En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

02.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

03.

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

04.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

05.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

06.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

07.

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine

ça vient d'être publié
décryptage > Environnement
Plan vélo

Et pendant ce temps-là se poursuivait joyeusement la guerre absurde contre la voiture

il y a 1 heure 20 min
pépite vidéo > France
Pensées aux victimes
Attaque à Nice : l’Assemblée nationale observe une minute de silence
il y a 2 heures 7 min
décryptage > Société
Second Impact du Covid-19

Petits conseils pour gérer son anxiété face à une actualité déprimante et angoissante

il y a 2 heures 49 min
décryptage > Santé
Bis repetita

Isolement des cas positifs : le ratage massif qu’Emmanuel Macron feint de ne pas voir (et qui pourrait faire échouer le 2ème déconfinement)

il y a 3 heures 58 min
pépites > France
Enquête en cours
Attaque à l'arme blanche à Nice, l'auteur a été interpellé
il y a 4 heures 35 min
décryptage > International
Mais qu'est-ce qu'ils allaient faire dans cette galère ?

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

il y a 5 heures 59 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

il y a 6 heures 2 min
pépites > Europe
UE
L’eurodéputé Pierre Larrouturou débute une grève de la faim pour réclamer une taxe sur la spéculation financière
il y a 16 heures 16 min
pépites > Politique
"Tester, alerter, protéger"
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce l’instauration d’un reconfinement national dès vendredi
il y a 17 heures 15 min
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 22 heures 5 min
décryptage > Sport
Moïse prophète en son Paris

Basaksehir/PSG : Paris, sauvé des eaux par Moïse

il y a 1 heure 42 min
décryptage > Consommation
Leçons du 1er confinement

Pénuries de (re)confinement : voilà ce que vous devriez acheter pour affronter novembre (et non, on ne vous parle pas de papier toilette)

il y a 2 heures 33 min
décryptage > France
Pression sur l'exécutif

Meurtre de Samuel Paty, islam et liberté d’expression : réseaux sociaux arabes, élites anglo-saxonnes, l’étau fatal qui étrangle la France

il y a 3 heures 28 min
décryptage > Economie
"Quoi qu'il en coûte"

Reconfinement : le prix que nous sommes prêts à payer pour sauver une vie est-il en train de flamber ?

il y a 4 heures 26 min
décryptage > Santé
"Tester, alerter, protéger"

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

il y a 5 heures 21 min
décryptage > France
Non, non et non

La phrase terrible du président du CFCM : "il faut savoir renoncer à certains droits"...

il y a 6 heures 3 sec
pépites > France
Coronavirus
La France et l'Europe débordées par le virus : l'Hexagone se reconfine mais laisse ses établissements scolaires ouverts, nouvelles restrictions en Allemagne pendant un mois
il y a 6 heures 18 min
pépite vidéo > France
Pays confiné jusqu’au 1er décembre
Reconfinement et nouvelles mesures : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Emmanuel Macron
il y a 16 heures 28 min
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 20 heures 30 min
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 22 heures 32 min
© FRANCK FIFE / AFP
© FRANCK FIFE / AFP
Atlantico Sport

PSG / Étoile rouge de Belgrade : Paris, une victoire capitale

Publié le 04 octobre 2018
Certes, il s'agissait seulement de la seconde journée de cette saison de la Ligue des Champions mais l'enjeu était déjà de taille. Battu il y a deux semaines chez le grand Liverpool (en affichant autant de suffisance que d'insuffisances), Paris n'avait guère le choix contre l'Etoile Rouge de Belgrade.
Olivier Rodriguez
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Olivier Rodriguez est entraîneur de tennis... et préparateur physique. Il a coaché des sportifs de haut niveau en tennis.  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Certes, il s'agissait seulement de la seconde journée de cette saison de la Ligue des Champions mais l'enjeu était déjà de taille. Battu il y a deux semaines chez le grand Liverpool (en affichant autant de suffisance que d'insuffisances), Paris n'avait guère le choix contre l'Etoile Rouge de Belgrade.

Dans la course à la qualification pour les phases finales de la plus prestigieuse des compétitions européennes, les trois points promis au vainqueur étaient obligatoires, surtout avant la réception périlleuse (le 24 octobre prochain) du Naples de Carlo Ancellotti. L'adversaire du soir, très loin de son glorieux passé (vainqueur de l'épreuve en 1991 contre l'Olympique de Marseille), affichait une belle santé avant sa venue au parc des Princes, avec 34 matchs consécutifs sans défaite, toutes compétitions confondues. Conscients des enjeux, les Parisiens bénéficiaient du retour de Verratti et Thomas Tuchel pouvait enfin présenter son onze type. Après une douzaine de minutes prudentes, le PSG a passé la vitesse supérieure. Une vitesse inaccessible pour ses malheureux adversaires, constamment surclassés et réduits au rang de faire-valoir; ce qui n'est pas sans nous rappeler que cette magnifique compétition est aussi l'une des plus déséquilibrée.

Impeccable dans l'animation du jeu, dans la discipline et l'intensité, Paris a donné un véritable récital. Neymar par deux fois (un coup franc Platinien puis de près après un relai avec Mbappe), Cavani (sur un but qu'il ne doit qu'à lui-même) et Di Maria pour finir la première période ont puni les visiteurs. Affichant une possession de balle de 79%, le PSG rentrait aux vestiaires après une première mi-temps à sens unique. La seconde période débutait sur le même rythme et Mbappe y allait de son but après une passe géniale de Neymar, lequel n'est jamais aussi bon que lorsqu'il se met au service du collectif. 
 
Un (léger) relâchement permettait aux visiteurs de sauver l'honneur plus que de réduire le score avant que le coach Parisien ne procède, logiquement, à quelques changements. Nous aurions pu en rester là mais Neymar en décida autrement. A dix minutes du terme, il déclenche l'ovation du stade après un coup-franc en pleine lucarne (Zidanien celui-là). La messe avait beau être dite depuis longtemps, le Brésilien continuait d'enchaîner les miracles et rendait le calvaire adverse plus douloureux encore.
 
Au final, quelle lecture faire de ce match ? Retenir l'intensité, les attitudes positives à la perte du ballon ( dans la lignée des matchs contre Reims et Nice et à contrario du match contre Liverpool), l'investissement dans les duels, la bonne opération comptable et reconnaître que cette fois, cette équipe semble vouloir apprendre de ses erreurs ?
 
Ou bien que la faiblesse criante de l'adversaire (33 tirs tentés par Paris !) convoque la prudence ?
 
Il convient surtout de féliciter les Parisiens pour avoir su se rendre le match facile et de l'avoir fait de la plus belle des manières. Cette équipe semble se mettre en place et montrer une nouvelle et réelle identité de jeu.
 
L'avenir à court terme livrera sa vérité. Car les matchs contre Lyon et Naples serviront de révélateurs. Nous verrons, en ces occasions, face à des oppositions d'un tout autre niveau, la consistance de l'équipe et la viabilité de ses nouveaux principes. Ces rencontres permettront au PSG de se situer réellement et d'estimer ses chances de succès dans la compétition. Laquelle est, depuis quelques années, la principale unité de mesure de la réussite annuelle des plus grosses écuries européennes.
 
Pour hier soir, ne boudons pas notre satisfaction et le spectacle offerts. Comme le chantait Charles Aznavour, certains plaisirs ne se démodent pas.
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires