En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

03.

Les 5 plus grosses fortunes mondiales préfigurent ce que sera notre mode de vie sur la planète au cours du 21e siècle

04.

« Cherche professeur pour remplacer Samuel Paty »

05.

Regardez bien cette affiche : Auschwitz est de retour…

06.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

07.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

03.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

04.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

05.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

06.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

05.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

06.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Endiguer la pandémie
Vaccin contre la Covid-19 : Boris Johnson attendra son tour
il y a 1 min 56 sec
light > Santé
Etat de santé
Michel Onfray a contracté la Covid-19
il y a 2 heures 18 min
pépites > Economie
Pas de cadeau
Le gouvernement ne devrait pas revaloriser pas le Smic en plus de la hausse automatique selon Jean Castex
il y a 4 heures 33 min
décryptage > Société
Moyen de transport idéal pendant la crise du Covid ?

Les e-scooters et autres trottinettes électriques sont-ils une bonne affaire pour l’environnement (et pour les entreprises qui les louent ) ?

il y a 5 heures 33 min
décryptage > Consommation
Magie de Noël

Réveillons de fin d’année : petits conseils pour bien anticiper les plaisirs que vous pourrez vous autoriser sans vous ruiner la silhouette

il y a 6 heures 5 min
décryptage > Santé
Rempart pour endiguer l'épidémie

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

il y a 6 heures 42 min
décryptage > France
Nuit et Brouillard

Regardez bien cette affiche : Auschwitz est de retour…

il y a 7 heures 12 min
décryptage > Economie
Nouveau monde

Ce que le nouveau record atteint par le Bitcoin préfigure pour l’avenir du système bancaire

il y a 8 heures 20 min
décryptage > Politique
Fractures émotionnelles

La colère et la peur dominent les émotions des Français concernant l’état du pays. Mais ceux qui les ressentent ne sont pas du tout les mêmes

il y a 8 heures 51 min
décryptage > France
Débat public

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

il y a 9 heures 13 min
pépites > Santé
« The Wuhan files »
La rédaction de CNN dévoile le contenu de documents chinois confidentiels qui révèlent les erreurs commises par la Chine lors de l’apparition du Covid-19
il y a 1 heure 4 min
pépites > France
Dissolution
BarakaCity dénonce le gel « illégal » de ses avoirs par l'Etat
il y a 3 heures 58 min
pépites > Santé
Covid-19
Coronavirus ; la commission d’enquête parlementaire évoque des manquements des pouvoirs publics avant et pendant la crise sanitaire
il y a 5 heures 18 min
light > Science
Santé
L'Intelligence Artificielle pourrait prédire quelles combinaisons de médicaments luttent le mieux contre tel ou tel cancer
il y a 5 heures 41 min
pépites > Santé
Coronavirus
MHRA, l'agence de santé britannique, autorise l'utilisation du vaccin Pfizer/BioNtech : les premières vaccinations pourraient commencer la semaine prochaine dans les maisons de retraite
il y a 6 heures 19 min
pépites > Finance
Scandale
Faillite Wirecard : l'APAS, le régulateur allemand des firmes d'audit estime qu'Ernst & Young (EY, géant de l'audit) savait que son audit de 2017 était inexact
il y a 7 heures 11 min
pépite vidéo > Politique
Premier ministre
Crise sanitaire, loi « sécurité globale », ski à l’étranger: retrouvez l’entretien de Jean Castex sur RMC et BFMTV
il y a 7 heures 42 min
pépites > Santé
Vacances
Isolement de 7 jours au retour pour les Français qui sont partis faire du ski en Suisse ou en Espagne
il y a 8 heures 26 min
décryptage > Politique
Occupation de temps de cerveau disponible

La démocratie, malade du syndrome Darmanin ?

il y a 8 heures 59 min
décryptage > Economie
Atantico Business

Les 5 plus grosses fortunes mondiales préfigurent ce que sera notre mode de vie sur la planète au cours du 21e siècle

il y a 9 heures 50 min
© BORIS HORVAT / AFP
© BORIS HORVAT / AFP
Bilan désastreux

Rébellion Mélenchon : mauvaise affaire politique pour la France Insoumise et voilà qui devrait en bénéficier

Publié le 24 octobre 2018
Selon le baromètre LCI Opinionway, réalisé après la violente réaction du leader de la France Insoumise lors de la perquisition à son parti, le leader des Insoumis perd 7 points en un mois et même 15 points auprès de ses électeurs du 1er tour. Désormais, seulement 22% de Français sont satisfaits de son action, score le plus bas depuis la création du baromètre en 2010.
Christophe Boutin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Boutin est un politologue français et professeur de droit public à l’université de Caen-Normandie, il a notamment publié Les grand discours du XXe siècle (Flammarion 2009) et co-dirigé Le dictionnaire du conservatisme (Cerf 2017), et le Le...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon le baromètre LCI Opinionway, réalisé après la violente réaction du leader de la France Insoumise lors de la perquisition à son parti, le leader des Insoumis perd 7 points en un mois et même 15 points auprès de ses électeurs du 1er tour. Désormais, seulement 22% de Français sont satisfaits de son action, score le plus bas depuis la création du baromètre en 2010.

Atlantico :  Comment expliquer ce décrochage ?

 
Christophe Boutin : Si l’on en croit les commentateurs, et les sondages, ce décrochage s’explique par la violence des emportements de Jean-Luc Mélenchon face aux perquisitions policières. 76% des Français, et 51% de ses électeurs du premier tour, désapprouveraient en effet l’attitude qu’il a eue alors et qui a été longuement relayée sur les réseaux sociaux. Il ne s’agit pas tant ici de son attitude lors de la perquisition faite à son domicile que de celle au siège de son parti, qui a d’ailleurs conduit le parquet de Paris à ouvrir une enquête préliminaire pour « menaces ou actes d'intimidation contre l'autorité judiciaire » et « violences sur personnes dépositaires de l'autorité publique ». Le voilà donc au plus bas dans les sondages, avec seulement 22% des Français satisfaits de son action, une baisse de 7 points en un mois, et une baisse sensible, là encore, chez ses propres troupes, puisqu’il perd 15 points dans la même période chez ceux qui avaient voté pour lui en 2017.
 
Ce n’est pourtant pas la première fois que Jean-Luc Mélenchon se laisse aller à des sautes d’humeur, qu’elles aient concerné d’autres politiques, des contradicteurs anonymes ou, surtout, les journalistes et les médias. Faconde méridionale ? Pas seulement, car Mélenchon, comme Donald Trump, a très bien compris la lassitude du public devant le discours moralisateur et totalement déconnecté des réalités de nombre de journalistes, et sait que les attaquer de manière frontale, les dénoncer comme agents d’un pouvoir ou d’un lobby, peut se révéler politiquement payant. Pourtant, ici, la violence des propos n’a pas réussi à présenter la perquisition en cours comme une manoeuvre politique diligentée par l’Élysée, ni les clameurs de vierges poussées par les juges et les médias « insultés » comme la vengeance d’une caste, et, dans l’esprit des Français, si l’on en croit les sondages, Jean-Luc Mélenchon se serait décrédibilisé en n’acceptant pas de faire « confiance à la justice de son pays ».
 
C’est peut-être aller un peu vite en besogne, car certains travers du personnage, apparaissant trop crûment, ont pu aussi le desservir, y compris auprès de son électorat. « Ma personne est sacrée »… « Je suis la République »… Certains ont peut-être eu l’impression que l’ego mélenchonien était par trop envahissant « qu’il s’y croyait un peu trop », et que, finalement, leur défenseur attitré n’acceptait pas de prendre des coups. D’autres ont pu avoir l’impression, au vu des informations savamment distillées, que certaines facilités avaient été accordées à des proches, une accusation qui n’est pas nouvelle d’ailleurs, d’anciens membres de LFI s’étant plaints du « népotisme » du leader maximo préparant sa liste aux européennes. Autant d’éléments à prendre en compte.
 
Il est facile ensuite de dauber sur les mésaventures d’un homme qui, pour avoir serré sur le Vieux-Port la main de Jupiter, se croyait sans doute guéri de ses écrouelles judiciaires. Sur un vieux politique (sénateur en 1986…) qui, malgré son écharpe d’élu de la Nation, se rend compte soudainement que, comme tout un chacun, il peut voir ses disques durs espionnés et leur contenu faire rapidement la une des médias… en même temps que des indiscrétions sur sa vie privée. Sur celui qui, quand de telles pratiques s’adressaient à d’autres, s’étonnait publiquement de leurs plaintes.
 
 
 
Pour autant, on notera qu’il était bien aisé, si l’on en avait envie, de faire monter en pression le bouillant Mélenchon en enchaînant les perquisitions et, surtout, en commençant à son domicile, touchant sa vie privée ; que le contrôle des dépenses de campagne pose un vrai problème dans la manière dont le juge se croit maintenant le droit d’apprécier leur légitimité ; que, dans le même temps, d’autres comptes semblent moins durement contrôlés. Bref, certains points de cette affaire peuvent laisser des doutes à des esprits chagrins, comme aussi le retentissement donné à « l’effondrement » de Mélenchon dans la caisse de résonnance des médias.
 
Car si Mélenchon est à 22% de satisfaits, perdant certes 7 points en un mois, étant certes au plus bas dans ce sondage depuis 2010, sa vraie baisse date de l’élection d’Emmanuel Macron. Avant, Mélenchon tournait autour des 33 points de moyenne, oscillant entre 30 et 37. À partir de 2017, il tombe à 25 points de moyenne, oscillant entre 22 et 29, et il y a six mois il était par exemple à 23… La baisse constatée n’est donc que très relative et n’est en rien un « effondrement ». Il est permis dans ce cadre de se demander si les choix tactiques mélenchoniens – les attaques directes contre l’oligarchie et les médias - sont vraiment devenus aussi contre-productifs que certains tentent de le faire croire, ou si, comme nous l’avons évoqué, ce ne serait pas plutôt le ton par trop oligarchique du vieil élu qui aurait troublé son électorat… Bref, de savoir si le « populisme » de Mélenchon l’a politiquement desservi, et s’il devrait s’en tenir à l’avenir, comme on semble le lui conseiller, à des discours moins clivants. La suite le dira, mais sachons garder ici une certaine distance.
 

Quelles peuvent être les conséquences de ce décrochage ? Risque-t-on d'assister à un jeu de vases communiquants entre les partis "populistes" de l'Hexagone ?

À supposer donc qu’il y ait bien « décrochage » et « effondrement » du leader maximo de LFI, qu’il déçoive mais qu’il reste en place et en finisse par servir de repoussoir, une hypothèse à mon sens peu crédible, on peut effectivement penser qu’une partie de son électorat se reporterait sur d’autres partis. Et Mélenchon jouant la carte du « populisme de gauche », deux possibilités existent : soit leur passage chez des populistes de droite, soit leur passage dans les rangs de partis de gauche – le PS ou Génération.s. de Hamon.
 
Le critère du choix entre les deux options, pour ces déçus de LFI, se ferait alors sur la priorité donnée à l’identitaire ou au sociétal. Si ces électeurs sont plus inquiets de la disparition de l’identité nationale française que du fascisme des cisgenres, et prêts à sortir de l’impasse mélenchonienne sur la question migratoire, s’ils ne se sentent, eux, pas trop mal, dans « un pays où il n’y a que des blonds aux yeux bleus », contrairement à Melenchon, ils peuvent rejoindre les rangs des populistes de droite. Et ils peuvent le faire plus que jamais à l’occasion des européennes de 2019, quand le choix macronien de l’opposition violente entre « progressistes » et « populistes , qui va se traduire pour nombre d’électeurs en un choix entre « oligarchie mondialisée » et « peuples entrés en résistance », va structurer le débat.
 

Ce jeu de vases communicants pourrait-il également se réaliser entre partis de gauche ? Est-ce que le dévissage de JLM pourrait être bénéfique au PS ? A quelle(s) condition(s) ?

Oui, pour l’autre frange des électeurs de LFI cette fois, les électeurs qui seront plus sensibles aux revendications sociétales qu’identitaires, et qui se reconnaîtront, soit dans le multiculturalisme du discours du PS, soit dans le communautarisme affiché de celui de Benoît Hamon. Le blocage qui les empêcherait de rejoindre ces formations viendrait pour eux de la proximité ou non de ces partis avec LaREM, une formation avec laquelle ils n’envisagent aucune alliance, et notamment pas aux prochaines échéances électorales au vu du discours fédéraliste tenu par le Président.
 
Mais n’oublions pas enfin que tout n’est pas « vases communicants », et que certains électeurs déçus de LFI pourraient aussi se réfugier dans l’abstention, une abstention qui n’est jamais plus forte en France que lors des élections européennes…
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires