En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'inspirer

02.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

05.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

06.

Et le navire de la gauche vint se briser sur l’écueil de l’Islam…

07.

À la veille du Black Friday, des employés d'Amazon Allemagne se mettent en grève

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

05.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

04.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

05.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
light > Insolite
Aux décibels
Si le comptoir vous manque, vous pouvez toujours écouter le brouhaha des cafés en streaming
il y a 9 heures 9 min
pépites > Justice
Bavure
Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus
il y a 10 heures 18 min
pépites > France
Justice
Quatre adolescents placés en garde à vue dans le cadre de l'enquête de l'assassinat de Samuel Paty
il y a 11 heures 17 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Macron : tout faire pour éviter une contamination de la grogne sociale et surtout une résurgence poujadiste.

il y a 13 heures 49 min
décryptage > France
Derrière les annonces

Ce qui se cache vraiment derrière "l'inégal sens des responsabilités" évoqué par Emmanuel Macron à propos des failles françaises face au Covid

il y a 14 heures 28 min
pépites > Style de vie
Cash
70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine
il y a 15 heures 38 min
décryptage > Religion
Enfin Allah devient sélectif

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

il y a 15 heures 58 min
pépites > Politique
Communication
Voici ce qu'il faut retenir du discours de Jean Castex sur l'allègement du confinement
il y a 16 heures 16 min
décryptage > Environnement
Coeur de l'atome

Haro sur le nucléaire et l'hydraulique: l’Europe frappée d’imbécillité énergétique ?

il y a 16 heures 23 min
décryptage > France
Première vague

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

il y a 16 heures 42 min
pépites > Politique
Bien installé
Selon un sondage, Laurent Wauquiez remporterait largement les régionales en Auvergne-Rhône-Alpes
il y a 9 heures 58 min
pépites > International
Problème Européen
À la veille du Black Friday, des employés d'Amazon Allemagne se mettent en grève
il y a 10 heures 57 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
L’actualité grise Macron dans « sa vision romanesque de la vie »; Le PS clarifie sa ligne sur la laïcité, EELV s’embrouille sur la sienne; Hidalgo s’inquiète de l’impact du gauchisme des Verts (sur son image); Mélenchon peu présidentiable aux yeux des Fra
il y a 11 heures 37 min
décryptage > Environnement
Ecologie

Ecocide : entre impensés, mal-pensé et arrières pensées, un nouveau délit à l’application piégée

il y a 14 heures 1 min
pépite vidéo > Sport
R.I.P
Maradona s'en va, les Argentins célèbrent leur héros national
il y a 15 heures 15 min
décryptage > International
Les yeux ouverts

Le grand défi d’Aliyev

il y a 15 heures 49 min
décryptage > Politique
Fluctuat et mergitur

Et le navire de la gauche vint se briser sur l’écueil de l’Islam…

il y a 16 heures 6 min
décryptage > Sport
Dieu du football

Maradona, l’immortalité haut le pied

il y a 16 heures 17 min
décryptage > France
Aimons nous les uns les autres

Après la résilience, la bienveillance : peut-on gouverner efficacement un pays avec des objectifs de développement personnel ?

il y a 16 heures 33 min
décryptage > France
Génie

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'inspirer

il y a 16 heures 54 min
© SPENCER PLATT / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
© SPENCER PLATT / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Et la santé bien sûr

Baisses des marchés boursiers de Noël : pourquoi ces bûches ? Powell viré ?

Publié le 24 décembre 2018
En cette fin d'année, on ne compte plus les « bûches » qu’ont prises les marchés boursiers. En cause, la hausse des taux décidée par la Fed.
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En cette fin d'année, on ne compte plus les « bûches » qu’ont prises les marchés boursiers. En cause, la hausse des taux décidée par la Fed.

-4,2% en deux jours (les 20 et 21 décembre) pour le Dow Jones, -2% pour le DAX allemand, - 2,4% pour le CAC 40 et ainsi de suite : on ne compte plus les « bûches » qu’ont prises les marchés boursiers ! Quel Noël financier ! Mais que s’est-il passé ? La réponse est simple : Jerome Powell parle le 19 décembre et nous dit qu’il est confiant sur la croissance américaine pour les deux ans qui viennent ! Tout va bien. Après 3% de croissance en 2018, ce sera 2,3% en 2019, puis 2% en 2020, puis 1,8% en 2021, un ralentissement donc, mais qui correspond en fait au potentiel de l’économie. Normal, donc. En même temps, le taux de chômage baisserait à 3,5% l’an prochain (un minimum historique), puis remonterait doucement vers 3,8% en 2021 avec, à ce moment, 2,1% d’inflation seulement. De la croissance, pas de chômage, des salaires qui montent sans inflation : Jerome Powell pensait annoncer un bel ensemble de cadeaux ! Et donc, puisque c’est son métier, afin de bien garantir cette progression, il ajoute qu’il va monter les taux. Ce sera encore une fois en cette fin d’année, puis deux fois en 2019 et non pas trois comme précédemment annoncé, puis une fois et pas deux en 2020, puis plus rien. En fin de compte, puisque les choses vont toujours bien, mais un peu moins, il va continuer de monter les taux pour les régulariser, mais un peu moins.

Mais patatras ! Les « bonnes nouvelles n’en sont pas » : les marchés rêvaient qu’il arrête les hausses de taux, ce qui n’était pas possible. Ils pensaient au moins qu’il allait les freiner, ce qu’il a fait, mais en tenant des propos un peu moins toniques, plus compréhensifs, ce qu’il n’a pas fait. Les marchés américains broient du gris, mais la Fed et Jerome Powell du rose. Un conflit de vision qui ne pardonne pas, à court terme au moins.

Le « désastre » de communication de Jerome Powell, qualificatif donné par certains commentateurs américains, pouvait être évité ? Pas facile. Mais il aurait pu être atténué par un Powell plus prudent, moins allant, plus ouvert à modérer sa trajectoire : rien de cela. Plutôt, il se préparait à des questions plus politiques, plus précisément sur la façon dont il prenait en compte les réactions, violentes, de Donald Trump. Jerome Powell savait bien ce qu’il devait répondre, en mettant en avant ses obligations devant le peuple américain, donc le Congrès, avec le respect de son double mandat : autant d’emploi que possible sans inflation (autour de 2%). Il devait donc affirmer que les considérations politiques (Trump) n’avaient pas de place dans ses choix de politique monétaire. Il l’a fait, c’était obligatoire, mais il n’a pas pris en compte le mood des marchés, qui était ailleurs. Contre les marchés et contre Trump : c’est beaucoup.

Bien sûr, nous sommes là dans l’épidermique. On ajoutera que si les gestionnaires boursiers vendent en fin d’année, encaissant une perte sur les indices américains (modeste par rapport aux autres bourses), ils préparent une bonne année 2019, puisqu’ils achèteront moins cher ! On sait aussi que les dernières décisions militaires de Donald Trump (Syrie et Afghanistan) ne vont pas aider, moins encore la fermeture de certaines administrations (shutdown), le Congrès ne voulant pas financer « le mur » avec le Mexique. Les tensions vont monter partout, avec les Démocrates sur le mur avec le Mexique, avec certains Républicains inquiets des dernières décisions militaires, le tout en attendant que Robert Mueller dépose ses conclusions. Rien n’est donc sûr entre ces deux forces de plus en plus proches, États-Unis et Chine, pour ne pas perdre la face. Même chose aux États-Unis, entre Donald Trump et le Congrès. Sans compter les multiples foyers de tension qui naissent, gilets jaunes ou pas, Brexit ou pas.

Mais tout n’est pas forcément si « désastreux ». La croissance se poursuit aux États-Unis. La Chine a intérêt à un accord avec les États-Unis. La baisse du prix du pétrole soutient l’activité. L’Italie a trouvé un accord sur son budget avec Bruxelles… Des forces multiples pèsent, sinon pour une détente des tensions, du moins vers un ralentissement graduel de la croissance, pas une chute.

Pourquoi donc tant de bûches boursières américaines, avec 3% de croissance ? Parce que le soutien à l’économie y devient plus poussif et risqué ? Parce que le cycle mondial de croissance s’est retourné, et les anticipations de tous avec ? Pour beaucoup en effet, un revenu qui croît moins vite, c’est devenu un revenu qui décroît. Cette logique, typiquement boursière, serait-elle en train de se répandre partout ? C’est là un vrai danger, pour gâcher ce qui reste de fête.

Mais si l’on veut un vrai désastre, Donald Trump pourrait virer Jerome Powell, ce dont il aurait parlé selon Bloomberg « according to people familiar with the matteron conditions of anonimity». C’est juridiquement possible, le texte étant vague : il pourrait le virer comme Président de la Fed, pas comme membre du Board. Mais alors, à la place de « bûches boursières », ce sera un bûcher.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires