En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 1 semaine 2 jours
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 1 semaine 2 jours
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 1 semaine 2 jours
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 1 semaine 2 jours
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 1 semaine 3 jours
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 1 semaine 2 jours
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 1 semaine 2 jours
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 1 semaine 2 jours
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 1 semaine 2 jours
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 1 semaine 3 jours
© MARWAN NAAMANI / AFP
© MARWAN NAAMANI / AFP
Or noir

Pétrole : pourquoi les Etats-Unis vont devoir gérer avec précaution leur statut de premier producteur mondial

Publié le 04 octobre 2018
Selon l'administration américaine (EIA), les Etats-Unis seraient désormais le premier producteur mondial de pétrole, dépassant ainsi l'Arabie saoudite et la Russie dans ce domaine.
Francis Perrin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Francis Perrin a travaillé pendant plusieurs années comme journaliste et consultant indépendant sur l’énergie et les matières premières. Il est chercheur associé au Policy Center for the New South (Rabat) et directeur de recherche à l'IRIS (Paris).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon l'administration américaine (EIA), les Etats-Unis seraient désormais le premier producteur mondial de pétrole, dépassant ainsi l'Arabie saoudite et la Russie dans ce domaine.

Atlantico : Cette situation est-elle amenée à s'accentuer alors que l'EIA estime que le pays serait en capacité de produite 17 millions de barils / jour d'ici 2023 contre 11 millions à ce jour ?

 
Francis Perrin : Lorsque l'on parle de production pétrolière, il y a différentes définitions possibles. Soit on ne retient que le pétrole brut, soit on ajoute au brut d'autres liquides, qui sont associés au gaz naturel, soit on a une notion encore plus large des liquides où on inclut en plus les biocarburants, etc. L'important est donc de préciser ce à quoi on fait référence. 
 
Actuellement les États-Unis sont incontestablement le premier producteur au monde, devant la Russie et l'Arabie Saoudite dans cet ordre, pour les deux définitions plus larges évoquées ci-dessus. Ils ont même une large avance sur ces deux autres pays. Par contre, si l'on ne prend en compte que le pétrole brut, la production des États-Unis était estimée à 10,9 millions de barils par jour (Mb/j) en août, soit un peu moins que la Russie et un peu plus que l'Arabie Saoudite. Mais il est très probable que les États-Unis seront le numéro un dans toutes les catégories dès 2019. Cette domination se prolongera effectivement pendant plusieurs années car la production américaine est sur une tendance haussière depuis une dizaine d'années grâce au pétrole non conventionnel et le potentiel de hausse n'est pas épuisé. Les États-Unis vont donc creuser l'écart dans les prochaines années par rapport à leurs plus grands concurrents.
 

Quelles sont les capacités de la "concurrence" saoudienne et russe en la matière ? 

 
Pour la Russie, la marge de manœuvre à court terme est limitée car ce pays produit quasiment à pleine capacité. Le cas de l'Arabie Saoudite est différent car le royaume ne produit pas à 100% de ses capacités et, ce, de façon tout à fait délibérée. L'Arabie Saoudite fait partie de l'OPEP et les décisions sur son niveau de production s'inscrivent dans des négociations au sein de cette organisation qui regroupe 15 pays exportateurs de pétrole. Or, ces pays ne tiennent pas à ce que les prix du pétrole baissent fortement car cela affecterait négativement leurs revenus. En même temps, la hausse des prix du brut (le Brent de la mer du Nord était entre $86 et $87 par baril hier à Londres) mécontente beaucoup le président Trump qui appelle à grands cris l'OPEP et l'Arabie Saoudite à produire plus pour faire baisser les cours du brut et les prix des carburants.  Cela dit, dans tous les cas de figure, les États-Unis seront le leader dans les prochaines années.
 

Quelles pourraient être les conséquences de cette situation dans la relation tripartite entre les trois principaux producteurs ? L'enjeu pour les Etats-Unis ne serait-il pas de mettre "un coin" dans la relation entre Moscou et Riyad ? 

 
Les États-Unis et l'Arabie Saoudite sont des alliés stratégiques depuis 1945 au moins et cette alliance n'est absolument pas remise en question par les évolutions pétrolières que nous évoquons. L'hostilité de Washington et de Riyad envers Téhéran contribue à renforcer ce partenariat stratégique qui existe depuis plus de 70 ans et qui repose sur trois mots clés: pétrole contre sécurité. Certes, la montée en puissance du pétrole non conventionnel des États-Unis représente un défi pour l'Arabie Saoudite et pour l'OPEP mais ils sont obligés de se faire une raison.
 
La coopération entre la Russie et l'Arabie Saoudite est d'une nature différente. Elle est très récente et découle de la volonté de ces deux États d'améliorer la régulation du marché pétrolier mondial. Moscou et Riyad entendent institutionnaliser cette coopération ainsi que celle entre l'OPEP et dix pays non-OPEP qui ont réduit conjointement leur production entre le 1er janvier 2017 et le 1er juillet 2018 avant de l'augmenter il y a trois mois. Cette coopération ne peut faire de l'ombre au partenariat stratégique entre les États-Unis et l'Arabie Saoudite.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires