En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 6 jours 20 heures
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 1 semaine 38 min
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 1 semaine 1 heure
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 1 semaine 2 heures
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 1 semaine 2 heures
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 1 semaine 3 heures
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 1 semaine 3 heures
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 1 semaine 4 heures
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 1 semaine 4 heures
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 1 semaine 5 heures
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 6 jours 22 heures
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 1 semaine 52 min
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 1 semaine 1 heure
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 1 semaine 2 heures
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 1 semaine 2 heures
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 1 semaine 3 heures
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 1 semaine 3 heures
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 1 semaine 4 heures
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 1 semaine 4 heures
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 1 semaine 5 heures
© Aaron P. Bernstein / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
© Aaron P. Bernstein / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
L'heure du vote

Midterms : pourquoi les résultats des élections américaines sont devenus si difficiles à prédire

Publié le 06 novembre 2018
Un article de Vanity Fair souligne l'incapacité de prévoir avec fidélité le moindre résultat pour les élections des "Midterms" américaines. Une différence entre attente et réalité essentiellement basée sur la personnalité de Donald Trump qui divise autant qu'il fédère.
Gérald Olivier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gérald Olivier est journaliste et  partage sa vie entre la France et les États-Unis. Titulaire d’un Master of Arts en Histoire américaine de l’Université de Californie, il a été le correspondant du groupe Valmonde sur la côte ouest dans les années 1990,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Un article de Vanity Fair souligne l'incapacité de prévoir avec fidélité le moindre résultat pour les élections des "Midterms" américaines. Une différence entre attente et réalité essentiellement basée sur la personnalité de Donald Trump qui divise autant qu'il fédère.

Atlantico : Qu'avons-nous comme exemple récent d'élection invalidant les sondages précédents ?

 
Gérald Olivier : Plus que des exemples, il y en un majeur qui supplante le reste: l'élection de 2016 qui a porté Donald Trump au pouvoir. C'est réellement le cas qui a laissé un traumatisme à la communauté des sondeurs et des médias plus ou moins progressistes aux USA. Personne dans les instituts de sondage et dans ces rédactions n'avait sérieusement pris en compte la possibilité d'une victoire de Donald Trump. Il n'y avait que son état-major et son électorat qui croyait aux chances du personnage de devenir président. Et pourtant elles existaient, j'ai personnellement publié des articles annonçant qu'Hilary Clinton ne serait pas élue et qu'il y avait un chemin pour Trump.
 
Personne n'y prêtait attention. Parce que d'une part on était pris par l'Histoire : par l'hypothèse d'une femme présidente pour la première fois. D'autre part, le personnage de Donald Trump est détesté par l'ensemble des médias "bien-pensants". Il était donc très facile de détourner le regard, de ne pas y prêter attention et de suivre ce que tout le monde annonçait. A l'arrivée, le résultat est un traumatisme majeur puisque ce qui était prévu ne s'est jamais produit.
 
Pourquoi ? Pour une simple raison: les gens qui votent Trump ne le disent pas. A l'époque il était très mal vu de se déclarer favorable à Donald Trump. Vous passiez pour un idiot, un raciste, un xénophobe et un sexiste vous aviez tous les défauts du monde. Les Américains sont comme tout le monde, lorsque que quelque chose est trop embarrassant, ils ne le disent pas.
 
Les gens interrogés par les instituts de sondage ont tout simplement menti et on a sous-estimé l'électorat de Trump. Pas énormément, de 3 ou 4%, mais ça suffit à faire basculer un sondage parce que la marge d'erreur est dans ces eaux-là. Ce dont on s'aperçoit en 2016 c'est que cette marge d'erreur a été systématiquement présente et toujours en "défaveur" de Trump. Donc le traumatisme est là et la vraie question vis-à-vis du scrutin d'aujourd'hui est: est-ce que deux ans après, il est devenu plus tolérable de se déclarer électeur ou sympathisant de Donald Trump ?
 
Je suis personnellement convaincu que cette marge d'erreur défavorable à Trump et aux Républicains de manière plus large est toujours là.

 

Cet écart dans les sondages est-il spécifique à Donald Trump ou le retrouve-t-on chez les Républicains de manière plus large avec d'anciens candidats ?

 
C'était moins marqué dans le cas des anciens candidats. Donald Trump dénonce ce qu'il appelle les "fake news" et une presse "bien-pensante" en général. Cette presse existe même si elle ne se reconnait évidemment pas en tant que telle. Elle pense être objective alors qu'en réalité elle agit à l'intérieur du giron de certaines valeurs qui sont celles de la bien-pensance : le féminisme, le progressisme… La grande conclusion, c'est que cette presse correspond en fait à des valeurs progressistes de gauche et ils considèrent que quiconque ne rentre pas dans le cadre qu'ils ont créé devient intolérable et doit être dénoncé en tant que tel.
 
C'est quelque chose que Donald Trump a véritablement mis en exergue parce qu'au contraire d'un Georges W. Bush ou d'un John McCain ou d'un Mitt Romney, Donald Trump n'a pas honte de ses idées. Il ne cherche jamais à les camoufler, à les déguiser ou à se justifier: il va vous en mettre plein la figure. Si vous n'êtes pas d'accord avec lui, il vous prouvera pourquoi pense ainsi et va vous tenir tête. C'est le personnage, c'est un boxeur, et un boxeur a besoin d'un punching-ball. Il n'a pas peur de prendre des coups car il en renvoie 10 en rafales en réponse. Son idéologie va au-delà de cette bien-pensance mais reste dans le cadre démocratique. Les écarts sont donc beaucoup plus visibles avec un Trump mais ils existaient avant.
 

 

Cette ère de l'imprévu, peut-elle perdurer au-delà de Donald Trump ou est-ce spécifiquement ancré au personnage et à l'époque ?

 
C'est une vraie question dont on aura un embryon de réponse dans le cadre des "Midterms". On verra la popularité de DT au sein de son propre camp mais elle est énorme. Vis-à-vis de l'électorat général, elle se situe autour de 45 ou 46%, mais ce qu'on oublie de rappeler, c'est qu'au sein de son propre camp elle est de 96% ! C'est du jamais-vu et il y a des gens qui croient en lui, qui aiment ce qu'il fait, ce qu'il dit et qui se mobilisent pour lui.
 
Pour une élection de mi-mandat, on n'a jamais vu par exemple de président en exercice réunir 80 000 personnes dans un stade et 25 000 personnes qui attendent dehors pour rentrer. On l'a constaté au Texas, dans l'Indiana, dans le Michigan… Par comparaison, Barack Obama a fait une réunion publique à Las Vegas et il n'a attiré que 2500 personnes… Le même soir à Houston, ils étaient 100 000 pour Donald Trump…
 
Il existe un décalage dans la couverture médiatique de Trump et il pourrait avoir un impact pour les "midterms". Il sera intéressant de constater si la popularité personnelle de Donald Trump dépeint sur les candidats. Les Républicains vont conserver le Sénat, c'est acquis. Mais ils vont surtout tenter de conserver la Chambre des représentants et ça sera l'indicateur le plus sérieux de la réalité des sondages et de la division partisane au sein des Etats-Unis. Le score qu'ils réaliseront en ce qui concerne les législatures et les gouverneurs sera important également mais pour moi c'est la Chambre des représentants qui sera l'indice à suivre car on pourra vérifier si la popularité de Trump est bénéfique aux candidats Républicains de manière plus large. Je pense qu'elle le sera, mais jusqu'à quel point ? 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires