En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

02.

La Corée du nord craint que des nuages de sable venant de Chine ne soient porteurs du coronavirus

03.

Et le vilain petit secret des athlètes des épreuves d'ultra-endurance n'est pas de savoir mieux supporter la douleur

04.

La dette européenne s’arrache comme des petits pains. Mais il y a une très mauvaise nouvelle derrière la bonne

05.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

06.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

07.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Sublime royaume" de Yaa Gyasi : de la relation mère-fille entre science et spiritualité, un roman qui ne peut laisser indifférent

il y a 9 heures 52 min
pépites > Santé
IHU Mediterranée
Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine
il y a 11 heures 25 min
pépites > Politique
Nouvelles mesures
Jean Castex intensifie la lutte contre la haine en ligne avec le renforcement de la plateforme Pharos et de nouvelles sanctions
il y a 13 heures 42 min
décryptage > France
Liberté d'expression

Les islamistes tuent ? Qu’à cela ne tienne, les autorités s’en prennent aux libertés publiques

il y a 17 heures 34 min
pépites > Politique
Séculier
Des ministres considèrent que plutôt que la défendre, l'Observatoire de la laïcité se concentre sur la lutte contre l'islamophobie avec des alliés pas toujours fréquentables
il y a 18 heures 4 min
Sécurité
Île-de-France : hausse importante des cambriolages de pharmacies
il y a 18 heures 43 min
décryptage > Sport
N'ayez plus honte d'être des petites natures…

Et le vilain petit secret des athlètes des épreuves d'ultra-endurance n'est pas de savoir mieux supporter la douleur

il y a 19 heures 25 min
Pollution
La Corée du nord craint que des nuages de sable venant de Chine ne soient porteurs du coronavirus
il y a 19 heures 50 min
décryptage > Environnement
Effet bénéfique ?

Si vous pensez que la pollution des villes va décroître grâce au télétravail cet hiver, vous vous trompez

il y a 20 heures 24 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

La nouvelle bataille de France

il y a 20 heures 38 min
light > Politique
"Make America Great Again"
L'expert en sécurité Victor Gevers serait parvenu à se connecter au compte Twitter de Donald Trump en devinant son mot de passe
il y a 10 heures 50 min
pépites > Société
Extension
Congé paternité : l'Assemblée nationale vote le passage à 28 jours
il y a 11 heures 47 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand un gros œil surveille les minutes et quand le ricin tisse les bracelets : c’est l’actualité des montres
il y a 14 heures 38 min
décryptage > Santé
Mesures contre la Covid-19

Demi-confinement, demi-mesures et omnipotence de l’Etat : la soviétisation de la France

il y a 17 heures 56 min
pépite vidéo > Politique
Election américaine
Ultime débat : Joe Biden focalise ses attaques contre Donald Trump sur sa gestion du coronavirus
il y a 18 heures 42 min
pépites > Justice
Terrorisme
Des obstacles juridiques affaiblissent, voire paralysent, la lutte contre l’islamisme selon l’ancien secrétaire général du Conseil constitutionnel, Jean-Éric Schoettl
il y a 18 heures 58 min
décryptage > Santé
Stratégie contre la Covid-19

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

il y a 19 heures 42 min
décryptage > Santé
Inquiétudes face à la pandémie

Covid-19 : faut-il que les parents se testent lorsque leurs enfants ont (peut-être juste) un rhume ?

il y a 20 heures 2 min
pépites > Politique
Immigration
Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage
il y a 20 heures 25 min
décryptage > Politique
Un effort SVP

Monsieur le président, pourriez vous - de temps en temps au moins - dire "France" au lieu de "République" ?

il y a 20 heures 47 min
© DAMIEN MEYER / AFP
© DAMIEN MEYER / AFP
Bonnes feuilles

Comment obliger les GAFAN à des objectifs de production, de distribution et de financement de contenus nationaux et européens

Publié le 20 octobre 2018
Balayant les idées reçues, Simone Harari Baulieu s'interroge dans son livre "La chaîne et le réseau : Pourquoi Internet ne va pas tuer la télévision" publié aux éditions de l'Observatoire sur l'importance d'un audiovisuel fort et en particulier d un service public universel renouvelé, dans ses missions comme dans son financement, pour relever les défis contemporains. Elle rappelle l'importance des mass médias dans la vie quotidienne de chacun comme face aux grands enjeux collectifs. Extrait 1/2.
Simone Harari Baulieu
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Simone Harari Baulieu est diplômée de Sciences Po Paris et ancienne élève de l’E.N.A (promotion Guernica). En 1984, elle crée Télé Images, un groupe de production et de distribution audiovisuelle. En 2005, elle créé une nouvelle société de production,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Balayant les idées reçues, Simone Harari Baulieu s'interroge dans son livre "La chaîne et le réseau : Pourquoi Internet ne va pas tuer la télévision" publié aux éditions de l'Observatoire sur l'importance d'un audiovisuel fort et en particulier d un service public universel renouvelé, dans ses missions comme dans son financement, pour relever les défis contemporains. Elle rappelle l'importance des mass médias dans la vie quotidienne de chacun comme face aux grands enjeux collectifs. Extrait 1/2.

Je propose pour ma part trois changements pour soumettre les GAFAN à des obligations de production, de distribution et de financement de contenus nationaux et européens. Il me semble évident que les plates-formes de SVOD doivent continuer d’investir et ainsi contribuer au financement de la création française en fonction du chiffre d’affaires qu’elles réalisent dans notre pays, donc selon un pourcentage défini, au minimum celui imposé aux groupes audiovisuels. Ces obligations comportent des investissements directs mais aussi une contribution au CNC et un respect des obligations posées par le CSA. Est-ce pour échapper à ces dernières que Netflix a choisi de fermer ses bureaux parisiens pour s’installer aux Pays- Bas ? Sans le respect de ces règles, il ne saurait y avoir de concurrence équitable entre les diffuseurs classiques et les plates-formes disruptives. Ces nouvelles plates-formes de SVOD peuvent largement contribuer à ce que des talents français et européens soient également présents dans cette offre mondialisée nouvelle, dans le domaine de la fiction (scénaristes, comédiens, réalisateurs ou producteurs) comme dans celui des documentaires (par des points de vue différents de ceux des artistes américains). Pas seulement de façon exceptionnelle et brillante pour un lancement dans un nouveau pays, pas pour une simple opération marketing, mais sur une base régulière. Il en va de l’avenir culturel et politique de l’Europe qui ne peut pas laisser son espace ouvert sans que ses propres voix puissent s’exprimer. Ensuite, leurs algorithmes doivent permettre de proposer aux téléspectateurs situés en France une part plus importante d’ouvres françaises et européennes. Grâce à l’insistance de la ministre Françoise Nyssen, un pourcentage de 30 % d’œuvres nationales sera désormais dans le catalogue de leur offre. Ma demande est que ce soit 30 % de chaque affichage de leur offre. S’il faut voir passer 20 titres de séries ou films américains avant de se voir proposer des programmes nationaux, relégués dans les profondeurs du classement, dans les pages 5 ou 6 de l’affichage des offres, la mesure restera sans portée réelle. Si j’aime les comédies américaines, rien ne m’empêche d’être le public des comédies à la française. Si j’aime les thrillers américains, je peux aussi aimer les thrillers français. On le sait, les pages d’accueil de services de SVOD comme Netflix sont personnalisées : dans une même famille, chaque titulaire d’un compte ou profil n’a pas, sur l’écran où il est enregistré, la même page d’accueil.

Et pour un même film, l’image qui s’affiche pour incarner le film est parfois différente : plus masculine, plus romantique, plus enfantine... Cela arrivait déjà dans la presse magazine américaine : deux couvertures différentes, l’une avec un mannequin homme, l’autre avec un mannequin femme, mais avec à l’intérieur les mêmes articles. Si l’algorithme sait différencier par type de goût et de genre, il peut sans difficulté combiner les goûts avec un simple critère de nationalité. Si nos films, nos séries, nos documentaires, nos séries sont relégués ailleurs que dans ce qui s’affiche dans l’écran d’accueil, cela équivaut à ce qu’ils ne soient pas visibles dans les kiosques ou dans les têtes de gondole des supermarchés. Il y a une part de désir, de pulsion pour une affiche, une présentation. Il ne suffit pas d’être accessible par la fonction « Rechercher ». Cela peut paraître un peu technique mais c’est de la technique de vente, c’est essentiel pour être vu et choisi.

Enfin, nous devons engager une réflexion sur les données, les fameuses « data » récoltées et utilisées par les GAFAN : ces données pourraient représenter une formidable contribution à la réflexion des professionnels de la création. Que regarde le public ? Par quel type de programmes est-il captivé ? À quel moment décroche-t-il d’un film ou d’une série ? Quel est le public de tel ou tel programme ? Autant de paramètres intéressants pour nous, que nous pouvons obtenir après les diffusions télévisées classiques, grâce à l’étude fine des audiences publiées le lendemain par Médiamétrie, mais malheureusement pas des plates-formes de SVOD, pour lesquelles les chiffres de visionnage semblent être un secret à conserver aussi précieusement que la formule du Coca-Cola...

Extrait de "La chaîne et le réseau : Pourquoi Internet ne va pas tuer la télévision" de Simone Harari Baulieu, publié aux éditions de l'Observatoire

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires