En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

02.

La France et l’Allemagne tentent de rallier l’Europe à sa folie. Ils résistent pour protéger l’économie. Tant mieux 

03.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

04.

10000 volontaires sont recherchés pour mesurer les conséquences psychologiques de la crise sanitaire

05.

Un des policiers qui suspectent, à tort, 6 jeunes dans une voiture, tire, sans raison, deux coups de feu sur eux, il n'a pas fait l'objet de sanction

06.

La France n’est-elle plus qu’une somme de colères dirigée par un gouvernement incapable de les comprendre ?

07.

La crise du Covid pourrait faire perdre aux Britanniques 1350 euros sur leur rémunération annuelle d’ici 2025. Quid des Français ?

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Liberté de la presse
L'article 24 contesté de la loi «sécurité globale» sera réécrit
il y a 7 heures 56 min
pépites > Culture
Littérature
Le prix Goncourt est attribué à Hervé Le Tellier pour son roman «L'Anomalie» chez Gallimard
il y a 9 heures 34 min
pépites > Société
Exode
Un Français sur dix a quitté sa résidence principale à l'occasion du deuxième confinement, un million de plus que lors du premier confinement
il y a 12 heures 27 min
pépites > Justice
Police
Un des policiers qui suspectent, à tort, 6 jeunes dans une voiture, tire, sans raison, deux coups de feu sur eux, il n'a pas fait l'objet de sanction
il y a 13 heures 35 min
décryptage > Economie
Perte de pouvoir d'achat

La crise du Covid pourrait faire perdre aux Britanniques 1350 euros sur leur rémunération annuelle d’ici 2025. Quid des Français ?

il y a 14 heures 16 min
décryptage > Santé
Protocole ultra-renforcé

Delta Airlines lance un programme pour réduire le risque de contamination Covid à 1 sur 1 million sur ses vols transatlantiques. Pourquoi ne pas s'en inspirer pour des Noëls en famille sans risque ?

il y a 14 heures 48 min
pépite vidéo > Justice
Jour J
Le procès de Nicolas Sarkozy pour corruption dans "l'affaire des écoutes" reprend aujourd'hui
il y a 15 heures 15 min
décryptage > Politique
Janus

Ce qui se cache vraiment derrière le paradoxe Macron

il y a 16 heures 30 min
pépites > Justice
Bavure
4 policiers mis en examen dont 2 ont été écroués dans l'affaire Michel Zecler
il y a 16 heures 38 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Huit jeux auxquels vous pouvez jouer en famille par écran interposés pendant le confinement
il y a 17 heures 3 min
décryptage > Politique
Un mea culpa qui fera date

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

il y a 8 heures 35 min
pépites > Santé
Wanted
10000 volontaires sont recherchés pour mesurer les conséquences psychologiques de la crise sanitaire
il y a 9 heures 50 min
décryptage > Economie
LES ENTREPRENEURS PARLENT AUX FRANÇAIS

La France et l’Allemagne tentent de rallier l’Europe à sa folie. Ils résistent pour protéger l’économie. Tant mieux 

il y a 12 heures 32 min
décryptage > Economie
Panorama

COVID-19, vaccins, politique et vérités

il y a 13 heures 53 min
pépites > Politique
Dilemme
Emmanuel Macron pris au piège de la loi sur la sécurité globale et de l'article 24, Darmanin sur le grill
il y a 14 heures 25 min
pépites > Santé
Covid-19
Coronavirus : la Haute Autorité de Santé recommande de vacciner en 5 phases avec priorité aux Ehpad
il y a 15 heures 7 min
décryptage > Politique
Surprise Surprise

Comment la gauche a subitement découvert les vertus de la vidéosurveillance

il y a 16 heures 13 min
décryptage > France
Union de la colère

La France n’est-elle plus qu’une somme de colères dirigée par un gouvernement incapable de les comprendre ?

il y a 16 heures 38 min
décryptage > France
Glottophobie

Il faut sauver l'accent de Jean Castex !

il y a 17 heures 2 min
décryptage > Economie
ATLANTICO BUSINESS

Le Covid touche les plus vieux mais les jeunes vont en payer les factures

il y a 17 heures 4 min
© CHRISTOPHE SIMON / POOL / AFP
© CHRISTOPHE SIMON / POOL / AFP
Reconquête

Emmanuel Macron sur TF1 : une cartouche de plus dans une séquence de communication à la peine...

Publié le 15 novembre 2018
Mercredi soir, le Président était sur le Charles de Gaulle et a répondu à une interview télévisée diffusée par TF1. L'occasion de tenter de redorer son blason, tout en jouant la carte de l'humilité. Emmanuel Macron a concédé ne pas avoir "réussi à réconcilier le peuple français avec ses dirigeants".
Anita Hausser
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Anita Hausser, journaliste, est éditorialiste à Atlantico, et offre à ses lecteurs un décryptage des coulisses de la politique française et internationale. Elle a notamment publié Sarkozy, itinéraire d'une ambition (Editions l'Archipel, 2003)....
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mercredi soir, le Président était sur le Charles de Gaulle et a répondu à une interview télévisée diffusée par TF1. L'occasion de tenter de redorer son blason, tout en jouant la carte de l'humilité. Emmanuel Macron a concédé ne pas avoir "réussi à réconcilier le peuple français avec ses dirigeants".

A quatre jours d'une manifestation nationale qui s'annonce d'ampleur mais dont nul ne peut prédire si  elle va se prolonger et comment, ni sur quoi elle peut déboucher, l'exécutif tente de désamorcer le ras le mouvement à grand renfort d'annonces, et de communication...  Edouard Philippe a entamé la séquence sur RTL mercredi matin en détaillant  les "mesures d'accompagnement" pour la transition énergétique en faveur des plus modestes,-des mesures élaborées à la hâte pour tenter de désamorcer la colère incarnée par les Gilets Jaunes, et  Emmanuel Macron au 20H de TF1, s'est exprimé en  direct du porte-avions Charles de Gaulle, pour toucher un maximum de Français. Il s'agit de déployer les grands moyens pour tenter de convaincre des Français en plein désamour avec leurs dirigeants. C'était, soit dit en passant, la cinquième ou la sixième interview du Chef de l'Etat en une semaine .

La mise en scène et le cadre - solennel : un rappel de la grandeur de la France) - ont été choisis pour "représidentialiser" Emmanuel Macron après son "retour à la base" dans l'Est et le Nord de la France. Son itinérance mémorielle a été entrecoupée d'interpellations par des "Français en colère" face à la hausse des carburants et de la CSG. Emmanuel Macron a reconnu la colère, voire "l'addition des colères". Il dit en avoir tiré les leçons: les Français veulent de l'écoute, " du respect et de la considération". Il leur en apporte mais les invite à la "méfiance" car, explique-t-il, "ces colères sont attisées par certains : la France Insoumise, une partie des socialistes" et pour lui..."ça ne fait pas un projet pour le pays"...  Et puis, parmi ceux qui jettent de l'huile sur le feu "certains" (encore!) " sont en train de s'opposer à ce qu'ils avaient eux-mêmes voté. Et de dénoncer ceux qui veulent à la fois plus d'emplois publics et payer moins d'impôts : "comment on fait ? Bonjour tristesse et salut la cohérence"! Là , Emmanuel Macron  regarde plutôt du coté des Républicains ! En passant il décroche un tâcle aux Collectivités Locales, dénonce un" poujadisme contemporain", et assure qu'il " maintient le cap : "Je considère que le constat que j'ai fait il y a un an et demi, et sur lequel j'ai été élu, est le bon... Est-ce que je considère que le gouvernement a fait une erreur stratégique? Non. Est-ce que je considère qu'il faut changer de ligne? Non". C'est pourquoi, au nom de la transition énergétique il assume l'augmentation du prix des carburants et singulièrement du diesel, même si les taxes ne vont qu'en partie dans l'escarcelle de la dite transition et qu'elles sont justement au coeur de la colère des automobilistes. Mais comme rien ne serait pire que de baisser les bras et de reculer , Emanuel Macron affirme qu'il  continuera les réformes (-assurance chômage, retraites). N'a-t-il pas été élu pour cela? Edouard Philippe l'avait dit crûment le matin ; "ce pays crève de ne pas avoir été réformé". Emmanuel Macron veut donc rattraper le temps perdu pour " transformer" la France. Et pourtant il sait  que la tâche sera d'autant plus compliquée qu'il  n'a  "pas réussi à réconcilier  le peuple français avec ses   dirigeants ...Cela me touche profondément"...même si "ce divorce, on le voit dans toutes les démocraties occidentales, il m’inquiète. Je l’ai vu sur le terrain. Je veux que l’on y réponde. Ce sera au coeur de mon action dans les jours, les mois qui viennent " Comment ? Le Président de la République est dans la quadrature du cercle : mettre en oeuvre des réformes impopulaires qu'il juge "bonnes" pour le pays  tout en tentant de renouer avec les Français et juguler l'impopularité.  Le contexte  se complique encore parce que les réformes qui se voulaient emblématiques et qui avaient l'assentiment des Français comme la suppression de la taxe d'habitation , ou la baisse des charges sociales, sont cannibalisées par le prix des carburants, et une forme de ras le bol général dont la France a le secret. Pour l'heure il tente le colmatage en maniant la carotte et le bâton : des  mesures en faveur des " gros rouleurs" (au diesel) :  augmentation de la prime de conversion à la voiture propre, chèque énergie...,et des rappels à l'ordre, voire des menaces de sanctions en direction de ceux qui tenteraient de bloquer la circulation samedi. Et que ça roule !!!! 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (13)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
2bout
- 17/11/2018 - 00:53
Webmaster,
irresponsable d'un site internet comme une eau de rinçage déjà recyclée, innovant comme une start-up dédiée au diesel, roi de la loose, son javascript, un talent, un compris, et avec un autre bon coup de piston, demain sur France3 en régions.
2bout
- 16/11/2018 - 19:34
En mode lecture super-zen ...
Je reprend un abonnement jusqu'en 2020, facture à l'appui, et tout cela me permet tout juste de répondre à mes commentaires, ce qui j'en conviens me permet au moins de me relire, éventuellement de commenter les commentaires des autres mais ne me permet en aucun cas de lire le moindre article. Et là je dis : Bravo Atlantico! Où alors il s'agit d'un coup des GAFAM qui utilisent le contenu sans en payer le prix ce qui génère la crise d'une presse en ligne cherchant à gratter sur le contenant. ???
2bout
- 16/11/2018 - 11:58
Et Atlantico, ...
c'est comment ???