En direct
Best of
Best of du 4 au 10 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

02.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

03.

Energie : l’Allemagne prend le risque mal maîtrisé de l’hydrogène

04.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

05.

Catherine Deneuve achète tout en liquide, Laura Smet encaisse le cash de Laeticia, Patrick Bruel dépense le sien pour Clémence; Paris Hilton pour son chien; Jean-Michel Blanquer quitte sa (2ème) femme, Johnny Depp cassait les affaires de Vanessa Paradis

06.

Un commissariat au plan, c’est la cerise sur le gâteau... Pour les chefs d’entreprise, le comble du ridicule

07.

Quand la novlangue de la Mairie de Paris se traduit en réalité cauchemardesque

01.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

02.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

03.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

04.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

05.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

06.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

03.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

04.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

05.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
pépites > Education
Génération Covid-19
Bac 2020 : 95,7 % de réussite après la première session de rattrapage
il y a 7 heures 10 min
pépite vidéo > France
Mort du conducteur agressé
Bayonne : Gérald Darmanin promet des mesures pour les chauffeurs de bus de toute la France
il y a 8 heures 1 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

L’instinct de survie : cet atout majeur de l’espèce humaine pour surmonter ses peurs, les obstacles et les accidents de la vie

il y a 14 heures 52 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Retour de l’Etat de droit : la difficile et délicate mission de la lutte contre le narcobanditisme

il y a 15 heures 59 min
décryptage > Economie
Marché du travail

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

il y a 16 heures 45 min
décryptage > Santé
Lutte contre la Covid-19

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

il y a 17 heures 59 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Catherine Deneuve achète tout en liquide, Laura Smet encaisse le cash de Laeticia, Patrick Bruel dépense le sien pour Clémence; Paris Hilton pour son chien; Jean-Michel Blanquer quitte sa (2ème) femme, Johnny Depp cassait les affaires de Vanessa Paradis
il y a 18 heures 41 min
007
L'espion égyptien qui travaillait dans l'entourage d'Angela Merkel a été démasqué
il y a 1 jour 10 heures
light > Science
Une vie de chien
Non, l'âge humain de votre chien ne se multiplie pas par sept
il y a 1 jour 11 heures
pépites > Economie
L'euro fort
L'Irlandais Paschal Donohoe prend la tête de l'Eurogroupe
il y a 1 jour 13 heures
pépites > France
Viviane Lambert
L’émotion de la mère de Vincent Lambert, un an après la mort de son fils
il y a 7 heures 37 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Elections municipales 2020 : comment la candidature de Rachida Dati a assuré la survie de la droite à Paris

il y a 14 heures 22 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

Comment le coronavirus a bouleversé et totalement relancé la course à la Maison Blanche entre Joe Biden et Donald Trump

il y a 15 heures 35 min
décryptage > Environnement
Stratégie gouvernementale

La récession économique n’empêchera pas le gouvernement de mettre en oeuvre son programme (de punition) écologique

il y a 16 heures 22 min
décryptage > Environnement
Carburant du futur ?

Energie : l’Allemagne prend le risque mal maîtrisé de l’hydrogène

il y a 17 heures 17 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Un commissariat au plan, c’est la cerise sur le gâteau... Pour les chefs d’entreprise, le comble du ridicule

il y a 18 heures 29 min
décryptage > Environnement
Gaspillages

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

il y a 18 heures 56 min
pépites > Justice
Le retour de la justice
Le parquet de Paris enquête sur les fraudes au "chômage partiel"
il y a 1 jour 11 heures
pépites > France
Rénovation vintage
C’est officiel : la flèche de Notre-Dame de Paris sera reconstruite à l’identique
il y a 1 jour 13 heures
pépites > France
Fin de partie
L'état d'urgence sanitaire prend fin aujourd'hui, qu'est ce que cela signifie ?
il y a 1 jour 14 heures
© REMY GABALDA / AFP
© REMY GABALDA / AFP
Vérité des chiffres

Gilets jaunes : pourquoi certains Français ont nettement plus de raisons que d’autres de se plaindre de l’évolution de leur pouvoir d’achat

Publié le 13 novembre 2018
Alors que le mouvement des gilets jaunes est attendu pour ce 17 novembre, il est régulièrement rappelé que les prix à la pompe ont déjà été plus élevés dans le passé. Les statistiques de l'INSEE mettent cependant en évidence une baisse du niveau de vie depuis 10 ans pour les 4 premiers déciles de la population, et une hausse symbolique pour les autres.
Philippe Crevel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que le mouvement des gilets jaunes est attendu pour ce 17 novembre, il est régulièrement rappelé que les prix à la pompe ont déjà été plus élevés dans le passé. Les statistiques de l'INSEE mettent cependant en évidence une baisse du niveau de vie depuis 10 ans pour les 4 premiers déciles de la population, et une hausse symbolique pour les autres.

Atlantico: L'absence de prise en compte du niveau de vie pour déterminer l'impact du prix du carburant ne met-il pas en évidence une forme de méconnaissance de la situation ?

Philippe Crevel : L’analyse du pouvoir d’achat à partir d’un seul produit ou service n’a que peu d’intérêt. En effet, ce qui compte, c’est le pouvoir d’achat global. En outre, les comparaisons dans le temps n’ont qu’une valeur très relative En 1970, les impôts étaient moins élevés et il n’y avait pas Internet. Ce qui est certain, c’est que depuis le début de la crise de 2008, le pouvoir d’achat des ménages est en berne. Le chômage élevé, la hausse des prélèvements obligatoires n’y est pas pour rien. Les Français les plus modestes ont été les plus touchés tout à la fois par les taxes que par la faible revalorisation des revenus professionnels.

Pour les classes moyennes et les classes aisées, les gains ont été également faibles. Par ailleurs, il est certain que les habitants en zone rurale sont touchés par la hausse des taxes quand ceux des villes le sont par le relèvement des prix des transports publics. Les retraités ont eu à subir depuis 10 ans des hausses répétées de leurs prélèvements quand dans le même temps leurs pensions sont gelées. Les jeunes sont confrontés à des problèmes d’insertion, réduisant leur pouvoir d’achat.

Il est notamment rappelé que les prix à la pompe étaient plus élevés dans le courant des années 70. La part de dépenses contraintes (immobilier par exemple) entre aujourd’hui et les années 70, pour les ménages français n'est-elle pas sous évaluée dans cette approche ?

Les ménages français ont du, depuis les années 70, faire face à l’augmentation des dépenses dites pré-engagées, c’est-à-dire des dépenses sur lesquelles ils n’ont pas réellement la main. Figurent notamment les dépenses de logements, les abonnements aux réseaux, les assurances, etc. Il faudrait ajouter les impôts et taxes. Ces dépenses absorbent plus de 30 % du budget des ménages. Le poids du logement a explosé ces vingt dernières années surtout pour les jeunes locataires. Le pouvoir d’achat hors dépenses pré-engagées a diminué drastiquement.

Certes, il faut néanmoins relativiser cette affirmation car certains postes de dépenses ont diminué ces 30 dernières années. Le poste habillement et transport collectif est en baisse. Pour le premier, ce sont les importations en provenance des pays d’Asie qui expliquent cette évolution quand pour le second, c’est l’accroissement de la concurrence qui a fait baisser les prix. Les produits agricoles ont eu tendance à baisser des années 80 aux années 2010 mais depuis plusieurs années, ils augmentent en raison de la consommation accrue des produits bios. Il n’en demeure pas moins que le ressenti joue en défaveur de l’amélioration de la situation. Le problème numéro un est, en France, le logement qui est cher et cela malgré plus de 37 milliards d’euros d’aide.

Au delà de telles comparaisons, le mécontentement actuel n'est-il pas simplement le résultat de la stagnation ou de la baisse des niveaux de vie depuis 10 ans, alors que les périodes précédentes avaient pu permettre une croissance de ces niveaux de vie ? 

La France a perdu une décennie. Nous avons mis dix ans à effacer les stigmates de la crise de 2008. Le PIB par habitant vient juste de retrouver son niveau d’avant crise. Cette stagnation est une source évidente de frustration. Certes, les inégalités n’ont pas augmenté dans notre pays comme au Royaume-Uni, aux Etats-Unis ou en Allemagne. Certes, le taux de pauvreté est resté stable autour de 14 %. Cette situation a été obtenue au prix d’une augmentation des dépenses sociales qui absorbent un tiers de notre PIB. Elle s’est accompagnée d’une forte progression de l’endettement. Nous avons acheté de la croissance à crédit, nous avons acheté du pouvoir d’achat fictif qu’il faudra rembourser. Face à la progression des dépenses publiques qui ont atteint 56 % du PIB, les pouvoirs publics sont contraints d’augmenter les prélèvements obligatoires.

La France, avec un taux de plus de 45 % du PIB, détient le record d’Europe. La croissance française est faible et sous contrainte. Elle génère peu d’augmentation de pouvoir d’achat car notre économie est centrée sur la production de gamme moyenne à la différence de notre partenaire allemand. Nous avons fait fausse route. En multipliant les dispositifs en faveur des bas salaires, nous avons généré une économie de bas salaires. Il y a une erreur de positionnement dont la preuve est la persistance du déficit commercial. La conséquence est l’absence de progression du niveau de vie ; l’écart avec l’Allemagne devient conséquent, plus de 20 points. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires