En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

02.

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

03.

Communication politique : Jean Castex et Olivier Veran, perdus pour la France

04.

La Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) confirme l’illégalité de la publication d’enregistrements de Mme Bettencourt par Mediapart

05.

Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres

06.

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

07.

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

01.

Affaire Duhamel : les inavouables secrets des bourgeois de la gauche caviar

02.

Trump banni de Twitter : « Nous, Français, ne pouvons accepter ce qui se joue en ce moment pour la liberté du monde »

03.

Trump, le plus détesté des présidents mais celui qui a fait une des politiques les plus profitables à tous les Américains

04.

Ces impensés de l’affaire Duhamel que masque son intense médiatisation

05.

Diam's bientôt de retour, Alain Chabat bientôt papy; Grand froid entre Charlène & Albert de Monaco, grand frais entre Emmanuel Macron & sa famille; Divorce imminent chez les Kardashian West; Ben Affleck se gave de doughnuts, Laura Smet prend un coach

06.

Comment basculer vos groupes de conversations WhatsApp sur Signal

01.

Ces impensés de l’affaire Duhamel que masque son intense médiatisation

02.

Trump banni de Twitter : « Nous, Français, ne pouvons accepter ce qui se joue en ce moment pour la liberté du monde »

03.

Affaire Duhamel : les inavouables secrets des bourgeois de la gauche caviar

04.

Affaire Olivier Duhamel : Alain Finkielkraut, ne sera plus chroniqueur de l’émission 24h Pujadas, diffusée sur LCI

05.

Les complotistes et autres trumpistes ou Gilets jaunes radicalisés, enfants monstrueux de la déconstruction, de la cancel culture et des guérilleros de la justice sociale

06.

La grande épuration : mais pourquoi la Silicon Valley se comporte-t-elle comme si elle voulait donner raison aux complotistes à la QAnon ?

ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 1 heure 21 min
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 5 heures 59 min
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 6 heures 48 min
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 7 heures 25 min
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 8 heures 3 min
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 8 heures 40 min
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 9 heures 9 min
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 9 heures 49 min
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 10 heures 10 min
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 10 heures 36 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 4 heures 20 min
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 6 heures 12 min
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 7 heures 9 min
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 7 heures 42 min
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 8 heures 17 min
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 8 heures 58 min
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 9 heures 12 min
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 10 heures 7 min
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 10 heures 16 min
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 10 heures 38 min
© FREDERICK FLORIN / AFP
© FREDERICK FLORIN / AFP
Impact réel ?

Sarkozy renvoyé en correctionnelle : quelle attention les Français prêtent-ils encore aux affaires ?

Publié le 26 octobre 2018
La cour d'appel de Paris a annoncé ce jeudi le renvoi de Nicolas Sarkozy devant un tribunal correctionnel dans le cadre du dossier Bygmalion. Les "affaires" ont-elles encore une réelle influence auprès des citoyens ?
David Nguyen
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
David Nguyen est directeur conseil en communication au Département Opinion et Stratégies d'Entreprise de l'Ifop depuis 2017. Il a été conseiller en cabinet ministériel "discours et prospective" au ministère du Travail (2016-2017) et au ministère de l...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La cour d'appel de Paris a annoncé ce jeudi le renvoi de Nicolas Sarkozy devant un tribunal correctionnel dans le cadre du dossier Bygmalion. Les "affaires" ont-elles encore une réelle influence auprès des citoyens ?

Atlantico : Comment peut-on mesurer l'impact des « affaires » sur les hommes politiques, notamment les Présidents ?

 
David Nguyen: Depuis 1958, l'Ifop mesure chaque mois la popularité présidentielle avec le JDD, ce qui nous permet de mesurer l'impact immédiat de toutes les affaires, du Rainbow Warrior jusqu'aux diamants de Bokassa en passant par l'EPAD, Cahuzac ou Benalla. Si on cherche un fil rouge en observant toutes les affaires, on  constate que les séquences les plus déflagratoires sont celles qui impliquent de l'argent public. Avec l'affaire Cahuzac, François Hollande perd 12 points de popularité entre février et avril 2013, alors que l'affaire du Rainbow Warrior, qui a conduit à la mort d'un membre de Greenpeace avec l'implication des services secrets français, n'a quasiment eu aucun impact sur la popularité de François Mitterrand. L'affaire des Diamants de Bokassa, qui est encore évoquée aujourd'hui comme une véritable tâche sur le quinquennat de Valéry Giscard d'Estaing, n'a pas eu non plus à l'époque d'impact sur sa popularité. L'affaire Benalla vient contredire ce lien entre argent public et chute de popularité présidentielle, car on observe une baisse brutale de la popularité d'Emmanuel Macron durant l'été. Cependant cette chute s'est opérée jusqu'en septembre et s'est aujourd'hui stabilisée. Elle me semble davantage s'expliquer par un enchaînement de déreglements : hésitation sur le prélèvement à la source, démission de Nicolas Hulot, chiffres de croissance décevants et affaire Benalla. Bien sûr, il ne faut pas se baser uniquement sur la cote de popularité mensuelle des présidents pour mesurer l'impact d'une affaire sur le long terme. Les traits d'image peuvent se modifier à ces occasions et avoir des répercussions plus tard, lors d'élections.
 

Concernant le cas de Nicolas Sarkozy, sa réaction joue-t-elle à le protéger de cette affaire, que ce soit Bygmalion ou la Libye ?

Ces affaires ont eu une influence limitée sur la popularité de Nicolas Sarkozy au moment de leurs révélations, mais l'effet d'accumulation a conduit à plus long terme à un renforcement de l'anti-sarkozysme qui s'est exprimé au moment de la primaire. 
 
Un mois après l'affaire Bygmalion, en mars 2014, Nicolas Sarkozy perd 6 points de bonnes opinions dans notre tableau de bord des personnalités réalisé avec Paris Match, mais revient dès le mois suivant à 50% d'adhésion. Surtout, la base des sympathisants UMP lui reste totalement fidèle : 90% d'entre eux ont une bonne opinion de l'ancien président en mars 2014 et il reste leur candidat favori pour la présidentielle de 2017 loin devant Alain Juppé. Comment expliquer cette résistance ? Concernant le grand public, il faut rappeler que, lorsque cette affaire éclate, Nicolas Sarkozy n'est plus au pouvoir et est donc légèrement moins au centre de l'attention. Surtout, il n'y a, a priori, pas eu d'enrichissement personnel. Ça change tout. François Fillon a beaucoup souffert des suspicions de détournement de fonds publics pour son propre bénéfice. On a retenu l'idée selon laquelle le présumé emploi fictif de sa femme lui avait permis de s'enrichir d'un million d'euros en quelques années avec l'argent des Français. Il y a un lien entre argent public et enrichissement personnel qui est insupportable aux yeux de l'opinion. C'est la même chose pour Jérôme Cahuzac, c'est de l'évasion fiscale pour pouvoir s'enrichir personnellement. Avec Nicolas Sarkozy, c'est différent. C'est, d'une certaine manière, « au service » d'une cause politique collective qui dépasse sa personne. Cet argument marche particulièrement bien auprès des sympathisants UMP fidèles à l'ancien président. Une part d'entre eux adhère aux discours à tonalité complotiste, selon laquelle des juges politisés harcèlent Nicolas Sarkozy. Une autre partie se dit : au fond il a fait ça pour gagner, pour appliquer notre programme. Il s'est passé la même chose pour François Fillon pendant la campagne. Une partie des électeurs LR a adhéré à l'idée d'un complot des juges, une autre s'est dit : « il y a une affaire, mais au final, je veux que ce soit son programme qui soit appliqué ». Ils y sont peut-être allés en se pinçant le nez mais ils ont hiérarchisé leurs priorités. Et pour Nicolas Sarkozy, il s'est passé la même chose. Une bonne illustration de cette logique c'est le Sarkothon lancé pour renflouer le parti après les dépassements de plafonds de la campagne en 2012. Ce dépassement, c'est quelque chose d'illégal et pourtant il y a eu un engouement phénoménal et la dette a été remboursée en quelques semaines. 
 
 
 
Bien entendu, la primaire de 2016 a prouvé que ces affaires n'ont pas été sans conséquences. Si un noyau de sympathisants LR est resté ultra fidèle à l’ancien président, un halo plus large, comprenant même des sympathisants de gauche, s’est mobilisé pour faire front face à Nicolas Sarkozy au moment de la primaire. Les affaires n’y sont certainement pas pour rien. Nicolas Sarkozy a payé cette accumulation de démêlés judiciaires qui incarnait un ancien monde et des pratiques rejetées par les Français
 
 

Récemment, l'actualité a été marquée par « l'affaire Mélenchon ». Quel impact sa réaction a-t-elle eu sur sa popularité ?

 
Le comportement de Jean-Luc Mélenchon lors de sa perquisition a des conséquences spectaculaires sur l’opinion. Selon les chiffres de l'Ifop, alors que 77% des Français le trouvaient honnête en avril 2017, ils ne sont plus que 22% à partager cette opinion aujourd’hui,
 soit une chute de 45 points. Le travail judiciaire vient juste de débuter, mais le mal est fait. On aurait pu penser que les Français allaient retenir uniquement que c'était le retour de « Mélenchon le bruit et la fureur » de la campagne de 2012 et que ça allait permettre de mettre sous couvercle le fond de l'affaire. Mais on voit justement que concernant l'item « honnête » nous avons bel et bien une chute très importante. Est-ce qu'il a dérapé de façon incontrôlée ou était-ce une volonté de surjouer la résistance face à un pouvoir supposément intrusif pour étouffer le fond de l'affaire ? Toujours est-il que le capital accumulé pendant la campagne de 2017, pendant laquelle le leader de la France Insoumise avait réussi une vraie révolution en incarnant une forme de sagesse républicaine, s'est complètement effondré après cette séquence.  Celui qui avait dénoncé pendant la campagne les "pudeurs de gazelle" pour inciter à dénoncer les affaires liées à François Fillon ou Marine Le Pen, se retrouve désormais pointé du doigt. 
 
Cela prouve que la réaction face à une affaire importe probablement autant que le fond de l'affaire pour l'opinion. Quand Jean-Luc Mélenchon déclare "ma personne est sacrée", il parle bien sûr de sa fonction de député qui bénéficie de garanties constitutionnelles face au pouvoir judiciaire, mais il n'y a pas cette lecture au sein de l'opinion. La lecture est « Jean-Luc Mélenchon pense qu'il est au-dessus des lois ». Même si à ce stade il n'est coupable de rien, le prix à payer auprès de l'opinion est élevé.
.
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires