En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Arrestations massives sur le DarkWeb à travers la planète : coup d’arrêt... ou d’épée dans l’eau ?

02.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

03.

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

04.

Sauver la Seine-Saint-Denis, mission impossible ? Non... mais l’Etat n’est pas le "héros" qu’il pense être

05.

Covid : les épargnants devront payer la facture; Bayrou trouble la coordination gouvernementale; Les bonnes affaires d’Édouard Philippe : payé 50 000€ pour se former au numérique...; La fraude sociale sert (aussi) à financer le terrorisme islamiste

06.

La France, paradis des squatteurs et qui entend bien le rester

07.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

01.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

04.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

05.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

06.

Non, les adhérents de LREM ne méritent pas Macron ! Il est trop grand, trop beau, trop génial pour eux.

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

04.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

05.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

06.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

ça vient d'être publié
décryptage > Media
Le journalisme est un foutu métier

Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo : ouf, l'Agence France Presse ne risque rien

il y a 54 min 37 sec
pépite vidéo > Politique
Enquête en cours
Jean Castex confirme qu'une attaque s'est produite "à proximité" des anciens locaux de Charlie Hebdo
il y a 3 heures 15 min
pépites > France
Onzième arrondissement
Paris : attaque à l'arme blanche près des anciens locaux de Charlie Hebdo
il y a 5 heures 8 min
pépites > Santé
Politique
Le Premier ministre n'a pas téléchargé l'application «StopCovid» comme la quasi totalité des Français
il y a 6 heures 56 min
light > Economie
Economie
La Chine va lancer la version numérique de sa monnaie officielle le yuan
il y a 7 heures 30 min
décryptage > France
Faut voir

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

il y a 7 heures 50 min
pépites > Société
Politique
Louis Aliot maire RN de Perpignan protégé par trois gardes du corps
il y a 8 heures 6 min
décryptage > Société
Angoisse face au Covid-19

Petits conseils pour rester un parent serein quand la pandémie fait flamber votre stress

il y a 8 heures 43 min
light > Santé
Sport
Pas plus de 1.000 spectateurs par jour pour le tournoi de Roland Garros
il y a 9 heures 46 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Comédies françaises" de Eric Reinhardt : un magnifique roman d’initiation, itinéraire d’un millénial gâté

il y a 1 jour 36 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand la ballerine pousse quelques notes et quand on doit se replonger dans la dolce vita : c’est l’actualité automnale des montres
il y a 3 heures 5 min
Environnement
Pendant le confinement les oiseaux ont chanté de manière différente
il y a 5 heures 2 min
pépites > Politique
Justice
Le Rassemblement National face à un ex-salarié devant le tribunal de Nanterre
il y a 6 heures 28 min
décryptage > Société
Impact pour les entreprises

Un congé paternité à côté de la plaque ?

il y a 7 heures 15 min
décryptage > Politique
Mesures concrètes ?

Sauver la Seine-Saint-Denis, mission impossible ? Non... mais l’Etat n’est pas le "héros" qu’il pense être

il y a 7 heures 39 min
décryptage > High-tech
Plaque tournante des trafics

Arrestations massives sur le DarkWeb à travers la planète : coup d’arrêt... ou d’épée dans l’eau ?

il y a 8 heures 2 min
décryptage > Justice
Succession de Ruth Bader Ginsburg

Cour suprême : ce que la démocratie et l’état de droit américains doivent aussi aux juges conservateurs

il y a 8 heures 23 min
décryptage > Economie
Crise sanitaire

COVID-19 : et maintenant, quel impact économique ?

il y a 9 heures 31 min
light > Santé
Des propos "à l'emporte-pièce"
Olivier Véran répond à Nicolas Bedos suite à son appel sur l'arrêt du port du masque et des gestes barrières
il y a 23 heures 49 min
pépites > Santé
Désengorger les SERVICES
Covid-19 : les Hôpitaux de Paris vont reporter 20% des opérations chirurgicales dès ce week-end
il y a 1 jour 1 heure
© Paul ELLIS / AFP
© Paul ELLIS / AFP
Bonnes Feuilles

La reine Victoria, héraut avant l'heure du droit des animaux

Publié le 13 octobre 2018
Si tout le monde a entendu parler de la marotte de Louis XVI pour la serrurerie, qui sait que Louis XIII a été un compositeur de musique et un graphiste hors de pair, que Pierre le Grand aimait à « collectionner » les êtres difformes et les monstres (il les recherchait dans toute l’Europe), que l’impératrice Joséphine avait une connaissance érudite de la botanique et de la zoologie de ses Antilles natales ? Ce sont ces "Royales passions" que Marie Petitot nous décrit (Editions Tallandier).
Marie Petitot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Marie Petitot travaille dans la communication culturelle. Férue d’histoire, elle anime le blog Plume d’histoire qui rassemble une large communauté. Elle est également chroniqueuse dans les revues Napoléon Ier, Napoléon III et Château de Versailles. Âgée...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Si tout le monde a entendu parler de la marotte de Louis XVI pour la serrurerie, qui sait que Louis XIII a été un compositeur de musique et un graphiste hors de pair, que Pierre le Grand aimait à « collectionner » les êtres difformes et les monstres (il les recherchait dans toute l’Europe), que l’impératrice Joséphine avait une connaissance érudite de la botanique et de la zoologie de ses Antilles natales ? Ce sont ces "Royales passions" que Marie Petitot nous décrit (Editions Tallandier).

À première vue, l’Angleterre victorienne semble offrir aux bêtes un véritable paradis. Pourtant, la population est réputée pour être l’une des plus cruelles envers les animaux.

Après un voyage en Italie effectué au début du siècle, la romancière irlandaise Lady Morgan raconte : « Les animaux domestiques se révèlent tous plus aimables et plus intelligents sur le continent que chez nous : peut-être parce qu’on les y traite mieux, car rien n’adoucit tant que la bonté. » Le 20 juillet 1868, Victoria en personne se fait l’écho de cette observation auprès de l’homme politique Gathorne-Hardy : « La reine est désolée de dire qu’elle pense les Anglais plus portés à se montrer cruels envers les bêtes que ne le sont d’autres peuples civilisés. » Souveraine paradoxale qui condamne avec fermeté les revendications des suffragettes pour le vote des femmes, mais n’a de cesse d’améliorer le sort des animaux…

Sur le terrain, l’un de ses premiers soutiens est William Wilberforce. Cet homme politique est le leader de la « Secte Clapham » qui milite pour l’abolition de l’esclavage et de l’exploitation animale. Il s’oppose avec vigueur aux jeux sanglants au cours desquels s’affrontent chiens et taureaux. Wilberforce et ses confrères estiment qu’en assistant à de telles horreurs « l’homme devient pire que la bête ». Mais d’autres membres des Communes et même certaines femmes d’influence, comme l’écrivaine féministe Mary Wollstonecraft, lui tiennent tête. Ils estiment que les pauvres vivent un quotidien suffisamment dramatique.

Qu’on ne leur demande pas en plus de se préoccuper de bonté envers les animaux et qu’on les laisse s’amuser…

La Société pour la prévention de la cruauté envers les animaux (SPCA) voit le jour dès 1824. Elle est soutenue par la duchesse de Kent puis par sa fille, à qui elle doit en grande partie sa réussite et sa pérennité. En montant sur le trône, Victoria autorise l’organisation à se prévaloir du patronage royal. Elle s’illustre même en tant que marraine de l’organisation, qui devient la Société royale pour la prévention de la cruauté envers les animaux, la RSPCA. Son président, Lord Aberdare, fait l’éloge de la souveraine en 1886 : « La Société ne compte pas de membre plus actif que la reine elle-même. Nombre de choses qui échappent à mon œil moins observateur attirent son attention, prouvant qu’elle est un vigilant apôtre de la bonté.» Elle s’implique personnellement dans le développement du Battersea Dog’s Home, un refuge pour chiens créé en 1860 et partage avec Albert une grande admiration pour les travaux de Charles Darwin. Elle-même est persuadée qu’il existe d’immenses similitudes entre l’espèce humaine et les animaux, considérant que les bêtes ont une âme et un cœur. C’est ainsi qu’elle refuse d’envisager l’euthanasie de ses chiens même lorsqu’ils sont condamnés. Elle s’oppose à ce que l’on coupe les oreilles et la queue des petits et interdit de recourir au sein de sa Cour à la pratique très courante de l’amputation de la queue des chevaux. Plutôt que de faire abattre ces derniers lorsqu’ils sont trop âgés, la reine insiste pour les mettre à la retraite dans ses domaines et les laisser paisiblement mourir de vieillesse. On imagine avec quelle angoisse Victoria suit les évolutions de la recherche scientifique, en particulier la vivisection. Déterminée à réglementer cette pratique cruelle, elle adresse une lettre au président de la RSPCA en 1872. Elle espère que « les avantages des découvertes relatives à l’anesthésie, dont l’homme a tiré tant de bienfaits dans le soulagement de la souffrance, seront largement accordés aux animaux ». Elle apporte un soutien inconditionnel aux parlementaires qui votent en 1875 le Cruelty on Animals Act, une loi prônant un contrôle plus strict de la vivisection et rendant obligatoire l’anesthésie des bêtes. Le 14 août 1886, elle rédige un mémorandum sur la manière dont les chiens doivent être traités et sur la cruauté envers les animaux en général. Elle interdit aux policiers d’abattre un chien à moins qu’un vétérinaire n’ait au préalable attesté que la bête est folle. Les muselières ne doivent être employées qu’en cas d’extrême nécessité et sur des animaux qui présentent un réel danger pour la société. Elle demande aussi à ce que des enquêtes soient menées dans les plus grands abattoirs de Londres, pour en savoir plus sur les conditions de mise à mort des animaux52… Particulièrement touchée par le sort des agneaux, innocentes victimes abattues prématurément, elle décide que leur chair sera exclue de la liste des mets préparés dans les cuisines royales. Cette initiative fait long feu : « La généreuse intervention de la reine en faveur des petits agneaux provoqua de si violentes protestations de la part des bouchers et des propriétaires de troupeaux de brebis que les inoffensifs protégés de la couronne ne tardèrent pas à reprendre le chemin de l’abattoir.»

Extrait de Royales Passions, de Marie Petitot, Tallandier, 2018.

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires