En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

02.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

03.

Haro sur le nucléaire et l'hydraulique: l’Europe frappée d’imbécillité énergétique ?

04.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

05.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

06.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

07.

Un Officier de la CIA mort au combat en Somalie

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

05.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépites > Religion
Vatican
Coronavirus : une crise qui révèle ce qu'il y a dans nos coeurs estime le pape dans une longue tribune publiée par le New York Times où il évoque en détail la grave maladie qui l'a touché dans sa jeunesse
il y a 34 min 26 sec
décryptage > Politique
Stratégie de lutte contre le virus

Pour protéger mamie du Covid, le gouvernement veut la pousser dans les orties

il y a 1 heure 44 min
pépites > Politique
Couac
Article 24 : le ministre des Relations avec le Parlement déclare que les députés auront le dernier mot
il y a 2 heures 23 min
décryptage > France
Appel aux autorités

Dans la peau d’un autiste

il y a 2 heures 48 min
pépites > Politique
Police
Emmanuel Macron aurait été choqué par la vidéo montrant un producteur de musique frappé, et aurait recadré Gérald Darmanin
il y a 3 heures 21 min
décryptage > International
Opérations américaines en Afrique

Un Officier de la CIA mort au combat en Somalie

il y a 3 heures 47 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?
il y a 4 heures 4 min
pépites > Société
Couac
A peine voté, l'article 24 de la loi sécurité globale va être réécrit par une commission indépendante : la majorité est énervée
il y a 4 heures 50 min
décryptage > France
Forces de l'ordre

Violences contre un producteur : ce problème d’encadrement de la police nationale auquel doit absolument s’attaquer le gouvernement

il y a 5 heures 18 min
décryptage > International
Attractivité

Shanghai remplace Londres comme ville la plus connectée au reste du monde : l’Asie a-t-elle définitivement supplanté l’Occident avec le Covid ?

il y a 6 heures 1 min
décryptage > High-tech
Usage d'Internet

Nos e-mails sont-ils vraiment une menace pour l'environnement ?

il y a 1 heure 9 min
pépite vidéo > Politique
"Images insoutenables"
Producteur tabassé : Agnès Pannier-Runacher estime que les policiers "ont franchi la ligne rouge"
il y a 2 heures 9 min
décryptage > Justice
Législation

Haine en ligne : à Bruxelles comme à Paris, une réponse législative pas à la hauteur du défi sociétal

il y a 2 heures 24 min
light > Culture
Star
Isabelle Huppert meilleure actrice du monde au XXIe siècle selon le New York Times
il y a 2 heures 56 min
décryptage > Terrorisme
Justice

Procès de l’attentat de Villepinte : l’Iran en ligne de mire

il y a 3 heures 32 min
pépites > International
Petit pas
Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"
il y a 3 heures 52 min
décryptage > Europe
Wirecard, Volkswagen...

Peut-on encore avoir confiance dans le capitalisme allemand ? Une série de scandales laissent planer le doute

il y a 4 heures 27 min
décryptage > Economie
Solutions pour sauver les emplois

Voilà comment le Covid-19 a exacerbé la fracture entre travailleurs qualifiés et non qualifiés malgré les dispositifs de chômage partiel

il y a 4 heures 53 min
décryptage > Santé
Lutte contre la pandémie

Recul du Covid : ces (mauvais) chiffres qui relativisent le satisfecit que décerne Olivier Véran à la France

il y a 5 heures 36 min
light > Insolite
Aux décibels
Si le comptoir vous manque, vous pouvez toujours écouter le brouhaha des cafés en streaming
il y a 21 heures 43 min
© LUDOVIC MARIN / AFP
© LUDOVIC MARIN / AFP
Hausse surprise

#BalanceTonMaire sur les hausses de taxe d’habitation : l’hypocrisie suprême de Gérald Darmanin

Publié le 17 octobre 2018
Un compte pro macron a lancé le #balancetonmaire dans le but de dénoncer l'attitude des maires ayant voté une augmentation de la taxe d'habitation que le gouvernement entend supprimer. Le ministre des Comptes publics, Gérald Darmanin, ne semble pas s'opposer à la polémique et a publié le nom de communes concernées.
Erwan Le Noan
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Erwan Le Noan est consultant en stratégie et président d’une association qui prépare les lycéens de ZEP aux concours des grandes écoles et à l’entrée dans l’enseignement supérieur.Avocat de formation, spécialisé en droit de la concurrence, il a été...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Un compte pro macron a lancé le #balancetonmaire dans le but de dénoncer l'attitude des maires ayant voté une augmentation de la taxe d'habitation que le gouvernement entend supprimer. Le ministre des Comptes publics, Gérald Darmanin, ne semble pas s'opposer à la polémique et a publié le nom de communes concernées.

Atlantico : N'y-a-t-il pas une forme d'hypocrisie dans la mesure où Bercy ne laisse que peu de marche de manœuvre aux collectivités locales ?

Erwan Le Noan : Au début du mandat de l’actuelle majorité, plusieurs commentateurs et élus s’étaient opposés à la politique du gouvernement en matière de finances publiques locales. Ils observaient qu’avec la suppression de la taxe d’habitation, l’augmentation des charges (retour à la semaine de 4 jours décidé auparavant) et le contrôle plus sévère des dotations le gouvernement se plaçait habilement dans une situation favorable : il pourrait afficher une baisse de la fiscalité tout en laissant aux élus locaux la responsabilité d’accroître les impôts à leur niveau pour maintenir leurs recettes, et ce juste avant des élections.

 

Cette opposition entre le gouvernement parisien et les élus locaux est traditionnel et se répète régulièrement, les uns et les autres se renvoyant la responsabilité des décisions difficiles. Le gouvernement comprime les dépenses en faveur des collectivités et leur laisse la charge d’accroître leurs impôts, celles-ci dénonçant la responsabilité de la politique nationale quand elles ne peuvent plus fournir des services. Ce débat est classique mais aussi, d’une certaine façon, assez sein : dans un régime politique, il est bon que le pouvoir ne soit pas concentré en un seul endroit ; ces conflits montrent que la décentralisation a des effets aussi sur la vie démocratique.

 

Deux éléments sont nouveaux aujourd’hui. D’abord, le contexte politique et social global qui fait que de nombreux élus locaux ont l’impression d’être abandonnés de longue date par le pouvoir central. Ils sont las. Ensuite, le contexte particulier de ce gouvernement qui est perçu comme voulant renforcer sans cesse la centralisation et sa tutelle sur les collectivités locales, notamment en matière de finances publiques alors que lui-même n’est pas parfaitement vertueux. Dans ce contexte, le hashtag « balance ton maire » est particulièrement mal venu et probablement maladroit : il accroit une conflictualité de façon inutile, dans un but purement politicien. Ce n’est pas nouveau, mais ce n’est pas très élégant.

 
 

Ne peut-on pas voir une forme de stigmatisation des élus locaux par le gouvernement ? 

Les relations entre les élus locaux et le pouvoir centralisé sont traditionnellement complexes. Celles qui les lient à ce gouvernement en particulier sont cependant spécifiquement plus tendues. Pour deux raisons, déjà évoquées : d’abord les pouvoirs locaux incarnent souvent une forme d’opposition politique (saine, même si elle n’est évidemment pas toujours de parfaite foi, puisque comme l’écrivait Montesquieu dans un régime libre il faut que le pouvoir arrête le pouvoir) qui n’existe plus réellement au niveau national (non seulement l’opposition parlementaire est relativement faible mais en outre elle n’a pas de pouvoir de décision, contrairement aux élus locaux) ; ensuite parce que le gouvernement semble s’inscrire dans une voie de recentralisation des décisions, de contrôle accru des collectivités locales. Tout cela alimente un climat de défiance et de conflit entre le gouvernement et les élus locaux.  Diffuser le hashtag « balance ton maire » vient accroître cette conflictualité, sans qu’on comprenne bien l’intérêt de l’intensifier à ce point.

 

Quels sont les risques auxquels le gouvernement et les élus locaux pourraient-être confrontés à force d'être mis en opposition de la sorte ? 

Le risque se pose différemment pour les élus locaux et pour le gouvernement.

 

Pour le gouvernement, le risque est politique : c’est celui d’attiser une nouvelle source d’opposition, relativement structurée et qui dispose de moyens financiers, de moyens institutionnels pour s’opposer patiemment aux propositions du gouvernement ; c’est surtout celui de se retrouver dans une situation d’hostilité de la part d’élus locaux qui sont au quotidien avec les citoyens et électeurs, ce qui n’est pas le cas du gouvernement (par définition, puisqu’il est centralisé à Paris) et moins le cas des élus parlementaires LREM (qui sont élus de fraiche date, souvent, et pas toujours suffisamment bien implantés dans les territoires). Le gouvernement pourrait se retrouver caricaturer dans la position des décideurs centralisés, déconnectés, qui ne connaissent pas le « terrain » et tentent meme de contraindre les élus dévoués qui eux sont au quotidien avec les difficultés sociales (et il faut rappeler que les maires sont plutôt populaires – et en tout cas plus que ne l’est l’institution gouvernementale). Il prend donc le risque d’attiser une opposition locale, alors que des échéances électorales locales approchent (les municipales), qui ne sont pas réputées être ‘faciles’ pour lui.

 

Pour les élus locaux, le risque est également politique mais aussi institutionnel. Le risque politique est de se retrouver enfermés dans la position de ceux qui augmentent les impôts, contraints par le gouvernement, ou de ceux qui protestent et râlent – mais ils bénéficient d’un capital sympathie. Surtout, le risque est de se retrouver dans une situation de blocage où l’Etat les contrôlerait plus et refuserait leurs propositions, contraignant leurs moyens, réduisant leurs marges d’action – il en a les moyens.

 

Nous pourrions assister à un conflit entre deux légitimités : celle du pouvoir central et celle des élus locaux.

 

Propos recueillis par Nicolas Farca. 

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires