateurs ou héritiers des fondateurs, mais c’est très rare. Les familiaux historiques ont très souvent disparu sous d’autres cieux. Les actionnaires dans les très grosses entreprises sont des actionnaires individuels qui ont placé ainsi leur épargne. Ils sont venus seuls ou ont le plus souvent emprunté un véhicule financier, une sorte de transport collectif, un fonds commun d’investissement, une sicav ou un fonds de placement proposé et géré par une banque ou une société d’assurance.

Au risque de provoquer des déceptions, les épargnants français sont peu enclins à prendre ce genre de métros financiers, ils préfèrent l’assurance vie investie en bons du trésor ou en obligations d’Etat. Les Français pensent qu’un Etat endetté est plus sûr qu’une entreprise pharmaceutique qui travaille dans le monde entier. Les Français qui paient déjà beaucoup d’impôts sont libres de confier en plus leur épargne à Bercy. Mais beaucoup d’étrangers, eux, se disent que l’investissement dans une entreprise du Cac est plus intéressant. D’où la présence massive des investisseurs étrangers au capital des entreprises françaises. Et si parfois les entreprises françaises se montrent généreuses, c’est qu’elles répondent à la demande de leurs actionnaires étrangers. 80 % du capital des plus grandes entreprises françaises est dans les mains de fonds étrangers qui récupèrent donc ces dividendes.

Quand les entreprises françaises ont un actionnaire public, le dividende est donc versé à l’Etat. C’est ce que fait EDF ou SNCF. Dans ce cas, il faut savoir que le conflit d’intérêt est permanent entre la qualité de la gestion du service public et la demande hypocrite de l’Etat pour récupérer du dividende afin de rassasier sa soif de recettes fiscales. C’est le cauchemar du président de l’EDF à qui on demande de baisser les prix de l’électricité, mais de dégager un rendement maximum. En même temps bien sûr !

 

3e question : à quoi servent les dividendes distribués ? Là encore, on peut se faire mal en croyant  que les dividendes permettent aux riches oisifs de se payer une vie de rêve dans les plus grands palaces et on se trompe bien sûr.

Les rentiers de luxe existent certes, mais les dividendes qui sont distribués, pour l’essentiel aux fonds d’investissements anglo-saxons, atterrissent dans la poche des adhérents du fonds et les adhérents du fonds sont en général des retraités qui ont confié la gestion de leur retraite à ces fonds financiers.

La retraite française évolue dans un jeu de répartition. Ses enfants actifs cotisent en travaillant et la cotisation va financer la retraite de leurs ainés.

Le retraité anglo-saxon, américain, anglais, nordique ou même allemand évolue lui dans un jeu de capitalisation. Il a cotisé toute sa vie durant à un fonds de retraite, qui a investi son argent dans des entreprises solides dont celles du Cac 40.

Et c’est bien parce que les dividendes sont captés par les fonds de retraites étrangers qu’ils sont soumis à un impérialisme du court terme. Les adhérents du fonds sont des retraités, leur espérance de vie est courte, ils ont donc des exigences précises. Normal.

Ceci étant, les dividendes versés aux fonds de retraites sont recyclés en dépenses de consommation par les retraites eux même puisque ça finance leur revenu quotidien.

Quand les dividendes sont versés à des fonds d’investissement, ils servent bien sûr à de nouveaux investissements. Avec aucune garantie que ces fonds produits par des entreprises françaises soient réinvestis dans l’hexagone puisqu‘ils sont recyclés par des dons étrangers.

Une partie très modeste est recyclé dans du « made in France ».

La vie secrète d’un dividende n’a rien d’une vie de rêve. Mais disons qu‘elle n’est finalement ni très compliquée, si sulfureuse. Le dividende n’a surtout pas grand-chose à cacher, pas même la fiscalité pour cause de retenue à la source depuis des lustres.

 

 

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ajm
- 10/01/2019 - 20:37
Rémunération en actions.
Eric Adam: une grande partie de la rémunération des dirigeants mandataires sociaux des grands groupes ne sont pas des salaires mais des paquets d'actions gratuites ou à des prix fixés d'avance ( stock options) qui sont supportés financièrement par les actionnaires qui sont mécaniquement dilués.
ajm
- 10/01/2019 - 20:31
Fonds de pension et actionnaires de référence.
Ganesha on se demande se que vous faites sur des sites de droite, celui d'Atlantico ou d'autres , où votre style inimitable se reconnaît d'ailleurs sous d'autres pseudos. Mediapart vous conviendrait très bien. Sur le fond du sujet , un complément de retraite par capitalisation permettrait de booster le rendement global des cotisations de retraite , de capter sur le territoire Français une plus grande part de dividendes des grandes entreprises Françaises et de consolider leur actionnariat de référence sur un horizon long , les rendant moins vulnérables à des OPA destabilisatrices de fonds speculatifs ou de concurrents étrangers.
Eric ADAM CVD
- 10/01/2019 - 19:00
Bénéfices et Salaires des Dirigeants à charge des Salariés!
Les Dividendes sont normaux.
Mais pas les rémunérations souvent prohibitives des Dirigeants soient versées sur le dos des salariés car prises dans les comptes d'exploitation. Ce sont des "dividendes marqués" qui devraient rester à la charge des Actionnaires.
De plus, les Entreprises versent des "honoraires de prestations extérieures", souvent fictifs, pour "faire remonter ou distraire des sommes faramineuses sur des filiales ou des partenaires, eux mêmes souvent de simple prête noms, pour rétribuer des intermédiaires ou des dirigeants sans que cela relève des "charges salariales".
Là encore, ce sont des sommes préjudiciables aux comptes d'exploitation, et qui entament la masse salariale au détriment des employés salariés!

Seule une réforme de fond de la législation sur les entreprises, les rémunérations, et la répartition des bénéfices, incluant une TAXE sur les SERVICES EXTÉRIEURS, permettrait de réduire ces pratiques scandaleuses.
Une Constitution démocratique devrait juguler de telles risques et pratiques!
Mais bon... qui va en parler?

Eric Adam,
« Combattants pour les Valeurs de la Démocratie »