En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 1 semaine 1 jour
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 1 semaine 1 jour
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 1 semaine 1 jour
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 1 semaine 1 jour
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 1 semaine 1 jour
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 1 semaine 1 jour
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 1 semaine 1 jour
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 1 semaine 1 jour
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 1 semaine 1 jour
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 1 semaine 1 jour
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 1 semaine 1 jour
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 1 semaine 1 jour
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 1 semaine 1 jour
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 1 semaine 1 jour
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 1 semaine 1 jour
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 1 semaine 1 jour
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 1 semaine 1 jour
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 1 semaine 1 jour
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 1 semaine 1 jour
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 1 semaine 1 jour
© OLIVIER MORIN / AFP
© OLIVIER MORIN / AFP
Bonnes feuilles

Alimentation : les Français ont-ils perdu le sens du goût des bonnes choses ?

Publié le 11 novembre 2018
Périco Légasse, défenseur de la gastronomie française, et Serge Papin, ancien patron de Système U, viennent de publier "Du panier à l'assiette, alimentation, grande distribution, agriculture... Pour en finir avec la malbouffe !" aux éditions Solar. Ils reviennent notamment sur les scandales alimentaires à répétition, dévoilent les coulisses de la guerre des prix entre les grandes enseignes, évoquent la détresse des agriculteurs et retracent le déclin des hypermarchés. Les deux auteurs se demandent notamment si la grande distribution et le bien-être alimentaire sont définitivement irréconciliables. L'échange entre Périco Légasse et Serge Papin a été animé par Elodie Lepage, journaliste santé à L'Obs. Extrait 2/2
Périco Légasse
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Périco Légasse est journaliste et critique gastronomique. Il est aujourd'hui rédacteur en chef de la rubrique "art de vivre" à l'hebdomadaire Marianne.
Voir la bio
Serge Papin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Serge Papin a dirigé pendant treize ans le groupement coopératif Système U. Il est notamment l'auteur de Et maintenant, on fait quoi (Le Cherche Midi, 2014) et Pour un nouveau pacte alimentaire (Le Cherche Midi, 2012), Consommer moins, consommer...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Périco Légasse, défenseur de la gastronomie française, et Serge Papin, ancien patron de Système U, viennent de publier "Du panier à l'assiette, alimentation, grande distribution, agriculture... Pour en finir avec la malbouffe !" aux éditions Solar. Ils reviennent notamment sur les scandales alimentaires à répétition, dévoilent les coulisses de la guerre des prix entre les grandes enseignes, évoquent la détresse des agriculteurs et retracent le déclin des hypermarchés. Les deux auteurs se demandent notamment si la grande distribution et le bien-être alimentaire sont définitivement irréconciliables. L'échange entre Périco Légasse et Serge Papin a été animé par Elodie Lepage, journaliste santé à L'Obs. Extrait 2/2

Nous en avons parlé précédemment, les Français, désormais, font essentiellement leurs courses au supermarché et se nourrissent principalement d’aliments transformés. Cette tendance est même à la hausse, comme l’a montré en juillet 2017 la troisième étude de l’Agence nationale de sécurité sanitaire (ANSES) sur les consommations alimentaires de nos concitoyens. Faut-il leur réapprendre à manger ? Ont-ils perdu le goût des bonnes choses ?

Serge Papin : Ces questions méritent d’être posées. Au nom de l’émancipation féminine, la génération post-68 a voulu se libérer de la cuisine, qui, à partir des années 1970, n’a plus été considérée que comme une contrainte ou une corvée. Les mots « cuisine » et « dépendance » étant devenus synonymes, les femmes ont rendu leur tablier. Je l’ai déjà affirmé, je comprends parfaitement que la gent féminine, à qui incombait la tâche de préparer les repas familiaux, ait eu envie de s’affranchir de cette charge. Ce qui est regrettable, c’est que cette libération ait débouché non pas sur une redistribution des rôles – les hommes auraient pu partager cette activité avec leurs compagnes et se mettre aux fourneaux eux aussi – mais sur un rejet pur et simple de la cuisine. Ceci a provoqué une rupture dans la transmission du savoir-faire culinaire au sein du cercle familial, transmission qui se faisait autrefois de mère en fille. Une fois adulte, la génération née dans les années 1970-1980, qui n’a jamais vu ses parents cuisiner, a privilégié à son tour le « prêt-à-manger ». Dans ce contexte, les notions de « goût » et de « saveurs » se sont vidées de leur sens. Il serait donc effectivement judicieux de réapprendre aux Français à manger. D’ailleurs, un certain nombre d’entre eux y aspire, me semble-t-il.

Périco Légasse : Je suis entièrement d’accord. C’est toute une culture alimentaire qui s’est perdue ces quarante dernières années. J’en veux notamment pour preuve une enquête de l’Association Santé Environnement France (ASEF) de 2013 sur les connaissances des enfants dans ce domaine. Menée auprès de 910 élèves d’une vingtaine d’écoles de la région Paca, elle a fait grand bruit à sa publication. Il faut dire que ses résultats sont édifiants ! L’un des questionnaires portait sur les fruits et légumes. D’après cette étude, 87 % des 8-12 ans ne savent pas reconnaître une betterave tandis qu’un écolier sur trois est incapable d’identifier un poireau, une courgette, une figue ou un artichaut. Même l’abricot est inconnu d’un enfant sur 5 ! Une autre épreuve consistait à demander aux élèves comment sont préparés une dizaine d’aliments transformés. Résultat : un quart des écoliers ne sait pas que les frites sont faites à partir de pommes de terre. Mieux, ou pire, 40 % d’entre eux ignorent de quoi sont composés les nuggets, les chips et le jambon. Concernant le steak haché, ils sont 60 % à ne pas pouvoir répondre à la question. Et ne nous berçons pas d’illusions, cette ignorance n’est pas l’apanage des classes défavorisées.

Au printemps, j’ai accompagné une classe de CE2 découvrir un élevage bio de poulets dans la banlieue de Rennes. Au début de la visite, les 25 enfants, tous issus de la classe moyenne, ont pu observer les volatiles courir en liberté. Mais à la fin de la visite, devant ces mêmes poulets proposés à la vente, les pattes bridées, seule une petite fille a été capable de répondre à la maîtresse, qui leur demandait ce que c’était. « Du poulet ! Maman achète le même à la boucherie », s’est-elle exclamée. Ses petits camarades, eux, n’avaient pas la moindre idée de ce qu’ils avaient sous les yeux. Dans leur esprit, le poulet, c’est soit des nuggets, soit des tranches sous cellophane. Ceux qu’ils voyaient à la vente les ont juste répugnés.

Extrait de "Du panier à l'assiette, alimentation, grande distribution, agriculture... Pour en finir avec la malbouffe !", de Serge Papin et Périco Légasse, aux éditions Solar

 
 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires