En direct
Best of
Best of du 4 au 10 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

02.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

03.

Energie : l’Allemagne prend le risque mal maîtrisé de l’hydrogène

04.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

05.

Catherine Deneuve achète tout en liquide, Laura Smet encaisse le cash de Laeticia, Patrick Bruel dépense le sien pour Clémence; Paris Hilton pour son chien; Jean-Michel Blanquer quitte sa (2ème) femme, Johnny Depp cassait les affaires de Vanessa Paradis

06.

Un commissariat au plan, c’est la cerise sur le gâteau... Pour les chefs d’entreprise, le comble du ridicule

07.

Quand la novlangue de la Mairie de Paris se traduit en réalité cauchemardesque

01.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

02.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

03.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

04.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

05.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

06.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

03.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

04.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

05.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
pépites > Education
Génération Covid-19
Bac 2020 : 95,7 % de réussite après la première session de rattrapage
il y a 7 heures 44 min
pépite vidéo > France
Mort du conducteur agressé
Bayonne : Gérald Darmanin promet des mesures pour les chauffeurs de bus de toute la France
il y a 8 heures 35 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

L’instinct de survie : cet atout majeur de l’espèce humaine pour surmonter ses peurs, les obstacles et les accidents de la vie

il y a 15 heures 26 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Retour de l’Etat de droit : la difficile et délicate mission de la lutte contre le narcobanditisme

il y a 16 heures 33 min
décryptage > Economie
Marché du travail

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

il y a 17 heures 19 min
décryptage > Santé
Lutte contre la Covid-19

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

il y a 18 heures 33 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Catherine Deneuve achète tout en liquide, Laura Smet encaisse le cash de Laeticia, Patrick Bruel dépense le sien pour Clémence; Paris Hilton pour son chien; Jean-Michel Blanquer quitte sa (2ème) femme, Johnny Depp cassait les affaires de Vanessa Paradis
il y a 19 heures 15 min
007
L'espion égyptien qui travaillait dans l'entourage d'Angela Merkel a été démasqué
il y a 1 jour 10 heures
light > Science
Une vie de chien
Non, l'âge humain de votre chien ne se multiplie pas par sept
il y a 1 jour 12 heures
pépites > Economie
L'euro fort
L'Irlandais Paschal Donohoe prend la tête de l'Eurogroupe
il y a 1 jour 14 heures
pépites > France
Viviane Lambert
L’émotion de la mère de Vincent Lambert, un an après la mort de son fils
il y a 8 heures 11 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Elections municipales 2020 : comment la candidature de Rachida Dati a assuré la survie de la droite à Paris

il y a 14 heures 56 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

Comment le coronavirus a bouleversé et totalement relancé la course à la Maison Blanche entre Joe Biden et Donald Trump

il y a 16 heures 9 min
décryptage > Environnement
Stratégie gouvernementale

La récession économique n’empêchera pas le gouvernement de mettre en oeuvre son programme (de punition) écologique

il y a 16 heures 56 min
décryptage > Environnement
Carburant du futur ?

Energie : l’Allemagne prend le risque mal maîtrisé de l’hydrogène

il y a 17 heures 51 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Un commissariat au plan, c’est la cerise sur le gâteau... Pour les chefs d’entreprise, le comble du ridicule

il y a 19 heures 3 min
décryptage > Environnement
Gaspillages

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

il y a 19 heures 30 min
pépites > Justice
Le retour de la justice
Le parquet de Paris enquête sur les fraudes au "chômage partiel"
il y a 1 jour 11 heures
pépites > France
Rénovation vintage
C’est officiel : la flèche de Notre-Dame de Paris sera reconstruite à l’identique
il y a 1 jour 13 heures
pépites > France
Fin de partie
L'état d'urgence sanitaire prend fin aujourd'hui, qu'est ce que cela signifie ?
il y a 1 jour 14 heures
© Flickr/Felixe
© Flickr/Felixe
Masculinité écornée

Hausse des problèmes d’érection : s’agit-il d’une libération de la parole ou d’une augmentation réelle du phénomène ?

Publié le 16 octobre 2018
Une étude de l’Ifop en date du 11 octobre 2018 fait état de la progression des problèmes érectiles dans la population française. En 2000, 25% des femmes avaient déjà eu un "partenaire qui a eu un problème d’érection".
Michelle Boiron
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michelle Boiron est psychologue clinicienne, thérapeute de couples , sexologue diplomée du DU Sexologie de l’hôpital Necker à Paris, et membre de l’AIUS (Association interuniversitaire de sexologie). Elle est l'auteur de différents articles...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une étude de l’Ifop en date du 11 octobre 2018 fait état de la progression des problèmes érectiles dans la population française. En 2000, 25% des femmes avaient déjà eu un "partenaire qui a eu un problème d’érection".

Atlantico : En 2018 ce taux grimpe à 59%. Comment peut-on expliquer cette progression (évolutions sociétales en 20 ans) ?

 
Michelle Boiron : Le changement de société. On ne change pas impunément des lois qui fondaient la sexualité sans conséquences sur l’homme et précisément sur sa sexualité. 
 
Les banquiers, les traders, les hommes d’affaires sont les guerriers des temps modernes. La réussite doit s’étendre à tous les domaines ! Ce qui crée chez l’homme l’anxiété de la performance professionnelle s’est propagé  aussi dans l’intimité. Or, aujourd’hui l’homme doit rendre des comptes sur sa sexualité. Ses performances sont mesurées, calibrées, minutées, analysées, voire corrigées ! C’est grâce aux molécules sexoactives, qui sont certes une invention majeure, une potion magique, que l’homme ne peut plus être défaillant. Il est contraint d’y recourir si la moindre panne se produit : « Interdit de rester dans cet état-là », puisqu’il existe un remède, il faut le prendre…
 
La société est anxiogène par le truchement des médias : télévisions, journaux féminins. Elle donne l’étalon de la normalité dans notre sexualité via des enquêtes sérieuses Les, comme l’étude de Nathalie Bajos et Michel Bozon , ou d’autres moins sérieuses, la norme est décrite, il n’est pas question d’y échapper, il faut l’atteindre ! L’étude de l’IFOP  sur l’augmentation des troubles érectile qui fait objet de cette interview est un exemple d’étude anxiogène pour le commun des mortels masculin. Ceux qui vont la lire risquent ils de développer une panne pour être « conformes » ? Vont-ils se poser une question qui n’était pas à l’ordre du jour ? 
 

Quel impact la  généralisation de l’accès à la pornographie a-t-il pu avoir sur cette progression ?

 
Si l’on s’accorde sur le fait qu’il existe d’une part  en l’homme un besoin violent et indéracinable de stimulants et d’excès et d’autre part que la pornographie est le cocktail le plus enivrant et le plus destructeur pour l’homme, on peut penser que la pornographie a un impact. Elle agit sur les circuits excitation  et l’érection peut être  moins facilement atteinte quand l’excitation devient de plus en plus exigeante eu égard aux circuits sollicités pendant le visionnage régulier de films pornographiques. 
 
L’influence des images pornos visionnées de plus en plus précocement a un impact sur la sexualité. L’absence de maturité chez l’adolescent notamment ne permet pas une médiation langagière  et symbolique. Elle  lui fait courir un danger certain eu égard à l’absence de distance qu’il ne peut gérer face à ces images effractantes. L’abolition de l’écart spectateur/ image met celui qui regarde en situation d’impuissance. Il perd ainsi la capacité de symboliser, c'est-à-dire de penser de juger, et de comprendre que la réalité ne se résume pas à ce qui est montré.  De là à en déduire qu’il y a un risque  d’impuissance il n’y a qu’un pas que je ne franchirai pas. Il y a parfois,  un risque d’anorgasmie.
 
 
On rencontre dans nos patients jeunes (20 ans) des problèmes érectiles au cours des premiers rapports. Pour certains l’exigence et la performance peuvent avoir un réelle impact sur leur sexualité avec ou sans visionnage de pornographie.
 
La seule évidence de cette consommation de films pornographiques c’est le risque de l’addiction.  Une addiction sans produit c’est la raison pour laquelle on ne s’en n’est pas méfié car on « ingère » rien. 
 

Quels pourraient être les leviers d’action pour faire baisser ce pourcentage ?

 
Le sujet humain est avant tout un être culturel. Il faut donc étudier le système de valeurs  et de croyances d’une société pour accélérer à la compréhension des comportements sexuels. On constate que le contexte culturel de la quasi- totalité des individus est conforme aux normes du groupe social auquel ils appartiennent.
 
Or l’homme de 2018 doit être lisible, transparent, performant.
 
Impossible à l’homme de rester enroulé dans sa coquille comme un escargot. Messieurs, vous n’avez plus le droit d’être mou ! Adieu l’intimité ! Après l’amour sans contrainte, sans obligation de résultat, voici l’heure de la transparence ; vous ne pouvez plus vous cacher, tricher ; il faut rendre des comptes sur votre vie sexuelle. Votre nouveau statut ? Se plier à la norme de la société, des médias, norme bien établie.
 
Le dévoilement de son intimité et sa codification ont fait apparaître sa fragilité. Là où l’important était sa jouissance, confondue avec l’éjaculation, aujourd’hui le faire jouir devient un must, sous le regard de la société. 
 
Alors l’augmentation des problèmes érectiles me parait être une conséquence de notre société. L’homme s’est perdu dans un univers qu’il pensait maîtriser mais qui en fait le dépasse et dont il ne parvient plus à échapper. Il s’est éloigné de sa réalité pour prendre l’apparence du «politiquement correct», élargi aujourd’hui au « sexuellement correct ». L’homme s’est dissout dans le social. Il a perdu la protection, le refuge que constituait son intimité. En parallèle la femme a fait du chemin et exige une jouissance. 
 
Alors redonnons à l’intimité ses lettres de Noblesse, informons, éduquons nos jeunes et moins jeunes hommes sur leur condition d’être viril au lieu de les tester sur leur capacité érectile et de les questionner sur leur identité. 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires