En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

02.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

03.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

04.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

05.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

06.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

07.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 2 min 47 sec
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 36 min 10 sec
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 58 min 22 sec
décryptage > Environnement
Anticipation

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

il y a 1 heure 33 min
pépites > Politique
Etats-Unis
Donald Trump finit par débloquer le processus de transmission du pouvoir à Joe Biden
il y a 2 heures 18 min
décryptage > Europe
Capital politique en jachère

2020, l'année où l'Union européenne conserva l'approbation d'une majorité d'Européens contre vents et marées... sans rien savoir en faire

il y a 2 heures 44 min
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 15 heures 38 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 17 heures 16 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 20 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 21 heures 4 min
pépite vidéo > Politique
Insécurité
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 6 min 34 sec
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 40 min 10 sec
pépites > Santé
Coronavirus
Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"
il y a 1 heure 21 min
décryptage > International
Prévisions

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

il y a 2 heures 11 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Bercy force les assureurs à couvrir les risques de pandémie mais pas ceux du Covid. Ce n’est pas gagné

il y a 2 heures 40 min
décryptage > Santé
Tester, tracer, isoler

Covid-19 : mais pourquoi l’isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

il y a 2 heures 47 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 16 heures 10 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 18 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 20 heures 43 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 21 heures 51 min
© JACQUES DEMARTHON / AFP
© JACQUES DEMARTHON / AFP
Constat accablant

Inégalités : quand les économistes allemands se penchent sur les travaux de Thomas Piketty, c’est cinglant...

Publié le 02 août 2018
Que retenir de l’évaluation allemande du rapport sur les inégalités mondiales rédigé par une équipe d’économistes comprenant Thomas Piketty ?
Michel Ruimy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Ruimy est professeur affilié à l’ESCP, où il enseigne les principes de l’économie monétaire et les caractéristiques fondamentales des marchés de capitaux.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Que retenir de l’évaluation allemande du rapport sur les inégalités mondiales rédigé par une équipe d’économistes comprenant Thomas Piketty ?

Atlantico : Que retenir de l’évaluation allemande du rapport sur les inégalités mondiales rédigé par une équipe d’économistes comprenant Thomas Piketty ?

 
Michel Ruimy : Succinctement, le « rapport Piketty » montre que, de manière générale, les rendements du capital ont augmenté plus vite que le taux de croissance économique (Produit intérieur brut) et que celui du revenu du travail. Ceci n’aurait rien d’inquiétant si le capital était réparti équitablement sur la planète entre tous les individus. 
 
Ce n’est pas le cas notamment en Allemagne, où la prospérité dépend largement du niveau de richesse des familles, du foyer dans lequel un individu naît, de ce qu’il hérite ou bien de la richesse qu’il acquiert par le mariage. 
 
Toutefois, concernant ce pays, il me semble que ce rapport ait ignoré une inégalité, à mon sens cruciale, celle de la dualité du système éducatif. D’un côté, nous avons un système dynamique qui prévoit un grand nombre de programmes de stages d’apprentis et qui offre des opportunités de carrière à beaucoup de jeunes et de l’autre, un système universitaire rigide dont l’accès est étroitement lié au contexte social de l’étudiant. Cette situation laisse peu de place à une égalité des chances.
 
Par ailleurs, la mondialisation et la numérisation voire la digitalisation de l’économie, avec une robotisation qui laisse entrevoir la disparition de millions d'emplois, ont entraîné une insécurité générale chez les individus. 
 
Dans cette perspective, les responsables politiques allemands devraient se concentrer sur l’ouverture de l’éducation et de la formation du pays à plus d’équité, notamment par des investissements massifs à destination de la petite enfance, via un accroissement des recettes fiscales. Ce renforcement du capital humain améliorera, à terme, le niveau de formation des travailleurs et augmentera les salaires et l’emploi. Ainsi, pourront-ils modeler un pays où il y aurait une plus grande égalité des chances.
 

Dès lors, comment interpréter les biais du rapport sur l’économie allemande ?

 
Il faut garder en tête que les inégalités sont un phénomène complexe et multidimensionnel. Pour surmonter les difficultés techniques traditionnelles de mesure, ce rapport a combiné un grand nombre d’informations disponibles sur tous les continents : revenus et patrimoines totaux estimés dans les comptabilités nationales, enquêtes déclaratives sur le revenu et le patrimoine des ménages, données fiscales sur l’impôt sur le revenu, successions, patrimoines, classements des grandes fortunes... Les données de ce travail collectif qui alimentent la base de données WID.world sont d’ailleurs totalement accessibles en lignes et reproductibles dans l’espoir que les partisans au débat public iront y piocher arguments et autres données statistiques. Pour autant, ces chiffres s’additionnent-ils ? 
 
Sur l’économie allemande, le rapport fonde ses conclusions sur le fait qu’en 2013, le « top 10% » des salariés - D1 - a capté 40% du revenu total du pays, situation déjà observée en 1913 alors que le Kaiser était encore sur le trône à Berlin ! laissant suggérer que les progrès sociaux ont été minimes au cours des dernières décennies du fait d’un profond enracinement de cette inégalité.
 
Cette conclusion est discutable dans la mesure où le rapport fonde son analyse en prenant en compte les revenus bruts. Or, avant la Première guerre mondiale, il n’y avait quasiment pas d’impôt sur le revenu en Prusse. En effet, une loi de 1891 avait institué un impôt progressif sur le revenu des personnes physiques avec des taux variant de 0,6 à 4% avec la possibilité de la déduction de certaines charges de familles. En 2013, le taux de la tranche supérieure de l’impôt sur le revenu en Allemagne était d’environ 47%, une situation bien différente de celle qui prévalait un siècle auparavant. 
 
Ainsi, si on considère le « top 1% » des salariés allemands, celui-ci a d’une part, capté 13% du revenu total en 2013 contre 18% en 1913 et d’autre part, sur la base de revenus nets, la part du revenu national perçue par les plus hauts salariés a aujourd’hui encore diminué par rapport à 2013.
 
 
Par ailleurs, l’absence de mobilité ascensionnelle, combinée à une hausse des inégalités, sont aujourd’hui à l’origine d’un malaise social profond, exacerbé par le fait que des pans entiers de la population aient connu de réelles pertes de salaires au fil des années et n’aient pu profiter de l’augmentation des richesses. L’inégalité des revenus a ainsi davantage augmenté entre 1995 et 2005 du fait de l’écrasement des salaires des moins qualifiés. Depuis, la disparité globale des revenus semble s’être stabilisée. 
 
Néanmoins, le fait que les inégalités n’aient pas augmenté depuis 2005 ne doit pas être interprété comme un signe positif puisque les inégalités de revenus nets n’ont pas diminué alors qu’on aurait pu s’attendre à une baisse significative des inégalités en raison de la bonne performance du marché du travail. Les indicateurs de la situation actuelle témoignent à nouveau d’une hausse plutôt que d’un déclin des inégalités de revenus. 
 
En définitive, nous sommes en présence d’une Allemagne « désunifiée ». D’un côté, une économie florissante avec de forts excédents commerciaux et un chômage historiquement bas… D’un autre, un pays riche… en pauvres : près de 15% de la population vit officiellement sous le seuil de pauvreté. Il semble que l’on assiste à la fin du modèle de l’« économie sociale de marché » redistributive et solidaire. Le socle social se fragilise et il y a désormais des gagnants et des perdants, des inclus et des exclus.

 

Ces biais concernant le système allemand ne doivent-ils pas nous inciter à prendre les analyses concernant d’autres pays avec prudence ? Notamment la Chine ?

 
Je répondrai que c’est en forgeant qu’on devient forgeron… Mais n’allez pas me répondre que c’est se noyant qu’on apprend à nager ! Je le répète, l’inégalité est un phénomène complexe à étudier et elle est au cœur de la cohésion sociale. C’est pourquoi de tels rapports, au-delà de leurs éventuelles faiblesses, sont importants car ils remettent au cœur du débat économique la question de la répartition plus que celle de la croissance. Plus les inégalités seront étudiées, plus elles auront de chances d’être combattues efficacement, en particulier en gardant la même méthodologie exploratoire mais en étant toujours à la recherche de l’excellence.
 
Concernant la situation de la Chine, la croissance des pays émergents est à l’origine de la réduction de la pauvreté et des inégalités à l’échelle planétaire. Si la pauvreté est appréhendée en termes absolus, 2 milliards de personnes vivaient, en 1981, dans une pauvreté extrême, soit près de 45% de la population mondiale de l’époque. L’essor économique de la Chine et l’Inde a transformé cette photo. En 2015, ce chiffre avait été réduit à 700 millions, soit 10% de la population mondiale actuelle.
 
Quant aux inégalités, elles peuvent se moduler différemment en interne. La sortie du communisme, par exemple, a entraîné une hausse des inégalités mais le choix des stratégies a induit des différences considérables. La dérégulation de l’économie extrêmement brutale en Russie, qui en moins d’une décennie, est passée de la situation d’un pays relativement égalitaire à celle d’un au pays très inégalitaire du fait que tout un pan de la richesse publique est passée aux mains de quelques oligarques alors qu’en Chine, la transformation a été plus progressive.
 
Dans ce dernier pays, je rappellerai qu’aujourd’hui, si le nombre de personnes sous le seuil d’extrême pauvreté (fixé à moins de 2 300 yuans par an, soit un peu moins de 300 euros) a été divisé par près de 4 au cours de la dernière décennie, de fortes inégalités perdurent dans la répartition des richesses au sein de la population. Ainsi, le patrimoine moyen par habitant est trois fois supérieur chez les citadins que dans les populations rurales. De fortes disparités territoriales auxquelles s’ajoute un accaparement des richesses par les plus fortunés : 1% des Chinois les plus riches possèdent un peu moins de la moitié de la richesse totale du pays.
 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires