En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

03.

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

04.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

05.

Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"

06.

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

07.

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Vers un nouveau confinement ?
Covid-19 : Emmanuel Macron annoncera de nouvelles restrictions ce mercredi à 20 heures
il y a 7 min 44 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Chambre des dupes" de Camille Pascal : Louis XV et les soeurs Mailly-Nesle : amours, intrigues, courtisans... Un roman brillant et bien documenté

il y a 1 heure 13 min
pépites > Politique
Campagne sous tension
Virginia Raggi, la maire de Rome, révèle être menacée par la mafia
il y a 2 heures 8 min
pépites > France
Tchétchénie
Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"
il y a 3 heures 5 min
pépites > Justice
Décision
La justice administrative valide la fermeture temporaire de la mosquée de Pantin
il y a 4 heures 46 min
décryptage > Culture
Septième art

Les banalités subversives de Maïwenn

il y a 7 heures 21 min
pépites > Santé
Choix cornélien : épidémie ou économie
Coronavirus : le reconfinement n'est plus tabou, couvre-feu élargi, confinement général ou local ?
il y a 8 heures 5 min
pépites > Politique
Relations humaines
Tensions internes dans la cellule diplomatique de l'Elysée et rapports tendus avec le Quai d'Orsay
il y a 8 heures 41 min
décryptage > Société
Dangers des nouveaux outils

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

il y a 9 heures 17 min
décryptage > Economie
Réindustrialisation

Et pendant ce temps là, sur le front de l’industrie, on continue à faire des âneries

il y a 10 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Gaulois réfractaires demandent des comptes au Nouveau Monde" de Philippe de Villiers : La Vendée se prend pour Bibracte. La révolte gronde. Les 2 Villiers sont à la manoeuvre

il y a 1 heure 2 min
light > Media
Bon rétablissement
Michel Drucker ne sera pas de retour sur France 2 avant 2021 après son opération
il y a 1 heure 46 min
Pollution
Réchauffement climatique : des gisements de méthane se décongèlent dans l'océan Arctique relâchant du gaz à effet de serre
il y a 2 heures 30 min
pépites > Education
Education Nationale
Rentrée du 2 novembre : un hommage à Samuel Paty sera organisé dans les écoles
il y a 4 heures 19 sec
décryptage > Histoire
Identifier la menace

Guerre des civilisations ou guerre au sein de l’islam ?

il y a 7 heures 13 min
décryptage > France
Vocabulaire

Ensauvagement : une fois encore, Laurent Mucchielli parle trop vite…

il y a 7 heures 47 min
pépite vidéo > Europe
Paris - Ankara
L'Union européenne apporte son soutien à la France après l'appel au boycott des produits français
il y a 8 heures 8 min
décryptage > Histoire
Origines du mythe

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

il y a 9 heures 2 min
décryptage > Santé
Hiver de la dépression

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

il y a 9 heures 46 min
décryptage > Politique
Sondage pour 2022

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

il y a 10 heures 33 min
© GERARD JULIEN / POOL / AFP
© GERARD JULIEN / POOL / AFP
Démission rocambolesque

Hulot, première victime française officielle du glyphosate

Publié le 30 août 2018
Avec H16
Nicolas Hulot s’en va, c’est très bien. Que le gouvernement laisse ce poste vide, et qu’il se consacre enfin aux problèmes concrets rencontrés effectivement par la majorité des Français.
H16
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
H16 tient le blog Hashtable.Il tient à son anonymat. Tout juste sait-on, qu'à 37 ans, cet informaticien à l'humour acerbe habite en Belgique et travaille pour "une grosse boutique qui produit, gère et manipule beaucoup, beaucoup de documents".
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Hulot s’en va, c’est très bien. Que le gouvernement laisse ce poste vide, et qu’il se consacre enfin aux problèmes concrets rencontrés effectivement par la majorité des Français.
Avec H16

Surprise, consternation et tremblements : on apprend effaré que Nicolas Hulot, l’extraordinaire Ministre de la Transition Écologique et Solidaire, a décidé de démissionner. Tout l’appareil politique français est en ébullition, toute la presse est sur les dents : cette nouvelle, tellement étonnante, va évidemment entraîner un profond changement dans la politique de Macron et du gouvernement Philippe.

Et non en fait.
 
Non, il n’y a eu aucune surprise dans le départ du fadasse ministre : après une longue année d’atermoiements pathétiques, de petits couinements difficilement audibles et de petites agitations sans impact, tout le monde s’attendait à ce que le prétexte télégénique lâche l’affaire un jour ou l’autre. Les plus méchants se contenteront d’évaluer la qualité de la gamelle à la longévité du maroquin puisqu’en plus d’un an de déconfitures et d’inutilité presque chimiquement pure, Hulot a eu maintes fois l’occasion de démissionner et n’est passé à l’acte que maintenant. Finalement, ça occupe de ne rien faire, surtout lorsqu’on est Ministre.
 
Non, l’appareil politique n’est pas non plus en ébullition. Même si, pour obtenir un effet médiatique maximal, Hulot a choisi de ne pas informer préalablement ni Macron ni Philippe, la nouvelle de la démission du ministre n’a certainement pas remis en cause les principaux plans du gouvernement. Au passage, l’homme de télé a bien calculé son départ théâtral puisqu’il évite ainsi qu’il soit noyé dans les agitations de rentrée scolaire et gouvernementale ou du tumulte habituel des politiciens en mal de gros micros mous ; force est aussi de constater qu’en ne laissant aucun préavis à ses supérieurs hiérarchiques, il tente probablement de leur rendre la monnaie d’une pièce qu’il a péniblement trimbalée toute l’année passée, puisqu’à chaque fois qu’il a émis quelques pépiements de mécontentement sur l’un ou l’autre sujet, il n’a été vaguement entendu que de la presse et écouté par personne…
 
Non, décidément et très pratiquement, la plupart des gens un minimum lucides se fichent comme d’une guigne du départ du petit ministre : les écolos dans l’âme se sont bien rendus compte de l’impact absolument nul du présentateur télé sur les politiques du gouvernement et les autres auront même du mal à évaluer objectivement ce qu’il a bien pu faire, concrètement, en quinze mois de présence au gouvernement.
 
Quelques jours vont maintenant s’écouler pendant lesquels le gouvernement devra se réorganiser, au moins dans la forme, pour tenir compte de cet événement qui, s’il n’est pas stupéfiant, doit probablement changer l’ordre des ronds de serviettes aux tables de l’Élysée.
 
Politiquement, le départ de Hulot posera probablement quelques petits problèmes électoraux à Macron qui avait acquis, par le truchement du vendeur de shampoings, un jeton de présence chez les bobos, les écolos et une certaine partie des Français qui trouvaient agréable le discours convenu et le Niagara de poncifs environnementaux du ministre.
 
Et c’est là que se situe un danger : par qui diable Macron voudra-t-il remplacer Hulot ? Déjà, on sent que les candidats à la gamelle se bousculent au portillon et on n’est pas à l’abri d’une nouvelle catastrophe industrielle si – horresco referens – Ségo, la Reine des Neiges, venait à décrocher le pompon.
 
Indépendamment de ces considérations de personnes (qui glacent le sang, n’est-ce pas), le constat demeure : Hulot sera remplacé. Parce que, comprenez-vous, forcément, il va falloir remplacer un ministre si important !
 
Forcément.
 
Mais au fait, faut-il vraiment songer à le remplacer ?
 
 
Après tout, s’il y a bien un élément saillant qui ressort de la quinzaine de mois d’exercice du ministre Hulot, c’est qu’un courant d’air (provoqué par un rare mouvement d’éolienne par exemple) aurait fait sensiblement le même travail. Et si l’on passe rapidement sur les frais que le contribuable aura supportés (Nicolas, rendez l’argent !), on ne peut que constater l’absence presque complète de tout impact d’un Ministre de l’Écologie truc machin et de la Transition bidule chouette avec de vrais morceaux de Social dedans.
 
C’est, quelque part, rassurant : les précédents encombrants avatars à l’Écologie ont fait d’assez nombreux dégâts dans le pays, depuis les écotaxes ultra-coûteuses jusqu’aux réglementations délirantes au gold-plating omniprésent, en passant par leurs saillies résolument catastrophistes et délicieusement collectivistes, anti-capitaliste, anti-marché libre, anti-progrès assez récurrentes. Dans ce contexte, la bonne innocuité de Hulot dans le débat national aura permis de souffler un peu.
 
Mais plus concrètement, à quoi diable sert exactement un ministre de la transition énergétique ? Tout comme pour le redressement national, on peine à voir en quoi le pays et les millions d’individus et d’acteurs économiques qui le composent auraient besoin, subitement, d’un capitaine, d’un guide quelconque pour se redresser, ou pour transiter, ou pour faire quoi que ce soit du reste. Un tel ministre (comme beaucoup d’autres, en fait) est l’illustration pénible et coûteuse de cet hubris démesuré des politiciens qui croient pouvoir tout régenter.
 
Non, l’écologie, l’environnement et la consommation énergétique ne sont pas, n’ont jamais été et ne seront jamais mieux gérés par un gouvernement que par des individus faisant directement face à leurs responsabilités. Mis-à-part les éditorialistes fiévreux d’une presse sursubventionnée et étatisée à mort d’un côté, et les lobbyistes de l’autre côté, qui ont tout intérêt à conserver un tel maroquin dans le système pour alimenter leurs papiers pour les premiers ou imposer leurs idées législatives pour les seconds, personne n’a besoin d’un ministre du bétonnage des campagne pour des éoliennes néfastes, d’une transition énergétique basée sur du pipeau de grand chemin, ou de pousser ces énergies renouvelables dont tout indique qu’elles sont avant tout un gouffre financier, économique et écologique.
 
Et surtout, ces agitations purement cosmétiques comme un Shampoing Gel Douche Ushuaïa Fraîcheur Intense aux Minéraux Marins de l’Arctique 250 ml en lot de 3 pour seulement 23.40€, ça n’intéresse réellement personne quand le pays est en proie à un chômage qui refuse de disparaître alors même que de nombreux emplois restent dépourvus de bras ou que l’immigration ou l’insécurité générale du pays semblent manifestement occuper bien plus les esprits que ce que voudraient nous faire croire certains Gaïatollahs.
 
En somme, Hulot s’en va, c’est très bien. Mais, de grâce, ne pensons surtout pas printemps et ne remplaçons pas le dispensable ministre ! Que le gouvernement laisse ce poste vide, et qu’il se consacre enfin, enfin !, aux problèmes concrets rencontrés effectivement par la majorité des Français.
 
Il serait temps.
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires