En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

02.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

03.

Tenue libre exigée : les dangereuses impasses du néo-féminisme

04.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

05.

Brexit : ces 50 milliards de frais de divorce que Boris Johnson est tenté de ne pas payer à l’UE

06.

L’Allemagne mobilise 1300 milliards d’euros pour se sortir de la crise... La France 3 fois moins, cherchez l’erreur

07.

Les troubles obsessionnels compulsifs d’Erdogan : Le panislamisme, la résurgence de la grandeur ottomane… et incidemment attaquer la France

01.

Etre seul tue

01.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

02.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

05.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

06.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

04.

"Le plaisir sexuel est simplement divin" a déclaré le pape François. Il nous étonnera toujours…

05.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

06.

Emmanuel Macron, le président sans parti : pas (nécessairement) de quoi perdre 2022 mais mauvais coup garanti pour la démocratie

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Désengorger les SERVICES
Covid-19 : les Hôpitaux de Paris vont reporter 20% des opérations chirurgicales dès ce week-end
il y a 1 heure 13 min
pépites > Santé
Health Data Hub
Santé : l’Assurance maladie met son avis en suspens sur le mégafichier de données individuelles
il y a 2 heures 11 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
Covid : les épargnants devront payer la facture; Bayrou trouble la coordination gouvernementale; Les bonnes affaires d’Édouard Philippe : payé 50 000€ pour se former au numérique...; La fraude sociale sert (aussi) à financer le terrorisme islamiste
il y a 3 heures 54 min
décryptage > France
Loi

La France, paradis des squatteurs et qui entend bien le rester

il y a 5 heures 11 min
décryptage > France
Drame humain

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

il y a 6 heures 9 min
pépite vidéo > Société
Fermeture des bars et des restaurants
Covid-19 : l'incompréhension de la maire de Marseille, Michèle Rubirola, suite aux annonces d'Olivier Véran
il y a 6 heures 37 min
décryptage > Economie
Industrie

Sauver Bridgestone à tout prix ? Et si on parlait de ces emplois industriels qui ne trouvent pas preneurs...

il y a 7 heures 25 min
décryptage > Santé
Lutte contre le virus

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

il y a 8 heures 10 min
pépites > Santé
Lutte contre le virus
Olivier Véran dévoile de nouvelles mesures dans le cadre de la lutte contre la Covid-19 et précise que "la situation continue globalement de se dégrader"
il y a 20 heures 13 min
light > France
Monument de la gastronomie
Mort de Pierre Troisgros, le légendaire chef trois étoiles
il y a 23 heures 37 min
light > Culture
Ministère de la Culture
Gabriel Matzneff est définitivement privé d'aide publique
il y a 1 heure 45 min
pépites > Europe
Vers de nouvelles sanctions de l'UE ?
Biélorussie : l'Union européenne refuse de reconnaître Alexandre Loukachenko comme président malgré sa "prestation de serment"
il y a 3 heures 31 min
pépites > Justice
Justice
Financement libyen : la cour d'appel de Paris rejette les recours de Nicolas Sarkozy et de ses proches
il y a 4 heures 7 min
décryptage > International
Influence de la Turquie

Les troubles obsessionnels compulsifs d’Erdogan : Le panislamisme, la résurgence de la grandeur ottomane… et incidemment attaquer la France

il y a 5 heures 54 min
décryptage > France
Il m’a démasqué

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

il y a 6 heures 26 min
décryptage > Environnement
Transition écologique

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

il y a 7 heures 8 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’Allemagne mobilise 1300 milliards d’euros pour se sortir de la crise... La France 3 fois moins, cherchez l’erreur

il y a 7 heures 54 min
décryptage > Politique
Candidat idéal ?

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

il y a 8 heures 34 min
light > Culture
Icône de la chanson française
La chanteuse Juliette Gréco est morte à l'âge de 93 ans
il y a 21 heures 25 min
pépites > Société
Evolution
Emmanuel Macron annonce "7 jours obligatoires" dans le cadre du congé paternité d'un mois
il y a 1 jour 1 min
© GUILLAUME SOUVANT / AFP
© GUILLAUME SOUVANT / AFP
Virage manqué

LR en panne : cet élément sans lequel la droite ne redeviendra jamais audible

Publié le 07 décembre 2018
Incapable de faire évoluer leur logiciel économique, fébrile sur les questions de souveraineté, la droite française ne parle pas aux gilets jaunes. On peut d'ailleurs sérieusement s'interroger sur la visibilité d'un Laurent Wauquiez aujourd'hui.
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Incapable de faire évoluer leur logiciel économique, fébrile sur les questions de souveraineté, la droite française ne parle pas aux gilets jaunes. On peut d'ailleurs sérieusement s'interroger sur la visibilité d'un Laurent Wauquiez aujourd'hui.

Atlantico : Comment expliquer l'incapacité des LR à exister sur le terrain politique dans le contexte actuel ? Comment expliquer notamment que le parti dirigé par Laurent Wauquiez apparaît encore moins crédible sur la question de l'immigration ? 

Edouard Husson : Nous assistons au retour du refoulé. Depuis 1992, la classe politique française est allée à rebours de l’histoire. De Gaulle l’avait annoncé: les nations boiraient le communisme comme le buvard boit l’encre. La libération du communisme a été une renaissance des démocraties nationales, jusqu’en Allemagne. Or les dirigeants français n’ont eu de cesse de vouloir projeter le pays dans le postnational. Ils ont placé les Français devant une injonction paradoxale: soyez une grande nation; mais ne soyez pas une nation. Alors que la nation est le creuset de la démocratie, on n’a plus eu le droit de défendre la nation qu’à la marge - en étant traité de « souverainiste », de « populiste », de passéiste. 

A droite, on s’est complu soit dans la mise à l’écart populiste soit dans le schéma postnational. Nicolas Sarkozy a bien réhabilité la nation, en partie, mais une fois au pouvoir, il a surtout eu pour méthode, celle de l’essuie-glace: un coup d’identité nationale, un coup de réconciliation avec la bien-pensance. Il y a perdu la possibilité d’être réélu. Mais personne ne s’est imposé pour le remplacer: Alain Juppé n’a pas changé, en quarante ans de vie politique, lui qui, déjà, faisait concurrence à Balladur à la fin des années 1970, pour savoir qui viderait le mieux les projets de discours de Jacques Chirac de leur substance gaulliste. François Fillon a totalement sous-estimé la détresse de la France périphérique, obsédé qu’il était par le retour à l’équilibre budgétaire. Et aujourd’hui Wauquiez nous fait du Wauquiez: - J’vous jure que j’ai jamais porté de gilet jaune - Ah! En fait, si ! J’vous jure que j’m’en souvenais pas. L’histoire frappe à sa porte au Puy en Velay mais il est introuvable. On entend souvent dire aujourd’hui qu’après tout il vaut mieux l’original, Marine Le Pen, que la copie, Wauquiez. Mais cela ne résoud en rien l’incapacité de la droite à exercer le pouvoir puisque le mirage de l’alliance droite-gauche des populismes, vieux rêve de Marine Le Pen,  est aussi enfermante pour l’électorat que les atermoiements d’un Wauquiez. 

Le cas de la politique d’immigration, que vous citez, est emblématique: ce devrait être un domaine de compétence des Républicains. Mais ils l’ont abandonné à l’affrontement des mots entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen. Résultat, il n’y a que 14% des Français à mettre en valeur les positions de LR sur l’immigration - contre 16% pour celles de Macron et 26% pour celles de Marine Le Pen. 

Alors que les droites anglo-saxonnes, au travers du Brexit et de l'élection de Donald Trump, ont opéré un virage social de leur approche économique, peut-considérer ce décalage avec la droite française comme une cause de cette situation ? 

Il est une première évidence: la droite a manqué, une première fois, la révolution économique qu’on attendait d’elle, en choisissant le change monétaire fixe avec le deutsche mark à la fin des années 1970 au lieu de suivre le pragmatisme anglo-américain des changes flottants. Une deuxième occasion s’est présentée au moment du débat sur Maastricht. Il se serait agi d’appeler à voter non, contre l’incompétence économique de François Mitterrand, qui ne comprenait pas que l’alignement des taux français sur les taux allemands très élevés, en pleine réunification, cassait la croissance française. Une troisième occasion s’est présentée lors du passage définitif à l’euro. Il aurait encore été possible de reculer mais Jacques Chirac n’avait utilisé le thème de la « fracture sociale » que pour être élu en 1995. Une quatrième occasion est venue avec la crise monétaire grecque de 2010-2012 mais Nicolas Sarkozy a préféré laisser le carcan autour du cou de la nation.

Au moment où le peuple français fait entendre une souffrance trop longtemps ignorée par ses dirigeants, on attendrait de la droite qu’elle saisisse sa chance, qu’elle réalise le vieux mot d’ordre de Benjamin Disraëli, le créateur du conservatisme moderne, la réconciliation des « deux nations » - nous dirons, dans un contexte français de 2018, la réconciliation des élites avec la France périphérique. Il faut que la droite renoue avec une vieille tradition conservatrice où l’on sait être à la fois élitiste et populiste; il faut, en économie, être à la fois protecteur et entrepreneurial. Bien entendu, le refus des « pays du nord » de transformer l’euro en une vraie monnaie, mise au service de la croissance et de l’emploi rend difficile le changement de politique économique. Est-ce une raison pour ne pas placer les partenaires européens devant leurs responsabilités? Ne s’agit-il pas de se préparer pour le cas où, la névrose monétariste l’emportant, le système de l’euro serait balayé par la prochaine crise: choc systémique créé par l’endettement de la Deutsche Bank, dette italienne, hard Brexit  ou toute autre cause? 

La droite française peut-elle parvenir à une telle évolution, au regard de ses cadres ? 

La droite des Républicains est face à une crise qu’elle ne comprend pas car elle n’a plus imaginé une autre politique économique depuis un quart de siècle. Quant au Rassemblement National, on y avait tellement attendu une révolte populaire qui ne venait pas qu’on y a complètement oublié de préparer la phase d’après: celle où il faut transformer la révolte en force de gouvernement. 

Ce qui se passe était prévisible dès l’adoption de l’euro. Il est passionnant de relire les argumentaires de ceux qui appelaient à voter non à Maastricht, à commencer par Philippe Séguin. Quelle prémonition ! Les « gilets jaunes », n’est-ce pas l’aboutissement de ce que le dernier grand tribun gaulliste avait appelé, désignant la monnaie unique européenne, un « Munich social »; la capitulation des dirigeants français devant une politique monétaire qui n’était pas adaptée aux intérêts de la nation? Effectivement, les actuels dirigeants LR sont dans un tel déni de réalité concernant les effets de l’euro, qu’il est difficile d’imaginer leur conversion rapide au pragmatisme économique. Le Rassemblement National n’est pas exempt non plus de déni de réalité: on s’y est jusqu’à maintenant bercé de l’illusion qu’il était facile de passer de la dénonciation de l’asservissement de la nation à une politique efficace de libération des énergies. 

Les « gilets jaunes » offrent à la droite populiste comme à la droite d’en haut l’occasion de se réconcilier rapidement avec le réel. Dans un de ces surgissements inattendus dont l’histoire de France a le secret, l’armée des humbles, des entreprenants, des lève-tôts gagne-misère, s’est dressée, résolue à réclamer sa dignité bafouée. Peut-être la vague emportera-t-elle le Premier Ministre et la majorité parlementaire. Eh bien! La droite saura-t-elle faire aboutir ce mouvement qui, d’un seul coup, contre tous les oukases de la bien-pensance, rétablit une équivalence entre le peuple, la nation et la démocratie mais réclame bien plus encore ? Il s’agit de formuler et de mettre en oeuvre une politique des réalités: elle consistera à renégocier toutes les politiques européennes avec nos partenaires, dans le sens des intérêts français. Beau programme pour une droite à la Disraëli, réconciliant «les deux nations ». Mais je vous concède que les droites françaises sous leur forme actuelle sont encore loin du compte. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Liberte5
- 07/12/2018 - 22:55
LR un parti en convalescence qui part de loin.
Comment devenir un parti Conservateur et libéral, alors qu'on traîne un passif de socialiste de droite? Ce n'est pas simple. Comment comprendre le peuple quand on s'en est coupé depuis 40 ans?Il va falloir apprendre mais rien n'est moins sûr. Pour L. Wauquiez , lui si diplômé,le manque de charisme l'empêche de faire passer ses messages, ses prises de position souvent bonnes mais qui apparaissent plates. Et pourtant la situation exceptionnelle que connait la France devrait permettre à LR de présenter des solutions qui nous sortent du conformisme qui règne depuis 40 ans dans la classe politique. Pour le moment ce n'est pas le cas.
zen-gzr-28
- 07/12/2018 - 19:46
Wauquiez devrait peut-être travailler ses interventions...
Elles sont monocordes, sans modulations ne suscitant pas une envie folle de tendre l'oreille. La gestuelle mériterait d'être revue également. La teneur des propos de chacune de ses interventions est pourtant très intéressante. Il faut épater les journalistes, les interlocuteurs politiques quitte à les "malmener gentiment".
ajm
- 07/12/2018 - 16:35
Illetrisme et Wauquiez.
"Daniel74000". Reprocher à Wauquiez son illetrisme est curieux. Comme Pompidou, Wauquiez est tout de même Normalien, agrégé de l'université ( reçu premier à l'agrégation d'histoire). Sans doute, il a commmis le crime suprême , au vue de beaucoup de commentaires ici, avoir fait l'Ena, en en sortant major en plus.