En direct
Best of
Best of du 16 au 22 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

02.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

03.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

04.

Alerte météo : Climat pourri pour les chasseurs homosexuels musulmans de droite

05.

Tentative de main basse sur Hong Kong et l’Asie : les Chinois profitent du Coronavirus pour lancer une inquiétante offensive

06.

Alberto Alesina, l’économiste qui mettait les pieds dans le plat des sujets qui fâchent

07.

Génération loose (salariale) : les diplômés de 2020 se préparent à des années de galère

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

03.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

04.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

05.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

06.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

04.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

05.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

06.

Euro-miracle ? Comment ne pas louper le tournant historique que Macron et Merkel proposent à l’Europe

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Economie
Plan de soutien "massif"
Soutien au secteur automobile : retrouvez l’intégralité du discours d’Emmanuel Macron
il y a 35 min 37 sec
Relance de la consommation
Le Printemps Haussmann à Paris va pouvoir rouvrir ses portes suite à une décision de justice
il y a 2 heures 35 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Mandela, une philosophie en actes" de Jean-Paul Jouary : un essai intéressant qui appelle néanmoins pas mal de réserves…

il y a 3 heures 50 min
pépites > Politique
"Agir ensemble"
Création d’un 10e groupe politique, situé dans la majorité, à l’Assemblée nationale
il y a 4 heures 26 min
pépites > High-tech
Atout contre le virus
StopCovid : la Cnil autorise l’application de traçage pour lutter contre le coronavirus
il y a 5 heures 42 min
décryptage > France
Monde d'après

Alerte météo : Climat pourri pour les chasseurs homosexuels musulmans de droite

il y a 7 heures 58 min
décryptage > Europe
Le point de vue de Dov Zerah

La BCE et la Cour de Karlsruhe

il y a 8 heures 46 min
décryptage > Economie
Disparition

Alberto Alesina, l’économiste qui mettait les pieds dans le plat des sujets qui fâchent

il y a 9 heures 34 min
décryptage > France
Danger public

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

il y a 10 heures 11 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les entreprises aspirent à plus de Made in France, moins de CO2... mais surtout pas à la décroissance

il y a 10 heures 51 min
pépites > Economie
"Se battre pour l’emploi et l’industrie"
Emmanuel Macron dévoile un plan de soutien "massif" envers le secteur automobile et annonce la hausse des primes à l'achat de voitures électriques
il y a 1 heure 36 min
pépites > Santé
Immunité
Coronavirus : les malades faiblement atteints pourraient être immunisés, selon une nouvelle étude
il y a 2 heures 55 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’empreinte du dieu" (Tome 4 de la saga "Gens du Nord") de Maxence Van der Meersch : cet été 2020 marchez en Flandres dans les empreintes du dieu

il y a 4 heures 6 min
pépites > Politique
Bataille pour Paris
LREM : Agnès Buzyn annonce qu'elle est toujours candidate pour le second tour des municipales à Paris
il y a 5 heures 4 min
pépite vidéo > International
Menace pour les récoltes
L’Inde fait face à une invasion de criquets
il y a 6 heures 12 min
décryptage > Economie
Politique industrielle

Les Etats moyens d’Asie, ces alliés "naturels" pour la France et l’Europe

il y a 8 heures 9 min
décryptage > Sport
Activité physique

L’avenir en demi-teinte pour le sport en ville par temps de pandémie

il y a 9 heures 4 min
décryptage > Economie
Génération Covid-19

Génération loose (salariale) : les diplômés de 2020 se préparent à des années de galère

il y a 9 heures 43 min
décryptage > International
Stratégie

Tentative de main basse sur Hong Kong et l’Asie : les Chinois profitent du Coronavirus pour lancer une inquiétante offensive

il y a 10 heures 30 min
décryptage > Santé
Réforme

Ségur de la santé : voilà pourquoi l’argent seul ne réglera pas les problèmes des hôpitaux français

il y a 11 heures 19 min
© ANGELA WEISS / AFP
© ANGELA WEISS / AFP
Révolution

Earth BioGenome, le projet qui vise à séquencer le génome de chaque animal et plante connus

Publié le 06 novembre 2018
Le projet Earth BioGenome vise à séquencer le génome de chaque animal, plante, champignon et protozoaire connus.
chercheur spécialiste en biologie moléculaire au CNRS. Il est rattaché à l'Institut de génétique humaine (IGH) de Montpellier.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hervé Seitz
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
chercheur spécialiste en biologie moléculaire au CNRS. Il est rattaché à l'Institut de génétique humaine (IGH) de Montpellier.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le projet Earth BioGenome vise à séquencer le génome de chaque animal, plante, champignon et protozoaire connus.

Atlantico : Quels sont les enjeux d'un tel projet ? En quoi cela pourrait-il aider l'espèce humaine à se prémunir des changements climatiques ? 

 
Hervé Seitz : Comme souvent, il est à peu près impossible de prédire quelles seront les découvertes que ces données rendront possibles, mais il est à peu près garanti qu'il y en aura beaucoup. Si on regarde, rétrospectivement, ce que le séquençage des premiers génomes animaux a apporté, autour de l'an 2000 (les génomes de la Souris, du Rat, de l'Homme, du Nématode, de la Drosophile), on s'aperçoit qu'ils ont accéléré de manière incroyable les progrès de la recherche dans des directions extrêmement diverses. Beaucoup d'analyses qui, avant séquençage du génome, prenaient des mois de travail expérimental (avec les limitations de la pratique expérimentale : la sensibilité aux contaminants, qui affecte la reproductibilité ; la manipulation de produits toxiques ; la difficulté d'interprétation de résultats qui tombent souvent très près des limites de détection des appareils ; ...), se fait maintenant de manière rapide, reproductible, et facilement interprétable, par des analyses informatiques sur les génomes. Chercher un gène dans un génome, c'était des semaines de travail à l'époque, c'est devenu une simple recherche de chaîne de caractères (un peu améliorée) dans un texte ... Et outre l'accélération de domaines de recherche déjà existants, la connaissance des séquences de ces génomes a même fait apparaître des sujets entiers, dont on ne soupçonnait pas l'existence. Je peux vous citer mon domaine de recherche principal (des régulateurs de l'expression des gènes, qu'on appelle « microARN ») : si les génomes de ces quelques espèces n'avait pas été disponibles en 2001, quand la diversité des microARN a été découverte, on les aurait pris pour des fragments de dégradation d'ARN plus longs, comme on l'avait toujours fait pour les petits ARN depuis des décennies. C'est la connaissance de la séquence des génomes qui a permis de regarder quels étaient les gènes de ces microARN, de remarquer des caractéristiques communes, qui témoignaient de mécanismes régulés dans la production de ces ARN, qui n'étaient donc pas de simples produits de dégradation aléatoires - et c'est ainsi qu'un domaine de recherche est né, qui occupe maintenant des centaines de laboratoires partout dans le monde, et qui a apporté des connaissances qu'on n'aurait jamais soupçonnées quelques années plus tôt ...
 
Et réciproquement, peut-être que les espoirs qui sont formulés maintenant seront déçus une fois que ces génomes seront séquencés : on aura trouvé plein de choses auxquelles on n'avait pas pensé, mais on aura peut-être échoué à trouver ce qu'on pensait y trouver. Dans le cas qui nous intéresse, les promoteurs du projet déclarent effectivement que la connaissance de tous ces génomes aidera à comprendre les mécanismes d'adaptation à l'environnement, ce qui pourrait aider à enrayer l'extinction des espèces. Je suis très dubitatif sur chacune de ces deux étapes du raisonnement : empiriquement, on voit bien que la connaissance des génomes déjà séquencés est loin de nous permettre de comprendre simplement les mécanismes biologiques (la recherche en biologie sur la Souris ou l'Homme ne s'est pas arrêtée, tout n'a pas été magiquement compris, à compter du jour où leurs génomes ont été séquencés ...) ; et même si on comprenait le contrôle génétique de l'adaptation, j'imagine difficilement qu'on puisse mettre ces connaissances à profit pour sauver des espèces à grande échelle (il faudrait faire des OGM de chacune de ces espèces, pour leur apporter ce qu'on estime suffisant pour s'adapter - mais même si ça marchait, aurait-on vraiment sauvé l'espèce, ou ne l'aurait-on pas plutôt remplacée par une espèce artificiellement modifiée ?...).
 
Quoiqu'il en soit, si cet objectif-là n'est pas atteint, il est très probable que d'autres, qu'on ne saurait même pas imaginer maintenant, le soient. L'histoire de la science nous montre que ce genre de progrès technologique aboutit très souvent à des découvertes inattendues (en biologie, mais aussi en astronomie, en chimie, ...) : l'étendue de notre ignorance est immense, et les ruptures technologiques permettent souvent de lever le voile sur des domaines inconnus. Parce qu'il y a les choses qu'on sait, il y a les choses qu'on ne sait pas, et il y a l'immensité des choses « dont on ne sait pas qu'on ne les sait pas » : il faut de nouveaux outils et de nouveaux modes de pensée pour découvrir qu'il y a ces choses à découvrir ...
 
 

Au regard des moyens technologiques, financiers, humains, quelle est la faisabilité du projet ? À quelles échéances le projet pourrait-il aboutir ?

 
Très clairement, les technologies de séquençage se sont énormément améliorées depuis une douzaine d'années. Le séquençage de génomes est devenu beaucoup plus rapide et beaucoup moins coûteux. Au point que les promoteurs de ce projet immense ont probablement raison, quand ils disent que le séquençage de ces 1,5 million d'espèces sera finalement moins coûteux que le séquençage du seul génome humain. Ça paraît incroyable, mais c'est loin d'être impossible : le génome humain a été séquencé à une époque où les méthodes étaient beaucoup plus rudimentaires, coûteuses en argent et en interventions humaines. Il faut aussi prendre conscience que ce projet donnera des résultats intéressants tout au long de sa réalisation : si, pour des raisons quelconques, il est interrompu après quelques milliers d'espèces, ces quelques milliers de génomes apporteront déjà des informations très utiles aux biologistes. Ce n'est pas un projet en « tout ou rien ».
 
Les délais annoncés par les promoteurs de ce projet sont encore flous, parce qu'ils sont conditionnés aux financements qu'ils réussiront à rassembler. Mais en ce qui concerne la faisabilité technique, il ne me semble pas y avoir beaucoup d'obstacles (on a maintenant séquencé environ un millier de génomes animaux, par exemple, avec des succès divers, et on commence à comprendre assez bien quelles sont les causes des succès et des échecs).
 

Quelles sont encore les limites d'un projet ? Quels freins pourraient subsister ?

 
Il y a déjà une limitation fondamentale dans le simple énoncé du projet : séquencer le génome d'1,5 million d'espèces, ça veut dire qu'il faut commencer par identifier ces espèces - or la notion d'« espèce » est beaucoup moins clairement définie que ce qu'il y paraît. Les populations ne sont pas compartimentées en unités bien délimitées, les « espèces », il y a souvent une sorte de continuum, avec des individus aux caractéristiques intermédiaires, des fertilités croisées plus ou moins efficaces (et l'interfertilité peut dépendre du sens du croisement : les femelles de la population « A » peuvent avoir des descendants avec les mâles de la population « B », alors que le croisement entre une femelle « B » et un mâle « A » sera stérile : faut-il considérer que les populations « A » et « B » sont interfertiles ?...). Au final, le choix des « espèces » à séquencer va dépendre de décisions partiellement arbitraires.
 
Et même au sein d'une population que, par convention, on aura appelée « espèce », tous les individus ne sont pas identiques, et si l'objectif est de comprendre l'adaptabilité à l'environnement, les différences entre individus pourraient avoir un effet notable - et les conclusions de l'étude pourraient ne pas être tellement robustes, si elles dépendent du choix aléatoire de l'individu (ou : du petit groupe d'individus) dont on aura séquencé le génome. Chez la Drosophile par exemple, on connait des régions du génome très variables, et qui affectent leur résistance vis-à-vis des rétrovirus endogènes (qui eux-mêmes, affectent la fertilité d'une manière dépendante de la température ou de l'âge des femelles). Ce genre de situation pourrait vite devenir un casse-tête si on essaye de lier causalement l'adaptabilité avec la présence ou l'absence de régions génomiques particulières.
 
Heureusement, la robustesse de ce projet, c'est que, quelle que soit la définition des « espèces » qui sont séquencées, la simple information de la séquence de tous ces génomes sera certainement bénéfique à la communauté scientifique (et s'il en manque quelques-unes, ou si au contraire des populations redondantes ont été séquencées, l'utilité globale du projet n'en sera pas fondamentalement réduite). Il faut bien voir qu'à l'heure actuelle, les espèces séquencées sont très mal réparties : on séquence surtout des Mammifères, mais très peu de Mollusques ou d'Arachnides ; beaucoup de Graminées (qui ont souvent un intérêt agronomique), mais très peu de Mousses ou de Fougères. Les analyses génomiques que nous pouvons faire actuellement sont très biaisées en faveur de quelques espèces ou groupes d'espèces qui présentent des intérêts économiques ou sanitaires pour l'être humain, et finalement, on néglige une bonne partie de la diversité du vivant. Ce projet, qui vise à séquencer exhaustivement une grande variété d'espèces, aura au moins le mérite de nous faire découvrir des génomes que personne n'a jugé utile de séquencer pour le moment. Or les analyses génomiques sont d'autant plus puissantes qu'elles sont alimentées par des génomes d'origines variées ; ajouter de la diversité dans nos jeux de données sera forcément profitable, même pour les labos qui s'intéressent exclusivement à une espèce déjà bien étudiée.
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires