En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 1 semaine 4 jours
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 1 semaine 4 jours
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 1 semaine 4 jours
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 1 semaine 4 jours
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 1 semaine 4 jours
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 1 semaine 4 jours
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 1 semaine 4 jours
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 1 semaine 4 jours
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 1 semaine 4 jours
© Brendan Smialowski / AFP
© Brendan Smialowski / AFP
Elections de mi-mandat

Les Midterms manquées des démocrates

Publié le 07 novembre 2018
Les démocrates y ont cru jusqu’à la dernière minute. Le matin du vote, CNN publiait son tout dernier sondage qui plaçait Donald Trump dans une situation impossible, avec une cote de popularité qui s’écroulait brutalement pour repasser en dessous de 39%.
Jean-Eric Branaa
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Eric Branaa est spécialiste des Etats-Unis et maître de conférences à l’université Assas-Paris II. Il est chercheur au centre Thucydide et chercheur associé à l’institut l'IRIS. Il est notamment l'auteur de Hillary, une présidente des Etats-Unis ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les démocrates y ont cru jusqu’à la dernière minute. Le matin du vote, CNN publiait son tout dernier sondage qui plaçait Donald Trump dans une situation impossible, avec une cote de popularité qui s’écroulait brutalement pour repasser en dessous de 39%.

La vague bleue (démocrate) était en train de finalement se lever, expliquait Don Lemon dans son show très populaire, et ses invités expliquaient comment on en était arrivé là et ce qui allait survenir ensuite, après la prise des deux chambres, même s’il fallait rester encore un peu prudent, rajoutait le présentateur vedette.  

Tous les espoirs démocrates de remporter le Sénat se sont effondrés quelques heures plus tard ; dès les premières projections, les pertes les plus symboliques ont été annoncées dans l'Indiana, le Tennessee, le Dakota du Nord,  le Texas et même la Floride. Plusieurs sénateurs avait, eux, vu venir ce vent beaucoup plus rouge (républicain), comme Joe Donnelly qui, dans l’Indiana, avait durci ses positions au cours des derniers jours, insistant même sur son côté pro-life (anti-avortement), qui le classerait bien plus facilement du côté républicain que dans le parti auquel il appartient.  Cela n’a pas suffi, et les électeurs de son état ont préféré céder aux sirènes de Donald Trump qui s’est souvent déplacé pour eux, est venu à de nombreuses reprises tenter de les séduire depuis qu’il est élu, et qui l’a fait à nouveau durant cette campagne. Cette prise est une grande victoire pour l’hôte de la Maison-Blanche, tout comme les triomphes du Dakota du Nord, du Missouri, de l’Arizona, du Texas ou de la Floride. De tous les sièges qui étaient pressentis comme pouvant basculer, seul celui de Joe Manchin, en Virginie Occidentale, a résisté. Mais est-ce là une perte pour Donald Trump lorsqu’on sait qu’il s’entend personnellement très bien avec l’élu de cette zone charbonnière, rude et rurale, et que ce dernier sait aussi apporter son vote au président dans des moments critiques ? Souvenons-nous que c’est lui le « traitre » démocrate qui a permis la confirmation de Brett Kavanaugh. Les électeurs de la Virginie Occidentale,  qui sont largement républicains, s’en sont souvenus. 
 
Dans le Tennessee, le siège du sortant Bob Corker a été ravi par la protégée du président : Marsha Blackburn va sécuriser cet état pour lui et ramener aussi un peu de paix au Sénat en succédant à un homme qui ne ménageait pas ses critiques face à Donald Trump. A l’image de ce basculement, c’est l’ensemble du Sénat qui est désormais rentré dans le rang, pour enfiler un costume trumpiste plus marqué. Seul, peut-être, Mitt Romney, qui fait son retour sur la scène nationale et dans cette assemblée, sera une voix parfois dissonante. Mais comment pourra-il faire porter sa voix dans une assemblée qui est désormais aussi solide et faite d’un seul bloc ? La victoire de Donald Trump est avant tout celle-là ce matin.
 
Ce qui était censé être un potentiel pour les démocrates, projeté largement par toutes les chaines les plus populaires,–comme ABC, NBC ou CNN– s’écrase donc ce matin sur des résultats que certains commentateurs ont beaucoup de peine à expliquer et à raconter.  Il leur reste la Chambre des représentants : il y a de nombreux succès démocrates et les résultats sont à vent contraire des résultats du Sénat. Cela nous rappelle pourtant que les votes sont d’abord locaux et que les campagnes des candidats, souvent sur des thèmes plus proches des préoccupations des électeurs, ont fait la différence. Les noms des grands battus vont être répétés toute la journée : cela ne fera pas oublier les défaites d’Heidi Heitkamp dans le Dakota du Sud ou de Claire McCaskill dans le Missouri. Les Américains retiendront aussi davantage que Ted Cruz a survécu face à Beto O’rourke, la nouvelle coqueluche des démocrates et que, peu importe si la victoire est courte, elle reste une victoire. En Floride, la campagne de Rick Scott était jugée comme très courageuse face au sénateur sortant Bill Nelson : elle éclipse à elle-seule tous les résultats locaux favorables aux démocrates.
 
Pire encore, les démocrates viennent de revivre le même cauchemar qu’en 2016 : comme lors des présidentielles, ils comptaient sur une forte mobilisation et lors du vote par anticipation on voyait à la télévision les longues files de votants qui s’étaient massés, nous disait-on, pour faire barrage à Donald Trump. En 2018, la forte participation et le record des votes par anticipation, évaluée à plus de 32 millions alors qu’il n’y en avait eu que 20 millions en 2014, n’ont pas permis d’asseoir la revanche des démocrates. 
 
Trump a montré qu’il est un animal politique redoutable. Tout comme il ne parle qu’à sa base dans sa pratique du pouvoir, il a concentré sa campagne électorale sur le vote républicain dans les états où le Sénat était très disputé.  "Je pense que grâce à moi il y aura une grande différence", avait-t-il déclaré pendant son périple de la dernière semaine, lui faisant parcourir dix états en une semaine. Ses meetings de campagne n'incluaient pas le Wisconsin, la Pennsylvanie ou le Michigan - les états où Trump l’a emporté de justesse, mais où les moyens du parti démocrate ont été décuplés. Il a laissé ces terrains en friche pour le prochain combat, celui de 2020. Car c’est bien ce dont il s’agit désormais : dès aujourd’hui, tous les yeux son fixés vers le prochain objectif, et le président des Etats-Unis ne sera plus un outsider trublion : il sera le président sortant.
 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires