En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 1 semaine 5 jours
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 1 semaine 5 jours
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 1 semaine 5 jours
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 1 semaine 5 jours
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 1 semaine 5 jours
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 1 semaine 5 jours
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 1 semaine 5 jours
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 1 semaine 5 jours
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 1 semaine 5 jours
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 1 semaine 5 jours
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 1 semaine 5 jours
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 1 semaine 5 jours
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 1 semaine 5 jours
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 1 semaine 5 jours
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 1 semaine 5 jours
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 1 semaine 5 jours
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 1 semaine 5 jours
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 1 semaine 5 jours
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 1 semaine 5 jours
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 1 semaine 5 jours
© GERARD JULIEN / AFP
© GERARD JULIEN / AFP
Vive la crise !

Difficultés financières, pertes d’adhérents, incapacité à être perçu comme la principale force d'opposition : pourquoi le Rassemblement national parvient à rester le deuxième parti de France

Publié le 09 août 2018
Comment expliquer que malgré les problèmes actuels, le parti de Marine Le Pen semble pouvoir se maintenir au rang de deuxième force politique du pays ? Qu'est-ce que cela nous dit de l'électorat du Rassemblement national ?
Bruno Cautrès
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Cautrès est chercheur CNRS et a rejoint le CEVIPOF en janvier 2006. Ses recherches portent sur l’analyse des comportements et des attitudes politiques. Au cours des années récentes, il a participé à différentes recherches françaises ou européennes...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Comment expliquer que malgré les problèmes actuels, le parti de Marine Le Pen semble pouvoir se maintenir au rang de deuxième force politique du pays ? Qu'est-ce que cela nous dit de l'électorat du Rassemblement national ?

Atlantico : Comment expliquer que malgré les problèmes actuels, le RN semble pouvoir se maintenir au rang de deuxième force politique du pays ? Qu'est-ce que cela nous dit de l'électorat du RN ?

 
Bruno Cautrès : Il faut tout d’abord être prudent sur le qualificatif de « deuxième force politique » du pays : le RN connait une série d’importantes difficultés depuis les élections de 2017 : évaporation de militants, problèmes financiers et judiciaires, doutes sur la capacité de Marine Le Pen à gagner un jour la présidentielle. La déception des militants et des sympathisants a été réelle. Mais les motivations de vote des électeurs potentiels du RN sont toujours là : on avait ainsi vu lors de la présidentielle de 2017 que Marine Le Pen réalisait des scores très élevés chez les jeunes travailleurs pauvres, les précaires, les catégories sociales défavorisées, les employés à faibles salaires de la fonction publique notamment hospitalière. Les problèmes qu’affrontent ces milieux sociaux n’ont pas disparu. Le départ de Florian Philippot, qui incarnait la ligne anti-européenne et sociale à la fois n’a pas fondamentalement entamé la capacité du RN à continuer d’attirer les électeurs concernés par ces deux points. 

 

Le Rassemblement National est crédité de 19 % d'intentions de vote pour les élections européennes juste derrière LREM, 23 %, et devant LR, 15 % (sondage IFOP-Fiducial pour Sud radio et CNews). Le dernier pointage d’intentions remonte à début mai et l’écart entre la République en Marche et le Rassemblement National était alors de 10 points. Comment analysez-vous cette remontée du RN dans les intentions de vote par rapport à LREM ?

 
La prudence doit être là aussi de mise : les intentions de vote mesurées hors période électorale ne donnent qu’une idée d’un potentiel de vote. S’il se confirme dans les mois qui arrivent que le RN tourne toujours autour des 20% d’intentions de vote aux européennes, cela sera d’abord une déception pour le RN qui avait gagné les européennes de 2014 en obtenant 24 sièges et près de 25% des exprimés ; mais dans le même temps, cela pourrait être, pour les militants en particulier, le signe que le RN redresse la tête. Le fait que deux sondages aient déjà estimé le potentiel de vote pour le RN autour de 20% plus d’un an avant les européennes, montre que le RN est toujours là et qu’il faudra compter avec lui lors de ces européennes. Comme nous l’avons dit plus haut, la sociologie de l’électorat du FN repose sur des catégories sociales (catégories populaires, petits travailleurs indépendants, jeunes précaires peu qualifiés) dont le sort n’a pas fondamentalement évolué depuis l’élection d’Emmanuel Macron. Par ailleurs, les questions européennes semblent ne pas avancer aussi facilement que le voulait celui-ci ; enfin, les avancées européennes souhaitées par Emmanuel Macron peuvent potentiellement réveiller les craintes et les oppositions de ceux qui rejettent l’Europe. 
 

C'est Jean-Luc Mélenchon qui depuis le début du quinquennat s'est positionné en premier opposant d'Emmanuel Macron et de son gouvernement. Un sondage Odoxa-Dentsu Consulting pour Franceinfo et le Figaro publié en mai 2018 montrait que 42% des Français intérrogés le voyaient comme le "meilleur opposant", loin devant Marine le Pen en seconde position avec 29 %. Pour autant, c'est le RN qui semble être le second parti de France au regard des prédictions concernant les élections européennes, loin devant la France Insoumise (11 % d'intentions de vote). Ne peut-on pas y voir un paradoxe entre RN et FI ?

 
La situation peut encore pas mal bouger en termes d’intentions de vote aux européennes et de vote final, le 26 mai 2019. A gauche en particulier, les données de l’élections sont loin d’être figées : combien de listes seront présentes, qui les conduira ? Ne sont pas des détails pour une élection à la proportionnelle avec des listes nationales. La différence entre, pour le moment, le RN et FI tient surtout au fait qu’à gauche la situation n’est pas stabilisée et qu’il y a une situation de pluralité des gauches. Le RN est seul à occuper la case qu’il occupe. Le paradoxe c’est qu’effectivement Jean-Luc Mélenchon s’est clairement imposé aux yeux des Français comme le principal opposant alors que le RN obtient, pour les européennes et pour le moment, un meilleur potentiel de votes. Cela vient aussi du fait que Marine Le Pen semble clairement chercher ses marques depuis la présidentielle, elle est souvent en retrait dans les actualités alors que l’on a vu un Jean-Luc Mélenchon en première ligne dans la contestation de l’action du gouvernement, les manifestations, les mobilisations. Les images des leaders politiques comptent de plus en plus dans les perceptions qu’ont les Français de leur action ; le doute s’est installé sur la capacité de Marine Le Pen à gagner la présidentielle alors que son électorat croyait qu’elle y parviendrait en 2017. Si la déception a été importante également à FI que Jean-Luc Mélenchon ne soit pas qualifié pour le second tour, la présidentielle de 2017 n’a pas compromis ou entaché son leadership et sa dimension charismatique dans son électorat. 
 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires