En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 1 semaine 2 jours
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 1 semaine 2 jours
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 1 semaine 2 jours
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 1 semaine 2 jours
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 1 semaine 3 jours
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 1 semaine 2 jours
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 1 semaine 2 jours
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 1 semaine 2 jours
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 1 semaine 3 jours
© DAMIEN MEYER / AFP
© DAMIEN MEYER / AFP
OPEP, compagnies pétrolières, Etats

Hausse des prix du pétrole : et à part “bibi”, qui y gagne quoi ?

Publié le 07 novembre 2018
Le président a été interpellé alors qu'il était en visite à Verdun par un retraité lui reprochant la hausse des prix à la pompe.
Francis Perrin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Francis Perrin a travaillé pendant plusieurs années comme journaliste et consultant indépendant sur l’énergie et les matières premières. Il est chercheur associé au Policy Center for the New South (Rabat) et directeur de recherche à l'IRIS (Paris).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le président a été interpellé alors qu'il était en visite à Verdun par un retraité lui reprochant la hausse des prix à la pompe.

Atlantico : Sur cette hausse, le président Emmanuel Macron explique qu'"il y a une partie qui dépend de moi, et il y a une partie qui dépend des cours mondiaux. 80% de  l'augmentation que vous avez aujourd'hui, c'est les cours mondiaux, c'est pas moi".

 
 
Francis Perrin : Lorsque l'on cite des chiffres, tout dépend évidemment de ce sur quoi exactement portent ces données et de la période de référence.
 
Si l'on prend la moyenne du prix du gazole en France, qui reste le carburant routier le plus consommé, entre le début octobre 2017 et le début novembre 2018, la hausse des prix du pétrole brut et des produits pétroliers sur les marchés mondiaux explique près de 70% de l'augmentation des prix à la pompe sur cette période. Pour le supercarburant sans plomb 95, le même calcul donne un peu moins de 80%.
 
Par contre, si l'on regarde la période depuis le début 2018, la responsabilité de la hausse des taxes dans l'augmentation des prix à la pompe est de l'ordre de 60% pour le gazole et pour le sans plomb 95.
 
Il faut noter que ces calculs sous-estiment un peu la responsabilité de l'Etat. On ne prend en compte ici que les taxes, ce qui est l'essentiel, mais il y a aussi un alourdissement de la réglementation dans certains domaines, par exemple les certificats d'économie d'énergie (on impose aux fournisseurs d'énergie de faire réaliser des économies d'énergie, ce qui est positif mais qui a un coût) que les distributeurs de carburants vont répercuter sur les prix.
 
Enfin, il ne faut pas oublier que, dans les dernières semaines, depuis le début octobre 2018, les prix du pétrole ont baissé de façon significative et que nous aurons au 1er janvier 2019 une nouvelle augmentation des taxes avec plus 6,5 centimes par litre pour le gazole et plus 2,9 centimes pour l'essence.
 
 

Quid des 20 % restants ? Comment se décompose cette hausse des prix entre les différents postes, du prix de la matière première aux taxes, en passant par les marges ?

 
Comme indiqué ci-dessus, les 20% ne sont pas forcément 20% selon que l'on regarde le gazole ou l'essence et selon la période de référence retenue.
 
Dans tous les cas cependant, ce qui ne relève pas de la hausse des prix du pétrole relève des taxes et vice-versa. Ce sont en effet les deux principaux postes, et de loin, dans la décomposition des prix des carburants à la pompe. Aujourd'hui, le poids des taxes (TVA incluse) dans le prix du gazole et du super sans plomb 95 est d'environ 60% et celui des prix du pétrole et des produits pétroliers cotés sur les marchés internationaux de 30% ou un peu moins. Cela signifie que la part des marges et des coûts de l'industrie (raffinage du pétrole brut pour produire des carburants et distribution des carburants) ne pèse que de l'ordre de 10% dans les prix à la pompe. Ce n'est pas ce qui explique la hausse des carburants depuis un an.
 
Si l'on reprend les chiffres (officiels) que je citais ci-dessus sur l'évolution des prix des carburants depuis le début octobre 2017, soit sur une période de 11 mois, la hausse des taxes explique environ 30% et 20% respectivement de cette augmentation pour le gazole et pour le sans plomb 95. Par contre, comme indiqué en réponse à votre première question, sur les dix premiers mois de l'année 2018, la responsabilité des taxes est prépondérante.
 
 

Qui sont ceux qui profitent de cette hausse ? Avez-vous de nouveaux chiffres?

 
Le principal gagnant de la hausse des prix des carburants depuis octobre 2017 est l'Etat français. Pour celui-ci, c'est par le jeu des taxes avec des hausses au 1er janvier 2018 (+7,6 centimes par litre pour le gazole et + 3,9 centimes pour l'essence) et au 1er janvier 2019, comme indiqué ci-dessus. Les pays exportateurs de pétrole ont bien sûr profité de la hausse des prix du pétrole, qui explique pour une large part celle des prix des carburants. La hausse des prix du brut est également très positive pour les bénéfices des compagnies pétrolières. La différence entre ces trois catégories d'acteurs est que l'Etat français profite directement de l'augmentation des prix des carburants, puisque ce sont des produits très lourdement taxés, alors que les pays exportateurs de pétrole et les compagnies pétrolières profitent de la hausse des prix du brut. En effet, on ne constate pas de hausse particulière des marges de l'industrie pour la distribution des carburants en France.
 
Si la hausse des prix des carburants devait entraîner à terme une baisse de la consommation, cela deviendrait cependant moins intéressant pour l'Etat puisque les taxes sont perçues sur les volumes consommés. Moins de volumes, moins de recettes fiscales. C'est d'ailleurs l'un des objectifs affichés de ce gouvernement et des précédents dans les dernières années que de faire baisser la consommation d'énergies fossiles en France. Entre le 1er octobre 2017 et le 30 septembre 2018, la consommation de carburants routiers en France a baissé de 1,7% par rapport à la période octobre 2016/septembre 2017. Pour l'instant, c'est une très faible baisse parce que beaucoup de personnes n'ont pas vraiment d'autres choix qu'elles jugent acceptables.
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires