En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

02.

Alerte au rhume : la maladie la plus répandue avait mystérieusement disparu depuis le confinement. Elle revient et ça va tout compliquer avec le Covid-19

03.

"Olivier véreux de mes c***lles" : Jean-Marie Bigard insulte le ministre de la Santé

04.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

05.

Alerte aux grandes oreilles chinoises : voilà pourquoi vous devriez tourner 7 fois votre pouce avant de poster quelque chose sur les réseaux sociaux...

06.

Absence de mixité, prières… un club sportif aux pratiques troublantes

07.

Les Suisses ont dit "non" à la fin de la libre circulation avec l'Union européenne

01.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

02.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

03.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

04.

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

05.

Emmanuel Macron s’est souvenu qu’il avait une mère et un père

06.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

01.

Eric Zemmour condamné pour injure et provocation à la haine

02.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

03.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

04.

Plongée dans les coulisses de l’organisation de la Convention de la droite : l'engagement de Marion Maréchal et Eric Zemmour en faveur de l’union des droites

05.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

06.

Louis Hausalter : "L'histoire de Marion Maréchal éclaire l’état de décomposition et de recomposition du paysage politique"

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Insolite
Spectateurs virtuels
Denver Broncos : les personnages de South Park s'invitent au stade pour les matches de NFL
il y a 4 heures 13 min
pépites > Défense
Chemin de la paix...
L'Arménie saisit d'urgence la Cour européenne des droits de l'homme après les tensions militaires avec l'Azerbaïdjan
il y a 5 heures 54 min
pépites > Economie
Outils de lutte contre la crise et face à la pandémie
Le gouvernement présente son projet de budget 2021
il y a 6 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Contes et légendes" de Joël Pommerat : Pommerat au firmament

il y a 9 heures 24 min
Alimentation
Plus de la moitié des produits végétariens étudiés par une association contiennent de l’eau comme ingrédient principal
il y a 10 heures 3 min
pépites > Religion
Séparatisme
Absence de mixité, prières… un club sportif aux pratiques troublantes
il y a 11 heures 28 min
décryptage > Economie
Nécessité d'un compromis

Sécurité sanitaire et emploi : les difficultés du "en même temps"

il y a 11 heures 55 min
pépite vidéo > Défense
Tensions
L'Arménie et l'Azerbaïdjan instaurent la loi martiale
il y a 12 heures 15 min
décryptage > Economie
Evolution de la pandémie

COVID-19 : France, Royaume-Uni, Espagne, comment faire baisser la contamination ? Des "Gilets jaunes des bars" maintenant ?

il y a 12 heures 47 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Malaise au poignet ? Le nouvel bracelet connecté de santé d'Amazon analyse votre voix et vos émotions
il y a 13 heures 29 min
light > Media
"En toute franchise"
Ségolène Royal va intervenir régulièrement sur le plateau de LCI dans le cadre d'un débat
il y a 4 heures 41 min
pépites > Politique
Candidature
Rachida Dati se confie dans la presse britannique sur son souhait de vouloir "gagner l'élection présidentielle de 2022"
il y a 6 heures 22 min
décryptage > France
Les entrepreneurs parlent aux Français

La coupe est pleine. Insurrection ? Désobéissance ? Révolte ? Les PME et TPE ont-elles encore le choix ?

il y a 9 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vagabondages" de Lajos Kassak : sur les routes de Budapest à Paris avant 14, le savoir survivre d’un artiste prolétaire… une pépite de la littérature hongroise

il y a 9 heures 39 min
décryptage > Economie
Coronavirus

Impact du Covid-19 : vers un budget 2021 en apesanteur

il y a 10 heures 51 min
décryptage > Société
Licence to kill

L’amendement inutile : l’IMG, (Interruption médicale de grossesse) à 9 mois pour cause de détresse psychosociale

il y a 11 heures 35 min
Crise
La paralysie de l'économie due au coronavirus menace New York déjà très endettée
il y a 12 heures 4 min
décryptage > International
Disraeli Scanner

Donald Trump : comment le populiste s’est mué en conservateur

il y a 12 heures 32 min
décryptage > Santé
Confusion généralisée

Alerte au rhume : la maladie la plus répandue avait mystérieusement disparu depuis le confinement. Elle revient et ça va tout compliquer avec le Covid-19

il y a 13 heures 3 min
décryptage > Sport
Une deux, une deux

Fermetures des salles de sport : à quelles activités physiques se mettre pour garder la forme face à un automne semi-confiné ?

il y a 13 heures 33 min
© ludovic MARIN / POOL / AFP
© ludovic MARIN / POOL / AFP
Gilets jaunes

Plus cinq points de popularité : comment Emmanuel Macron vient de se prouver qu’il avait tort en disant qu’on n’achète pas la popularité

Publié le 09 janvier 2019
Fin septembre 2018, interrogé en marge du One Planet Summit, Emmanuel Macron, en mal de popularité, dénonçait une pratique de « l’ancien monde » affirmant que « la meilleure façon d’être haut dans les sondages est de donner de l’argent aux gens ».
Bruno Jérôme
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Jérôme est économiste, maître de conférences à Paris II Panthéon-Assas.Il est le co-fondateur du site de prévisions et d'analyses politico-économiques Electionscope.Son dernier ouvrage, La victoire électorale ne se décrète pas!, est paru en...
Voir la bio
Véronique Jérôme
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Véronique Jérôme est maître de conférences en sciences de gestion à l'Université de Paris-Sud Saclay, Docteur HDR en sciences économiques de l'Université Paris-I, lauréate de la Bourse Louis Forest de la chancellerie des Universités de Paris et...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Fin septembre 2018, interrogé en marge du One Planet Summit, Emmanuel Macron, en mal de popularité, dénonçait une pratique de « l’ancien monde » affirmant que « la meilleure façon d’être haut dans les sondages est de donner de l’argent aux gens ».

Les retombées de la crise des Gilets Jaunes nous conduisent naturellement à nous demander s’il suffisait au Président de redistribuer (de l’argent) pour être plus populaire. Les résultats du dernier sondage Ifop Paris-Match, et peut-être ceux à venir, semblent accréditer cette thèse. Mais l’effet peut s’avérer être de courte durée car, comme nous allons le montrer, au final, on ne décrète pas sa crédibilité.

La popularité boussole de l’exécutifet manipulation de l’économie

Il y a quatre décennies déjà que l’économiste suisse Bruno Frey, tenant de la théorie des Choix Publics,a cherché les réponses à ce sujet, à l’aide de son modèle dit « politico-économique ».Pour lui, la cote de popularité des gouvernants est,bien qu’ils s’en défendent toujours,leur boussole. Il s’agit en somme du baromètre qu’ils utilisent pour apprécier l’effet des résultats de leur politique économique sur lejugement des électeurs[1]. La popularité dépasse le simple sondage dans lequel elle s’exprime, dès lors qu’elle s’interprète comme la mesurede la crédibilité que stockent les gouvernants. Lorsque leurstock est excédentaire par rapport à une moyenne de long terme, les politiques ont tout loisir d’accentuer la nature partisane ou discrétionnaire de leur politique économique (de façon schématique, la droite préférant baisser les impôts quand la gauche donne la priorité à la redistribution). En cas de déficit de crédibilité,les gouvernants sont contraints de « réagir» et de mobiliser l’instrument de la dépense publique[2]. En faisant le choix de mesures redistributives comme les subventions, les prestations,la hausse des salaires, ilsespèrent restaurer leur popularité et avec elle, leur stock de crédibilité. Ils peuvent développer cette stratégie opportuniste tout au long de leur mandat et ainsi, ils manipuleraient l’économie dans l’espoir d’être réélus, comme l’expliquait William Nordhaus, disciple de Samuelson et père du « cycle économique électoral (political Business cycle) ».

Mais ceci ne vaut qu’à deux conditions : (1) que les agents économiques-électeurs soient « myopes » et fassent des anticipations peu sophistiquées. Ou dit autrement,qu’ils ne voient pas la manipulationet ses conséquences néfastes pour l’économie en général et pour eux-mêmes en particulier ; et (2) que la manipulation de la politique économique donne des résultats certains et visibles le jour « J ».

Les gains de la manipulation de l’économie semblent aléatoires…

Plus de quarante ans après, ces travaux théoriques etcette vision quelque peu « cynique » de l’exercice du pouvoir peuvent paraître caricaturaux tant les agents économiques sont de mieux en mieux informés (grâce aux réseaux sociaux, aux chaines d’information en continu, aux contenus du web…),de plus en plus réactifs et simultanément de moins enmoins « manipulables ».

Par ailleurs, il faut tenir compte des délais d’ajustement. Ainsi, à an d’une élection, un Président, peut toujours tenterde mobiliserdes moyens pour inverser la courbe du chômagesoit par une relance budgétaire, soit de façon plus artificielle à l’aide de contrats aidés. La mesure, pour être efficace, demandera du temps et pourrait très bien produire des résultats,mais parfois, le sortant a été éliminé et l’opposition se retrouveau pouvoir en plein état de grâce !C’est pourquoi, face à des électeurs sceptiques, désenchantés qui ne croient plus à la sincérité des annonces gouvernementales[3], toute manipulation de l’économieparaît très aléatoire pour qui en abuserait.

Mais cela peut agir sur la popularité à court terme

Mais cela n’arrête pas les politiques qui persistent dans la «manipulation» de l’économie, tout en le niant le plus souvent. En témoignent le saupoudrage budgétaire et l’augmentation des prestations, quasi systématiques, à destination d’une « clientèle » en période préélectorale. En un mot, le politique estime parfois qu’il peut « acheter » non seulement sa réélection mais aussi restaurer sa popularité comme le postulait Bruno Frey.

 Et cela semblefonctionner ! Le dernier sondage Ifop pour Paris-match voit en effet Emmanuel Macron remonter à 28% de satisfaits (+ 5) et Edouard Philippe à 33% (+7). A priori, les 10 milliards d’euros (au minimum) injectés dans l’économie pour tenter de juguler la crise des gilets jaunes (et un peu aussi pour préparer les futures européennes…) permettent au Président de rebondir. Tout en restant minoritaire dans l’ensemble des Professions et Catégories Sociales (PCS), le Présidentretrouve des couleurs chez les 65 ans et plus (34% de satisfaits, +8), les artisans (+11), les professions intermédiaires (+7), et les ouvriers (20%, +8). Il remonte aussi chez LREM (92%, +5) etchez LR (35%, +3). En revanche, les professions libérales et cadres supérieurs (35%, -3), les employés (18, -1) et surtout le MoDEM (30, -14) semblent plus inquiets des conséquences futures de la redistribution d’aujourd’hui.Ainsi, après huit mois de baisse consécutifs Emmanuel Macron semblerait être en mesure d’interrompre (provisoirement ?) la dégringolade du nombre de satisfaits de son action.

Comment le gouvernement peut-il infléchir le cycle de la popularité ?

En réalité, le gouvernement conserve quelques avantagesissus de « l’ancien monde ». En dépit du transfert de la politique monétaire à la BCE et de la contrainte budgétaire imposée par les critères de Maastricht, il détient toujours une partie de la politique discrétionnaire en matière de redistribution et de subvention. Il peut ainsi user de politiques « surprise » pour tenter de provoquer un choc de demande dans l’économie. Il est par ailleurs en asymétrie d’information face aux agents économiques-électeurs, puisqu’il a pour lui l’expertisedes effetsinduits des outils de la politique économique, le contrôle du calendrier de leur mise en œuvre et la force de frappe de la communication gouvernementale à travers les effets d’annonce. Ces atouts stratégiques lui donnent assurément un « coup d’avance »à court terme, ce qui,espère-t-on, permettra de doper sa popularité et de minimiser les perteslors d’élections intermédiaires comme les européennes ou les municipales.

A plus long terme, la crédibilité, tout comme la popularité ne se décrètentpas

Mais tenter de « manipuler » l’économie à plus long terme s’avère plus complexe. Les agents peuvent d’abord corriger leurs anticipations ou leurs erreurs d’appréciation. C’est notamment le cas lorsque le gouvernement corrige par la rigueur budgétaire et la hausse de la fiscalité ce qu’il a initialement redistribué par pure tactique électoraliste.

Enfin, on ne peut pas acheter sa crédibilité, car la manipulation n’est possible que lorsqu’elle est …inutile, comme le démontre le « paradoxe de la manipulation ».[4]

Paradoxe de la manipulation et popularité

Ce concept nous dit que le politique ne peut vraiment manipuler l’économie que lorsqu’il est populaire. Or, cela n’a de chance de se produire que lorsque l’économie va bien : le gouvernement a bien géré et les résultats sont làmais,dans ce cas, point n’est besoin de manipuler puisqu’il sera corrélativement crédible et populaire. A contrario, un gouvernement impopulairea grand besoin de manipuler,mais son impopularité est la marque d’une crédibilité détruite. Dans ce cas, il est presque impossible de faire adhérer à nouveau les agents aux mesures prises (quand bien même elles seraient sincères).

On l’a souvent martelé[5], la crédibilité tout comme la popularité ne se décrètent pas. Elles se construisent dans le temps sur des résultats tangibles, et ressentis de tous, ce qui participe à la construction de la réputation du politique.

 

Tenter de manipuler l’économie par des mesures de pouvoir d’achat opportunistes ou des effets d’annonce non sincères, touten clamant l’inverse, reste contreproductif, car cela précipite le politique dans la spirale infernale de la défiance (ce que nombre de gouvernants ont expérimenté sans que cela ne serve de leçon à leurs successeurs). Tout au mieux, une redistribution « tactique » ne fera-t-elle que freiner la chute sans vraiment l’arrêter. A terme, celle-ci aura de surcroît un coût budgétaire et fiscal, voire un coût social, exorbitants pour un gain politique souvent faible. Pour preuve, et à bien y penser, la relance du 10 décembre 2018 aura coûté au minimum 2 milliards d’euros pour chaque point de satisfaction gagné par Emmanuel Macron.

Jean-Paul Sartre l’avait évoqué. « La confiance de gagne en gouttes, et se perd en litres ». La popularité, pour sa part, ne saurait s’acheter, elle se mérite. Et il va falloir qu’un jour les politiques l’acceptent et l’intègrent dans leurs comportements pour le plus grand bien de leur crédibilité et de la démocratie élective.


[1] Frey modélise ceci sous la forme d’une fonction de popularité.

[2] Il s’agit de la fonction dite de « réaction » du gouvernement.

[3]En septembre 2018, un sondage Elabe, indiquait par exemple que 75% des français ne croyaient pas aux baisses d’impôts.

 

[4]Développé par l’économiste Daniel Goyeau en 1985.

 

[5] Voir Jérôme-Speziari et Jérôme (2017), La victoire électorale ne se décrète pas !, Economica

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
A M A
- 10/01/2019 - 17:13
Cet acharnement à aggraver la
Cet acharnement à aggraver la situation par des mesures impopulaires et brutales pourrait laisser penser que son but est effectivement de provoquer une guerre civile.
Les printemps arabes ont tous montré que les excès dans la répression ont fait de "frères musulmans" les arbitres de la situation.
Or, en France, jusqu'à maintenant, ils n'ont pas montré le bout de leur nez, alors qu'ils disposent d'une masse de manœuvre considérable.
Attendons pour voir si leur confrontation avec les gilets jaunes sera l'ultime moyen pour le pouvoir de stopper cette rébellion.
lémire
- 09/01/2019 - 17:08
orthographe
Quand j'étais plus jeune, on m'a appris à passer le vérificateur d'orthographe avant publication, pour éviter que des mots soient collés les uns aux autres. Existe-t-il des éditeurs d'Atlantico dotés de cet outil ?
assougoudrel
- 09/01/2019 - 16:34
Le premier de cordée ne tient plus
la corde; il n'est retenu que par les couilles, pour ne pas dire ses deux raisins de Corinthe (avec une pince à épiler). Sondage bidon.