En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 3 jours 15 heures
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 3 jours 20 heures
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 3 jours 20 heures
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 3 jours 21 heures
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 3 jours 22 heures
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 3 jours 22 heures
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 3 jours 23 heures
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 3 jours 23 heures
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 4 jours 14 min
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 4 jours 40 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 3 jours 18 heures
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 3 jours 20 heures
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 3 jours 21 heures
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 3 jours 21 heures
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 3 jours 22 heures
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 3 jours 23 heures
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 3 jours 23 heures
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 4 jours 11 min
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 4 jours 20 min
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 4 jours 41 min
© BERTRAND GUAY / AFP
© BERTRAND GUAY / AFP
Les entrepreneurs parlent aux Français

Si la Tour Eiffel devenait une entreprise comme les autres ? Mais pas tant que la CGT en sera la patronne

Publié le 08 octobre 2018
"La Tour Eiffel est l’une des œuvres mondiales la plus remarquable. Mais tout aussi remarquable, par une gestion catastrophique qui s’explique par 3 lettres : CGT".
Denis Jacquet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Denis Jacquet est entrepreneur (Edufactory), investisseur (Entreprise et conquête) et président de Parrainer la croissance, une association d'aide aux PME pour rechercher la croissance, et cofondateur de l'observatoire de l'Uberisation. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
"La Tour Eiffel est l’une des œuvres mondiales la plus remarquable. Mais tout aussi remarquable, par une gestion catastrophique qui s’explique par 3 lettres : CGT".

Un fait paraissant anodin s’est déroulé en septembre dernier. La Maire de Paris, dont on connaît le talent pour épuiser les talents, et accroître les embouteillages, a limogé une brillante gestionnaire, qui dirigeait depuis 2 ans la Tour Eiffel. Une femme remarquable qui a fait ses preuves dans tous ses postes précédents, mais qui avait le défaut de vouloir faire de la Tour Eiffel une belle dame, certes, mais surtout une dame qui donne à Paris, une occasion supplémentaire de se « louer » aux touristes, qui ne demandent qu’à la « consommer » plus totalement. La Tour Eiffel est l’une des œuvres mondiales la plus remarquable. Mais tout aussi remarquable, par une gestion catastrophique qui s’explique par 3 lettres : CGT.

Dès son arrivée, ceux qui connaissent le dossier de l’intérieur savaient le désespoir de Anne Yannick, qui signifiait clairement qu’elle était la « patronne » sur le papier, selon son titre affiché sur ses cartes de visite, mais que la toute puissance appartenait à la CGT, avec la bénédiction de son inspectrice du travail, faite femme politique. Anne Hidalgo. Cette concession déléguée non à la SETE, comme on pourrait le penser, mais à la CGT, prouve à quel point le passé anti-entrepreneurial, profondément communiste, d’Anne Hidalgo, l’emporte toujours sur tout autre sentiment.
 
Pour l’entrepreneur que je suis, la Tour Eiffel reste magique, même pour celui ou celle qui l’admire au quotidien. Son spectacle lumineux éclaire de le cœur et l’âme des touristes, mais également celui des Parisiens qui en restent fiers et épris. Cette grande dame est leur amoureuse. Elle doit une partie de son immortalité et sa splendeur, au fait qu’elle n’était pas destinée à durer. Elle devait être universelle, mais détruite. Elle est vivante et éternelle.
 
Passé ce sentiment quasi humain, reste le potentiel économique. Si nous pouvions faire de cet amour, une source de profit, nous pourrions associer l’utile à l’agréable. A ce jour, c’est impossible. Anne Hidalgo considère qu’augmenter le prix des PV de stationnement est plus rentable pour renflouer les caisses d’une marie mal gérée, que d’exploiter nos trésors nationaux. 
 
La Tour Eiffel est un fief syndical. Impossible d’y être recruté sans payer sa carte rouge. Les postes se « refilent » entre amis. On approche d’un recrutement testamentaire. Celui qui meurt la transmet à ses amis ou sa famille. Personne ne quitte un emploi à la Tour Eiffel, et pour cause, les salaires y sont 30 à 40% plus élevés que n’importe où ailleurs. La paix syndicale ou les amitiés politiques, s’achètent ainsi. Près de 5000eur de moyenne salariale, pour une « entreprise » qui n’a presque pas de cadres. Le portier gagne plus qu’une infirmière expérimentée. Pour moins d’heures.
 
La Tour Eiffel est un potentiel totalement inexploité. Les syndicats ont obtenu que rien ne puisse vivre sur ses espaces privatisables au delà de 23H, et chassent ceux qui paient une petite fortune, à partir de 22H30. Vous aviez bien entendu, sur la Tour Eiffel, c’est le couvre-feu en période de paix ! Les demandes affluent du monde entier, proposant privatisation, soirées nocturnes, nuits à prix d’or. La réponse syndicale est invariablement la même : NON. Pas possible. Gagner de l’argent ? Vous n’y pensez pas. Il faudrait travailler plus, et quand on est déjà aussi bien payé, quel en serait l’intérêt ? Ce n’est pas notre ancienne inspectrice, qui dira le contraire.
 
Un gâchis. Là où tous les pays du monde, tentent de trouver des moyens de capitaliser sur leurs monuments, qu’ils ont souvent en moins grand nombre que les nôtres. Là où des dizaines d’entreprises et d’entrepreneurs seraient prêts à rentabiliser cet espace au quotidien, ils s’affrontent à un mur. A une tour, plus exactement. Je serais curieux de savoir combien d’autres monuments subissent le même calvaire pour la France et le même refuge, les mêmes privilèges pour les syndicats.
 
Si la France de nos monuments devenait entrepreneuriale, nous pourrions multiplier nos revenus, sans avoir à toujours chercher un contribuable de plus à plumer, quand le budget de l’état l’exige. Pourquoi ne pas déléguer leur gestion aux entrepreneurs ?
 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires